Catégorie

Articles Populaires

1 L'hépatose
Comment pouvez-vous contracter l'hépatite dans le monde moderne
2 L'hépatose
Comment se préparer à une échographie du foie?
3 Jaunisse
Colique hépatique
Principal // La cirrhose

Douleurs du foie: pourquoi apparaissent-elles et que faire pour les éliminer?


La maladie du foie est appelée "la deuxième épidémie de notre siècle". Diverses pathologies de ce corps occupent l'une des premières places en termes de prévalence et la cinquième cause de décès la plus fréquente. C'est pourquoi l'apparition de douleurs dans le foie devrait leur prêter une attention particulière, car cette glande ne se fait sentir que dans les cas les plus graves.

Pourquoi le foie "fait mal"

Le foie est la plus grande glande du corps humain et remplit plus de 70 fonctions. Il est situé dans l'hypochondre droit sous le diaphragme. L'unité structurelle et fonctionnelle du foie est ce que l'on appelle le lobule hépatique - hexaèdre, à travers lequel passe la veine médiane. Du centre à la périphérie, les plaques hépatiques, constituées d'hépatocytes - cellules hépatiques, divergent. Les capillaires sanguins et biliaires traversent chaque lobule.

Le poids approximatif du foie est de 1,5 kg, sa taille varie de 26 à 30 cm de droite à gauche et de 22 cm à l'avant et à l'arrière - l'organe est situé dans une capsule spéciale, qui est une membrane à deux couches. La première couche est séreuse, la seconde est fibreuse. La capsule fibreuse pénètre dans l'organe, formant un squelette, dans les cellules où se trouvent les lobules hépatiques.

Lorsque nous parlons de «douleurs» dans le foie, il faut comprendre que cet organe lui-même ne peut pas être malade en raison de l'absence de terminaisons nerveuses, les soi-disant points de douleur. Une douleur ou un inconfort survient avec une augmentation de la glande et un allongement de la capsule. Si le foie est «douloureux», cela signifie qu'il est hypertrophié de manière significative et que vous devriez voir un médecin le plus tôt possible. La plupart des Russes ne sont pas enclins à prendre au sérieux la "douleur" au foie, ce qui est une grave erreur. Cet organe joue un rôle extrêmement important dans de nombreux processus métaboliques dans le corps, et la mort des cellules du foie entraîne invariablement des conséquences et des maladies très graves. Bien que le foie ait une très grande capacité de régénération, le processus pathologique chronique devient irréversible à un moment donné, et donc incurable. Par conséquent, la prévention des maladies de ce corps est extrêmement importante.

Nous énumérons donc les principales fonctions du foie:

  • Neutralisation et élimination des substances toxiques formées dans le corps et piégées de l'extérieur.
  • Synthèse de diverses substances biologiquement actives.
  • Production de glucose, synthèse de certaines hormones et enzymes.
  • L'accumulation et le stockage de "en réserve" de diverses substances - glycogène, vitamines, cations métalliques.
  • Séquestration du sang - le foie peut contenir jusqu'à 400 grammes de sang «disponible».
  • Participation au métabolisme des protéines et des lipides (lipides), synthèse du cholestérol, des acides biliaires et du pigment biliaire de la bilirubine.

Le métabolisme lipidique est le processus de scission, de transport et d'échange de lipides constitué d'alcools et d'acides gras. Les lipides complexes - phospholipides - sont composés d’acides gras supérieurs et d’un résidu d’acide phosphorique. La substance active dominante des phospholipides - la phosphatidylcholine, est impliquée dans la protection des membranes cellulaires.

Symptômes et causes des maladies du foie

Donc, si votre foie est «douloureux», vous devriez faire attention à la présence d'autres symptômes indiquant la pathologie de cet organe. Aux premiers stades de la maladie, ils ne se manifestent pas et peuvent être complètement absents pendant une longue période. Dans certains cas, il existe des signes non spécifiques inhérents à divers processus pathologiques dans le corps. Par exemple, le patient peut ressentir un sentiment général de faiblesse, une fatigue accrue. Il y a des troubles du sommeil, l'apathie et la dépression, une irritabilité accrue. Cela est dû à une augmentation du niveau d'intoxication du corps - le foie cesse de remplir pleinement sa fonction de «filtre universel», ce qui fait que tous les organes et le système nerveux souffrent sans exception.

En outre, il peut y avoir des températures subfébriles (37–38 degrés) avec des états fébriles intermittents, des douleurs articulaires et musculaires, des démangeaisons cutanées, des modifications du goût, une perte d’appétit, des nausées légères, une mauvaise tolérance aux aliments gras, des selles anormales, des maux de tête et des vertiges lourdeur et malaise à l'estomac. Aux stades ultérieurs, il se peut que vous ressentiez des douleurs tirantes et sourdes dans le foie, un jaunissement de la peau et du blanc des yeux (jaunisse), une modification importante du poids corporel (perte de poids soudaine ou prise de poids), une éruption cutanée sur la peau. Un taux de cholestérol élevé et des selles grasses peuvent indiquer une violation du métabolisme des lipides.

Des symptômes tels que l'élargissement de la rate, des varices de l'œsophage et de l'estomac, une ascite (accumulation de liquide dans la cavité abdominale), une encéphalopathie hépatique, une perte de cheveux sont indiqués.

Les causes les plus courantes de douleur dans le foie sont les suivantes:

  • Intoxication chronique causée par l'ingestion d'alcool, de drogues ou d'empoisonnement par des produits chimiques (d'origine végétale, animale ou technologique).
  • Infections virales, bactériennes et parasitaires.
  • Processus de la tumeur.
  • Maladies de l'appareil digestif, maladies auto-immunes, pathologie génétique.

Selon l'OMS, environ 40% des Russes courent un risque de dommages hépatiques liés à l'alcool, 27% souffrent de stéatose hépatique non alcoolique. Environ 5 000 000 de nos compatriotes sont atteints d'hépatite C chronique. Dans différents pays, la cirrhose alcoolique représente 20 à 95% de toutes les maladies du foie, infections virales (hépatite) - 10 à 40%. Environ 170 millions de personnes dans le monde souffrent d'hépatite C, soit deux fois plus - l'hépatite B.

Que faire si le foie «fait mal»?

Si vous ressentez des douleurs dans le foie, contactez immédiatement un hépatologue ou un gastro-entérologue. Après un examen physique et une anamnèse, un spécialiste peut vous diriger vers des examens cliniques, biochimiques et sérologiques du sang, des matières fécales et de l'urine, ainsi que sur une échographie du foie et des voies biliaires. Il faudra exclure ou confirmer la présence d'hépatite virale ou mécanique, de stéatose hépatique, d'autres troubles fonctionnels du foie et de la vésicule biliaire.

Une surveillance constante par un gastro-entérologue et un hépatologue est nécessaire pour toutes les personnes qui consomment régulièrement de l'alcool, sont obèses et souffrent de diabète.

Les médicaments

Quelles que soient les causes de la douleur dans le foie, les médecins recommandent souvent l'utilisation de médicaments appelés hépatoprotecteurs destinés à restaurer les fonctions du foie et à protéger contre les lésions des hépatocytes - les cellules du foie. Actuellement, environ 700 médicaments de cette catégorie sont enregistrés en Russie. Tous les hépatoprotecteurs sont constitués de diverses combinaisons de substances actives de 16 groupes. Considérez les principaux ingrédients actifs des hépatoprotecteurs:

  • Les phospholipides sont les éléments constitutifs des membranes cellulaires. Ils interviennent dans la "dissolution" du cholestérol "nocif" et alimentent l'organisme en acide phosphorique. Ainsi, les préparations à base de phospholipides restaurent la structure des cellules hépatiques, empêchent la formation de tissu conjonctif (fibrose), aident à normaliser les échanges protéiques et lipidiques.
  • L'acide glycyrrhizinique est une substance naturelle qui fait partie de la racine de réglisse. Ce composant a des effets antifibrotiques, anti-inflammatoires et antioxydants. L’efficacité de l’acide glycyrrhizique a été démontrée dans 54 études cliniques conduites sur différentes catégories de patients, y compris des patients atteints d’hépatopathie alcoolique ou non alcoolique. À la suite des recherches, le profil d'innocuité de l'acide glycyrrhizique a été jugé favorable, ce qui lui a permis d'être inclus dans les recommandations de l'Association pour l'étude du foie en Asie-Pacifique (APASL). Les médicaments associant phospholipides et acide glycyrrhizique ont un double effet positif sur la fonction hépatique.
  • Les groupes de médicaments distincts sont les hépatoprotecteurs basés sur les acides aminés: méthionine, adémétionine et ornithine, ainsi que les vitamines des groupes B, C, E et l’acide lipoïque. L'acide lipoïque ou thioctique est une substance de type vitamine aux propriétés antioxydantes proche de l'action des vitamines B. Ces types d'hépatoprotecteurs aident à réduire la concentration de glucose dans le sang, à augmenter le glycogène dans le foie, à réguler le métabolisme des lipides et des glucides, à améliorer la fonction hépatique, à réduire l'effet destructeur toxines sur les hépatocytes.

Régime alimentaire

Pour les douleurs au foie de toute étiologie, le régime dit n ° 5 (ou plus sévère, n ° 5a) est prescrit dans le but de réduire la charge de cet organe. Il est recommandé que les repas réguliers en petites portions 5-6 fois par jour, le régime alimentaire doit être complet et équilibré. Le jour où vous devez boire au moins 1,5 litre d'eau. Les boissons sucrées, le thé fort et le café doivent être exclus. Il est nécessaire de limiter l'utilisation de produits contenant des conservateurs et d'autres additifs chimiques nocifs. Il faut refuser frit, salé, mariné, fumé. Les aliments doivent être bouillis, cuits à la vapeur ou au four. Les graisses d'origine animale (viande grasse et bouillons de viande) et les graisses de confiserie (notamment la margarine) doivent être exclues du régime alimentaire. Produits laitiers gras interdits (plus de 6% de matières grasses), chocolat, crème glacée, confiserie. Il est également déconseillé d'utiliser les types de légumes suivants: légumineuses, radis, épinards, radis, oseille, ail, oignons, fruits aigres et baies.

Phytothérapie

La médecine traditionnelle et la phytothérapie offrent de nombreux outils pour le "nettoyage" du foie et le rétablissement de ses fonctions. Parmi les produits les plus connus, citons le chardon-Marie, la chicorée, une infusion de chélidoine ou de calendula. Ces plantes médicinales sont vendues en pharmacie sans ordonnance du médecin. Cependant, cela ne signifie pas qu'ils sont absolument sans danger et qu'ils auront un effet extrêmement positif sur le corps. Ces fonds ne peuvent être utilisés qu'après avoir consulté un médecin, notamment en cas d'atteinte hépatique grave. La phytothérapie renvoie davantage à la prévention qu'au traitement, et ne remplace en aucun cas les mesures médicales. Si elle est utilisée de manière incorrecte, elle peut avoir un effet négatif non seulement sur le foie, mais également sur d'autres organes.

Mode de vie

Lorsque la douleur dans le foie est une condition préalable, il faut changer de mode de vie. En particulier, il est nécessaire d’abandonner toute mauvaise habitude: fumer, consommer de l’alcool, des fast foods, des plats cuisinés. En présence de facteurs environnementaux défavorables, les loisirs en plein air fréquents, les traitements en sanatorium, le refus de travailler dans des industries dangereuses, une activité physique modérée sont recommandés. Le respect de la routine quotidienne est particulièrement important: le sommeil profond est le meilleur remède. Les cours d'autoformation et de méditation ne seront pas superflus, car le stress et les surcharges émotionnelles constituent une menace sérieuse pour le foie.

Comme il ressort de notre examen, la thérapie médicamenteuse moderne repose souvent sur des substances d'origine naturelle - vitamines, acides aminés, glycyrrhizine et acide lipoïque, etc. Cependant, ils peuvent être utilisés s'ils sont proposés par la médecine conventionnelle, qui repose toujours sur des méthodes factuelles et n'offre pas de médicaments non testés en tant qu'agents thérapeutiques. On peut dire la même chose des régimes: il n’existe qu’un ensemble de lois régissant l’alimentation appropriée: il s’agit d’un régime scientifiquement fondé n ° 5, conçu pour les personnes souffrant d’insuffisance hépatique. Aucun autre régime à la mode, comme celui de la «grand-mère», pris aveuglément sur Internet, ne peut être utilisé!

Comment "renforcer" le foie?

Comme déjà mentionné, il existe un grand nombre de prototypes d'hépa pour la prévention et le traitement des maladies du foie, mais il convient de rappeler que peu d'entre eux ont fait l'objet d'un cycle complet d'études cliniques. Certains médicaments sont également vendus à un prix déraisonnablement élevé. Les scientifiques russes ont récemment distingué un complexe unique de phospholipides et d’acide glycyrrhizique. Cette association a été testée sur des patients atteints de maladie alcoolique du foie, de stéatose hépatique non alcoolique et de maladie du foie induite par un médicament. Dans toutes les études menées, des résultats positifs ont été obtenus: l’action anti-inflammatoire et antifibrotique de l’acide glycyrrhizique a été prouvée. L'association de ces substances est incluse dans les normes pour le traitement des maladies du foie, approuvées par le ministère de la Santé de la Fédération de Russie, ainsi que dans la liste des médicaments essentiels et essentiels (médicaments essentiels et essentiels).

  • Le médicament combiné à base de phospholipides et d'acide glycyrrhizique occupe le premier rang en termes de prescription par les thérapeutes de médicaments ATX - classe A05B "Préparations pour le traitement des maladies du foie" (selon une étude de Synoveit Comcon LLC datée de novembre 2014).
  • L'efficacité clinique et le profil de sécurité favorable de l'acide glycyrrhizique ont été confirmés à plusieurs reprises (54 essais cliniques), cette substance a un large éventail d'indications d'utilisation.

La combinaison d'acide glycyrrhizique et de phosphatidylcholine (composant principal des phospholipides essentiels) exerce un effet protecteur et régénérateur sur les cellules du foie - les hépatocytes, renforçant leurs parois et rendant les membranes intercellulaires élastiques.

Le foie est un organe très robuste et il s’effondre lentement. Par conséquent, il faut comprendre que tout traitement médicamenteux pour les maladies du foie, visant à restaurer les fonctions de cette glande, n’est pas un problème ponctuel, il faut un traitement de plusieurs mois combiné à un régime strict et à des changements de mode de vie.

Douleur au foie

Laisser un commentaire

Si le foie vous fait mal après avoir mangé, cela peut être dû à plusieurs raisons, dont nous discuterons ci-dessous. Le foie est considéré comme la plus grande glande du corps humain. Elle fait un travail incroyable. Dans le processus de digestion, de nettoyage du sang de substances nocives, de contrôle du taux de cholestérol et des hormones, son rôle est inestimable. Avec tout cela, le foie est un organe très délicat, un mode de vie malsain et le stress va en perturber le bon fonctionnement. Cependant, les manifestations de la maladie ne sont visibles que lorsque la douleur au foie devient insupportable.

Symptômes et signes

Découvrez si vous avez une maladie du foie, peut-être à ses débuts. L'inconvénient est que ces symptômes conviennent parfois à d'autres maladies. Le plus souvent, le patient s'inquiète des nausées, des brûlures d'estomac, de l'indigestion, du changement de l'odeur de la bouche. Il y a perte ou, au contraire, augmentation de l'appétit, de la soif, des allergies se manifestent, l'état de santé général se dégrade. Il est possible que la baisse de l'acuité visuelle, l'apparition d'insomnie, la couleur de la peau et des protéines oculaires se modifient et deviennent jaunâtres. Ceci est dû à l'augmentation des taux de bilirubine dans le sang. Ces symptômes s’expliquent facilement par le fait qu’un organe malsain ne peut plus éliminer efficacement les toxines nocives, raison pour laquelle un empoisonnement progressif du corps se produit. Les maladies typiques sont facilement diagnostiquées par des symptômes caractéristiques. Cependant, même des experts expérimentés sont parfois incapables de cerner le problème.

Pour ne pas se tromper, il est important de connaître les caractéristiques individuelles de l'organisme, s'il existe d'autres pathologies. Le foie peut être malade en raison de diverses maladies dans lesquelles de tels symptômes se manifestent:

  • La peau jaune indique des dommages au foie.

une gêne et des douleurs sont ressenties dans la région des glandes et dans l'estomac;

  • corps écrase en raison de la taille accrue, gonfle;
  • faiblesse, maux de tête et malaise général;
  • allergies cutanées, démangeaisons, transpiration accrue;
  • peau jaunâtre et sclérotique des yeux;
  • perte de poids sans raison apparente;
  • un abdomen très élargi, un motif de veines dessus;
  • violation de la stabilité de la chaise, modification de la nature et de la couleur des matières fécales;
  • signes courants d'hypovitaminose;
  • plaque sur la langue et amertume dans la bouche;
  • changement de la température corporelle (son augmentation ou au contraire sa diminution).
  • Causes et maladies

    En raison de la non-spécificité des symptômes de ces maladies, une personne ne prête pas suffisamment d’attention à l’état de santé. Les causes de la douleur peuvent être différentes. Lorsque les symptômes ne peuvent être ignorés, le traitement devient plus difficile. La glande peut faire mal dans de telles circonstances:

    • avec l'hépatite (une maladie à caractère inflammatoire);
    • hépatose (dystrophie du foie);
    • dans la cirrhose - remplacement irréversible des cellules hépatiques saines entraînant une grave perturbation de la glande;
    • fibrose (remplacement des cellules hépatiques saines par des cellules du tissu conjonctif);
    • insuffisance hépatique (dans cet état, le foie n’est pas en mesure de remplir toutes ses fonctions);
    • la présence de cancer.
    Retour à la table des matières

    Que faire

    Pour résoudre les problèmes de santé, il est conseillé de contacter un hépatologue ou un gastro-entérologue. Un diagnostic précis de la pathologie et de son niveau de développement peut aider:

    • Analyse de l'urine et du sang pour la bilirubine.
    • Analyse biochimique du sang.
    • Examen échographique d'un organe malade (détermination des dimensions, de la structure). De plus, le médecin prescrit une tomographie assistée par ordinateur et / ou une imagerie par résonance magnétique.
    • Biopsie tissulaire (uniquement pour clarifier le diagnostic déjà posé).

    En se basant sur les résultats obtenus, le médecin traitant recommande un traitement médicamenteux avec modification de la nutrition. Si la pathologie n'est pas critique, la restauration du corps est réelle à la maison ou à l'hôpital. Avec des degrés graves de la maladie est d'accepter un traitement hospitalier. En plus, c'est une intervention chirurgicale possible.

    La douleur est un signe lumineux que le foie est gravement malade.

    Les facteurs qui causent le corps fait mal

    La plus grosse glande tombe malade pour plusieurs raisons. Les manifestations douloureuses du travail avec facultés affaiblies se développent dans de tels cas:

    • intoxication périodique et aiguë par les boissons alcoolisées, les métaux, les médicaments, les poisons d’origine diverse (végétale, animale, technologique);
    • maladies des organes digestifs;
    • mauvais mode de vie;
    • effets toxiques de l'écologie dans la région de résidence;
    • l'impact négatif des parasites sur leur activité vitale;
    • infections de différents types;
    • la présence de tumeurs dans le corps;
    • troubles auto-immuns;
    • prédisposition génétique;
    • blessures à l'abdomen et au foie lui-même;
    • cancérogènes chimiques et physiques.
    Retour à la table des matières

    La nature de la douleur dans le foie

    Comme toute autre maladie, les pathologies du foie sont de nature différente. L'interprétation peut être:

    • Le foie fait mal, la lourdeur à l'intérieur se fait sentir. Probablement un processus pathologique à développement lent de genèse inflammatoire ou autre. Cela s'explique par une augmentation de la taille du foie, une distension de la capsule du foie.
    • Douleur aiguë et aiguë dans le foie, piqûres sous les côtes, cuisson. Indique un processus inflammatoire, purulent ou traumatique. Foie enflé peut-être.
    • Forte douleur lancinante au même endroit, donne au côté du foie. Ce type de douleur est plutôt associé à des troubles de la vésicule biliaire.
    • La douleur n'est pas observée. Lorsque le développement lent de formes plus graves de maladie du foie, il est possible de tirer la douleur dans le foie après avoir mangé.
    Retour à la table des matières

    Comment et comment aider?

    Une glande malade doit être traitée correctement. Choisissez un médicament selon les instructions du médecin traitant. Le médicament doit avoir une efficacité et une sécurité prouvées. La médecine anesthésique aidera à soulager les manifestations désagréables des pathologies. Cependant, cela vaut la peine de le boire seulement s'il y a une douleur coupante ou un spasme dans la région du foie. Un médicament contenant de l'acide glycyrrhizique et des phospholipides est utile en thérapie. Les préparations à base de ces substances ont un effet complexe sur le patient.

    Bonne nutrition

    Vérifiez votre alimentation si votre foie est inquiet. Cela peut causer des douleurs au foie. Pour le foie ne fait pas mal, il est important de s'en tenir à un régime alimentaire. Limitez les aliments épicés, frits et gras. La nourriture, cuite hier, ne regrette pas de la jeter. Cela peut grandement affecter l'issue du traitement. Le régime n'est pas mortel, il est plutôt mortel - ignorer la douleur lorsque le foie brûle et fait mal.

    Un régime bien formulé accélérera le processus de guérison.

    Lorsque la maladie disparaît l'appétit, mais ne vous inquiétez pas immédiatement. Les médecins recommandent de prendre des repas légers, ce qui est un plaisir. Il est souhaitable d’alimenter les patients de manière riche en protéines et en fibres, en vitamines et en minéraux. Le matin, l'estomac vide, vous pouvez boire de l'huile de lin ou de l'huile d'olive. Il est important de manger régulièrement, toutes les quelques heures, en petites portions. Produits laitiers recommandés, légumes marinés, diverses céréales, viandes maigres et poisson, confiture et miel. La consommation d'œufs, de fromages à pâte dure, de saucisses et similaires devrait être limitée. Élimination complète de la crème glacée, du chocolat, des boissons alcoolisées, des épices et des épices, des aliments gras et frits.

    Prévention

    Des recommandations claires aideront à maintenir le corps au bon niveau de fonctionnement. Un mode de vie avec des habitudes négatives entraîne l'apparition de nombreuses maladies. Il est nécessaire d'ajuster le niveau d'activité physique, d'améliorer la qualité de la nourriture. L'absence de dépendance à la nicotine et à l'alcool est un effet positif sur la santé. Il est important de suivre les règles d'hygiène pour prévenir l'hépatite. Un traitement inapproprié et tardif fera plus de mal que de bien. Les actions préventives sont excellentes comme premiers secours.

    La glande hépatique a la capacité de se régénérer au plus haut niveau. Cependant, un mode de vie destructeur rend le foie malade.

    Suivre le bon régime est conçu pour réduire la charge sur le corps et le système digestif dans son ensemble. En raison du stress, du mode de vie inapproprié, de la malbouffe, le foie peut faire mal. La nuit, il y aura une sensation de brûlure constante dans le foie, l'estomac tire et gonfle. Si tout est exactement comme cela: il y a une douleur vive au foie et les symptômes désagréables mentionnés ci-dessus, vous devez prendre des analgésiques puissants. Réduire le stress, cesser de fumer et boire de l'alcool - tout cela peut éliminer la part du lion des moments désagréables. Une maladie du foie malade est très simple, si vous ne suivez pas toutes les recommandations ci-dessus.

    Comment traiter les douleurs du foie à la maison

    Si une personne a été examinée et est sûre d'avoir mal au foie, le médecin vous prescrira le déroulement du traitement. Il est impossible de se débarrasser de ce symptôme rapidement. La douleur diminuera à mesure que l'activité du processus diminue.

    Différentes maladies du foie nécessitent une approche thérapeutique différente. Les maisons continuent généralement leur traitement en hospitalisation, mais à des doses plus faibles. L'hépatite aiguë est traitée pendant une période pouvant aller jusqu'à deux ans afin d'éviter une transition vers un traitement chronique.

    Des recommandations sur les mesures à prendre à domicile peuvent être obtenues auprès de spécialistes du traitement des hépatites virales spécialistes des maladies infectieuses, auprès d’un gastro-entérologue. Les hépatologues sont apparus dans les grands centres médicaux.

    Quand un traitement est-il administré?

    La vraie douleur dans le foie est rarement intense. Localisé dans l'hypochondre droit. On se sent comme une lourdeur stupide, douloureuse ou constante. Ils peuvent irradier vers le côté droit, le dos et la région épigastrique.

    En outre, il existe des signes d'altération de la digestion: ballonnements, diarrhée ou constipation, faiblesse. Lors d’une longue série de maladies chroniques, les principaux symptômes sont une violation de tous les types de métabolisme: saignements des gencives, perte d’appétit et perte de poids, démangeaisons cutanées, déclin mental (altération marquée de la mémoire).

    En cas d'hépatite, on peut s'attendre à une jaunisse, un assombrissement de l'urine et une décoloration des matières fécales quelque temps après l'apparition de la douleur. Chez les hommes, l'impuissance se développe progressivement et les femmes sont souvent traitées pour stérilité.

    Les douleurs deviennent intenses lors de la croissance d'une tumeur maligne, de la suppuration d'un kyste et de la formation d'un abcès, d'une accumulation de liquide dans la cavité abdominale (ascite). Les malformations cardiaques accompagnées d'insuffisance circulatoire s'accompagnent d'une augmentation du foie congestif et de douleurs lancinantes au fil des contractions cardiaques.

    Les patients doivent être conscients que le foie ne peut pas souffrir d’attaques soudaines. La cholécystite, la cholélithiase, la pancréatite se distinguent par un caractère similaire. Cette pathologie peut survenir parallèlement à la maladie du foie, maintenir son activité, provoquer des troubles digestifs supplémentaires.

    L'augmentation progressive de la douleur lors du mouvement dans la région iliaque droite est typique de l'appendicite aiguë. Lorsqu’on exprime une douleur dans l’hypochondre et dans le dos, il faut penser aux maladies du rein droit.

    Il existe de nombreuses conditions pathologiques simulant une douleur dans le foie. Seul un médecin traitant expérimenté peut différencier correctement leur origine. Il comprendra ce qui a causé la douleur et vous expliquera comment vous en débarrasser. Chercher en temps utile une aide médicale aide à éviter un état négligé grave.

    Schéma de traitement des maladies du foie

    Il est impossible de supprimer rapidement la douleur sans traitement hépatique général. Pratiquement toutes les pathologies d'organes nécessitent la restauration des hépatocytes mourants, la lutte contre l'inflammation et l'œdème. Le traitement nécessitera l'observance des régimes, l'abandon de l'alcool et du tabac, ainsi que l'arrêt des efforts physiques intenses.

    Les médicaments antibactériens sont utilisés dans la détection des abcès bactériens, l’échinococcose est traitée avec des agents antiparasitaires spéciaux.

    Dans le traitement de l'hépatite virale, il faut des antiviraux coûteux, des immunomodulateurs. Lorsque les processus auto-immuns utilisent des doses élevées de corticostéroïdes et de médicaments cytotoxiques.

    Afin de favoriser la régénération cellulaire, des préparations du groupe des hépatoprotecteurs, des vitamines, sont prescrites. Pour améliorer les processus de formation et d'écoulement de la bile, des médicaments cholérétiques de différentes actions (cholérétique et cholécinétique) sont utilisés.

    En cas de cholécystite concomitante, de dyskinésie des conduits de type spastique, les antispasmodiques sont utilisés pour soulager la douleur. Comment traiter la douleur chez un patient particulier devient clair après l'examen.

    Que faire si la douleur n'est pas associée à une pathologie?

    Le syndrome de la douleur dans le foie peut survenir chez une personne pratiquement en bonne santé dans le cas d'une tentative de faire du jogging ou de l'exercice après avoir bu de l'alcool. En l'absence de soutien constant à la forme physique du corps pendant l'exercice, une surcharge de la capsule hépatique se produit en raison du remplissage avec du sang.

    Vous ne devriez pas refuser une formation. Vous devez revoir votre formation et:

    • réduire la charge;
    • ajouter du temps pour se reposer;
    • apprendre à contrôler la respiration;
    • éviter les efforts physiques immédiatement après le déjeuner, vous pouvez manger au plus tard 2 heures avant l'entraînement, éviter les aliments gras, les aliments trop frits et épicés.

    Si la douleur est perturbée le lendemain matin après une fête avec des boissons alcoolisées, il est alors nécessaire de «décharger» le foie lors du traitement de l'alcool. Pour ce faire, une eau minérale alcaline sans gaz, de la farine d'avoine liquide, une tisane, du fromage cottage faible en gras fera l'affaire. Vous pouvez commencer à prendre des hépatoprotecteurs, bien qu’il n’y ait aucune raison d’attendre une action rapide de ces médicaments.

    Parfois des douleurs apparaissent sur le fond d'antibiotiques prescrits par un médecin pour le traitement d'un processus. Il convient de rappeler la possibilité d'un impact négatif sur le foie, la sensibilité individuelle au médicament. Vous devez informer le médecin et remplacer le médicament.

    Si vous ne pouvez pas voir un médecin

    Dans une situation où la douleur n'est pas forte, mais interfère avec le travail, chaque personne peut faire face à la tâche. Pour réduire l'intensité est recommandé:

    • au moins 2 semaines pour passer à la nutrition diététique;
    • prenez un comprimé d'antispasmodique (No-shpa, Spazmalgon, Papaverin), la douleur diminuera si elle est associée à une violation du flux de bile;
    • buvez un peu d'eau minérale alcaline chauffée (Borjomi, Essentuki 4) et allongez-vous du côté droit;
    • infuser une tisane avec de la soie de maïs, de l'immortelle, de la camomille et la boire toute la journée;
    • Commencer un traitement par les hépatoprotecteurs, qui peut être acheté dans une pharmacie sans ordonnance (Essentiale, Carsil, Gepabene, Darcil, Méthionine);
    • si vous ressentez des nausées et une amertume dans la bouche, choisissez un des médicaments cholérétiques (Allohol, Hofitol, Holemax).

    Besoins nutritionnels pour la douleur du foie

    À la maison, il est nécessaire de fournir à la personne souffrant de douleurs hépatiques le régime alimentaire approprié. Elle devrait correspondre à la tâche de déchargement maximal du corps avec un apport suffisant en composants alimentaires nécessaires.

    Les règles de nutrition comprennent:

    • refus obligatoire des graisses animales, des conservateurs, de l'alcool, du soda, des épices piquantes, du café, du chocolat, des aliments frits;
    • fournir une composition en protéines au détriment des produits aux formes faciles à digérer (viande de lapin, viande de volaille, veau);
    • la substitution maximale du beurre aux légumes, il est préférable d’utiliser des types pelés et raffinés (tournesol, lin, olive);
    • réduire la quantité de glucides due à l'abandon de produits culinaires, de biscuits, de sucreries;
    • faire cuire les aliments à la vapeur, par ébullition, cuire au four, cuire à l'étouffée;
    • l'alimentation doit être fréquente (après 2-3 heures), mais en petites portions;
    • nettoyer les intestins pour fournir une quantité suffisante de fibres grâce au son et au pain diététique, aux salades avec des légumes frais.

    Le régime peut être formé à partir des produits suivants:

    • pain séché à base de farine de seigle ou de son;
    • soupes aux légumes, viande maigre, poisson de mer;
    • viande bouillie et côtelettes de vapeur, boulettes de viande, boulettes de poulet, bœuf maigre, veau;
    • poisson cuit à la vapeur ou bouilli (merlu, plie, morue, chinchard);
    • beurre jusqu'à 30 g par jour et légume - jusqu'à 50 ml;
    • plats de légumes à la citrouille, chou, carottes, courgettes;
    • des bouillies sur l'eau;
    • jus de fruits frais, gelées, fruits entiers uniquement sucrés;
    • produits laitiers, fromage cottage, fromage faible en gras;
    • thé vert au miel, décoction d'églantier.

    Caractéristiques des hépatoprotecteurs

    À la maison, montre la réception de médicaments qui protègent le foie, la régénération cellulaire, empêchant la stagnation de la bile. Ces propriétés ont des hépatoprotecteurs modernes. Ils aideront à réduire la douleur et une sensation de lourdeur. Selon sa composition et l'origine des médicaments sont divisés en plusieurs groupes. Nous considérons les outils les plus courants et utilisés.

    Préparations à base de plantes

    Les médicaments les plus souvent recommandés sont les flavonoïdes de chardon-Marie (Legalon, Karsil, Silimar, Gepabene), de réglisse (Phosphogliv), de feuilles d'artichaut (Hofitol) et d'autres plantes (Liv 52). Ils renforcent l'enveloppe des hépatocytes, empêchent la pénétration des toxines.

    Le mécanisme d'action est fourni par:

    • se lier aux radicaux libres et arrêter l'oxydation des lipides;
    • stimulation des antioxydants en augmentant la teneur en glutathion;
    • synthèse de protéines qui accélèrent la récupération des hépatocytes endommagés.

    Les remèdes sont indiqués pour les hépatites toxiques, alcooliques et médicamenteuses, si une analyse biochimique confirme l’activité et pour la prophylaxie. La prudence est requise en cas de stagnation de la bile, car il est prouvé qu'elle peut être améliorée avec les préparations à base de chardon. Il n'y a aucune preuve d'efficacité dans le traitement de l'hépatite virale.

    Drogues d'origine animale

    Les médicaments sont fabriqués à partir d'extrait de foie de bovin (Hepatosan, Prohepar). Ils contiennent: Vitamine B12, acides aminés, facteurs de croissance du foie. Il est prescrit pour le traitement de l'hépatite chronique, de la cirrhose, des médicaments et des lésions toxiques du foie.

    Il est important de se rappeler que l'effet antioxydant et réducteur de ce groupe n'a aucune preuve. De plus, les médicaments peuvent être dangereux pour les patients présentant une hépatite active, car ils sont des allergènes prononcés.

    Phospholipides Essentiels

    Le groupe d'hépatoprotecteurs le plus répandu dans la Fédération de Russie. Phospholipides: compenser le "matériau de construction" de la paroi cellulaire des hépatocytes, augmenter l'activité de l'enzyme collagénase, qui détruit le tissu cicatriciel, sont des antioxydants.

    Indiqué pour tout dommage au foie. Exemple - Essliver Forte, un médicament qui, en plus des phospholipides essentiels, contient une combinaison de vitamines qui augmentent l'efficacité:

    • Dans1 - Stimulateur antioxydant et immunitaire;
    • Dans2 - participe à la régulation de l'activité cérébrale;
    • Dans6 - en tant que coenzyme, régule le métabolisme des protéines;
    • Dans12 - assure la synthèse de l'enzyme nécessaire à la gaine des fibres nerveuses;
    • Nicotinamide - active la respiration des tissus, le métabolisme des lipides et des glucides;
    • E - antioxydant puissant.

    Les médicaments du groupe (Lipostabil, Essentiale Forte, Rezalut Pro, Phosfontsiale) sont également recommandés dans le traitement des maladies des voies biliaires.

    Acides aminés

    Les médicaments contenant des acides aminés sont importants pour assurer les transformations biochimiques et la formation des phospholipides, de la taurine, du glutathion, ainsi que pour la construction des structures cellulaires des hépatocytes et du cerveau. Exemple - Adométhionine.

    La capacité du médicament à résister à la fibrose a également été prouvée. Particulièrement indiqué pour l'encéphalopathie hépatique. Céder avec une cirrhose, une hépatite chronique. Le meilleur effet est donné par l'introduction de la méthode d'injection.

    Vitamines à action antioxydante

    Le groupe est représenté par les vitamines E, C et l'acide lipoïque. L'acide α-lipoïque, une coenzyme impliquée dans le processus de synthèse de l'énergie par les cellules du foie, régule le métabolisme des glucides, des protéines et des graisses. Il est indiqué pour l'hépatite virale A, l'hépatite chronique, l'hépatose graisseuse, l'hépatopathie alcoolique, la cirrhose.

    Drogues de différents groupes

    L'acide ursodésoxycholique (UDCA) est le plus efficace. Il fait partie de la bile normale d'une personne dans une concentration de 4%. Une fois supplémenté, il réduit l'effet des acides biliaires toxiques, supprime la production d'immunoglobulines, augmente la sortie de la bile et élimine les substances toxiques du foie, a une activité antioxydante. Il est indiqué pour toute hépatite.

    Comment réduire la douleur dans le foie avec des herbes?

    La médecine traditionnelle recommande l'utilisation de décoctions d'herbes et de plantes ayant un effet anti-inflammatoire et antispasmodique pour soulager la douleur dans le foie. Ceux-ci comprennent:

    • fenouil
    • anis,
    • graine d'aneth,
    • menthe poivrée
    • fleurs de marguerite
    • oie d'argent,
    • codly.

    L’amertume aide également à «nettoyer» le foie sur la base de:

    • absinthe,
    • gentiane,
    • marais de calamus,
    • racines de pissenlit,
    • tansy

    Les plantes améliorent la circulation de la bile, par conséquent, sont indiquées pour les coliques hépatiques. Pour restaurer la fonction du foie, nous recommandons la décoction de chardon-Marie, trèfle, calendula, immortelle, feuilles de bouleau, fruit du houblon, églantine.

    Lorsqu'un besoin urgent suffit à résister au type de thé préparé. Dans le réseau des pharmacies, vous pouvez acheter des herbes séparément ou sous forme de collecte de médicaments. Les options faites maison pour se débarrasser de la douleur du foie nécessitent de la prudence. Vous ne pouvez pas reporter une visite chez le médecin si la douleur dure plus d'une journée. Les préparations à base de plantes n'ont pas de sens à prendre sans déterminer les indications spécifiques.

    Douleur au foie

    La douleur dans le foie est une douleur dans la capsule de Glisson et le péritoine recouvrant le foie. Dans le foie même, les récepteurs de la douleur sont absents, il y en a beaucoup dans le fascia (capsules de tissu conjonctif). Ainsi, la douleur dans le foie ne peut se produire que dans le cas d'une hépatomégalie - augmentation de l'organe et de la tension des parois de la capsule ou due à une inflammation de la vésicule biliaire et des voies biliaires.

    Causes de la douleur dans le foie

    Causes fonctionnelles de la douleur du foie:

    • Intoxication alcoolique.
    • Activité physique excessive, surmenage.
    • Stress chronique ou aigu.
    • Charge de nourriture - l'utilisation d'aliments gras et lourds.
    • Intoxication médicamenteuse.

    Causes organiques de la douleur du foie:

    • Cirrhose - primaire biliaire, auto-immune ou alcool.
    • Stéatose du foie (transformation graisseuse des cellules du foie).
    • Hépatite chronique ou aiguë.
    • Abcès du foie.
    • Kystes du foie.
    • Tumeurs bénignes et tumeurs malignes du foie.
    • Amylose du foie.
    • Maladie de Wilson - dégénérescence enzymatique, une violation de l'échange de cuivre.
    • Hyperbilirubinémie - syndrome de Gilbert (maladie génétique - hépatose pigmentée).

    Causes de la douleur dans le foie - c’est la colique hépatique et le diabète.

    Qu'est-ce qui blesse le foie?

    Les autres maladies qui provoquent des douleurs dans le foie sont l’irritation ou la pression sur le foie:

    • Cholécystite aiguë et chronique
    • Cholangite
    • Gastrite
    • Pneumonie du lobe inférieur droit
    • Syndrome du côlon irritable

    La douleur hépatique peut être mal interprétée avec la douleur abdominale générale. Dans ce cas, la douleur au foie peut être déclenchée par des calculs biliaires, des douleurs dans les intestins et des maladies du pancréas (pancréatites aiguës et chroniques).

    Douleur dans les maladies du foie

    La douleur dans les maladies du foie n'indique pas toujours les maladies de l'organe lui-même, elle est le plus souvent un signe de changements pathologiques dans l'ensemble du système hépatobiliaire. Les maladies les plus fréquemment diagnostiquées pour lesquelles des sensations douloureuses dans l'hypochondre droit sont caractéristiques sont l'hépatite virale, tant aiguë que chronique. Plus rarement, on détecte des pathologies inflammatoires purulentes, des maladies parasitaires et des tumeurs du foie, en raison de la grande capacité de régénération de l’organe. Ainsi, le foie résiste longtemps à toute maladie, jusqu’à épuisement de ses ressources.

    Une douleur associée à une maladie du foie peut indiquer de telles maladies:

    • Hépatite associée à des processus infectieux dans le corps (tractus gastro-intestinal, poumons, cœur).
    • Hépatite virale aiguë et chronique.
    • Mononucléose infectieuse (pathologie virale touchant les ganglions lymphatiques).
    • Leptospirose (maladies infectieuses aiguës).
    • Hépatite causée par le virus de l'herpès.
    • La fièvre jaune (febris flava) est une maladie hémorragique de nature infectieuse.
    • Hépatite entérovirale.
    • Hépatite cytomégalique causée par le cytomégalovirus.
    • Hépatite causée par une bactérie à Gram négatif ou à Gram positif (cocci).
    • La légionellose est une forme grave de pneumonie infectieuse avec hépatomégalie.
    • Hépatite auto-immune.
    • Cirrhose du foie d'étiologies diverses.
    • Stéatose (dégénérescence graisseuse) du foie.
    • Cholangite sclérosante - aiguë ou chronique.
    • Hémochromatose - pathologie pigmentaire héréditaire, cirrhose.
    • Tumeurs, y compris malignes.
    • Abcès du foie, y compris ceux d'origine parasitaire.
    • JVP - dyskinésie des voies biliaires.
    • Maladie biliaire.
    • Cholécystite aiguë ou chronique.

    Les douleurs dans les maladies du foie ne sont pas spécifiques, le tiraillement ou une douleur vive dans le côté droit peuvent indiquer une douzaine de maladies, il est donc conseillé de consulter un médecin qui différencie les symptômes et le diagnostic correct.

    Cirrhose du foie

    La douleur causée par la cirrhose du foie est caractéristique d'un processus avancé, lorsque des complications associées à la cirrhose se développent. La cirrhose est une pathologie progressive, son rythme de développement peut varier - d'une année à plusieurs années, lorsque la maladie ne se manifeste pratiquement pas avec des signes évidents. Une diminution graduelle du nombre d'hépatocytes en activité et le remplacement du tissu parenchymal par des croissances conjonctives et fibreuses violent presque toutes les fonctions du foie, mais cela ne fait pas mal jusqu'à ce qu'il soit agrandi. Lorsque l'hépatomégalie (augmentation de l'organe) développe une insuffisance hépatique, une hypertension portale peut survenir, puis les premiers symptômes inquiétants apparaissent. L’apparition de sensations douloureuses, douloureuses et douloureuses indique une pathologie grave de l’organe. Les douleurs chroniques accompagnées d'une cirrhose du foie peuvent être accompagnées de vomissements ou de nausées, d'ascites, d'une teinte jaune de la peau et des yeux, de démangeaisons diffuses, de dyspepsie, de fièvre. Outre les symptômes douloureux, les "signes hépatiques" - des "étoiles" vasculaires courantes, ainsi que la rougeur (érythème) des paumes sont caractéristiques.

    Cancer du foie

    Les oncoprocédés du foie, comme de nombreuses autres pathologies de cet organe, se développent souvent et durent longtemps sans symptômes cliniques clairement exprimés, ce qui est un réel malheur pour le diagnostic du cancer et dans le sens où on essaie de le traiter. Ce n'est que lorsque le processus est souvent irréversible que la douleur causée par le cancer du foie devient prononcée. Cela est dû à la grande capacité de régénération du foie, qui, jusqu’à la dernière, essaie de combattre indépendamment la pathologie. Lorsque ses ressources sont épuisées et que la tumeur grossit, des signes de la maladie apparaissent. La tumeur exerce une pression sur les structures et les organes voisins, l’état général de la personne s’aggrave. Les douleurs du cancer du foie sont rarement de nature aiguë, elles sont généralement associées aux symptômes suivants:

    • Diminution des performances, fatigue prononcée, faiblesse.
    • Une diminution progressive de l'appétit, qui conduit à une diminution du poids corporel jusqu'à la cachexie.
    • Un changement dans les selles est une alternance sans cause de constipation avec diarrhée.
    • L'ascite est un fluide dans la cavité abdominale.
    • La douleur dans l'hypochondre droit devient chronique, constante, indépendamment du régime alimentaire ou de l'exercice.
    • Le jaunissement de la peau et du blanc des yeux est possible.

    Douleur dans les métastases hépatiques

    La douleur dans les métastases hépatiques est presque toujours associée au stade terminal du processus oncologique dans de nombreux organes - de l'estomac, du gros intestin ou de la glande mammaire, des poumons, du pancréas, du système osseux ou du cerveau. Le plus souvent, la douleur dans les métastases hépatiques se manifeste chez les patients atteints d'un cancer de l'estomac ou des intestins, ainsi que chez les patients chez lesquels un cancer du poumon a été diagnostiqué. Plus de la moitié de ces patients sont des métastases hépatiques. Environ un tiers des patients présentant des métastases hépatiques sont des patients atteints d'un cancer de l'œsophage et d'un mélanome. La douleur dans les métastases hépatiques n'est pratiquement pas retrouvée dans les cancers du larynx et de la prostate, dans les cancers de l'ovaire ou de l'utérus, dans les tumeurs de la vessie et du rein. Les métastases hépatiques sont asymptomatiques au premier stade, mais seulement lorsque le processus devient extrêmement destructeur, une hépatomégalie se développe et une douleur typique se développe lors de métastases hépatiques permanentes et chroniques. En soi, les sensations douloureuses ne sont pas si terribles pour le patient, mais l’état général aggrave la complexité des symptômes pathologiques - fièvre légère, perte de poids, faiblesse, nausée constante, ascite.

    Pathogenèse

    Le mécanisme de développement de la douleur est le suivant:

    • les processus pathologiques dans le parenchyme hépatique se produisent cachés, sans symptômes évidents.
    • une périhépatite se développe - une inflammation de la couverture péritonéale.
    • le foie commence à augmenter et l'hépatomégalie se développe.
    • les parois de la capsule de glisson sont étirées.
    • il y a de la douleur.

    Plus la paroi de la capsule s'étire, plus la douleur dans l'hypochondre droit est intense. Une douleur au foie peut également se développer en raison de la pression externe exercée sur la capsule et le péritoine de la vésicule biliaire et des voies biliaires. Des symptômes parfois douloureux sont associés à une appendice enflammée ou à une névralgie intercostale. Les causes de la douleur dans l'hypochondre droit sont diverses, elles peuvent être à la fois organiques et fonctionnelles.

    Symptômes de la douleur dans le foie

    La douleur dans le foie peut être de nature différente: sensation de lourdeur dans l'hypochondre droit; permanent toute la journée; douloureux; douleurs qui augmentent pendant l'effort physique, en cours d'exécution; après avoir pris des aliments gras, frits ou épicés.

    Les symptômes de la douleur dans le foie peuvent se manifester comme suit:

    • Dessin, douleur sourde au côté droit (dans l'hypochondre).
    • Douleur à droite, irradiant dans le dos.
    • Démangeaisons qui peuvent être ressenties à la fois dans la région abdominale et dans tout le corps.
    • Eclaboussures à l'odeur caractéristique d'un œuf pourri.
    • Jaunisse de la peau et du blanc des yeux.
    • Faiblesse générale, apathie.
    • Mal de tête
    • Douleur musculaire (le plus souvent dans le dos et les jambes).
    • Nausée

    Les symptômes de douleur dans le foie se caractérisent par le fait qu’ils peuvent modifier le niveau d’intensité en fonction de l’effort physique, de modifications du régime alimentaire. Il convient de noter que la douleur sourde et douloureuse est le signe d’un processus aigu, car dans l’évolution chronique de la maladie, le foie ne souffre généralement pas du tout. Asymptomatique et constitue le principal danger des pathologies du foie, car, sans diagnostic et traitement rapides, l'hépatite chronique peut entraîner une dégénérescence graisseuse, une cirrhose et même un cancer du foie.

    En outre, les symptômes de la douleur dans le foie sont souvent les signes d'une maladie d'un organe proche - la vésicule biliaire, située anatomiquement à proximité. La colique biliaire peut être prise pour la pathologie du foie, et un traitement inadéquat (principalement un auto-traitement) provoque une cholécystite calculeuse qui provoque une rupture de la vessie. En outre, les antispasmodiques tirés par une analgésie ou des douleurs aiguës compliquent le diagnostic différentiel et exacerbent le processus inflammatoire dans les voies biliaires.

    Une valeur diagnostique importante est l’irradiation de la douleur par le foie vers d’autres parties du corps. Souvent, la douleur irradie dans le dos, l’omoplate droite et le côté droit du cou.

    La douleur au foie est souvent accompagnée d'autres symptômes: brûlures d'estomac, nausée, vomissements, goût amer de la bouche, éructations, mauvaise haleine, ballonnements (flatulences), violation des selles - constipation ou diarrhée.

    Lors de complications ou d'exacerbations de la maladie ou de l'implication d'autres organes dans le processus pathologique, les symptômes suivants peuvent apparaître: fièvre, faiblesse, fatigue, diminution des performances, léthargie, jaunisse, prurit. Des maux de tête et des évanouissements, des hémorragies cutanées, une impuissance et des menstruations irrégulières peuvent survenir.

    Symptômes de douleur dans le foie, nécessitant des soins médicaux d'urgence:

    • Vomissements fréquents de la bile.
    • Douleur aiguë dans l'hypochondre droit.
    • Jaune de la peau et des yeux.
    • L'apparition de télangiectasies (varicosités) sur le visage, les épaules, l'abdomen et le thorax.
    • Hyperthermie, associée à un symptôme douloureux dans le foie.

    Douleur intense dans le foie

    L'hépatite ne se caractérise généralement pas par une douleur intense au foie, mais est plutôt associée à une colique biliaire lorsque les muscles de la vésicule biliaire ou du canal canalaire sont dus à un blocage provoqué par un spasme de pierre. Une telle douleur est spécifique - elle se manifeste par un ajustement, commençant soudainement et s'atténuant progressivement. Souvent, avant les coliques, une personne est très agacée, il peut y avoir des nausées, une gêne au milieu de la poitrine («sous la cuillère»). Les symptômes de la douleur ont une localisation claire dans l'hypochondre droit, moins souvent au milieu, ils donnent à l'épaule droite un espace interscapulaire. La douleur est si aiguë qu'une personne perd sa capacité de travail, sa température corporelle augmente brusquement et des vomissements apparaissent. Les coliques peuvent durer assez longtemps, jusqu'à 20-24 heures. Une douleur intense dans le foie peut également être un signe de cancer dans la dernière étape, la mononucléose infectieuse. Les symptômes de la douleur peuvent être associés à la rupture d'un kyste d'origine parasitaire, à un abcès, à une crise de pancréatite aiguë, à une modification pathologique du rein droit et à une appendicite.

    Douleur douloureuse dans le foie

    C'est une douleur typique qui accompagne de nombreuses pathologies d'un organe. Il convient de noter que presque tous les changements fonctionnels chroniques du système hépatobiliaire, y compris les systèmes inflammatoires, sont asymptomatiques. Une douleur douloureuse dans le foie indique une maladie négligée qui s'est développée depuis longtemps. Le premier symptôme à traiter pour prévenir le développement de la maladie est une sensation de lourdeur apparaissant périodiquement dans l'hypochondre droit. La sensation de lourdeur peut survenir après avoir mangé et pendant un effort physique, ou indépendamment, sans raison objective. Au fil du temps, il se développe en douleurs douloureuses et persistantes qui peuvent irradier vers le haut - sous l'omoplate, dans le cou, dans le dos. Un trait caractéristique qui fait mal au foie, cette propriété est exacerbée par le stress excessif, la flexion ou le stress. Assez souvent, ces symptômes sont accompagnés d'éructations, d'une sensation de nausée, de flatulences, d'une violation de la chaise (constipation ou diarrhée). La couleur jaune de la peau indique que la maladie est devenue une forme aiguë dans laquelle une douleur intense ne se manifeste pas toujours. Si la peau présente une teinte jaune, le blanc des yeux ne force pas la personne à consulter un médecin et à commencer le traitement. En plus de la douleur douloureuse dans le foie qui devient constante, des démangeaisons apparaissent sur tout le corps, la capacité de travail diminue et une faiblesse se développe.

    Douleur lancinante dans le foie

    La douleur pulsatoire dans le foie est en réalité une pulsation de l'organe en phase avec le rythme cardiaque, ce qui peut indiquer une insuffisance pathologique du cœur tricuspide ou de la valve aortique. Avec une pathologie avancée, la pulsation peut être palpée à la palpation, parfois même à l'œil nu, surtout si le foie lui-même est hypertrophié. En outre, une douleur lancinante dans le foie peut être un signe d'anévrisme de l'artère hépatique.

    La pulsation peut être une conséquence de processus congestifs chroniques dans le foie, qui sont à leur tour provoqués par des pathologies cardiaques - insuffisance de la valve tricuspide, sténose de la valve mitrale et péricardite adhésive. Si un processus stagnant se développe dans l'oreillette droite, la pression dans les veines hépatiques augmente également et les veines centrales sont obligées de se dilater. Une circulation sanguine lente conduit à ce que les veines centrales débordent de sang, provoquant une hypertension portale et une hypoxie. Nécrotisation centrobulaire développée des cellules du foie, dégénérescence du parenchyme dans le tissu conjonctif. Le foie augmente, peut bouger, pulser. Des douleurs lancinantes dans le foie sont accompagnées de nausées, d'une sensation de lourdeur, de sensations douloureuses dans l'hypochondre droit, similaires aux signes d'hépatite. Un tel syndrome a reçu en pratique clinique le nom de cirrhose cardiaque, qui, en plus des symptômes ci-dessus, se manifeste par la combinaison caractéristique de jaunissement et de cyanose de la peau.

    Douleur aiguë dans le foie

    Une douleur aiguë dans le foie n'est pas caractéristique de la plupart des maladies de l'organe, mais constitue le principal symptôme indiquant une cholécystite aiguë. La cholécystite se manifeste par une douleur soudaine et aiguë qui irradie vers le haut et vers la droite. La douleur peut être ressentie sous l'omoplate droite, la clavicule, dans le cou et même sous la mâchoire droite. Une douleur aiguë dans le foie est si intense qu'un changement de posture, de position n'apporte pas de soulagement au patient. L'attaque est accompagnée de frissons, fièvre, nausée, souvent accompagnée de vomissements, pouvant également jaunir la peau. Ces douleurs sont souvent un signe de la clique hépatique, qu’il serait préférable d’appeler colique biliaire. Les coliques se développent lorsque les calculs biliaires se déplacent le long d'un canal biliaire étroit et stagnant. Ce syndrome se caractérise également par une douleur hépatique aiguë et aiguë, associée à un mal de tête, mais ne provoque ni vomissement ni état fébrile. Les coliques biliaires, en particulier primaires, sont généralement éliminées par un antispasmodique, ce qui n’est pas caractéristique d’une cholécystite aiguë.

    Douleur sourde dans le foie

    C'est une douleur caractéristique en cas de maladies du système hépatobiliaire. Les douleurs aiguës sont une rareté et le signe d’un processus inflammatoire prolongé en phase terminale. Des douleurs étourdissantes et sourdes dans le foie sont la preuve que l'organe est hypertrophiquement pathologiquement et que la capsule fibreuse environnante est étirée avec la couche péritonéale. Dans ces fascias se trouvent de nombreux récepteurs de la douleur situés tout au long de la couche, de sorte que la douleur n’est souvent pas clairement localisée. Il convient de noter que le foie en tant qu'organe n'est pas doté de terminaisons nerveuses spécifiques qui signalent la douleur; le tissu hépatique ne peut être régénéré ou transformé pathologiquement en cicatrices fibro-adipeuses. Une douleur sourde dans le foie n'est pas un symptôme spécifique, elle peut être le signe de nombreuses maladies, que seul un gastro-entérologue peut différencier. En plus de la douleur douloureuse causée par les maladies du foie, de la vésicule biliaire et des voies biliaires, d'autres symptômes peuvent également indiquer: jaunissement de la peau et des yeux, nausée et manque d'appétit, irritabilité, faiblesse, constipation ou diarrhée. Dans les processus tumoraux, une douleur sourde dans le foie est accompagnée d'une cachexie, signe évident d'insuffisance hépatique et ne se manifeste que dans les derniers stades de la maladie.

    Douleur sous le foie

    Une douleur sous le foie, c'est-à-dire dans le quadrant inférieur droit de l'abdomen, peut indiquer non seulement les pathologies de l'organe lui-même, mais également un symptôme des maladies suivantes:

    • Inflammation de l'appendice.
    • Processus inflammatoire dans l'uretère.
    • Maladies gynécologiques chez la femme (grossesse extra-utérine, inflammation des appendices).
    • Cholécystite.
    • Maladie de l'intestin.

    Une douleur sous le foie, particulièrement aiguë, accompagnée de fièvre, de nausées, peut indiquer une appendicite en premier lieu. Les signes caractéristiques d'une annexe enflammée sont:

    • Localisation précise de la douleur, ce qui n'est pas typique des pathologies du foie.
    • La douleur ne change pas d'intensité pendant plusieurs heures.
    • La douleur peut passer au nombril.

    Ils peuvent également être associés à la colite ulcéreuse, à l'entérite granulomateuse (maladie de Crohn), à l'invasion par les helminthes, à l'amibiase, à l'ostéochondrose lombo-sacrée, à la lithiase urinaire. Parmi les maladies gynécologiques caractérisées par une douleur dans cette région, on peut citer la grossesse tubaire (ectopique), les kystes ou tumeurs des ovaires, la chlamydia ou la trichomonase et l’endométriose.

    Douleur dans le foie après les antibiotiques

    La douleur au foie après les antibiotiques se développe en raison du fait que le médicament est perçu par le corps comme une toxine lorsqu’il est utilisé, mais l’interaction entre le foie et le médicament est parfois inégale. Le mécanisme de neutralisation du médicament est le suivant:

    1. La conversion des antibiotiques se fait à l'aide d'enzymes, à la suite desquelles se forment des métabolites - actifs et inactifs - qui affectent le parenchyme hépatique. Ainsi, les dommages ne sont pas causés par le médicament lui-même, mais par ses produits de désintégration.
    2. Le foie essaie de neutraliser les métabolites en les liant au glutathion et à d'autres substances, ce qui réduit quelque peu les effets toxiques et la douleur dans le foie après l'administration d'antibiotiques.
    3. Le foie tente d'expulser les métabolites apparentés traités avec l'urine et la bile. Les métabolites sont capables de modifier la consistance de la bile, la rendant plus épaisse et visqueuse (syndrome des boues), ce qui provoque la stagnation, une altération du flux de sortie et une inflammation.

    Une hépatite médicale aiguë provoque une douleur hépatique après la prise d'antibiotiques, qui se forme 5-7 jours après le début du traitement. Le danger de l'hépatite d'origine médicamenteuse est que, cliniquement, cela ressemble à l'hépatite aiguë classique. Les signes sont presque identiques: jaunissement de la peau, nausée, léthargie, légère douleur dans l'hypochondre droit, urine foncée, matières fécales décolorées. Dès que le médicament est annulé, une tendance positive est visible, ce qui est inhabituel pour l'hépatite aiguë sous forme aiguë. La cholestase, le syndrome d'épaississement de la bile et même les coliques biliaires peuvent provoquer des médicaments appartenant au groupe des macrolides, des céphalosporines et des pénicillines.

    Douleur hépatique après alcool

    Le foie est capable de «tolérer» une charge alcoolique pendant assez longtemps. Par conséquent, une douleur dans le foie après l'alcool indique une intoxication aiguë du corps ou le fait que la transformation latente du parenchyme en tissu fibreux est passée au stade terminal. Le foie traite l'alcool à l'aide d'enzymes spécifiques - l'alcool déshydrogénase, qui décompose l'alcool en acétaldéhydes, qui sont de fortes toxines. Ensuite, le foie tente d'éliminer les acétaldéhydes, mais le processus de traitement prend du temps. Pour traiter 10 grammes d'alcool à 40 degrés, le foie prend une heure entière. Si une personne consomme de plus en plus souvent, la douleur dans le foie après l'alcool est inévitable, car le corps n'est tout simplement pas capable de travailler à un rythme similaire. Un état pathologique se développe - dégénérescence des tissus adipeux (infiltration) des tissus, car au lieu de traiter les composés lipidiques, le foie lutte contre les attaques de l'alcool. Les ressources régénératrices du foie sont épuisées, une hépatite alcoolique, une cirrhose se développe, puis une insuffisance hépatique.

    Nausée et douleur dans le foie

    La nausée et la douleur dans le foie sont deux satellites «inséparables» caractéristiques de nombreuses maladies du système hépatobiliaire. L'hépatite - médicamenteuse et virale, alcoolique, ainsi que la cholécystite, les calculs biliaires et d'autres maladies du foie et des voies biliaires sont accompagnées de douleurs sourdes ou aiguës et de nausées. Ils sont un signe d'exacerbation de la maladie, en particulier pour l'hépatite et la cirrhose en phase terminale. La nausée peut être persistante, constante, ce qui indique un processus actif d'inflammation et de dégénérescence du parenchyme hépatique. Si ces symptômes sont combinés avec une nuance jaune de la peau et des démangeaisons, il s'agit d'un signe d'exacerbation grave, qui nécessite des soins médicaux immédiats. En outre, une sensation de nausée, puis une douleur douloureuse sont typiques de l'hépatite d'origine médicamenteuse et de l'exacerbation de la cholécystite. Des nausées et des douleurs dans le foie, associées à des frissons, de la fièvre, une profusion, indiquent alors une cholélithiase possible. Des nausées et des douleurs hépatiques apparaissant périodiquement en l'absence de modifications fonctionnelles pathologiques peuvent être la conséquence d'une consommation excessive de nourriture, en particulier si le menu comporte des plats gras, fumés et épicés.

    Douleur dans le foie après avoir mangé

    La douleur au foie après l’alimentation ne survient que lorsque le système hépatobiliaire présente des problèmes, c’est-à-dire que la fonction du foie et des voies biliaires est altérée. Un foie normal est très efficace et ne peut contenir une seule charge de nourriture, bien sûr. Pour le foie, cependant, comme pour tout autre organe ou système du corps humain, une alimentation saine et équilibrée revêt une grande importance. C'est important ainsi que la quantité de nourriture, sa composition et la combinaison de substances contenues dans les produits. La consommation de graisses lourdes, c’est-à-dire d’aliments contenant des graisses animales - viande, bouillons gras, ainsi que de la cuisson dans du beurre, des gâteaux ou des pâtisseries - peut entraîner des douleurs hépatiques après l’alimentation. En outre, le foie n'aime pas vraiment les abus d'aliments acides et épicés, y compris ceux d'origine végétale - ail, radis, moutarde, oseille, raifort, cornichons, cornichons épicés. La stagnation de la bile peut également entraîner des douleurs hépatiques après avoir mangé. Il ne s'agit donc pas d'une maladie du foie, mais de l'état de la vésicule biliaire et des voies biliaires.

    Douleur hépatique pendant la grossesse

    La grossesse implique de graves changements dans le corps de la femme, notamment le métabolisme des protéines, des glucides et des lipides, ce qui peut engendrer un stress supplémentaire pour le foie. La douleur au foie pendant la grossesse est le plus souvent associée à une diminution de l'activité de détoxification de l'organe, moins souvent à des pathologies chroniques cachées ou à l'abus d'aliments gras et épicés. Tout symptôme douloureux alarmant la future mère, car la maladie peut affecter l'état du fœtus. Ceci est directement lié à la douleur dans l'hypochondre droit. Douleurs du foie pendant la grossesse qui ne sont pas liées à des influences externes (nourriture, surcharge physique) peuvent indiquer une cholestase, une hépatite latente, une maladie des calculs biliaires. Chacune de ces pathologies constitue une menace sérieuse pour le processus de portage d'un enfant. Outre l'hépatite aiguë et le rétrécissement des voies biliaires, ils provoquent une toxicose précoce chez la femme enceinte. Il convient de noter que l'hépatite A ou B n'est pas transmise au bébé, mais joue plutôt un rôle pathologique dans le développement du fœtus et affecte l'état de la mère pendant la grossesse. L'hépatite C, appelée «tueur en douceur», ne manifeste pas de symptômes douloureux, mais peut être mortelle pour le fœtus et la mère elle-même. La douleur de la grossesse peut être associée à la cardiopathologie lors de la détection d'une valve tricuspide ou mitrale. Presque toutes les femmes enceintes sur 100% subissent des examens médicaux lors de leur inscription dans une clinique prénatale. Par conséquent, les pathologies menaçantes des organes et systèmes internes sont généralement détectées en début de grossesse. La douleur pendant la grossesse, qui se manifeste plus tard, est plus susceptible d'indiquer que le régime est violé ou que le corps de la mère a subi une infection virale. Tous les symptômes dérangeants nécessitent un traitement immédiat chez le médecin traitant pour un traitement adéquat.

    Douleur aiguë dans le foie

    La dyskinésie des voies biliaires (GIBP) peut causer une douleur aiguë au foie. La dyskinésie est classée en deux types - selon le type hypotonique et hypertenseur. Ces sensations douloureuses sont caractéristiques de la dyskinésie hypertensive, lorsque l'activité des contractions de la vésicule biliaire est beaucoup plus élevée que la normale et que la bile stagne. Cela conduit à une inflammation et souvent à la formation de calculs. Le processus inflammatoire, en développement, se manifeste par une névrose végétative, une violation de la selle - la constipation alternant avec une diarrhée, une sensation de nausée et une douleur aiguë au foie, donnant à la clavicule droite, à l'omoplate, à l'épaule.

    En outre, la douleur aiguë dans le foie est un signe typique de JCB - maladie des calculs biliaires et coliques. La nourriture grasse ou épicée, le stress psycho-émotionnel, les efforts physiques excessifs, les vibrations corporelles lors du transport ou du travail dans une pose oblique peuvent provoquer des coliques hépatiques. Les coliques hépatiques chez les femmes peuvent être associées au cycle menstruel ou à la période post-partum. L'attaque est précédée d'une sensation de lourdeur du côté droit, de nausée. Une douleur aiguë au foie réveille le plus souvent une personne au milieu de la nuit, irradiant vers le côté supérieur droit, parfois sous la mâchoire droite. La douleur est de nature spastique et peut être accompagnée de vomissements, de fièvre.

    Une autre cause de douleur aiguë dans le foie est une attaque de paludisme, une maladie assez rare. La capsule fibreuse du foie enflammé est fortement étirée, la rate est hypertrophiée, si la fièvre dure longtemps, la douleur augmente.

    Top