Catégorie

Articles Populaires

1 La cirrhose
Dyskinésie biliaire - symptômes et traitement
2 Lamblia
Quels tests effectuer en cas de cirrhose du foie?
3 La cirrhose
Vaccin contre l'hépatite C
Principal // Recettes

Douleur dans le foie après le retrait de la vésicule biliaire


La vésicule biliaire et le foie sont étroitement liés. Pour comprendre pourquoi nous avons besoin de la vésicule biliaire et de sa fonction, nous allons un peu dans l’anatomie. Comme vous le savez, le foie est la plus grande glande du corps et remplit de nombreuses fonctions importantes. Une de ses tâches principales est la digestion.

Qu'est-ce que la vésicule biliaire et quelles sont ses fonctions?

Les cellules du foie, les hépatocytes, produisent la bile, qui passe par un système complexe de canaux biliaires et pénètre dans la vésicule biliaire. L'organe est situé sur le côté viscéral du foie dans la fosse vésicule biliaire. Sa forme ressemble à un sac, souvent en forme de poire. La vessie peut contenir de 40 à 70 ml de bile. Ses parois musculaires sont très élastiques et peuvent s’étirer considérablement, dépassant plusieurs fois la norme. Si des changements pathologiques se produisent, la forme de l'organe peut changer.

Comme le foie, la vésicule biliaire remplit plusieurs fonctions:

  • réservoir, qui est accumulateur pour le stockage de la bile formée;
  • contractile - aide la bile à pénétrer dans la cavité du duodénum;
  • concentration - l'accumulation dans la vessie la bile est capable de se concentrer;
  • hormonal.

Le foie recouvre la plus grande partie de la vésicule biliaire, mais sa partie la plus large, le fond, peut être palpée. L'innervation de la vésicule biliaire est intense, ce qui explique la forte douleur dans les pathologies de l'organe.

Après avoir mangé, la contraction de la vésicule biliaire commence et la bile le long du canal se déplace vers le duodénum. Au bout du canal biliaire se trouve le sphincter d’Oddi, qui empêche l’épanchement incontrôlé de bile dans le duodénum. Le canal pancréatique rejoint le canal biliaire commun avec son sphincter.

A quoi sert la bile?

La formation de bile est un processus complexe en plusieurs étapes. La composition du polycomposant biliaire. Il contient des acides biliaires, des enzymes, des minéraux, des acides gras, du cholestérol, des produits métaboliques d'hormones et d'autres composants biologiquement actifs, des métabolites de médicaments, des toxines. La partie principale de la bile est de l'eau. Pour cette raison, il est fluide et peut librement traverser les voies biliaires et agir en tant que solvant en éliminant toutes les substances nocives filtrées par le foie dans l'intestin. Une personne en bonne santé produit plus d'un litre de bile par jour.

La signification physiologique de la bile est diverse:

  1. participe directement à la digestion, émulsionne les graisses et les prépare à un fractionnement et une assimilation plus poussés;
  2. active et améliore l'action d'enzymes pancréatiques - la trypsine, l'amylase et la lipase;
  3. neutralise l'activité de la pepsine, est alcalin dans l'intestin et acide dans l'estomac - la bile modifie la digestion gastrique en digestion intestinale;
  4. stimule la motilité intestinale, favorisant une meilleure digestion et le mouvement des aliments;
  5. avec l'aide de la bile, des produits métaboliques d'hormones et de médicaments, des substances toxiques et des poisons sont excrétés;
  6. participe à la digestion des protéines, des graisses et des glucides, aide à l'absorption des vitamines et des minéraux;
  7. effet bénéfique sur la microflore intestinale, empêchant le développement de pathogènes.

Une des caractéristiques de la bile est qu’il ne s’agit pas seulement d’un secret digestif, mais également capable d’éliminer diverses substances d’origine interne et externe.

Parmi toutes les maladies du système biliaire, on distingue les groupes suivants:

  • fonctionnel (dyskinésie);
  • inflammatoire (cholécystite, cholangite);
  • échangeable (maladie des calculs biliaires);
  • syndrome postcholécystoectomie (dysfonctionnement du sphincter de Oddi).

Tous les groupes de maladies de la vésicule biliaire et des conduits sont très douloureux pour le patient, perturbant la paix et la qualité de vie. Dans certains cas, le traitement conservateur ne suffit pas et vous devez recourir à un traitement chirurgical. Avec le développement de la maladie de calculs biliaires, le plus souvent la vésicule biliaire est enlevée. Mais cela ne mène pas toujours au rétablissement complet et le patient continue à être dérangé par la douleur et l'indigestion. Après tout, la cholécystite calculeuse est un trouble de l'échange et les calculs biliaires n'en sont que les conséquences.

Pourquoi le foie fait-il mal s'il n'y a pas de vésicule biliaire?

Très souvent, les patients après le retrait de la vésicule biliaire se plaignent de douleurs au foie. Pourquoi est-ce que cela se produit, car les pierres ont été nettoyées, la vésicule biliaire enflammée a été enlevée et il semblerait qu'il n'y ait plus de raison de souffrir. Ce n'est pas tout à fait vrai.

L'élimination de la vésicule biliaire est un stress important pour l'organisme, car cet organe remplit de nombreuses fonctions et son absence interfère avec le fonctionnement normal du foie et de l'ensemble du système digestif.

La formation de calculs est une conséquence d'une violation des processus métaboliques et d'une violation de la fluidité, la bile s'épaissit, devient saturée, stagne et précipite en elle. C'est à partir d'un tel sédiment que les cailloux commencent à se former. Ces effets peuvent être associés au stress passé, à de graves erreurs nutritionnelles, à l'hépatite, à la grossesse et aux blessures.

Les infections peuvent être une autre cause de formation de calculs. S'il y a violation du foie et de la vésicule biliaire, l'intestin en souffrira. Après tout, la bile régule la microflore du duodénum, ​​inhibant la croissance des agents pathogènes. Avec une quantité insuffisante d'infection à travers le sphincter d'Oddi, l'intestin peut pénétrer dans la vésicule biliaire, puis dans le foie.

Causes de la douleur après une cholécystectomie

Le patient a décidé de se faire opérer, la vésicule biliaire n’est plus, et le foie fait mal. Quelles sont les principales causes de douleur lorsqu'il n'y a pas de vésicule biliaire?

Dysfonction du sphincter d'Oddi

La membrane muqueuse de la vésicule biliaire est capable de libérer des substances biologiquement actives pouvant augmenter le tonus du sphincter. Chez une personne en bonne santé, un relâchement réflexe du sphincter se produit lorsque la vessie est remplie. Si la bulle est retirée, le ton du sphincter d’Oddi peut diminuer, entraînant une violation de sa fonction. La bile faiblement concentrée entre constamment dans l'intestin, quelle que soit la phase de digestion. Cela contribue à l'infection de la bile, à la pénétration d'agents pathogènes dans les canaux biliaires et à la survenue d'une inflammation.

Normalement, chez une personne en bonne santé, la vésicule biliaire produit des substances capables d'activer la lipase pancréatique. S'il n'y a pas de vésicule biliaire, une insuffisance digestive du pancréas apparaît avec le temps.

Les principaux signes d'échec du sphincter d'Oddi sont des douleurs dans l'hypochondre droit et une indigestion (ballonnements, nausées, vomissements, lourdeur, éructations, selles bouleversées). Selon l'étendue de la lésion sphinctérienne et l'implication dans le processus du canal pancréatique, la nature et la localisation de la douleur peuvent être variées. La douleur est généralement sujette à apparaître après avoir mangé et la nuit, plus souvent localisée dans l'épigastre, mais peut donner à la main ou à l'omoplate, tout en étant encerclante. En cas d'insuffisance sphinctérienne prolongée, des maladies des voies biliaires, de l'intestin et du pancréas surviennent.

Cholangite

Cette maladie survient à la suite d'une inflammation des voies biliaires. Les calculs les plus fréquents sont les calculs dans les voies biliaires (cholélithiase). En outre, l'inflammation peut causer des agents pathogènes, des vers, Giardia, piégés dans l'intestin. En cas de diagnostic tardif, l'infection peut s'aggraver et provoquer une hépatite, un abcès, voire une péritonite.

Le tableau clinique de la cholangite aiguë est caractérisé par une augmentation de la température corporelle avec transpiration abondante et sueur, malaise, jaunissement de la peau et des sclérotiques, nausée, vomissements, confusion, hypotension, douleur dans l'hypochondre droit irradiant au bras droit et à l'omoplate. Peut-être un flux plus léger, sujet aux processus chroniques. Mais il y avait aussi des cas de développement fulgurant de la septicémie, ce qui était fatal.

Cholélithiase

Après le retrait de la vésicule biliaire, des calculs peuvent rester dans le canal. S'ils sont petits, ils vont probablement descendre dans le duodénum et, avec les excréments, laisser le corps sans entrave. Si la pierre est grosse, elle peut rester coincée dans les voies biliaires ou les intestins, provoquant des douleurs et d’autres symptômes. Une complication de cette affection peut être un blocage et une rupture du canal biliaire, une cirrhose biliaire secondaire, une angiocholite, une septicémie, un abcès du foie, la formation de fistule, une pancréatite aiguë, une occlusion intestinale et même des néoplasmes.

La jaunisse et la douleur sous les côtes à droite sont le principal symptôme.

Complications chirurgicales

En outre, des complications peuvent survenir après une cholécystectomie, telles que: adhérences postopératoires, formation de cicatrice sur les voies biliaires, «fausse» vésicule biliaire au niveau du moignon. Toutes ces complications peuvent donner une douleur persistante. De telles conditions nécessitent un traitement chirurgical, c'est-à-dire une réopération.

Traitement

De nombreux patients après une cholécystectomie se demandent: «Pourquoi le foie me fait-il mal après une chirurgie, si la vésicule biliaire n'existe plus? Que faire avec cela et l'opération a-t-elle vraiment été vaine? Non, pas en vain. Il convient de rappeler que toute intervention chirurgicale est un stress énorme et que même le retrait d'une partie d'un organe aura une incidence sur le fonctionnement de tout l'organisme. Mais il y a des situations où il y a un risque pour la vie ou la menace de complications graves, alors sans l'aide de chirurgiens ne peut pas faire.

Après la chirurgie, vous devriez vous écouter attentivement et faire attention au moindre symptôme. Si les complications ne peuvent pas être évitées, il n’est pas nécessaire de reporter votre visite chez le médecin. En fonction de la pathologie rencontrée, le médecin choisira le traitement le plus efficace. Des médicaments antispasmodiques seront prescrits pour les douleurs sévères. Aux fins de la rééducation intestinale, une antibiothérapie peut être prescrite.

Mais nous devons nous rappeler que s'il n'y a pas de vésicule biliaire, le foie devient plus sensible et plus susceptible, de nombreux médicaments ne peuvent donc pas être utilisés. Il n'est pas recommandé de se soigner soi-même, vous pouvez aggraver l'état et aggraver l'état de santé. Traiter les complications est difficile, long et pas toujours efficace.

Soutenir parfaitement la fonction du foie et aider à restaurer les cellules endommagées du groupe des médicaments hépatoprotecteurs. Les enzymes et les médicaments cholérétiques sont également utilisés pour traiter l'insuffisance digestive.

Vous pouvez utiliser des recettes traditionnelles et des médicaments à base de plantes, mais avant un traitement, vous devriez consulter un médecin. Le nettoyage du foie est populaire, il doit être effectué à titre préventif. En cas de maladie, une telle procédure peut être nocive. Il est conseillé de purger tout le corps en jeûnant et en mangeant des aliments riches en fibres. Mais rappelez-vous que lors du choix de cette méthode, il est nécessaire de privilégier le nettoyage le plus doux, de ne pas utiliser de substances agressives ou irritantes, de se laisser guider par le bon sens, et en cas de doute, consultez votre médecin. Nettoyer le foie n'est pas une panacée contre la maladie et dans certains cas, peut causer plus de tort que de bien.

Prévention

Bien entendu, il est toujours plus facile de prévenir une maladie que d’en traiter les conséquences. En tant que prévention des maladies de la vésicule biliaire et du foie, il convient de respecter les principes de la nutrition. Il suffit d’abandonner l’utilisation d’aliments nocifs et gras, d’alcool, pour adopter des méthodes de cuisson plus sobres. Certaines complications postopératoires n’ont même pas besoin d’être traitées, il existe parfois une correction nutritionnelle suffisante. À ces fins, il est recommandé de respecter le tableau de régime numéro 5. L'utilisation d'une quantité suffisante d'eau pure débarrassera le corps des toxines et aidera le foie à filtrer plus efficacement les substances nocives. Ce sera une sorte de purification naturelle et aidera le corps.

Un bon repos et la prévention du stress aideront à rétablir la santé et à améliorer le bien-être. Il existe des complexes de thérapie physique visant à améliorer et à restaurer le travail du foie et la formation de la bile.

Douleur après la chirurgie pour enlever la vésicule biliaire

Dans les milieux médicaux, la chirurgie pour retirer la vésicule biliaire est appelée cholécystectomie. Il existe deux méthodes principales pour sa mise en œuvre: la laparoscopie (opération de beskalostnaya) et la laparotomie (chirurgie abdominale). Et bien que la laparoscopie et la laparotomie soient reconnues comme des méthodes relativement sûres de traitement de la cholélithiase, de la cholécystite et de la cholestérose, aucune méthode opératoire ne peut protéger un patient des complications et du syndrome post-cholécystectomie, qui survient pendant la période postopératoire.

Qu'est-ce que le syndrome postcholécystectomie?

Bien que les chirurgiens considèrent la cholécystectomie comme l’une des opérations les plus simples de la pratique médicale, elle est associée à la perte d’un des organes humains - la vésicule biliaire. Et bien qu'une telle opération permette aux patients d'oublier les problèmes associés à la vésicule biliaire, une fois que celle-ci est pratiquée dans le corps humain, il se produit une violation de l'écoulement de la bile, un dysfonctionnement du système digestif et du foie. À la suite de tels changements, le patient peut présenter le syndrome dit de postcholécystectomie, qui s'accompagne en général de douleurs dans l'hypochondre droit et l'abdomen.

Selon l'emplacement de la douleur après la chirurgie pour enlever la vésicule biliaire peut être divisé en types suivants:

  • pancréatique - principalement localisé dans l'hypochondre gauche et dans le dos;
  • bile - survient le plus souvent dans la partie supérieure de l'abdomen (dans l'estomac) et se propage à l'omoplate droite;
  • gall-pancreatic - ont un caractère de zona.

Les autres symptômes du syndrome postcholécystectomie sont:

  • la diarrhée;
  • flatulences;
  • amertume dans la bouche;
  • des nausées et des vomissements;
  • la faiblesse;
  • jaunisse;
  • éructations;
  • diminution de la capacité de travail.

Pourquoi les douleurs surviennent-elles après une cholécystectomie?

Troubles du sphincter d'Oddi

Répondant à la question de savoir pourquoi, après avoir retiré la vésicule biliaire, le côté droit, l’estomac, les intestins ou le dos, les spécialistes de ce domaine notent que cela est le plus souvent dû à la perturbation du sphincter d’Oddi, une formation musculaire particulière qui contrôle l’écoulement de la bile et du suc gastrique dans duodénum. En raison de l'abaissement du tonus du sphincter d'Oddi, non seulement la bile, mais également les agents pathogènes pénètrent dans l'intestin et les voies biliaires. Cela conduit à des processus inflammatoires.

Lésion des voies biliaires extrahépatiques

Selon de nombreuses études, après le retrait de l'organe malade, il y a une augmentation du volume du canal biliaire commun et une inflammation des voies biliaires. Le plus souvent, cette situation résulte d'un traumatisme biliaire lors d'une intervention chirurgicale ou d'une perturbation du processus de drainage en période postopératoire.

En outre, des symptômes inquiétants peuvent apparaître dans le contexte de la formation d'un kyste des voies biliaires principales ou à la suite d'une longue souche des voies biliaires.

Faites ce test et découvrez si vous avez des problèmes de foie.

Cependant, la cause la plus dangereuse de douleur après la cholécystectomie est l’inflammation des voies biliaires (cholangite), qui se développe à la suite d’une violation de l’écoulement de la bile, de sa stagnation et de la propagation de l’infection par les voies biliaires.

Maladies du foie

Souvent, les patients se demandent pourquoi leur foie souffre après le retrait de la vésicule biliaire. Les sensations habituellement douloureuses dans la région où le foie est localisé sont associées à une violation de ses fonctions fondamentales. Si un processus inflammatoire dans le foie se produit, ainsi que des sensations désagréables et douloureuses dans l'hypochondre droit, le patient a des douleurs au dos et au bas du dos et un malaise est également ressenti dans la colonne vertébrale. L’hépatite graisseuse est l’une des causes les plus courantes de ces affections. Elle se développe dans la période postopératoire chez 42% des patients après une cholécystectomie.

La cholélithiase est une autre cause de douleur dans le foie. Même si l'organe malade est retiré, des calculs peuvent rester dans les canaux hépatiques et biliaires. Les petites pierres peuvent facilement sortir du corps avec les selles, mais les grosses pierres peuvent obstruer les voies biliaires, obstruction intestinale, sepsie, pancréatite biliaire et abcès du foie.

Habituellement, une crise douloureuse dure 10 à 20 minutes, survient après le repas ou la nuit, accompagnée de nausées et de vomissements.

Maladies du tractus gastro-intestinal

Si une personne a mal au ventre après le retrait de la vésicule biliaire, elle peut être associée au développement ou à l'exacerbation de comorbidités telles qu'un ulcère, une gastrite ou une inflammation du pancréas.

Des signes de syndrome post-cholécystectomie peuvent également apparaître dans le contexte d’une violation du passage de la bile. Après le retrait de la vésicule biliaire - le réservoir principal de la bile, celle-ci commence à couler de manière incontrôlable dans l'intestin. En raison de changements dans la composition de la bile, la capacité du corps à dissoudre les bactéries diminue, la microflore intestinale et le métabolisme de l’acide biliaire sont perturbés.

Les autres causes de douleur survenant après une cholécystectomie au dos, à l'abdomen ou sur le côté peuvent être:

  • lésions de la muqueuse intestinale, de l'intestin grêle et du côlon;
  • une augmentation du nombre d'enzymes hépatiques dans le sang;
  • dommages aux organes adjacents pendant la chirurgie;
  • violation du régime prescrit.

Une douleur intense peut survenir en raison de complications chirurgicales. Tout d’abord, nous parlons de la formation d’adhésions postopératoires et de cicatrices sur les voies biliaires.

En outre, les personnes ayant survécu à une cholécystectomie peuvent être blessées en raison d'une inflammation de la cicatrice, qui subsiste après la laparotomie. En raison du processus inflammatoire, la douleur peut se propager au nombril et se propager à tout l'abdomen. Cependant, avec les soins appropriés, la suture chirurgicale guérit sur le site de l'organe prélevé et guérit rapidement.

Méthodes de diagnostic

Avant de traiter la douleur après une cholécystectomie, il est nécessaire de connaître la raison principale de son apparition.

Les principales méthodes de diagnostic sont:

  • analyse chimique du sang, qui permet de déterminer le niveau des enzymes hépatiques et de la bilirubine - un pigment biliaire spécial;
  • l'échographie, qui peut être utilisée pour évaluer l'état du foie, de l'estomac et des intestins;
  • balayage par radionucléides des canaux hépatiques et biliaires;
  • cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique, qui permet de détecter des anomalies des conduits hépatiques et biliaires;
  • manométrie du sphincter Oddi, nécessaire pour mesurer la pression dans le sphincter;
  • tomographie par ordinateur.

Méthodes de traitement et de prévention

Selon la cause de la douleur après le retrait de l'organe malade, le patient reçoit un traitement médical. Dans la plupart des cas, les méthodes de traitement conservateur aident à éliminer la douleur après une cholécystectomie.

Pour éliminer les douleurs sévères à l’abdomen et dans le bas du dos, le médecin vous prescrit des antalgiques et des antispasmodiques (Drotaverine, Bentsiklan, Mebeverin). La nitroglycérine aidera à soulager rapidement les spasmes. Cependant, ce médicament doit être utilisé avec beaucoup de précautions, car l'utilisation à long terme de nitroglycérine peut avoir des effets néfastes sur le système cardiovasculaire.

On peut également recommander aux patients des médicaments spéciaux destinés à améliorer la sortie de la bile, à restaurer les fonctions du foie, des intestins et des organes du système digestif. Tout d’abord, nous parlons de médicaments cholérétiques (Panzinorm forte, Allohol) et de préparations enzymatiques (Creon, Pancytrat).

En cas de processus inflammatoires et de développement de bactéries pathogènes, il peut être recommandé d’utiliser des antibiotiques (Doxycycline, Intetrix, Furazolidone, Métronidazole). Pour restaurer la microflore intestinale naturelle, ainsi que les antibiotiques, il est recommandé de prendre des probiotiques et des prébiotiques (Hilak-forte, Linex, etc.).

Si les médicaments ci-dessus se sont révélés inefficaces, les patients subissent une papillosphinctérotomie endoscopique - une petite opération qui aide à normaliser le flux de bile et le flux de suc gastrique dans le duodénum, ​​à éliminer les calculs restants dans les canaux et ainsi à éliminer le syndrome douloureux. Contrairement à la chirurgie abdominale conventionnelle, la papillosphinctérotomie endoscopique est réalisée à l'aide d'un papillotome, que le chirurgien insère dans la grande papille duodénale et effectue une incision sans effusion de sang des tissus.

Quand ai-je besoin de voir un médecin?

De nombreux patients sont convaincus que si le dos fait mal après le retrait de l'organe malade, ainsi que les crampes du foie et une légère douleur à l'abdomen, ceci n'est pas un sujet de préoccupation. Cependant, dans certains cas, le patient peut avoir besoin d’une assistance médicale urgente.

Une hospitalisation urgente est nécessaire si:

  • la douleur localisée dans l'abdomen, sur le côté ou dans le dos ne disparaît pas pendant une longue période;
  • la température corporelle d'une personne augmente rapidement;
  • attaque douloureuse dure plus de 20 minutes;
  • douleur accompagnée de vomissements.

En cas de douleur dans le dos, l'abdomen ou les côtés des personnes ayant subi une cholécystectomie, il est important de se rappeler que l'automédication peut être dangereuse.

Afin d'éviter les problèmes de voies biliaires et de réduire le risque de douleur, les patients à qui on a enlevé la vésicule biliaire seront aidés par des mesures préventives supplémentaires, notamment un régime alimentaire spécial et des repas séparés. Dans la période postopératoire, qui, selon la complexité de l'opération, peut durer de plusieurs mois à un an, les médecins recommandent de s'abstenir de manger des aliments gras, épicés et frits, ainsi que des épices, des assaisonnements, du café, de l'alcool et des aliments saturés d'huiles essentielles diète (ail)., radis et oignons).

Les principaux produits alimentaires dans les prochaines années après la cholécystectomie devraient être les soupes, la viande et le poisson bouillis, les plats cuits au four, les légumes et les fruits. Si le pancréas fonctionne normalement, le régime alimentaire peut être enrichi de glucides.

Seul un diagnostic opportun et un examen approfondi des patients dont la vésicule biliaire est prélevée permettront de déterminer rapidement et avec précision les véritables causes de la douleur et de prescrire un traitement efficace pour éliminer complètement le syndrome douloureux.

Pourquoi le foie fait-il mal après avoir retiré la vésicule biliaire?

Pas dans tous les cas, le retrait de la bile est une solution au problème de la douleur dans la région de l'hypochondre droit. En période postopératoire, une gêne peut survenir non seulement à la suite d'un traumatisme tissulaire, mais également d'une perturbation du sphincter d'Oddi. Il est situé dans le duodénum (duodénum), est responsable de la régulation du passage de la bile et du suc pancréatique.

La douleur au foie après le retrait de la vésicule biliaire est généralement considérée comme un signe de syndrome postcholécystectomie (PHES). La raison de son apparition peut être une intervention chirurgicale mal exécutée, une violation de la capacité contractile du sphincter d’Oddi, ainsi que des maladies concomitantes du système hépatobiliaire (foie, voies biliaires).

Fonctions

La vésicule biliaire est un sac allongé situé sous le foie. Il est nécessaire à l'accumulation de bile et à la régulation de son écoulement dans les canaux. Sa capacité atteint 50 ml. Une augmentation du choléra est observée après la consommation d'aliments gras.

Étant donné la connexion directe avec le foie, le processus inflammatoire de la vessie (cholécystite) se propage rapidement à la glande, provoquant une hépatite. La vésicule biliaire a les fonctions principales suivantes:

  • cumulatif, de sorte que la bile se concentre;
  • excréteur en réponse à la nourriture entrant dans le tube digestif.

À son tour, la bile:

  1. a des propriétés antibactériennes;
  2. aide à séparer les graisses;
  3. neutralise l'acidité du bol alimentaire provenant de l'estomac;
  4. stimule le péristaltisme;
  5. augmente la production d'hormones (cholécystokinine, sécrétine), activant les enzymes digestives;
  6. élimine les scories, la bilirubine et le cholestérol.

La bile, produite dans les cellules du foie, pénètre dans les canaux et s'accumule dans la vessie, où elle se débarrasse de l'eau et se concentre davantage. Il contient des acides, des sels, des pigments, du cholestérol, des structures protéiques et des phospholipides. Après ingestion de nourriture dans le tube digestif, la galle est réduite, poussant le contenu dans le cholédoc (canal commun) et le duodénum.

Quelle est la cholécystectomie

L'opération est effectuée après un examen approfondi du patient. Ses indications incluent la formation de calculs, une lésion maligne, un empyème ou une gangrène. La cholécystectomie peut être réalisée de manière ouverte, ainsi qu’à l’aide d’instruments laparoscopiques. Cette dernière technique se caractérise par moins de complications, une période de rééducation plus courte et un bon effet esthétique.

Lors d'une conversation avec un patient avec un anesthésiste, le médecin explique les caractéristiques de l'anesthésie et, si nécessaire, vous prescrit des tests complémentaires (coagulogramme, glycémie).

Si le patient prend des anticoagulants (médicaments qui inhibent le système de coagulation), ils doivent être annulés 3 à 7 jours avant la chirurgie.

12 heures avant la cholécystectomie, il est interdit au patient de manger et de boire.

Les contre-indications comprennent:

  1. la grossesse
  2. maladies infectieuses sous forme aiguë;
  3. troubles sanguins graves;
  4. insuffisance cardio-vasculaire, respiratoire ou rénale décompensée.

Pourquoi le foie fait-il mal après le retrait de la vésicule biliaire?

Aujourd'hui, on considère que le syndrome postcholécystectomie ne comprend que le dysfonctionnement du sphincter d'Oddi, lorsque sa capacité contractile est altérée, ce qui rend difficile la pénétration de la sécrétion biliaire et pancréatique du duodénum.

Il existe plusieurs groupes de causes qui provoquent des douleurs hépatiques après le retrait de la vésicule biliaire:

  • maladies du tractus hépatobiliaire;
  • comorbidités;
  • causes directement liées à la cholécystectomie.

Maladies du système hépatobiliaire

Ce groupe de causes comprend les maladies infectieuses et inflammatoires du foie, des voies biliaires et de la vessie. Parmi eux, il convient de noter:

  1. re-formation de calculs dans les voies biliaires;
  2. cholangite chronique;
  3. propriétés changeantes de la bile. Une diminution de sa concentration est accompagnée d'une perturbation du processus de digestion des aliments, ce qui peut se traduire par un inconfort et une douleur dans la région de l'hypochondre droit. D'autre part, la perte de la capacité antimicrobienne de la bile est liée à l'activation de la flore opportuniste et au développement d'une inflammation dans le système canalaire et le foie;
  4. dyskinésie biliaire;
  5. exacerbation d'alcool ou d'hépatite liée à la drogue.

Maladies concomitantes

Ce groupe de causes inclut des conditions pathologiques non associées à des lésions du système hépatobiliaire. L'apparition d'une douleur hépatique peut être due à:

  1. papillite sténotique, dans laquelle la papille duodénale se rétrécit dans le contexte d'un processus infectieux-inflammatoire. Ainsi, le passage de la bile et du suc pancréatique dans le duodénum est perturbé et une hypertension (augmentation de la pression) se développe dans le système canalaire;
  2. obstruction totale du mamelon de Vater;
  3. pancréatite chronique;
  4. lésions ulcéreuses de la muqueuse duodénale;
  5. jeter le contenu du duodénum dans l'estomac;
  6. lymphadénite péricolodiale persistante, alors qu’en période postopératoire, l’inflammation de ganglions lymphatiques rapprochés persiste longtemps;
  7. la duodénite (lésion inflammatoire de la muqueuse duodénale);
  8. syndrome du côlon irritable, lorsque, en l'absence de troubles structurels, une défaillance fonctionnelle de l'organe est observée.

Les conséquences de la chirurgie

Si, après avoir enlevé la vésicule biliaire, le foie fait mal, cela peut être dû à des complications de l'opération. Ils sont associés à:

  • enlèvement des pierres en volume incomplet. Un calcul "oublié" dans le canal peut provoquer des douleurs dans la région de l'hypochondre droit;
  • rétrécissement cicatriciel de la voie biliaire principale (voie biliaire principale);
  • adhérences dues à la fusion de tissus lésés dans le domaine de la cholécystectomie;
  • syndrome de souche longue. Parfois, il blesse le foie sans la vésicule biliaire en raison de l’allongement de la partie restante du canal sur le fond de l’hypertension. En conséquence, il devient le site d'une nouvelle formation de pierre, qui provoque des douleurs;
  • dommages aux voies biliaires;
  • formulation inadéquate des drains qui ne fournissent pas un écoulement complet de liquide séro-hémorragique;
  • la défaillance des joints dans les conduits;
  • infection de la plaie et formation d'abcès.

N'oubliez pas que la douleur est le compagnon de toutes les interventions chirurgicales, en tant que réponse du corps au traumatisme tissulaire. Cependant, vous devez faire attention à son intensité et à sa durée. Normalement, l'intensité de la douleur s'estompe progressivement, après quoi elle cesse de gêner le patient.

Les facteurs prédisposants de la période postopératoire, qui augmentent le risque de douleur dans l'hypochondre droit, comprennent:

  1. régime alimentaire malsain;
  2. grand effort physique;
  3. soulagement insuffisant de la douleur;
  4. dommages aux organes environnants pendant la chirurgie.

Les symptômes

Avant la chirurgie, il faut d’abord déterminer ce qui fait mal: le foie ou la vésicule biliaire. La tactique thérapeutique et le pronostic pour la vie en dépendent. Les mesures de diagnostic comprennent des examens de laboratoire et des analyses instrumentales qui vous permettent de confirmer la pathologie de la vessie et de prendre une décision quant à l’intervention chirurgicale.

Les symptômes cliniques du syndrome postcholécystectomie sont très divers.

La douleur après le retrait de la galle est observée dans 70% des cas.

Arrêtons-nous sur la nature de la douleur:

  1. l'attaque dure environ un quart d'heure, avec nausée et même un seul vomissement;
  2. l'intensité de la douleur augmente la nuit et après avoir mangé;
  3. les douleurs pancréatiques se situent dans l'hypochondre gauche, sont placées dans le dos et, courbées vers l'avant, elles diminuent d'intensité;
  4. Les douleurs biliaires sont localisées dans la région hépatique et se propagent dans la région de l'omoplate droite.

En outre, le patient est préoccupé par:

  • diarrhée fréquente, provoquée par des modifications de la concentration et de la composition de la bile, entraînant une violation de la digestion des aliments (syndrome de malabsorption);
  • des ballonnements;
  • grondant;
  • des nausées;
  • éructations;
  • réduction de poids;
  • selles fétides;
  • des fissures dans les coins de la bouche;
  • l'hypovitaminose;
  • malaise;
  • somnolence

Une hyperthermie et une jaunisse légère peuvent également être enregistrées.

Traitement

Avant de commencer à traiter le syndrome postcholécystectomie, il est nécessaire d’établir la cause de son développement. Les troubles digestifs se prêtant bien à une correction médicale, un gastro-entérologue peut donc restreindre la prise de médicaments pour la normalisation du flux biliaire.

Si la cause de la douleur est une erreur chirurgicale et d'autres complications de la cholécystectomie, une réintervention est nécessaire.

Indépendamment de la tactique du traitement, le patient doit adhérer à un aliment diététique tout au long de sa vie.

Assistance médicale

Pour faciliter l'état général du patient et soulager la douleur, le médecin peut prescrire les groupes de médicaments suivants:

  1. les nitrates. Un représentant important est la nitroglycérine. Il est utilisé pour réguler la fonction du sphincter d'Oddi. Pendant le traitement, la tension artérielle doit être surveillée.
  2. antispasmodiques. Ils sont nécessaires à l'expansion des voies biliaires, à la normalisation du flux biliaire et à la prévention de sa stagnation.
  3. les analgésiques sont prescrits pour réduire la gravité de la douleur. Lors de l'utilisation d'anti-inflammatoires non stéroïdiens, en plus de l'effet analgésique, l'activité de l'inflammation dans les conduits est réduite;
  4. préparations enzymatiques. Le médicament est utilisé pour normaliser le processus de digestion;
  5. les antiacides sont nécessaires pour réduire l'acidité du suc gastrique;
  6. des agents antibactériens sont prescrits à des fins prophylactiques et thérapeutiques pour inhiber l'activité de micro-organismes pathogènes.

Traitement chirurgical

Les complications de l'opération peuvent être associées à un examen insuffisant du patient avant une cholécystectomie, à une qualification insuffisante du médecin ou au mauvais choix de la méthode chirurgicale.

Il existe certaines indications et contre-indications pour les méthodes laparoscopiques et ouvertes de prélèvement de la vessie, sans tenir compte de ce qui augmente le risque de développer des complications graves dans la période postopératoire.

De plus, il existe des causes de douleur non liées aux facteurs énumérés. Cela concerne le processus d'adhésion dont le contrôle d'activité n'est pas possible. Même à condition de respecter toutes les recommandations médicales en matière de prévention de la formation d'adhérences, le risque de rétrécissement des conduits dans le contexte d'une accumulation inadéquate de tissus endommagés demeure.

Pour éliminer la cause chirurgicale du syndrome douloureux, une seconde opération est nécessaire pour enlever les calculs restants, disséquer les adhérences et les cicatrices afin de restaurer le drain biliaire.

Si la douleur est causée par le dysfonctionnement d'Oddi, la sphinctéroplastie est réalisée à l'aide d'instruments endoscopiques.

Régime alimentaire et correction de style de vie

L'alimentation fait partie intégrante de la thérapie. Un numéro de table 5 est attribué au patient, ce qui aide à rétablir le fonctionnement du tractus hépatobiliaire et à prévenir la formation de calculs. Voici les principes de base de la nutrition:

  • restriction calorique jusqu'à 2500 kcal / jour;
  • boire beaucoup de liquides (il est recommandé de boire chaque jour jusqu'à deux litres);
  • rejet d'alcool;
  • les repas doivent être fractionnés (jusqu'à six fois par jour, en petites portions);
  • l'exclusion des plats trop chauds et froids;
  • limite en sel jusqu'à 8 g / jour, lipides jusqu'à 70 g, protéines jusqu'à 80 g et glucides jusqu'à 380.
  • Il est recommandé de faire bouillir, mijoter ou cuire les produits.

Le régime dit «du foie» facilite non seulement la digestion, mais soulage également les glandes. Il est donc souvent prescrit pour l'hépatite et la cirrhose. Donc, il est permis d'utiliser:

  1. gelée maigre, produits à base de viande et de poisson;
  2. thé vert faible, compote, gelée;
  3. le son;
  4. graisses végétales;
  5. céréales (sarrasin, riz, flocons d'avoine);
  6. fruit non acide;
  7. les légumes.

Exclus du régime:

  1. les aliments gras;
  2. oseille, oignon, radis, ail et radis;
  3. assaisonnements épicés;
  4. café
  5. bonbons, y compris crème glacée et produits à base de crème;
  6. cuisson fraîche;
  7. produits semi-finis;
  8. viande fumée;
  9. nourriture en conserve.

En plus du respect du régime alimentaire, une personne doit limiter les effets du stress et contrôler l'activité physique.

La prévention de la douleur comprend une alimentation équilibrée, un mode de vie sain, la prise de vitamines, ainsi que des examens fréquents par un gastro-entérologue, qui permettent d'identifier rapidement les complications de l'opération et de commencer le traitement. Des examens réguliers sont particulièrement importants pour les patients présentant des maladies concomitantes du tube digestif (pancréatite, colite ou ulcère gastroduodénal).

Pourquoi il y a des douleurs dans le foie après avoir enlevé la galle

Après la cholécystectomie, le foie s'adapte pour fonctionner sans vésicule biliaire. Les organes étaient reliés par des conduits communs. Le foie a fourni un secret à la vessie. Après la chirurgie, la bile pénètre immédiatement dans l'intestin. Le corps a besoin d'au moins un mois pour l'adaptation initiale et d'un an et demi pour l'achèvement. Vaut-il donc la peine de s'inquiéter si la vésicule biliaire est enlevée et que le foie fait mal? Le traitement est nécessaire dans plusieurs cas. Les causes de la douleur peuvent être associées non seulement à l’adaptation du corps à de nouvelles conditions.

Causes de la douleur après le retrait des voies biliaires

La douleur dans le foie après le retrait de la vésicule biliaire survient pour diverses raisons. Les sentiments sont forts et pas très.

Si la douleur est intense et ne disparaît pas pendant longtemps, une sensation supplémentaire de nausée se produit. Parfois, il s'agit de vomissements. Il y a une violation des intestins, des changements de température du corps, exacerbées de diverses maladies chroniques.

Une condition peut causer:

  1. Processus inflammatoire dans le pancréas.
  2. Obstruction des voies biliaires.
  3. Processus inflammatoire dans le foie.
  4. La formation de calculs dans les canaux biliaires.
  5. Mauvaise digestion de la nourriture, problèmes intestinaux.
  6. Processus inflammatoire dans le duodénum.
  7. L'apparition de tumeurs dans la cavité abdominale.
  8. Le développement des ulcères.
  9. Spasmes des voies biliaires et leur rétrécissement.
  10. Une diminution du nombre de contractions de la vésicule biliaire, appelée syndrome des organes paresseux.

Un régime alimentaire inadéquat peut causer des douleurs intenses. Le régime alimentaire après la chirurgie fait partie intégrante du traitement. Cela consiste à rejeter des produits nocifs.

Ceux-ci comprennent:

  • frits, fumés, salés, marinés;
  • gras et saturé d'acides;
  • fortement chauffé ou refroidi;
  • aliments épicés.

Ce qui précède est un produit difficile à digérer et nécessite une production active de bile par le foie. Si le régime est suivi, la douleur disparaît et le patient se sent mieux.

La douleur donne dans le côté droit, sous les côtes. Si le malaise apparaît après un repas, il est très probablement associé à un soulagement de l'alimentation.

Douleur dans le foie à la suite d'une cholécystectomie

La récupération après le retrait de la vésicule biliaire nécessite une activité accrue du foie. Cela conduit à un dysfonctionnement du corps. La symptomatologie est similaire à celle observée avant la chirurgie, appelée syndrome postcholécystectomie.

Sous réserve des recommandations des médecins et des régimes, la douleur devrait s'atténuer au maximum un mois après la chirurgie. Souvent, la gêne disparaît lorsque les plaies sont cicatrisées.

L'opération peut conduire au développement de plusieurs pathologies. La plupart d'entre eux sont associés à une stagnation temporaire de la bile. Le secret généré ne peut plus être stocké dans une bulle. Tout le volume des canaux biliaires prennent. Le secret perd de l'eau, il devient plus épais. La conséquence est une violation de la digestion. Dans ce cas, le foie commence à fonctionner plus mal.

L'analyse permet d'identifier:

  1. Une grande quantité de bilirubine.
  2. Niveaux élevés d'enzymes hépatiques.

Sur fond de stagnation de la bile, le corps est empoisonné par l’accumulation de toxines. La raison peut être les défauts des chirurgiens. En particulier, ils doivent dégager les voies biliaires. Si la bulle est coupée sans elle, la reprise est compliquée.

En outre, une douleur dans le foie après le retrait de la vésicule biliaire provoque:

  • Pierres ou caillots de bile dans les conduits.
  • L'apparition de pierres dans d'autres organes internes.
  • Retrait incomplet de la vésicule biliaire. Les restes du corps interfèrent avec le travail du système digestif, peuvent rester dans les canaux.
  • Formation de fistule biliaire. Il peut se former après une opération incorrecte.
  • Travail incorrect de la structure anatomique située au milieu de la partie inférieure du duodénum.

Ce sont les principales causes de douleur dans le foie après l'ablation des voies biliaires. Parfois, vous devrez peut-être recommencer. Ceci prend en compte l'âge du patient, son état de santé général et la force de la douleur.

Douleur due à des pathologies concomitantes

La douleur dans le foie après le retrait de la vésicule biliaire peut provoquer des processus pathologiques:

  • Le développement d'une infection virale dans le foie. Dans ce cas, la douleur sera sourde mais constante. Le foie grossit et commence à dépasser les limites de la région côtière. Les ganglions lymphatiques gonflent avec l'organe, de la fièvre peut être ressentie. Parfois, les symptômes de l'angine se manifestent.
  • Exacerbation du processus inflammatoire dans le pancréas. La température corporelle sera supérieure à la normale, le patient frissonnera. Les douleurs viennent brusquement. Les symptômes ressemblent à une inflammation biliaire. Cependant, si la bulle est enlevée, les soupçons tombent précisément sur le pancréas.
  • La pathologie des reins et du système urogénital peut également causer des douleurs au foie.

Parfois, des douleurs provenant de la colonne vertébrale, de l'estomac et des appendices sont administrées au foie. Le processus s'appelle l'irradiation.

Douleur due à une maladie du système hépatobiliaire

L'opération était terminée. Que dois-je faire si mon foie me fait mal après avoir retiré la vésicule biliaire?

Le premier est une conséquence de l'excitation pathologique des cellules nerveuses. Les dommages causés à l'organe n'ont rien à voir avec cela.

Le type noceptif se manifeste par de fortes sensations. Ils peuvent provenir des profondeurs et sont associés à des lésions tissulaires réelles. La douleur peut survenir dans les pathologies du système hépatobiliaire. En plus de la vessie, il comprend les canaux et le foie.

Il a été établi que chez près de 20% des patients atteints de troubles chroniques du système biliaire, des douleurs périodiques apparaissent.

Comme le foie, la vésicule biliaire et leurs conduits sont situés à proximité, le malaise est localisé dans une zone. Les coliques varient en fonction de la nature de la pathologie, des dommages possibles, du développement ou de l'absence de processus inflammatoires.

Dans ce cas, les médecins évaluent:

  • intensité de la douleur;
  • fréquence des crises.

Après le retrait de la vésicule biliaire, les pathologies cachées avant ou en rémission se manifestent souvent, s’aggravent. Le système hépatobiliaire réagit en premier, car il ne se trouve pas juste à proximité de la vessie, mais comprend l'organe lui-même.

Options de traitement

Il est nécessaire d’établir pourquoi le champ de prélèvement de la vésicule biliaire du foie fait mal. Après avoir déterminé la cause, le médecin prescrit un traitement.

Le traitement du foie après l'ablation de la vésicule biliaire peut être effectué de plusieurs manières:

  1. Traitement médicamenteux.
  2. Médecine traditionnelle.
  3. Intervention chirurgicale.

Les médicaments sont sélectionnés individuellement, devraient contribuer à l'amélioration du foie, en particulier, le développement de la bile. Les médicaments peuvent, par exemple, soulager l'inflammation qui se développe après la chirurgie.

La médecine traditionnelle est un complément au traitement principal. En outre, les recettes des ancêtres sont bonnes à des fins préventives. Un résultat positif est obtenu avec une utilisation appropriée et à long terme. Les remèdes populaires sont généralement traités pendant environ un mois. La plupart des recettes visent à normaliser le flux de bile.

L'intervention chirurgicale est réalisée:

  • dans la détection de maladies hépatiques complexes;
  • diverses conditions médicales, par exemple, intolérance aux médicaments recommandés;
  • avec stagnation prolongée dans les organes digestifs.

Les patients qui ont subi une intervention chirurgicale pour enlever les voies biliaires doivent être enregistrés auprès d'un gastro-entérologue. Si la gêne se produit fréquemment ou ne passe pas du tout, ne retardez pas la visite à un spécialiste. Avec le développement des pathologies et des complications du traitement est effectué à l'hôpital.

Douleur dans le foie après le retrait de la vésicule biliaire

Après le retrait de la vésicule biliaire, de nombreuses personnes pensent avoir passé la maladie et tous les tourments sont du passé. Et quand le temps passe, l’inconfort recommence à vous déranger, y compris au niveau du foie. Les exacerbations sont rares, mais se produisent toujours. Pourquoi le foie fait-il mal même après l'ablation de la vésicule biliaire?

Mécanisme de la douleur

Lorsque la période postopératoire passe en mode normal, le foie continue à produire la bile dont le corps a besoin. Et dans les canaux hépatiques internes, la stagnation n'apparaît pas. La bile, qui se forme, traverse les canaux jusqu'au passage intestinal.

Mais chez certains patients, une dysphorie de la cholestase apparaît au stade initial après la chirurgie, c'est-à-dire que la bile se déplace très lentement. Ce dysfonctionnement se traduit par des sensations douloureuses à droite, le foie fait mal.

Après quelques analyses, des pigments sanguins élevés, des enzymes hépatiques ALT, AST, phosphatase alcaline sont détectés. Et les cholérétiques sont prescrits au patient, ils augmentent la formation de bile. Par exemple, ce médicament est l'acide ursodésoxycholique.

Pourquoi cela vaut-il la peine de commencer un traitement? Après un certain temps, après avoir pris le médicament, la situation redevient normale. De plus, les canaux situés à l'intérieur du foie deviennent un stockage temporaire de la bile formée. Toutes ces actions se font sans dommage pour le corps, le foie ne fait plus mal et ne gêne pas la personne.

Causes de la douleur

Pierres dans les canaux biliaires

Par la chirurgie, les chirurgiens ne retirent que le site malade (vésicule biliaire). L'élimination de la vésicule biliaire ne vous permet que de vous débarrasser des calculs qui y sont formés, car la composition biochimique de la bile est perturbée. Mais l'enlèvement n'élimine pas la cause elle-même. Et les pierres peuvent apparaître à nouveau après le retrait de la vésicule biliaire, mais déjà dans les canaux.

La vésicule biliaire n'est pas complètement enlevée

Dans les cas où la vésicule biliaire n'est pas complètement retirée, les calculs commencent à se reformer et le foie en souffre.

Formation de fistule biliaire

Après le retrait de la vésicule biliaire, des fistules peuvent se former. Si l'opération n'a pas été couronnée de succès et que les voies menant à la bile ont été endommagées. Sur cette base, la douleur dans le foie réapparaît.

Violation de la structure des organes internes

Après le retrait de la vésicule biliaire, la structure du canal biliaire commun distal ou du mamelon de Vater peut être perturbée. Ou dans le canal cystique, il y a une longue souche. Dans ces cas, le patient doit subir une nouvelle intervention chirurgicale.

Règles dans la période postopératoire

Règle 1

Une cholécystectomie a été réalisée pour retirer le sac avec des calculs. Et la raison même de la formation de pierres n'est pas éliminée. Donc, les signes peuvent revenir.

Règle 2

Après une intervention chirurgicale, le plus important est de réanimer l'activité des cellules hépatiques afin qu'elles commencent à produire la bonne bile. Excellente aide dans cette phytothérapie. Teinture de fleurs séchées bien adaptée. Il peut soulager les spasmes dans les voies biliaires et éliminer rapidement les substances toxiques du foie et de la bile.

Règle 3

Tous les efforts doivent être déployés pour ramener le mélange de bile à la normale. Vous devez également traiter définitivement le dysfonctionnement biliaire. Des exercices spéciaux empêchent la cholestase.

Après une cholécystectomie, le patient doit observer un régime spécial. Tout d'abord, les aliments doivent être cuits et hachés, puis vous pouvez inclure des produits à base de viande et de poisson dans les aliments. Chaque jour, mangez des fruits et des légumes.

Une cholécystite calculeuse suit presque toujours des troubles de la séparation de la bile et de la motricité dans le sphincter, dans l'estomac et le duodénum. La cholécystectomie ne fait que soulager le patient d'une cholécystite endommagée. Mais cela ne sauve pas des maladies parallèles. Dans ce cas, ni la cholécystite ni les modifications pathologiques du foie et du pancréas ne sont traités. Il y a des cas où ils deviennent aggravés après la chirurgie.

Dans la période postopératoire prescrit le traitement délimité du patient. Cela dépend de la nature des troubles métaboliques du patient, de l’infection ou du blocage de la bile, ainsi que de la maladie des voies biliaires.

Le patient a besoin de savoir que la nourriture qu'il consomme peut être nocive et parfois utile, avec différentes anomalies du foie et des organes du tube digestif.

Si vous mangez des aliments froids, cela provoque une maladie spasmolytique de l'estomac. Et il est transmis aux voies biliaires. Augmente la prise de douleur des bouillons gras et riches. Outre les épices, les boissons alcoolisées faibles, les sirops dans les maladies des voies biliaires ne font qu'augmenter les spasmes. Et elles se manifestent par des douleurs spasmolytiques dans la partie droite de l'hypochondre et de l'épigastrique.

Une grande quantité de nourriture reste longtemps dans le tractus gastrique. Cela augmente la durée de sa digestion, ce qui retarde l'apport de mélange de bile dans l'intestin. Ces causes énumérées d'inflammation des voies biliaires devraient conduire à la nécessité pour une personne de suivre un régime.

Régime épargnant

Après la chirurgie, le médecin prescrit une diète épargnante au patient. Il aidera à normaliser le travail du foie, à éliminer l'inflammation des voies biliaires et du pancréas.

Des plats de poisson de morue, sandre, brochet ou merlu peuvent être consommés. Et des plats de viande à cuisiner à partir de boeuf maigre et de poulet. Ils sont transformés en souffles, hamburgers cuits à la vapeur, boulettes de viande, petits pains à la viande, casseroles. Vous pouvez faire bouillir des morceaux de poulet ou de poisson, mais sans la peau.

Une fois par jour, faites bouillir un œuf de poulet ou faites cuire une omelette. Le lait se boit si le corps le tolère bien. Du fromage cottage sans sel est également possible. La crème sure est remplie de plats.

Citrouille, courgettes, carottes, chou-fleur et pommes de terre consommés à l'état bouilli, vous pouvez les éteindre. Pas mal allez casseroles de carottes avec du fromage cottage.

Les baies et les fruits sont autorisés, mais pas acides. Parmi ceux-ci, vous pouvez faire de la gelée, des compotes. Les raisins doivent être consommés sans peau. Mais les bonbons devraient être réduits. Les jus purs ne prennent pas, il est préférable de les diluer avec de l'eau. Il est bon de prendre une infusion d'églantier.

Bien sûr, toutes les personnes ne suivent pas ce régime tout le temps. Par conséquent, beaucoup de gens ont encore des problèmes avec le foie et d'autres organes digestifs.

Pourquoi le foie fait-il mal après une intervention chirurgicale et l'ablation de la vésicule biliaire? Si une personne va manger correctement. Par exemple, pour trop manger le soir, mangez des rations sèches, prenez souvent des aliments frits et gras, ainsi que de l'alcool. Dans ce cas, tous les organes digestifs fonctionneront avec une charge importante. Et cela menace avec le fait que les organes du tube digestif ne fonctionneront pas de manière synchrone, les enzymes ne seront pas attribués et cela conduira à un désordre du système dans son ensemble. En conséquence, le foie peut également être perturbé.

Top