Catégorie

Articles Populaires

1 Lamblia
Le taux et la pathologie possible de la vésicule biliaire
2 La cirrhose
Symptômes et traitement de la cirrhose alcoolique
3 Recettes
12 recettes! Traitement des remèdes populaires du pancréas!
Principal // Jaunisse

Quelles sont les conséquences après le retrait de la vésicule biliaire


Le fait de retirer la vésicule biliaire inquiète tous ceux qui vont subir une cholécystectomie. Comme pour toute intervention chirurgicale, cela peut entraîner diverses affections associées à des erreurs médicales et aux caractéristiques de l'évolution postopératoire.

Il est important que le patient sache quelles complications peuvent survenir après le retrait de la vésicule biliaire et ce qu'il faut faire pour les éviter, dès que possible pour se rétablir. Toutes les informations nécessaires est préférable de se noyer chez le médecin.

Conséquences possibles

La chirurgie pour enlever la vésicule biliaire est l’une des interventions fréquentes effectuées de manière planifiée. La cholécystectomie peut être réalisée de trois manières:

  • laparotomie traditionnelle;
  • retrait vidéo laparoscopique;
  • cholécystectomie du mini-accès.

Les deux dernières méthodes sont peu invasives. Moins les tissus environnants sont endommagés, moins les complications sont fréquentes, plus le corps récupère et sa capacité de travail est rétablie.

Les indications du traitement chirurgical sont les suivantes:

  • maladie clinique des calculs biliaires (cholécystite calcique);
  • porteurs de calculs (à risque de développer un cancer);
  • cholécystite aiguë;
  • la cholédocholithiase;
  • cholestérol vésicule biliaire (dépôts de cholestérol dans la paroi de l'organe);
  • les polypes, en particulier ceux avec un pédicule vasculaire;
  • tumeurs malignes de la vésicule biliaire.

Une intervention opportune et bien effectuée dans les cas rares peut entraîner des complications. Si, après le retrait de la vésicule biliaire, un complexe de certaines conditions pathologiques s'est développé, on parle alors de syndrome postcholécystectomie.

Des complications peuvent survenir après le retrait de la vésicule biliaire:

  • incapacité à éliminer les problèmes associés à la maladie des calculs biliaires;
  • directement par l'opération elle-même;
  • présence d'une pathologie simulante concomitante.

Caractérisé par un problème tel que le syndrome postcholécystectomie, la préservation ou la reprise de symptômes indiquant une violation des voies biliaires - ils se manifestent par de tels signes:

  • la douleur
  • problèmes digestifs;
  • instabilité des selles;
  • flatulences;
  • des ballonnements;
  • nausée, vomissements avec bile;
  • jaunisse.

La survenue de telles violations est due à un examen insuffisant, à la présence de prétendues pathologies ou à une opération défectueuse. Dans tous les cas, la raison n’est pas le manque de compétence du chirurgien. Le plus souvent, ce sont les caractéristiques morphofonctionnelles d'une personne.

Changements après une cholécystectomie

La vésicule biliaire participe à la digestion. Cet organe creux en forme de poire est situé sur la face inférieure du foie dans un lit spécial. Sa tâche principale est de déposer, de concentrer et d'excréter la bile.

Se formant dans le foie, la bile passe par le foie dans les canaux de la vésicule biliaire. Étant présent, en raison de la capacité d'absorption de l'eau, le substrat est concentré. Au cours du processus de digestion, 7 à 10 minutes après le début d'un repas, la libération de la bile le long du cholédoque dans le duodénum commence sous l'influence de divers mécanismes de régulation. En se mélangeant aux sucs pancréatiques et intestinaux, il commence à remplir son objectif physiologique.

Les principales fonctions de la bile sont les suivantes:

  • participation à la digestion des graisses;
  • action bactéricide;
  • stimulation de la production d'hormone digestive - cholécystokinine;
  • participation à l'absorption des vitamines A, E, K et D;
  • élimination de la bilirubine et du cholestérol;
  • activation des enzymes nécessaires à la digestion des protéines;
  • stimulation de la motilité intestinale - péristaltisme.

Sans la vésicule biliaire, la bile commence à pénétrer dans le tube digestif sous une forme diluée. Il se forme constamment dans les cellules du foie et circule dans les canaux, créant ainsi une pression élevée. Sous l'influence de réactions réflexes, le sphincter restant d'Oddi s'ouvre et la bile est constamment déversée dans la lumière du duodénum.

Violations pouvant survenir pendant la première fois après la chirurgie:

  • ballonnements (intestins gonflés de gaz);
  • dysbactériose (la flore pathogène commence à être activée);
  • troubles des selles;
  • douleur abdominale;
  • inconfort, sensation de lourdeur, débordement dans l'estomac;
  • l'apparition d'une pancréatite, d'une duodénite (inflammation causée par des lésions du duodénum);
  • invasions helminthiques.

L'amertume dans la bouche, les brûlures d'estomac après l'ablation de la vésicule biliaire sont dues au reflux de la bile dans l'estomac et à l'œsophage (reflux), dû à des troubles de la motilité et de la régulation. Cela provoque une défaillance dans le travail bien coordonné du tube digestif. En conséquence, l’estomac peut faire mal à l’épigastre, l’inconfort se propage le long de l’intestin.

Premiers effets de la chirurgie

Des complications après une cholécystectomie peuvent survenir au début de la période postopératoire. Ce sont des conditions douloureuses qui se développent dans les premières heures et les premiers jours après la chirurgie:

  • péritonite - inflammation du péritoine recouvrant les organes digestifs;
  • cholangite - dommages aux voies biliaires;
  • abcès - accumulation de pus dans la cavité;
  • saignements;
  • lésions aux organes voisins (duodénum, ​​vaisseaux);
  • infiltration - imprégnation de tissus avec un liquide inflammatoire;
  • processus purulents dans le domaine des sutures et des drains;
  • jaunisse obstructive due à un écoulement biliaire altéré;
  • fistule non formée.

Presque toutes les complications précoces sont dues au fait que la microflore pathogène tombe dans le champ opératoire. L'infection peut se propager à la fois par des instruments médicaux et par des foyers chroniques non soignés. Le symptôme principal est une augmentation de la température due à une inflammation.

Complications possibles associées à l'opération, mais pas à l'ablation de la vésicule biliaire.

Cela peut être une réaction grave aux anesthésiques, à une thromboembolie, au développement d'une pneumonie, à une obstruction intestinale atonique, en raison de l'introduction de fonds pour l'anesthésie.

Complications tardives

Les affections provoquées par une cholécystectomie, qui se manifeste par des troubles dyspeptiques et des troubles digestifs, peuvent disparaître en quelques semaines, sous réserve des recommandations. Mais certaines complications tardives apparaissant après une longue période peuvent nécessiter un traitement sérieux et une intervention chirurgicale répétée.

Les conséquences survenant dans la période éloignée après une intervention chirurgicale visant à retirer la vésicule biliaire peuvent être les suivantes:

  • fistules externes et internes formées;
  • la cholédocholithiase;
  • sténoses cicatricielles;
  • hernie;
  • maladie adhésive;
  • cholangite chronique;
  • insuffisance hépatique;
  • la formation de calculs dans le long segment (résidu) de la vésicule biliaire;
  • pancréatite chronique et pancréatonécrose.

Avec le développement d'effets tardifs, l'hypochondre droit commence à se faire mal, des coliques, des symptômes dyspeptiques, des vomissements de bile, une flatulence accrue, des anomalies de l'estomac et des intestins peuvent se produire et la température corporelle peut devenir nausée. Les maladies émergentes (insuffisance hépatique, nécrose pancréatique) nécessitant des soins d'urgence nécessitent des soins d'urgence.

Une mauvaise absorption des graisses et des protéines entraîne des perturbations des processus métaboliques avec le développement de l'obésité. L'apparition de calculs dans les voies biliaires peut être due à leur re-formation ou à un test peropératoire insuffisant des voies biliaires par le chirurgien.

Principes d'une bonne nutrition

Afin de vous débarrasser rapidement des symptômes désagréables causés par l’absence de vésicule biliaire après une chirurgie, vous devez adhérer aux principes d’une nutrition adéquate.

Les aliments doivent être économiquement et thermiquement économes. Ne mangez pas d'aliments trop chauds ou trop froids, y compris de la crème glacée. Les plats de viande se cuisinent mieux sous forme de boulettes de viande, d'aneth, de boulettes de viande et de soufflés. La volaille et le poisson peuvent être consommés après avoir retiré la peau.

  • éliminer gras, frit, fumé et mariné;
  • remplacer la graisse animale par de l'huile végétale;
  • limiter l'utilisation de poisson gras;
  • réduire le régime alimentaire ou éliminer complètement le nombre de plats de champignons et de légumineuses;
  • limiter fortement les graines et les noix;
  • les légumes utilisent de préférence les betteraves, les carottes, les courgettes, le chou-fleur, les pommes de terre;
  • les oignons, les épices, l'ail, l'oseille, les épinards, le rutabaga, les radis, le chou sont interdits;
  • l'alcool, les boissons gazeuses et le café sont strictement interdits;
  • parmi les fruits, les pommes, les soufflés, les mousses et la gelée cuits au four, sont les plus utilisés;
  • les confiseries, les crèmes et les produits contenant du cacao sont limités.

Le point important est l’établissement d’un régime de consommation optimal. Ils recommandent une consommation de liquide d’au moins 1,5 litre par jour. Pour la préparation de boissons peut être utilisé plante médicinale.

Pour le nettoyage du corps, vous pouvez utiliser les jours de régime à jeun en consultation avec votre médecin.

Le corps de chaque personne réagit différemment à l'absence de la vésicule biliaire, qui a été enlevée par chirurgie. Dans certains cas, la période postopératoire se déroule sans à-coups et le système digestif s'adapte rapidement aux nouvelles conditions. D'autres peuvent avoir des complications associées à l'opération elle-même consistant à retirer la vésicule biliaire, ainsi qu'à des caractéristiques individuelles.

Conséquences après le retrait de la vésicule biliaire

Après la cholécystectomie et la dilatation, ce qui permet de retirer complètement la vésicule biliaire, le patient aura besoin de 1 à 2 mois pour récupérer, en l'absence de complications. Après le retrait de la vésicule biliaire, vous devriez mener un certain mode de vie, changer de comportement, en suivant les exigences du médecin. Habituellement nommé diététique spéciale et physiothérapie. Après la chirurgie, se développent le syndrome PES, la douleur, les brûlures d'estomac et la diarrhée. Toutes les maladies chroniques (gastrite, ulcères, colite, pancréatite, entérite, ostéochondrose, etc.) sont exacerbées. Afin d'améliorer la fonction digestive et d'accélérer l'adaptation de l'activité gastro-intestinale dans ces conditions, sans vésicule biliaire, une certaine liste de médicaments est prescrite, des recommandations générales sont données.

Le retrait de la vésicule biliaire entraîne des modifications du corps humain dont il faut traiter et arrêter les manifestations.

Après cholécystectomie

Après l'opération réussie du patient, les premières heures de réanimation et de soins infirmiers ont été mises en place avec un suivi de son état et des effets de l'anesthésie générale. Pourquoi le patient est-il gardé dans la chambre Renia pendant plusieurs jours? Cela est nécessaire s’il ya des conséquences indésirables après le retrait de la vésicule biliaire.

Pendant 4 heures passées en soins intensifs, il est interdit de se lever et de boire. Après avoir commencé à donner quelques gorgées d’eau toutes les 20 minutes, sans dépasser la norme de 500 ml par jour.

À la fin de la journée, il est permis de se lever si l’intervention chirurgicale a été pratiquée le matin selon la méthode laparoscopique, c’est-à-dire une petite perforation de l’abdomen. Mais vous devez vous lever du lit avec soin, car une faiblesse, des nausées et des vertiges peuvent survenir. La fistulographie est nécessaire pour identifier les fistules.

Le deuxième jour à l'hôpital, après le retrait de la vésicule biliaire, les aliments diététiques sous forme de soupes, de flocons d'avoine muqueux, de kéfir avec une quantité habituelle de liquide de boisson sont autorisés. Le tableau se développera progressivement, à l'exception des aliments gras, malsains et riches en calories, du café, des sodas et de l'alcool.

S'il n'y a pas de complications après la technique laparoscopique, le patient sortira le troisième jour. Elle peut durer plus longtemps si la plaie suinte avec l’apparition d’un liquide sanguinolent sanguinolent ou pourpre foncé au niveau de l’incision ou si une bosse douloureuse apparaît (joint dans la zone du trou de drainage). S'il n'y a qu'une rougeur de la peau autour de la plaie, le patient est évacué.

Mais une personne doit connaître toutes les conséquences de l'ablation de la vésicule biliaire. Ils sont associés à une défaillance de la régulation de l'excrétion des acides biliaires, à des modifications des processus biochimiques dans le tractus gastro-intestinal, ce qui entraîne des conséquences telles que:

La cholécystectomie de la vésicule biliaire est suivie du syndrome post-cholécystectomie.

  • déficience motrice du tissu musculaire de l'intestin duodénal;
  • dilution de la bile;
  • expansion du canal biliaire principal;
  • fonction de protection réduite contre les agents pathogènes;
  • déséquilibre de la microflore;
  • sérome, quand il y a accumulation de liquide dans le lit de la vésicule biliaire avec sa lente absorption.
  • développement de flatulences, diarrhée;
  • éructations régulières et amertume dans la bouche;
  • l'apparition de douleur;
  • dysfonctionnement moteur des masses alimentaires;
  • échec de l'aspiration secondaire de la bile;
  • troubles de la fonction digestive globale.

Cette affection s'appelle le syndrome postcholécystectomie, qui est plus prononcé si l'opération était abdominale. Cela est dû au fait que la composition du liquide biliaire ne change pas, puisque seule la cause de la maladie est éliminée (par exemple, le retrait de l'organe avec des calculs biliaires chez les patients atteints de diabète sucré). Le fluide toxique continue à affecter négativement la membrane muqueuse du tractus gastro-intestinal, bien qu'il s'accumule dans la lumière du cholédoque. Mais si le cholédoque échoue, des symptômes désagréables du sérome apparaissent, tels que douleur, diarrhée, brûlures d'estomac.

La douleur abdominale après une cholécystectomie est une conséquence fréquente. Son apparition n'est pas toujours associée à des complications ou à d'autres problèmes. La douleur survient en raison de la nature de la procédure chirurgicale.

  1. Localisation - à la place de l'hypochondre droit, où se trouvait l'organe éloigné et où se trouve une cicatrice, avec retour possible dans la zone sous-clavière.
  2. L'intensité est différente selon le seuil de sensibilité du patient.
  3. Combien de temps cela prend-il? Plusieurs heures et plusieurs jours après la chirurgie, selon le type de technique chirurgicale utilisée par le médecin et la capacité des tissus corporels à régénérer la cicatrice.
  4. Causes:
  • trait de coupe (abdominal, laparoscopique);
  • les effets du dioxyde de carbone dans le péritoine lors du déplacement d'organes lors de la chirurgie pour améliorer la visibilité.

Douleur après la ponction laparoscopique:

  1. Localisation - dans le domaine de l'épigastre (dans l'estomac).
  2. Caractère - douloureux, terne, surgit constamment et aggravé par la toux et la respiration profonde.
  3. Les facteurs provocants sont la restructuration complète du corps et son adaptation au travail sans vésicule biliaire.
  4. Combien de temps cela prend-il? 1 mois Le pansement réduira l'inconfort musculaire.

Si le patient a la nausée, il y a une forte douleur dans la région du nombril, accompagnée de vomissements, de fièvre, de frissons avec une sueur froide - c'est un signal alarmant qui nécessite un traitement urgent chez le médecin. Une péritonite biliaire ou un ictère peuvent se développer. Ces symptômes persistants, leur localisation, leur urine foncée, indiquent le développement de complications graves, vous devez donc vous faire tester et consulter un médecin.

Maladie du côté droit chez les patientes sans la vésicule biliaire peut en raison de la menstruation. Habituellement, la douleur est paroxystique et survient avant la menstruation. Un syndrome douloureux de longue durée et d'intensité élevée parle de pathologie, si les règles n'ont pas commencé à l'heure.

Spasmes douloureux à la vessie prélevée:

  1. Localisation - en haut de l'abdomen, côté droit avec recul dans le dos, hypochondre gauche et droit. Moins souvent, le nombril fait mal. Renforce avec la toux, les mouvements brusques.
  2. Caractère - colique, apparaissant constamment la nuit après avoir mangé. Dans ce cas, des nausées, des vomissements et une toux cardiaque peuvent survenir.
  3. Combien de temps dure un spasme? Jusqu'à 20 minutes. La durée totale est de 90 jours pour éliminer la cause fondamentale.
Après une cholécystectomie de la vésicule biliaire, une personne est sujette à des douleurs résultant d'une restructuration du corps.

Un syndrome douloureux par brûlure dans l'épigastre et derrière le sternum provoque des rejets de contenu intestinal dans l'estomac ou une fuite de bile. Si le réflexe est répété fréquemment, une œsophagite par reflux se développe, le patient devient nauséeux et vomit. Provoquer un refus est capable d'utiliser un produit nocif ou un liquide.

Pourquoi le syndrome de douleur pathologique survient-il? Les facteurs provocants sont les suivants:

  • exacerbation de maladies chroniques ou de maladies aiguës (pancréatite, colite, ulcères, hépatite, gastrite, duodénite, ostéochondrose);
  • la péritonite;
  • défaite des voies biliaires.

Qu'est-ce qui a provoqué la hausse de la température et d'autres symptômes? La situation et l'analyse peuvent être clarifiées par la fistulographie.

La diarrhée

Toute intervention chirurgicale dans la cavité abdominale est accompagnée d'un dysfonctionnement du système digestif et de difficultés intestinales, en particulier si elle est associée à l'ablation de la vésicule biliaire - l'un des organes du tractus gastro-intestinal, après quoi une hypersécrétion biliaire se développe.

Immédiatement après la chirurgie, la plupart des patients peuvent se plaindre d’augmentation des gaz, de flatulences, de ballonnements et de diarrhée. 20 patients sur 100 développent des troubles intestinaux avec une diarrhée sanguine, la température augmente. Dans l’ensemble, l’inconfort est éliminé avec la normalisation de la thérapie par le régime et des médicaments pris. Mais parfois, la diarrhée après le retrait de la vésicule biliaire dure pendant des années. Dans ce cas, la cholécystectomie et la dilatation sont compliquées par une maladie telle que la diarrhée holographique.

La nature des troubles intestinaux hologennogo:

  • selles molles;
  • une masse de teinte jaune pâle ou verdâtre due à la pénétration de la bile;
  • douleurs sourdes accompagnantes dans l'abdomen droit et la région iliaque;
  • cours chronique sans progrès tangible.

Une diarrhée persistante et des selles non formées peuvent entraîner une déshydratation et un jaunisse. Le patient peut vomir. Afin de surmonter l'inconfort, un traitement médicamenteux avec des enzymes à forte consommation d'alcool et un menu anti-diarrhée strict est requis.

Brûlures d'estomac

Où va habituellement la bile? Dans des conditions normales, après la production dans le foie, il est stocké dans la vessie, où il change de composition, puis est sécrété dans les canaux et le processus duodénal, avec une ingestion de nourriture dans le tractus gastro-intestinal. Cette direction des fuites biliaires est nécessaire pour assurer la décomposition adéquate des protéines et des graisses en vue de leur absorption dans le duodénum.

Où va la bile après la chirurgie, quand la bulle est coupée? Après production, il peut s'attarder dans le cholédoc, puis immédiatement dans le processus duodénal sans changer la quantité, la composition, qu'il y ait ou non de la nourriture dans le tractus gastro-intestinal. Une grande quantité de liquide inflammable de composition toxique, qui contient du cholédoch, crée une pression dans les autres canaux, il pénètre immédiatement dans l'intestin, provoquant une irritation de la membrane muqueuse, affaiblissant le sphincter entre le processus et l'estomac. En conséquence, il se produit une décharge inverse du contenu du duodénum 12 (saignements biliaires), ce qui provoque des brûlures d'estomac épigastriques d'intensité variable, en fonction de la puissance du reflux dans l'estomac. À mesure que le problème s'aggrave, les émissions de bile s'intensifient, la pression du liquide dans les canaux augmente, ce qui affaiblit progressivement le sphincter œsophagien inférieur, ce qui entraîne l'apparition d'une brûlure douloureuse dans le thorax. En plus de l'élimination de la bile, il y a des éructations et de l'amertume dans la bouche.

Les brûlures d'estomac après l'ablation de la vésicule biliaire doivent être traitées, car la lithogénicité biliaire augmente progressivement. Une partie importante du cholestérol commence à se former dans le liquide, la quantité d’acides biliaires bénéfiques (importante pour la digestion) et la lécithine diminuent (de sorte que les cellules hépatiques commencent à se régénérer). En raison de l'irritation de la bile, de la cirrhose, un ulcère du tractus gastro-intestinal peut survenir. Une correction de la composition est nécessaire pour que les canaux restants ne forment pas de calculs et ne développent pas de cholédocholithiase.

Traitement postopératoire

Un traitement médicamenteux est nécessaire pour les raisons suivantes:

  • l'aide est importante dans la restauration du tractus gastro-intestinal;
  • l'inconfort est éliminé sous forme de douleurs, brûlures d'estomac, diarrhée;
  • il faut se débarrasser du PSE;
  • il est nécessaire de prévenir le développement de complications et l'exacerbation des pathologies chroniques existantes.

Étant donné que la majorité des patients avec une vessie excisée sont des femmes en âge de procréer, elles doivent être traitées avec beaucoup d'attention, avec une surveillance régulière du bien-être, de manière à ce qu'elles puissent ensuite subir une grossesse et un accouchement.

Des médicaments

La tâche principale de la médothérapie est l’adaptation du tractus gastro-intestinal sans galles. Les médicaments ne sont prescrits que par un gastro-entérologue.

Dans la période postopératoire sont affectés:

  • médicaments cholérétiques ("Hofitol");
  • enzymes («Créon», «Festal») - avec leur aide, le fonctionnement normal de la fonction digestive du tractus gastro-intestinal est assuré;
  • probiotiques, avec lesquels la microflore intestinale se rétablira plus rapidement.
  • vitamines.

Lorsqu'un certain symptôme, indiquant un changement spécifique, est nommé:

La prise de médicaments, après le retrait de la vésicule biliaire, vise à corriger le fonctionnement du tractus gastro-intestinal dans de nouvelles conditions.

  • “Lyobil”, “Allohol”, “Holenzyme” - avec insuffisance biliaire;
  • "Duspatalin" - avec spasme.
  • Osalmid, Tsiklovalon, contenant des composants de la bile pour la correction de leur composition et la stimulation de la production de la bile.
  • Essential stimule le foie et sa fonction.
  • "Odeston" pour restaurer le corps.
  • Antibiotiques - lorsqu’une inflammation est détectée et 3 jours après le retrait de la bulle, afin de prévenir la contamination bactérienne de la plaie et des viscères. Introduit par le drainage (dans ce cas, le drainage est effectué au plus tôt le 12e jour).
  • Analgésiques ou antispasmodiques ("Drotavérine", "No-shpa", "Duspatalin" "Buscopan") pour arrêter le syndrome douloureux.

Afin de prévenir les complications après le retrait de la vésicule biliaire et afin que la manifestation symptomatique résiduelle de PHES disparaisse, il est recommandé de poursuivre la médothérapie à domicile. Pour ce faire, les médicaments prescrits contenant de l'acide ursodésoxycholique. Ils réduisent le risque de cholédocholithiase (formation de sable biliaire et de cailloux dans les canaux). Le plus souvent, «Ursofalk» est nécessaire pendant six mois, un an ou deux. Un schéma thérapeutique avec de l'eau minérale alcaline sans gaz est utilisé, qui doit être bu pendant un cours mensuel, faire une pause et être traité à nouveau.

Régime alimentaire, recommandations de produits

Les principes de base du régime alimentaire indiquent comment manger:

  1. Fractional, repas fréquents - 6-7 fois par jour.
  2. Petites portions
  3. Intervalles égaux entre les repas.
  4. Buvez beaucoup d'eau. L'eau est consommée dans l'intervalle entre les repas et un verre le matin, l'estomac vide, sans se lever du lit.
  5. Marche facile après les repas. Cela contribue à l'accélération de l'excrétion de la bile avec la prévention de la stagnation. Il est interdit de s'allonger après un repas.


Une personne sans vésicule biliaire devrait manger les aliments les plus broyés sans les faire rôtir.

  1. repas chauds (22-36 ° C);
  2. consistance clairsemée et semi-liquide;
  3. plats neutres, pas ennuyeux à goûter;
  4. table diététique;
  5. traitement thermique - cuisson à la vapeur ou à l'eau bouillante, cuisson au four.

Produits recommandés pour vivre normalement:

  • pain d'hier à base de farine de blé, biscuits à la gaufrette;
  • céréales bien bouillies (sarrasin, flocons d'avoine);
  • variétés de viande, poisson, volaille faibles en gras;
  • des soupes sur des bouillons de légumes;
  • omelette protéinée (le jaune est interdit);
  • produits laitiers et produits laitiers (le lait entier est interdit), crème sure faible en gras;
  • petites quantités de graisses animales et végétales;
  • tous les types de légumes - frais, bouillis, cuits au four (en particulier citrouille, carottes);
  • baies et fruits sucrés;
  • miel, mélasse, marmelade naturelle avec agar-agar, confiture, confiture;
  • bouillon hanches, herbes;
  • jus sucrés, compote de fruits secs.
Retour à la table des matières

Période de rééducation

Les bases de la rééducation et des soins infirmiers vous permettant de vivre normalement:

Après le retrait de la vésicule biliaire, de fortes contre-indications physiques sont contre-indiquées pour la personne et un régime thérapeutique doit être observé.

  • correction du comportement, des habitudes, de la nutrition;
  • prendre des médicaments;
  • un cours de physiothérapie à l'ozone;
  • gymnastique spéciale.

La durée de la période varie de 6 mois à un an. Les 7 premiers jours après le retrait de la cloque, les patients sont placés sous la surveillance d'un médecin de l'hôpital, qui respecte un menu de régime strict et qui boit. Après le congé, le régime alimentaire se développe progressivement et il est permis de boire de l'eau en une quantité allant jusqu'à 1,5 litre au cours de la journée. L'alimentation et le régime doivent être maintenus non seulement pendant toute la durée de la rééducation, mais aussi pendant toute la vie, car le bien-être humain en dépend.

Six mois après la cholécystectomie, un effort physique intense n'est pas autorisé, il est impossible de soulever du poids, en particulier avec un surpoids, qui a provoqué le diabète. Cela réduira les risques de hernie et d'adhérences. Afin de soutenir les muscles abdominaux affaiblis et d'empêcher l'éclatement de la suture, un pansement postopératoire est autorisé. Porter un pansement devrait être le jour et la nuit - retirez-le. Une série d'exercices spéciaux sont autorisés et nécessaires pour une exécution quotidienne pendant la période de rééducation. Retirez le pansement avant de charger.

Gymnastique

Après 30 à 60 jours (à condition que les sutures soient bien cicatrisées), un exercice physique léger est autorisé. Commencer un cours de thérapie d'exercice devrait être avec des promenades quotidiennes pendant 40 minutes, qui contribuent à l'enrichissement du tissu musculaire, des organes internes de l'oxygène, améliorent la bile. Une telle mesure est un bon moyen de prévenir la formation de calculs (cholédocholithiase) dans les voies biliaires restantes avec hernie, adhérences, cônes de tissus approximativement ourlés.

Il est nécessaire de faire des exercices du matin avec une liste spécifique d'exercices choisis par le médecin traitant. Permis de pratiquer le yoga, la natation, le ski facile. Les restrictions concernent les sports intenses: vous ne pouvez pas soulever, porter de poids, bouger brusquement, pour ne pas former de hernie, d'adhérences, de bosses, ne pas éclater les coutures.

60 jours après l'opération, il est permis de faire des exercices qui excluent la charge sur la pression abdominale. Après 6 mois, le complexe est reconstitué avec des éléments légers sur les abdominaux.

Avant de recharger, il est important de vous échauffer sous forme de marche de 15 minutes à une allure tranquille. Les exercices doivent être effectués de la manière suivante:

  1. Devenez droit et écartez vos jambes de la largeur des épaules:
  • tourne le corps à droite / gauche avec une main;
  • retrait des coudes de la position des mains sur la ceinture.
  1. Allongez-vous sur le dos avec les jambes tendues:
  • tour à tour plier lentement la jambe au niveau du genou et se redresser, sans que le talon ne se sépare du sol;
  • amener la jambe pliée à l'estomac;
  • alterner les jambes droites sur le côté.
  1. Allongez-vous sur le côté en gonflant / tirant sur l'abdomen lors de l'inspiration / expiration, respectivement.
Retour à la table des matières

Vésicule biliaire à distance et nutrition supplémentaire

Le tableau recommandé pour la nutrition du patient après sa rééducation est le régime d'épargne n ° 5. La nourriture est utilisée de manière fractionnée, sous forme essuyée et broyée. Le menu est rempli avec des omelettes à la vapeur à part entière, des céréales (riz, orge, millet), des fromages à pâte dure, une cuisson du jour, un bouillon avec des herbes (en l'absence d'allergie).

  • variétés grasses de poisson, viande;
  • pois, chou blanc et chou rouge, haricots;
  • cuisson fraîche;
  • chocolat, crème glacée, gâteaux;
  • épices, poivre;
  • l'alcool sous n'importe quelle forme.
Retour à la table des matières

Conséquences et complications

Les patients sans incapacité de la vésicule biliaire ne sont pas donnés. L'invalidité est nécessaire en cas de complications entraînant une perte de qualité de la capacité de travail.

Les femmes qui planifient une grossesse sont observées à la clinique prénatale. Pour la prophylaxie, ils doivent boire les médicaments cholérétiques Flamin, Holagogum, Hofitol, les préparations enzymatiques (Festal), et effectuer des dos aveugles au sorbitol ou au xylitol. Après cela, la grossesse est autorisée. S'il n'y a pas d'amélioration, ne recommandez pas de devenir enceinte.

Les patients ne sont pas autorisés à effectuer une IRM, malgré le fait qu'il existe des brackets en métal. L'IRM ne peut pas affecter leur quart de travail.

Le résultat dépend du bien-être général du patient, du respect des règles de conduite établies par le médecin, de la sévérité du traitement.

La vie après le retrait de la vésicule biliaire peut être pleine?

Chez une personne qui a subi une cholécystectomie, la vie est divisée en deux étapes. Le premier fait référence à la période préopératoire, le second après. L’opération n’est pas prescrite de toutes pièces. La phase finale de la première période de la vie consistait en un certain type de souffrance physique et psychologique associée à une douleur récurrente, des visites régulières chez le médecin traitant, des doutes et des inquiétudes quant à la prochaine intervention chirurgicale. La période postopératoire commence par le fait que «tout est déjà en retard», et il y a ensuite une période de rééducation remplie d'incertitudes. Cependant, la vie après le retrait de la vésicule biliaire se poursuit. La tâche principale au stade actuel de préoccupation pour le patient est la question des changements dans le processus de digestion.

Retrait de la vésicule biliaire. Syndrome postopératoire

Chirurgie pour enlever la vésicule biliaire

La vésicule biliaire, en tant qu'organe, est dotée de certaines fonctions. Dans celui-ci, comme dans le réservoir, la bile s'accumule et se concentre. Il tend à maintenir une pression optimale dans les voies biliaires. Mais avec le diagnostic de cholécystite calculeuse, ou cholélithiase, les fonctions de la vésicule biliaire sont déjà limitées et il ne participe pratiquement pas au processus de digestion.

Tout au long de la maladie, le corps lui-même retire la vésicule biliaire des processus de digestion. Utilisant des mécanismes compensatoires, il s’adapte parfaitement aux nouvelles conditions dans lesquelles la fonction de la vésicule biliaire est déjà désactivée. La fonction d'excrétion de la bile est imposée à d'autres organes. Par conséquent, la suppression du cycle de vie d’un organe déjà retiré ne porte pas un coup grave au corps, car l’adaptation a déjà eu lieu. Au cours de l'opération, l'organe qui propage l'infection et génère le processus inflammatoire de la lésion est éliminé. Dans ce cas, seul le soulagement peut venir pour le patient.

La prise de décision rapide du patient au sujet de l'opération à venir contribue largement au succès de l'intervention chirurgicale et à la courte période de rééducation. En prenant ses décisions en temps voulu, le patient se protège des complications pouvant survenir à la suite du retard de la chirurgie, ce qui jette un doute sur l’état satisfaisant du patient pendant la période postopératoire.

Au moment de quitter l'hôpital, l'ancien patient, et maintenant la personne en rééducation, est protégée des visites incessantes dans les salles de manipulation et des soins constants du médecin traitant. Le son duodénal et le duou sont restés dans la vie qui était avant l'opération.

Cependant, il existe des exceptions lorsque le patient pendant une longue période n’accepte pas d’effectuer une intervention chirurgicale, ce qui permet à la maladie d’affecter le corps pendant longtemps. Le processus inflammatoire qui se propage à partir des parois de la vésicule biliaire peut affecter les organes voisins, entraînant des complications pouvant donner lieu à des comorbidités. En règle générale, les problèmes de cholécystite calculeuse se manifestent par des ulcères gastriques et duodénaux, une inflammation de la tête du pancréas, une gastrite ou une colite.

Les patients présentant des complications, après une intervention chirurgicale pour enlever la vésicule biliaire, ont besoin d'un traitement supplémentaire après leur sortie de l'hôpital. La nature du traitement et la durée des procédures prescrites par le principal médecin traitant. Le processus de nutrition constitue le principal problème auquel sont confrontés à la fois le groupe de patients opérés sans signes évidents de complications et les patients présentant des complications. Le régime alimentaire dans la période postopératoire n'est pas strict, mais il exclut les graisses animales difficiles à digérer par l'organisme:

  • saindoux de porc
  • agneau rôti
  • poitrine

Si un régime strict est observé pendant la période préopératoire, les patients sont autorisés à introduire progressivement de nouveaux aliments, à l'exception des conserves épicées, du thé fort, du café et de l'alcool sont strictement interdits.

Occurrence de rechute

Pierre vésicule biliaire

L'intervention chirurgicale n'affecte pas la composition de la bile produite par le corps. La production d'hépatocytes par la bile formant des calculs peut continuer. Un tel phénomène en médecine s'appelle «échec biliaire». Elle consiste à violer les normes physiologiques en augmentant la quantité de bile produite par le corps et en augmentant la pression dans les voies biliaires. Sous l'effet d'une pression excessive, un liquide toxique modifie la structure des muqueuses de l'estomac et des intestins.

Avec un pronostic négatif jusqu'à la formation d'une tumeur pauvre. Par conséquent, la tâche principale dans la période postopératoire est une étude biochimique de la composition de la bile, menée à intervalles réguliers. En règle générale, procéder à un examen duodénal du duodénum. Il ne peut pas être remplacé par une échographie, car cette dernière est incapable de produire le résultat correspondant.

Un indicateur frappant de la survenue d'une rechute ou d'une formation de calculs secondaires est le placement dans le réfrigérateur de 5 ml sélectionnés pour l'analyse du liquide pendant une période de 12 heures. Si la précipitation se produit dans un liquide dans le délai imparti, la bile est capable de former de nouvelles pierres. Dans ce cas, prescrire un traitement médicamenteux avec des médicaments contenant des acides biliaires et de la bile, comme stimulants de la production de bile:

  1. les frères
  2. cholesenim
  3. allahol
  4. cyclovalon
  5. Osalmide

Tous sont utilisés comme traitement de remplacement de l'insuffisance biliaire après le retrait de la vésicule biliaire. L'acide ursodésoxycholique est une affectation obligatoire dans de tels cas. Il ne provoque pas d'intoxication et est inoffensif pour les membranes muqueuses de l'intestin et de l'estomac. Il est pris, selon le rendez-vous, de 250 à 500 mg, une fois par jour, de préférence la nuit. Préparations contenant de l'acide ursodésoxycholique:

Les pierres peuvent être reformées, mais pas dans la vésicule biliaire, mais dans les voies biliaires. L’exclusion du régime alimentaire des aliments contenant de grandes quantités de cholestérol peut constituer un facteur de réduction des rechutes:

  1. plats frits et épicés
  2. bouillons concentrés
  3. jaunes d'œufs
  4. les cerveaux
  5. poisson gras et viande
  6. alcool
  7. la bière

Tous les produits ci-dessus ont une complication significative pour le pancréas et le foie.

Alimentation diététique dans la période postopératoire

Une bonne nutrition - la garantie de la santé après une cholécectomie

La nutrition pendant la période de rééducation après le retrait de la vésicule biliaire fait l'objet d'une attention particulière. Le point principal est sa régularité. Le volume de nourriture devrait être petit et la fréquence de consommation de nourriture devrait être de 4 à 6 fois par jour. La nourriture, en tant que stimulateur du processus de formation de la bile, est dans ce cas un irritant pour les organes digestifs, empêchant ainsi la stagnation de la bile. En tant que stimulus naturel, les aliments contribuent non seulement à la formation, mais également à l'élimination de la bile des voies biliaires dans l'intestin.

Le produit le plus puissant qui favorise le forçage de la bile est l'huile d'olive. En général, toutes les graisses végétales ont un fort effet cholérétique. Pour les patients qui ont tendance à faire de l'embonpoint, il est souhaitable de limiter ou de minimiser l'utilisation d'aliments contenant beaucoup de glucides:

  • sucre
  • pomme de terre
  • le pain
  • pâtisserie et pâtes
  • muffin

Les patients subissant une intervention chirurgicale pour prélever la vésicule biliaire ne sont pas recommandés en sanatorium, à l'exception des patients présentant une cholécystite compliquée ou d'autres maladies concomitantes. En fonction de la gravité de la chirurgie, il est déconseillé aux patients de faire de gros efforts physiques ou de travailler physiquement, ce qui provoque une tension des abdominaux pendant 6 à 12 mois après la chirurgie. Un effort physique intense peut initier la formation d'une hernie postopératoire. Plein, et particulièrement les patients obèses, il est recommandé pendant cette période de porter un bandage.

Une grande importance après la sortie du patient de l'hôpital, les experts médicaux attachent de l'importance à la thérapie physique. Des exercices spécialement conçus stimulent les organes abdominaux pour la formation et l'abduction de la bile. Un tel «massage» à l'aide d'exercices physiques permet d'accélérer le processus de restauration des fonctions des tissus endommagés de la région abdominale.

Effets possibles de la chirurgie

En règle générale, chez les patients dans la vie après le retrait de la vésicule biliaire, il n'y a pas de conséquences négatives. C'est idéalement, et dans le monde réel, une personne qui a subi une opération est sujette à tout un ensemble de symptômes, en particulier psychologiques, appelés «syndrome de postcholécystectomie».
Les sensations qui se sont accumulées au cours des années de la maladie ne laissent pas le patient partir, même après un fait aussi accompli qu’une opération visant à retirer la vésicule biliaire. Cependant, l'ancien patient est tourmenté par la sécheresse et une sensation d'amertume dans la bouche, une douleur dans l'hypochondre droit et un type de nourriture grasse qui provoque l'intolérance et les nausées.

Tous ces symptômes sont liés à l'état psychologique du patient et ont peu à voir avec les processus internes qui se déroulent à l'intérieur du patient, comme une dent malade qui a déjà été enlevée, mais qui continue à donner une sensation douloureuse. Mais si ces symptômes persistent pendant longtemps et que l'opération n'a pas été réalisée à temps, les causes peuvent être cachées lors du développement de maladies concomitantes. Les principales raisons ayant des conséquences négatives après le retrait de la vésicule biliaire:

  • Maladies du tube digestif
  • Reflux
  • Changements pathologiques dans les voies biliaires
  • Opération mal effectuée
  • Maladies aggravées du pancréas et du foie
  • Hépatite chronique
  • Dysfonctionnement du sphincter d'Oddi.

Pour prévenir le syndrome postcholécystectomie, un examen approfondi du patient est effectué, tant avant l'opération que pendant la période postopératoire. Une grande importance est attachée à l'état général du patient et à la présence de maladies concomitantes ou chroniques. La présence de pathologies dans le corps du patient peut constituer une contre-indication directe à la chirurgie pour prélever la vésicule biliaire.

Le régime principal dans la période postopératoire

Enlèvement de galle - pas une peine de mort!

La possibilité de certains problèmes nutritionnels liés à l'ablation de la vésicule biliaire peut être résolue par des régimes individuels pour le patient, en évitant les méthodes d'effets médicaux sur le corps. Une telle approche chez le patient peut complètement neutraliser le syndrome postcholécystectomie survenant après la chirurgie.

L'important n'est pas les produits autorisés à être utilisés pendant la période de rééducation après une intervention chirurgicale, mais le mode du processus de nutrition. Les aliments doivent être divisés en petites portions et souvent pris à intervalles réguliers. Si le patient a consommé des aliments 2 à 3 fois par jour avant l'opération, il doit en recevoir 5 à 6 portions par jour. Cette nourriture est appelée fraction et conçue spécifiquement pour les patients de ce profil.

Le régime alimentaire exclut les aliments riches en graisses animales, les aliments frits et épicés. L'accent est mis sur la température des aliments cuits. Pour les patients, il est déconseillé d'utiliser des aliments fortement refroidis ou fortement chauffés. L'utilisation de boissons gazeuses est strictement déconseillée. Ces recommandations sont associées exclusivement à l’absence de vésicule biliaire. Les recommandations spéciales comprennent la consommation fréquente d'eau potable. Avant chaque repas, le patient doit boire un verre d’eau, soit 30 ml par kilogramme de poids corporel. L'eau élimine l'agression des acides biliaires produits par les canaux et constitue la principale source de protection des muqueuses du duodénum et du tractus gastro-intestinal.

De plus, l'eau arrête le passage de la bile, ce qui se produit au premier moment après la chirurgie, lorsque la motilité duodénale peut changer et que la bile peut retourner dans l'estomac. À ce moment-là, le patient peut ressentir des brûlures d'estomac ou de l'amertume dans la bouche. L'eau résiste à ce processus en étant un neutralisant naturel. Les troubles dyspeptiques - flatulences, ballonnements, grondements, constipation, diarrhée, peuvent également être arrêtés en buvant un verre d’eau non gazeuse. Une visite aux piscines, l’eau libre est très utile, car l’eau est une source de massage naturel et doux pour les muscles et les organes internes de la cavité abdominale. Les traitements à l'eau sont indiqués 1 à 1,5 mois après la chirurgie.

En plus de la natation, les promenades sont très utiles pour les patients qui ont subi un retrait de la vésicule biliaire. Une marche quotidienne de 30 à 40 minutes à pied contribue à éliminer la bile du corps et empêche sa stagnation. Également recommandé exercice léger le matin sous la forme de charge. Les exercices abdominaux, qui peuvent être commencés seulement un an après la chirurgie, sont inacceptables.

Produits recommandés

  • Le pain La cuisson d'hier, grossière, grise ou de seigle. Il est déconseillé de manger des muffins, des crêpes, des beignets, des feuilletés.
  • Céréales Sarrasin, bouillie. Les céréales doivent être bien bouillies.
  • Viande, poisson, volaille. Variétés faibles en gras. Le processus de cuisson - bouilli, cuit à la vapeur ou éteint.
  • Le poisson est cuit. L'utilisation de bouillons est exclue. Les soupes sont cuites dans des bouillons de légumes.
  • Épices, épices, assaisonnements, sauces non recommandés.
  • Des oeufs Seulement sous la forme d'omelette protéinée. Le jaune doit être exclu.
  • Produits laitiers et produits laitiers à l'exception du lait entier. Crème sure - pas plus de 15% de matières grasses.
  • La graisse Les graisses utilisées dans les aliments ne doivent pas être d'origine animale.
  • Les légumes. Frais, bouilli ou cuit au four. Citrouille et carottes sont particulièrement préférées. Il n'est pas recommandé de manger des légumineuses, de l'ail, des oignons, des radis, de l'oseille.
  • Baies et fruits. La préférence est donnée aux variétés sucrées. Les canneberges et les pommes de la variété Antonovka ne sont pas recommandées.
  • Bonbons Miel, mélasse, marmelade naturelle sur agar-agar, conserves, confitures. Il est absolument nécessaire d'abandonner les produits à base de cacao, les confiseries, les glaces.
  • Boissons Dans le régime alimentaire ne devrait pas être des boissons gazeuses, chaudes ou froides. Décoction recommandée de rose sauvage, jus de fruits sucrés, compote de fruits secs.

En conclusion, il convient de noter que la prévention de la maladie des calculs biliaires après une intervention chirurgicale destinée à retirer la vésicule biliaire constitue une physiothérapie complète comprenant un traitement à l'ozone. L'ozone, étant un antibiotique naturel, renforce l'immunité, détruit les colonies de bactéries, de virus et de maladies fongiques. L'ozone aide à corriger le fonctionnement des hépatocytes, responsables de la formation de la bile.

À propos de la façon dont les gens vivent après le retrait de la vésicule biliaire, raconte une vidéo thématique:

Suppression de la vésicule biliaire: quelles pourraient en être les conséquences?

La chirurgie pour enlever la vésicule biliaire est une grave interférence avec le système digestif. Après la chirurgie, le patient doit adhérer à certaines recommandations pour prévenir la détérioration de sa santé. Si toutes les règles sont respectées, une personne peut très bien vivre encore plusieurs décennies, mener une vie habituelle, mener des activités quotidiennes. Vous avez retiré la vésicule biliaire et vous voulez savoir quelles en seraient les conséquences? Alors cet article est pour vous.

Suppression de la vésicule biliaire: quelles pourraient en être les conséquences?

Vésicule biliaire: ses fonctions dans le corps

La vésicule biliaire est un petit organe en forme de poire. Il ne dépasse pas 14 cm de longueur (la norme est la longueur de 8 cm à 14 cm), seulement 3 à 5 cm de largeur.

Sa tâche principale est l’accumulation et le stockage de la bile, qui se forme dans les cellules du foie. Il peut contenir jusqu'à 70 centimètres cubes de bile. En étant à cet endroit, la bile acquiert une texture plus épaisse, puis est évacuée par les canaux biliaires dans l'intestin par le sphincter d'Oddi, où elle participe au fractionnement des aliments.

L'emplacement de la vésicule biliaire

Fonction de la vésicule biliaire:

  1. Cumul, ou dépôt. Ici va à toute la bile produite par le foie.
  2. La concentration est réduite à l'épaississement de la bile.
  3. Évacuation. Lorsque la vésicule biliaire se contracte en poussant le contenu, elle pénètre dans le duodénum par les conduits. Dans le même temps, la bile n'est pas émise de façon continue ou à une certaine fréquence, mais uniquement lorsque cela est nécessaire pour séparer les aliments. Si cette fonction est altérée, la bile stagne, s'épaissit excessivement. Au fil du temps, cela conduit à la formation de sable et de cailloux.

La bile est nécessaire à la décomposition des aliments. C'est aussi un antiseptique puissant - désinfecte le contenu de l'intestin, tue la plupart des bactéries pathogènes et les bactéries en excès conditionnellement pathogènes. C'est grâce à elle qu'une personne ne contracte pas d'infection intestinale chaque fois qu'elle mange un produit idéalement frais ou propre.

Dans le duodénum, ​​il crée un environnement alcalin préjudiciable aux larves de la plupart des vers. Si la bile est suffisamment concentrée, les fonctions de la vésicule biliaire ne sont pas altérées - la personne peut éviter l’infection par les vers même si elle est ingérée avec de la nourriture dans l’intestin.

Il est également responsable de la dégradation et de l'absorption des graisses, stimule la motilité intestinale et participe à la formation de liquide intra-articulaire.

Violation de l'écoulement de la bile, sa quantité insuffisante conduit à une indigestion. Ces patients présentent souvent une constipation, une dysbiose intestinale, une violation du processus d'assimilation des graisses.

Si une violation de l'écoulement de la bile développe une inflammation de la vésicule biliaire, un précipité apparaît, qui finit par s'accumuler dans les calculs. Des préparations de cholagogue sont prescrites pour soulager l'inflammation et prévenir la formation de calculs.

Indications pour le retrait de la vésicule biliaire

La cholécystectomie est une opération radicale après laquelle la vie d’une personne change quelque peu. Par conséquent, pour aucune raison, uniquement dans un but préventif, cette opération n'est pas effectuée. Les indications pour la chirurgie sont présentées dans le tableau ci-dessous.

Tableau 1. Indications chirurgicales pour retirer la vésicule biliaire

Est-il possible de se passer de chirurgie?

La maladie de calculs biliaires et d'autres maladies peuvent ne pas être ressenties avant longtemps. Il arrive souvent que des calculs biliaires soient détectés par hasard lors d'un examen de routine. Dans ce cas, la personne ne présente aucun symptôme de la maladie. Dans ce cas, vous ne pouvez pas vous précipiter à l'opération. Mais il est nécessaire d’examiner périodiquement afin de détecter une détérioration dans le temps.

Pierres biliaires

Si la maladie est accompagnée de symptômes désagréables (coliques biliaires, jaunissement de la peau et des muqueuses, troubles de la digestion, douleurs à l'hypochondre droit, nausées et vomissements), il faut procéder à une intervention chirurgicale pour retirer la vésicule biliaire le plus tôt possible. Cela permettra au patient de se débarrasser des manifestations douloureuses de la maladie et d'éviter des complications graves.

Comment se passe la chirurgie?

Le retrait chirurgical est effectué pendant la rémission de la maladie. Dans ce cas, l'intervention du patient est plus facile, le processus de récupération est plus rapide. Mais dans certains cas, lorsque la condition est la vie en danger, ils fonctionnent dans une condition aiguë.

Il y a deux méthodes principales:

  1. La chirurgie laparoscopique est moins invasive, car elle est réalisée au moyen de petites ponctions.
  2. La cholécystectomie ouverte est une opération classique qui consiste en une incision relativement grande dans l'hypochondre droit.

Cholécystectomie laparoscopique (à gauche) et ouverte (à droite)

Cholécystectomie laparoscopique

Après cette opération, le patient reste à la clinique pour une observation postopératoire de seulement 1-2 jours. Le rétablissement complet et le retour au rythme de vie habituel ne prend pas plus de 20 jours. La suture après l'opération est minime, la douleur est faible. Ce sont tous - les avantages indiscutables de cette méthode, grâce à laquelle il est plus facile pour les patients d’accepter un traitement chirurgical. C'est idéal s'il n'y a pas de complications et de contre-indications.

La laparoscopie n'est pas souhaitable si le patient est atteint d'une maladie grave du cœur et des vaisseaux sanguins. Cela est dû au fait qu'au cours de l'opération, du dioxyde de carbone est injecté pour faciliter l'accès au site de l'intervention. Une pression accrue sur le diaphragme, ainsi que sur les veines de la circulation systémique, peut provoquer des complications au niveau du cœur et du système respiratoire.

Vous ne pouvez pas non plus effectuer une laparoscopie dans les cas aigus, en présence de tumeurs, avec une péritonite et une pancréatite aiguë, une calcification de la vésicule biliaire.

Cholécystectomie ouverte

Le déroulement de cette opération a fonctionné pendant des décennies. Bien que la récupération dure plus longtemps, la chirurgie ouverte donne au chirurgien une plus grande marge de manœuvre si des complications ou des pathologies supplémentaires sont découvertes après l'incision. Au moment où cela prend à peu près le même temps que la laparoscopie. Mais avec une tumeur, elle peut être enlevée autant que possible.

En cas d’inflammation du péritoine (péritonite), il est possible pendant l’opération de procéder à un assainissement supplémentaire pour prévenir l’infection sanguine.

Si l'opération se passe sans complications, après 7 jours, les sutures sont retirées et le patient est renvoyé chez lui pendant 12 à 14 jours. Mais au début, il doit limiter l'activité physique. Après seulement 2,5 mois, vous pourrez commencer à faire de la gymnastique légère, ce qui est d'ailleurs nécessaire par la suite pour le fonctionnement normal du système digestif.

Rééducation après le retrait de la vésicule biliaire

La bile est directement impliquée dans le processus digestif et régule la motilité intestinale. En conséquence, après son retrait, ces fonctions doivent être compensées. À cette fin, toute une gamme de méthodes est utilisée: de la prise de médicaments à la gymnastique thérapeutique, ce qui permet de restaurer la motilité intestinale et de ne pas prendre de poids.

Régime alimentaire

Une bonne nutrition est un élément important de la vie du patient après le retrait de la vésicule biliaire. Puisque le système digestif fonctionne maintenant d'une nouvelle manière, vous devez faire encore plus attention à ce qui se passe dans l'estomac.

Il est nécessaire d'éliminer complètement les aliments gras lourds, les aliments frits, l'alcool fort, les aliments sans traitement thermique. Les légumes et les fruits crus ne peuvent être consommés que par ceux qui souffrent de constipation - et ensuite en petites quantités. La majeure partie de l'alimentation devrait être constituée de légumes ayant subi un traitement thermique, de viande maigre.

Recommandations pour la nutrition après une cholécystectomie

Après le retrait de la vésicule biliaire, vous pouvez utiliser:

  • soupes légères dans un bouillon faible en gras;
  • fruits et légumes bouillis, cuits ou au four;
  • viande de poulet faible en gras (filet);
  • soufflé et casseroles (légumes - sans grande quantité de fromage);
  • poisson maigre;
  • côtelettes de vapeur à base de viande maigre ou de poisson;
  • produits laitiers fermentés - parfaitement frais et uniquement si l'organisme le tolère bien;
  • céréales - seulement si elles sont bien cuites;
  • permis une petite quantité de légumes et de beurre.

Vous ne pouvez pas manger d'aliments qui provoquent une production accrue de suc gastrique: citrons et jus de citron, fruits aigres. Aussi contre-indiqué:

  • boissons gazeuses;
  • café et boissons contenant de la caféine;
  • muffins et pâtisseries à la crème;
  • légumes marinés et salés;
  • chou blanc;
  • radis;
  • oseille, épinards;
  • conserves (viande et poisson);
  • noix et graines, spécialement rôties;
  • les légumineuses.

Toute nourriture doit être bien mastiquée. Manger une telle personne devrait être au moins 5 fois par jour, en observant à peu près les mêmes intervalles et en évitant les périodes de famine prolongée. Les portions doivent être petites, car sans la vésicule biliaire, le système digestif est très difficile à digérer. Quelques mois après l'opération, les canaux biliaires se dilatent légèrement, ce qui permet à une plus grande quantité de bile d'entrer dans le duodénum. Mais ce n'est toujours pas un remplacement complet de la vésicule biliaire.

Ne consommez pas exclusivement de la nourriture en purée: vous ralentirez le travail de tout le système digestif et réduirez la motilité intestinale.

Un régime alimentaire particulièrement strict devrait être pris dans les 2 premiers mois après la chirurgie. Même les viandes maigres, les fruits et les légumes crus ne sont pas autorisés pour le moment: il ne s'agit que des aliments légers ayant subi un traitement thermique complet.

Si, après un repas, vous ressentez des douleurs, des nausées, des vomissements, de la fièvre, consultez votre médecin. Il est également important de se rappeler après quels produits une telle réaction s'est produite.

Point important: l'alimentation après le retrait de la vésicule biliaire n'est pas un phénomène temporaire. S'en tenir à son patient est nécessaire jusqu'à la fin de la vie, pour prévenir d'autres maladies graves du système digestif.

Prise de médicaments

Après le retrait de la vésicule biliaire, il est important que le flux de bile des conduits hépatiques soit opportun. En cas de stagnation, une inflammation du foie peut se développer. Et si l'opération a été précédée par une maladie des calculs biliaires et que la bile du patient est épaisse, de nouvelles pierres peuvent se former dans les conduits hépatiques.

Une forte libération d'une grande quantité de bile ou son entrée constante dans l'intestin vide entraîne la formation d'une duodénite (inflammation du duodénum), d'un ulcère peptique du duodénum et de l'intestin.

Pour réduire le risque de complications et normaliser le système digestif, on prescrit aux patients, après une chirurgie, des médicaments cholérétiques et autres.

Médicaments utilisés après une cholécystectomie:

  1. Les enzymes Habituellement, lorsque la nourriture pénètre dans le corps, la bile est sécrétée, ce qui stimule la production d'enzymes digestives pancréatiques. Chez les personnes dont la vésicule biliaire a été retirée, ce processus est perturbé et il manque souvent les enzymes nécessaires à la dégradation des protéines, des glucides et des graisses. L'apport supplémentaire de Mezim, Créon ou Festala vous permet de rétablir l'équilibre des enzymes, de normaliser la digestion. En particulier, leur réception est nécessaire au début, pendant que le corps s'habitue à vivre sans la vésicule biliaire et que la personne détermine elle-même la quantité de nourriture pouvant être consommée en même temps sans conséquences désagréables.

Les patients subissant une cholécystectomie sont représentés en prenant des enzymes.

Les antispasmodiques intestinaux aident à réduire les flatulences et les crampes.

Ursofalk - un médicament du groupe des hépatoprotecteurs

Il est important de se rappeler que plus le patient suit les recommandations alimentaires avec soin, moins il a besoin de médicaments auxiliaires.

Gymnastique

Des exercices thérapeutiques spéciaux aideront à normaliser le flux de bile des conduits hépatiques, afin de stimuler le péristaltisme intestinal. Les principaux exercices visent à renforcer la paroi abdominale antérieure.

Beaucoup de patients peuvent faire les exercices à la maison. Mais si une personne a un excès de poids important, en particulier l'obésité abdominale, il est préférable de travailler dans un groupe spécial sous la supervision d'un instructeur médical.

Dans les premiers jours après la chirurgie, le repos au lit doit être respecté, ce qui signifie que toute activité physique est exclue. Après avoir retiré les points de suture, vous pouvez commencer à effectuer des exercices de respiration. La respiration dite diaphragmatique (dans laquelle les muscles du diaphragme sont impliqués) aidera à rétablir la circulation sanguine et à prévenir la thrombose, ainsi que de maintenir la motilité intestinale.

Il ne fait pas mal et facile réchauffe les articulations. Premièrement, cela ne crée pas de fardeau pour le secteur de l'opération. Deuxièmement, tout en réduisant la production de bile, la quantité de lubrification articulaire diminue, ce qui peut conduire à une mobilité limitée et à des maladies inflammatoires des articulations. La gymnastique articulaire légère aidera à maintenir la mobilité et à stimuler la circulation sanguine dans les articulations.

Quelques semaines après l'opération et après avoir consulté le médecin, vous pouvez commencer des exercices pour renforcer les abdominaux. Vous devez commencer avec le nombre minimum de répétitions, en augmentant le nombre de 1-2 une ou deux fois par semaine. Si, pendant l'exercice, vous ressentez de la douleur et que la température augmente, vous devez arrêter la gymnastique et consulter votre médecin.

Physiothérapie après cholécystectomie

Marcher le long des escaliers sera également efficace. Il a simultanément un effet bénéfique sur les articulations, les intestins, aide à prévenir la prise de poids.

Quelques mois après l'opération, vous pouvez utiliser des poids, du matériel supplémentaire et du ski. Pour une charge uniforme, une série d'exercices (cela prend 10-15 minutes) doit être effectuée deux fois par jour:

  • le matin à jeun, avant le petit déjeuner, pour stimuler la production de bile;
  • le soir, une heure avant l'heure du coucher, pour normaliser le travail des intestins et améliorer le flux de bile accumulé par jour à partir des canaux hépatiques.

Ne vous limitez pas aux exercices pour la presse. Vous devez commencer par une respiration et un échauffement légers, puis faire des exercices pour les articulations (d'abord pour les bras, puis pour les jambes), puis pour renforcer les parois abdominales.

Les statistiques médicales indiquent que: les patients qui n'ignorent pas la gymnastique, récupèrent plus rapidement et sont beaucoup moins susceptibles de faire face aux complications éventuelles de la cholécystectomie.

Complications possibles après le retrait de la vésicule biliaire

L'adaptation et la récupération dans chaque cas se produisent individuellement. Plus une personne est atteinte de maladies chroniques, plus la récupération sera difficile et longue. Ces patients nécessitent des examens médicaux réguliers, la prise de médicaments auxiliaires et une stricte observance du régime alimentaire.

Les complications postopératoires surviennent dans environ 5 à 10% des cas.

Syndrome postcholécystectomie

Ce diagnostic est apparu dans les années 30 du siècle dernier. Il est associé à l'hypertonie et au spasme du sphincter d'Oddi, ce qui assure la circulation de la bile dans le duodénum. Le sphincter ne retient pas la bile, raison pour laquelle il pénètre librement dans l'intestin, provoquant ainsi une irritation. Parmi les principaux symptômes de PHES sont les suivants:

  • selles bouleversées (diarrhée);
  • spasmes et douleurs dans l'hypochondre droit;
  • des nausées;
  • éructations;
  • flatulences

Causes du syndrome postcholécystectomie

Lorsque l'intestin est irrité, le sphincter d'Oddi se contracte et bloque les voies biliaires. En conséquence, la bile s'accumule dans les canaux hépatiques, stagne, provoque le développement du processus inflammatoire.

Pour le traitement de ce syndrome, une pharmacothérapie conservatrice et un régime strict sont utilisés.

La duodénite

L'inflammation du duodénum se développe avec une irritation constante de la bile, ainsi qu'une violation du système digestif due à un manque d'enzymes biliaires et digestives. S'il n'est pas traité, il peut éventuellement se transformer en ulcère. Occasionnellement, une entérite survient - une inflammation de l'intestin grêle, déclenchée par les effets de la bile et de la SIBO.

Quelle est la duodénite

La duodénite survient souvent chez les patients atteints de gastrite associée à Helicobacter. Pour éviter cette complication, il est conseillé de traiter Helicobacter pylori avant de prélever la vésicule biliaire.

Syndrome de croissance bactérienne excessive

La bile - un antiseptique puissant qui neutralise l'infection, prévient la reproduction excessive de la flore sous condition pathogène, fournit un effet antiparasitaire. Lorsque sa concentration et sa quantité diminuent, des bactéries nocives sont activées dans le duodénum et l'intestin grêle qui le suit. Ils provoquent une inflammation, inhibent la microflore bénéfique. Dans ce cas, il est nécessaire de prendre des médicaments à base de bifidobactéries et de lactobacilles, qui aideront à normaliser la composition de la microflore.

En présence d'une inflammation chronique du tube digestif et d'une dysbiose intestinale, le patient a constamment besoin de ces médicaments.

Pancréatite

Près de 80% des patients atteints de cholélithiase sont diagnostiqués avec une pancréatite. Il reste après la cholécystectomie. Parfois, cette maladie survient après une chirurgie en raison d’une diminution de la concentration et de la bile et d’un effet stimulant sur le pancréas.

Causes de la pancréatite

Lorsque les canaux sont obstrués par des pierres (de petites pierres peuvent pénétrer dans la région du sphincter d’Oddi et dans les canaux pancréatiques avec un flux biliaire), un spasme du sphincter d’Oddi provoque une congestion du pancréas, ce qui entraîne une inflammation. Environ 40% des personnes ayant subi une cholécystectomie subissent une diminution de la production de suc pancréatique. Pour résoudre ce problème, vous pouvez utiliser un régime alimentaire strict et des préparations enzymatiques.

Le diabète

Il se produit sur le fond de violations graves dans le pancréas, réduisant la production d'enzymes et d'insuline. Un facteur de risque supplémentaire est la présence d'un excès de poids chez le patient. Par conséquent, après le retrait de la vésicule biliaire, il est important de contrôler le taux de sucre dans le sang afin de réagir au moindre changement et d’empêcher le développement de la maladie.

Arthrite et arthrose

Diminuer la concentration de bile diminue la production de lubrifiant intra-articulaire. Il y a un effacement mécanique du cartilage. Si le corps a une source d'infection chronique, ce processus est plus rapide. Par conséquent, après une opération visant à retirer la vésicule biliaire, il est important de faire de la gymnastique pour les articulations, de boire plus de liquide et d'utiliser des aliments riches en collagène. Si vous ressentez une douleur, une contraction articulaire, une mobilité réduite ou un gonflement, consultez votre médecin.

Cholécystectomie et grossesse

Les maladies de la vésicule biliaire sont trois fois plus fréquentes chez les femmes que chez les hommes. Parmi les patients opérés, les femmes sont aussi plus nombreuses. Avec la cholécystite et même la prédisposition héréditaire chez la femme pendant la gestation, le risque de calculs biliaires et de chevauchement des voies biliaires augmente en raison de la pression accrue de l'utérus en croissance sur tous les organes de la cavité abdominale.

S'il existe des indications graves, le prélèvement de la vésicule biliaire est effectué pendant la grossesse. La laparoscopie est contre-indiquée - seule la chirurgie ouverte est pratiquée. En outre, l’anesthésie elle-même, l’opération et la période de convalescence constituent un choc pour le corps de la femme et peuvent nuire au déroulement de la grossesse. Par conséquent, s’il existe des preuves, il est préférable de procéder à l’opération avant la grossesse.

L'absence de vésicule biliaire n'est pas un obstacle à la grossesse et à l'accouchement sans risque. Mais les femmes enceintes après une cholécystectomie sont beaucoup plus susceptibles de présenter une toxicose précoce. En outre, des troubles digestifs pendant la grossesse surviennent chez presque 100% des femmes dont la vésicule biliaire a été retirée.

Si une femme a subi une cholécystectomie, la grossesse ne peut être planifiée que 3 mois après la chirurgie, après une guérison complète. Tout au long de la grossesse, il est important de bien manger et de faire de l'activité physique.

Le retrait de la vésicule biliaire n'est pas une phrase. Sous réserve de recommandations médicales, le patient peut vivre jusqu'à un âge avancé sans complications graves.

Top