Catégorie

Articles Populaires

1 Les produits
Colique hépatique - premiers secours
2 Recettes
Vaccination contre l'hépatite B chez l'adulte
3 Les produits
Conséquences de la cholécystectomie. Pierres dans les voies biliaires (cholangiolithiase)
Principal // Les produits

Douleur après la chirurgie pour enlever la vésicule biliaire


Dans les milieux médicaux, la chirurgie pour retirer la vésicule biliaire est appelée cholécystectomie. Il existe deux méthodes principales pour sa mise en œuvre: la laparoscopie (opération de beskalostnaya) et la laparotomie (chirurgie abdominale). Et bien que la laparoscopie et la laparotomie soient reconnues comme des méthodes relativement sûres de traitement de la cholélithiase, de la cholécystite et de la cholestérose, aucune méthode opératoire ne peut protéger un patient des complications et du syndrome post-cholécystectomie, qui survient pendant la période postopératoire.

Qu'est-ce que le syndrome postcholécystectomie?

Bien que les chirurgiens considèrent la cholécystectomie comme l’une des opérations les plus simples de la pratique médicale, elle est associée à la perte d’un des organes humains - la vésicule biliaire. Et bien qu'une telle opération permette aux patients d'oublier les problèmes associés à la vésicule biliaire, une fois que celle-ci est pratiquée dans le corps humain, il se produit une violation de l'écoulement de la bile, un dysfonctionnement du système digestif et du foie. À la suite de tels changements, le patient peut présenter le syndrome dit de postcholécystectomie, qui s'accompagne en général de douleurs dans l'hypochondre droit et l'abdomen.

Selon l'emplacement de la douleur après la chirurgie pour enlever la vésicule biliaire peut être divisé en types suivants:

  • pancréatique - principalement localisé dans l'hypochondre gauche et dans le dos;
  • bile - survient le plus souvent dans la partie supérieure de l'abdomen (dans l'estomac) et se propage à l'omoplate droite;
  • gall-pancreatic - ont un caractère de zona.

Les autres symptômes du syndrome postcholécystectomie sont:

  • la diarrhée;
  • flatulences;
  • amertume dans la bouche;
  • des nausées et des vomissements;
  • la faiblesse;
  • jaunisse;
  • éructations;
  • diminution de la capacité de travail.

Pourquoi les douleurs surviennent-elles après une cholécystectomie?

Troubles du sphincter d'Oddi

Répondant à la question de savoir pourquoi, après avoir retiré la vésicule biliaire, le côté droit, l’estomac, les intestins ou le dos, les spécialistes de ce domaine notent que cela est le plus souvent dû à la perturbation du sphincter d’Oddi, une formation musculaire particulière qui contrôle l’écoulement de la bile et du suc gastrique dans duodénum. En raison de l'abaissement du tonus du sphincter d'Oddi, non seulement la bile, mais également les agents pathogènes pénètrent dans l'intestin et les voies biliaires. Cela conduit à des processus inflammatoires.

Lésion des voies biliaires extrahépatiques

Selon de nombreuses études, après le retrait de l'organe malade, il y a une augmentation du volume du canal biliaire commun et une inflammation des voies biliaires. Le plus souvent, cette situation résulte d'un traumatisme biliaire lors d'une intervention chirurgicale ou d'une perturbation du processus de drainage en période postopératoire.

En outre, des symptômes inquiétants peuvent apparaître dans le contexte de la formation d'un kyste des voies biliaires principales ou à la suite d'une longue souche des voies biliaires.

Faites ce test et découvrez si vous avez des problèmes de foie.

Cependant, la cause la plus dangereuse de douleur après la cholécystectomie est l’inflammation des voies biliaires (cholangite), qui se développe à la suite d’une violation de l’écoulement de la bile, de sa stagnation et de la propagation de l’infection par les voies biliaires.

Maladies du foie

Souvent, les patients se demandent pourquoi leur foie souffre après le retrait de la vésicule biliaire. Les sensations habituellement douloureuses dans la région où le foie est localisé sont associées à une violation de ses fonctions fondamentales. Si un processus inflammatoire dans le foie se produit, ainsi que des sensations désagréables et douloureuses dans l'hypochondre droit, le patient a des douleurs au dos et au bas du dos et un malaise est également ressenti dans la colonne vertébrale. L’hépatite graisseuse est l’une des causes les plus courantes de ces affections. Elle se développe dans la période postopératoire chez 42% des patients après une cholécystectomie.

La cholélithiase est une autre cause de douleur dans le foie. Même si l'organe malade est retiré, des calculs peuvent rester dans les canaux hépatiques et biliaires. Les petites pierres peuvent facilement sortir du corps avec les selles, mais les grosses pierres peuvent obstruer les voies biliaires, obstruction intestinale, sepsie, pancréatite biliaire et abcès du foie.

Habituellement, une crise douloureuse dure 10 à 20 minutes, survient après le repas ou la nuit, accompagnée de nausées et de vomissements.

Maladies du tractus gastro-intestinal

Si une personne a mal au ventre après le retrait de la vésicule biliaire, elle peut être associée au développement ou à l'exacerbation de comorbidités telles qu'un ulcère, une gastrite ou une inflammation du pancréas.

Des signes de syndrome post-cholécystectomie peuvent également apparaître dans le contexte d’une violation du passage de la bile. Après le retrait de la vésicule biliaire - le réservoir principal de la bile, celle-ci commence à couler de manière incontrôlable dans l'intestin. En raison de changements dans la composition de la bile, la capacité du corps à dissoudre les bactéries diminue, la microflore intestinale et le métabolisme de l’acide biliaire sont perturbés.

Les autres causes de douleur survenant après une cholécystectomie au dos, à l'abdomen ou sur le côté peuvent être:

  • lésions de la muqueuse intestinale, de l'intestin grêle et du côlon;
  • une augmentation du nombre d'enzymes hépatiques dans le sang;
  • dommages aux organes adjacents pendant la chirurgie;
  • violation du régime prescrit.

Une douleur intense peut survenir en raison de complications chirurgicales. Tout d’abord, nous parlons de la formation d’adhésions postopératoires et de cicatrices sur les voies biliaires.

En outre, les personnes ayant survécu à une cholécystectomie peuvent être blessées en raison d'une inflammation de la cicatrice, qui subsiste après la laparotomie. En raison du processus inflammatoire, la douleur peut se propager au nombril et se propager à tout l'abdomen. Cependant, avec les soins appropriés, la suture chirurgicale guérit sur le site de l'organe prélevé et guérit rapidement.

Méthodes de diagnostic

Avant de traiter la douleur après une cholécystectomie, il est nécessaire de connaître la raison principale de son apparition.

Les principales méthodes de diagnostic sont:

  • analyse chimique du sang, qui permet de déterminer le niveau des enzymes hépatiques et de la bilirubine - un pigment biliaire spécial;
  • l'échographie, qui peut être utilisée pour évaluer l'état du foie, de l'estomac et des intestins;
  • balayage par radionucléides des canaux hépatiques et biliaires;
  • cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique, qui permet de détecter des anomalies des conduits hépatiques et biliaires;
  • manométrie du sphincter Oddi, nécessaire pour mesurer la pression dans le sphincter;
  • tomographie par ordinateur.

Méthodes de traitement et de prévention

Selon la cause de la douleur après le retrait de l'organe malade, le patient reçoit un traitement médical. Dans la plupart des cas, les méthodes de traitement conservateur aident à éliminer la douleur après une cholécystectomie.

Pour éliminer les douleurs sévères à l’abdomen et dans le bas du dos, le médecin vous prescrit des antalgiques et des antispasmodiques (Drotaverine, Bentsiklan, Mebeverin). La nitroglycérine aidera à soulager rapidement les spasmes. Cependant, ce médicament doit être utilisé avec beaucoup de précautions, car l'utilisation à long terme de nitroglycérine peut avoir des effets néfastes sur le système cardiovasculaire.

On peut également recommander aux patients des médicaments spéciaux destinés à améliorer la sortie de la bile, à restaurer les fonctions du foie, des intestins et des organes du système digestif. Tout d’abord, nous parlons de médicaments cholérétiques (Panzinorm forte, Allohol) et de préparations enzymatiques (Creon, Pancytrat).

En cas de processus inflammatoires et de développement de bactéries pathogènes, il peut être recommandé d’utiliser des antibiotiques (Doxycycline, Intetrix, Furazolidone, Métronidazole). Pour restaurer la microflore intestinale naturelle, ainsi que les antibiotiques, il est recommandé de prendre des probiotiques et des prébiotiques (Hilak-forte, Linex, etc.).

Si les médicaments ci-dessus se sont révélés inefficaces, les patients subissent une papillosphinctérotomie endoscopique - une petite opération qui aide à normaliser le flux de bile et le flux de suc gastrique dans le duodénum, ​​à éliminer les calculs restants dans les canaux et ainsi à éliminer le syndrome douloureux. Contrairement à la chirurgie abdominale conventionnelle, la papillosphinctérotomie endoscopique est réalisée à l'aide d'un papillotome, que le chirurgien insère dans la grande papille duodénale et effectue une incision sans effusion de sang des tissus.

Quand ai-je besoin de voir un médecin?

De nombreux patients sont convaincus que si le dos fait mal après le retrait de l'organe malade, ainsi que les crampes du foie et une légère douleur à l'abdomen, ceci n'est pas un sujet de préoccupation. Cependant, dans certains cas, le patient peut avoir besoin d’une assistance médicale urgente.

Une hospitalisation urgente est nécessaire si:

  • la douleur localisée dans l'abdomen, sur le côté ou dans le dos ne disparaît pas pendant une longue période;
  • la température corporelle d'une personne augmente rapidement;
  • attaque douloureuse dure plus de 20 minutes;
  • douleur accompagnée de vomissements.

En cas de douleur dans le dos, l'abdomen ou les côtés des personnes ayant subi une cholécystectomie, il est important de se rappeler que l'automédication peut être dangereuse.

Afin d'éviter les problèmes de voies biliaires et de réduire le risque de douleur, les patients à qui on a enlevé la vésicule biliaire seront aidés par des mesures préventives supplémentaires, notamment un régime alimentaire spécial et des repas séparés. Dans la période postopératoire, qui, selon la complexité de l'opération, peut durer de plusieurs mois à un an, les médecins recommandent de s'abstenir de manger des aliments gras, épicés et frits, ainsi que des épices, des assaisonnements, du café, de l'alcool et des aliments saturés d'huiles essentielles diète (ail)., radis et oignons).

Les principaux produits alimentaires dans les prochaines années après la cholécystectomie devraient être les soupes, la viande et le poisson bouillis, les plats cuits au four, les légumes et les fruits. Si le pancréas fonctionne normalement, le régime alimentaire peut être enrichi de glucides.

Seul un diagnostic opportun et un examen approfondi des patients dont la vésicule biliaire est prélevée permettront de déterminer rapidement et avec précision les véritables causes de la douleur et de prescrire un traitement efficace pour éliminer complètement le syndrome douloureux.

Pourquoi des douleurs surviennent-elles après le retrait de la vésicule biliaire?

La technologie de prélèvement de la vésicule biliaire par laparoscopie est considérée comme la plus efficace et la plus sûre. Après sa mise en œuvre, fixez le nombre minimum de complications par rapport aux opérations "ouvertes". Cela est dû en grande partie au fait que l’intervention est réalisée au moyen de petites perforations de la cavité abdominale avec un traumatisme tissulaire minime. La température après laparoscopie ne doit pas dépasser 38,3 ° C pendant les 4 premiers jours. Sa croissance ultérieure peut indiquer des complications, raison pour laquelle il est si important de surveiller ce paramètre.

Mais aucune technologie de cholécystectomie (ablation chirurgicale de la vésicule biliaire) ne peut protéger le patient de l’action d’un syndrome postopératoire spécifique. Pour améliorer la santé et éliminer les crampes, il existe plusieurs méthodes.

Syndrome postcholécystectomie

Ablation de la vésicule biliaire

Une intervention chirurgicale visant à retirer la vésicule biliaire soulagera le patient de la cholélithiase, de la cholécystite, mais ne pourra pas optimiser les troubles métaboliques, les modifications de la composition chimique de la bile, qui sous-tendent la maladie. En raison de la perte de la fonction physiologique de l'organe, qui était responsable de la concentration de bile dans l'interstice intestinal et de son entrée dans le duodénum en mangeant, et d'une violation de son flux sortant, processus de digestion, du foie. La conséquence de l'ablation de la vésicule biliaire est la déstabilisation du travail des organes voisins, une douleur systémique après l'ablation de la vésicule biliaire sur le côté, le dos et l'abdomen. Les experts estiment que la principale manifestation du syndrome est une violation de la fonction contractile du sphincter d’Oddi (muscle situé à la surface interne du duodénum), qui survient chez 40 à 45% des patients.

Conseil: si vous vous inquiétez de la durée de l'opération et de l'enlèvement de la vésicule biliaire et si vous ressentez une douleur, ne vous inquiétez pas. Tout va prendre 1 à 2 heures (selon les tâches) sous anesthésie générale. Le syndrome douloureux disparaît complètement après 1-2 jours.

C'est ce qui déclenche le mécanisme du syndrome postcholécystectomie, ne permettant pas aux sécrétions biliaires et pancréatiques de s'écouler en totalité, ce qui provoque la manifestation de symptômes désagréables:

  • violation de l'écoulement et la concentration de la bile;
  • réduire le nombre de microflores intestinales bénéfiques;
  • lésion de la membrane muqueuse de l'ulcère duodénal (duodénite), du côlon (colite) et du petit intestin (entérite);
  • développement ou exacerbation de maladies concomitantes (ulcère peptique, inflammation chronique du pancréas, du foie);
  • attaques douloureuses, coliques dans la partie supérieure de l'abdomen, côté, hypochondre;
  • augmentation des taux d'enzymes hépatiques dans le sang;

Le lieu de la douleur (dos, abdomen, hypochondre gauche ou droit) dépend du type de lésion du sphincter d’Oddi: structurel ou fonctionnel. L'attaque dure en moyenne 20 minutes et se répète environ 3 mois. Souvent, il survient la nuit après avoir mangé et s'accompagne de nausées et de vomissements.

Méthodes de diagnostic

Examen endoscopique des voies biliaires

Les experts utilisent des méthodes pour déterminer la véritable cause du syndrome post-cholécystectomie dans chaque cas et éliminer la douleur. Réaliser des études de laboratoire (le niveau de bilirubine - le composant principal de la bile, la phosphatase alcaline - un groupe d'enzymes dans tous les types de tissus, etc.), des ultrasons.

Les méthodes d'examen instrumentales jouent un rôle distinct dans la détermination des causes et de l'étendue des troubles des voies biliaires: œsophagogastroduodénoscopie vidéo (examen de la membrane muqueuse du tube digestif supérieur à l'aide d'un endoscope), tomodensitométrie avec contraste (utilisation d'une préparation spéciale non ionique contenant de l'iode), balayage par radionucléide des canaux biliaires.

Il est important de se rappeler que les tests doivent être effectués au plus tard 6 heures après la fin de la douleur et dans la dynamique des attaques. Sur la violation de la fonction du sphincter d'Oddi indiquera la croissance des enzymes hépatiques, pancréatiques.

Parfois, la douleur ne revient pas à cause du syndrome postopératoire, mais à cause de l'apparition de calculs dans les voies biliaires (cholédocholithiase), diagnostiquée chez 30% des patients après le retrait de la vésicule biliaire.

Traitement

Le régime est la principale condition de prévention du syndrome postcholécystectomie.

Dans la plupart des cas, le traitement conservateur aide les patients. Des préparations spéciales devraient normaliser la composition chimique de la bile, des sécrétions pancréatiques, améliorer son écoulement vers le duodénum et contribuer au traitement des maladies associées du système digestif. En outre, les médecins prescrivent des antispasmodiques pour réduire la tension des muscles lisses des intestins et éliminer la cause des douleurs latérales et abdominales. Si une augmentation du nombre de bactéries pathogènes est constatée, des agents antibactériens et probiotiques (contenant des micro-organismes vivants et améliorant la microflore) seront inclus dans le traitement.

Pour réduire les risques de fissures sur le côté, le dos, l'abdomen (principal symptôme du syndrome postcholécystectomie), vous devez suivre plusieurs règles:

  1. Suivre strictement un régime au début de la période postopératoire.
  2. Mangez fractionné au moins 6 fois par jour. Pourquoi Il aide le processus de digestion, accélère le flux de bile, la motilité intestinale.
  3. La quantité de graisse consommée doit être limitée à 60-70 g par 24 heures.
  4. Si le pancréas fonctionne correctement, avec le temps, le régime peut être enrichi en glucides (jusqu’à 500 g) et, avec un excès de poids, ne doit pas dépasser 200 g.
  5. Préférez les plats cuits au four, les soupes, la viande maigre, le poisson, les légumes et les fruits.
  6. Évitez de manger des aliments avec:
  • huiles essentielles (radis, ail, oignon);
  • épices, assaisonnements, cholestérol (porc, foie);
  • nourriture frite;
  • chocolat, noix, alcool, eau gazéifiée.

Il est important que le patient comprenne que la période de rééducation qui suit le retrait de la vésicule biliaire doit commencer immédiatement par un changement de mode et de style de nutrition. Dans une large mesure, il s’agit non seulement d’une garantie de bien-être, mais également de l’absence de complications.

Conseil: lors de la création de votre régime alimentaire, vous devez vous concentrer sur les composants du numéro de régime 5.

Un examen approfondi et opportun des patients atteints du syndrome postcholécystectomie permettra un traitement adéquat et une correction efficace des troubles anatomiques et fonctionnels qui se développent après le retrait de la vésicule biliaire.

Traitement de la douleur après le retrait de la vésicule biliaire

Souvent, le seul moyen de traiter l'inflammation de la vésicule biliaire et des calculs biliaires consiste à recourir à la chirurgie pour retirer un organe malade, à savoir une cholécystectomie. La procédure est associée à certaines conséquences qui, avec un traitement postopératoire et un régime appropriés, ont réussi. Plus souvent, après le retrait de la vésicule biliaire, le côté droit sous la côte est douloureux. Cette condition s'appelle le syndrome postcholécystectomie.

Après le retrait de la vésicule biliaire, une personne peut être perturbée par la nature différente de la douleur.

La norme pour la période postopératoire

La cholécystectomie est réalisée à l'aide de deux techniques:

  • ouvert ou traditionnel;
  • malinvasive ou laparoscopie.

La deuxième option est différente:

  • moins de traumatisme tissulaire;
  • courte période de rééducation;
  • plaies envahissantes rapides.

Au cours des 30 premiers jours, une personne ressent une douleur:

  • dans tout le péritoine;
  • dans la zone de coupe;
  • sous les omoplates;
  • juste sous les côtes.

Le côté droit et la cavité abdominale en raison de l'utilisation de dioxyde de carbone au cours de la cholécystectomie laparoscopique. Cela est nécessaire pour élargir la cavité et améliorer la visibilité, de sorte que le tube de l'endoscope capture bien l'organe et l'enlève. Il est difficile de dire combien de temps la douleur durera sous les côtes. Mais si vous suivez les recommandations du médecin et le régime alimentaire, l'inconfort disparaît en 3 jours. Pour soulager la douleur après avoir retiré la vésicule biliaire, il vous suffit de vous déplacer dans la pièce.

Après une chirurgie ouverte sans complications, les sutures sont enlevées à la fin de la deuxième semaine. La douleur dans la zone d'incision sera présente pendant trois semaines supplémentaires avec une diminution progressive. Au cours de la laparoscopie, les filaments ne sont pas enlevés et la douleur sous les côtes est tolérable.

Pour soulager les symptômes désagréables, des analgésiques et des analgésiques non narcotiques sont prescrits, tels que:

Lorsque la vésicule biliaire est retirée, de faibles sensations douloureuses sous les côtes dureront un mois et demi. Cela est dû à une modification du travail du système digestif, qui a perdu l'un des principaux organes. La bile est nécessaire à la décomposition des aliments et, si elle a été maintenue dans sa cavité avant de retirer une vessie, alors sans vessie, elle ira directement dans l'intestin. C'est pourquoi il est extrêmement important de maintenir un régime et un régime stricts tout au long de la période d'adaptation.

Complications postopératoires

Le plus souvent, des techniques laparoscopiques sont utilisées pour prélever la vésicule biliaire. En dépit d'une invasion minimale, les lésions tissulaires ne sont pas exclues et la réaction du corps sous la forme d'une petite inflammation est normale. C'est pourquoi, la douleur sous les côtes et dans tout l'estomac n'est pas une déviation.
Un mauvais signal est une douleur accrue sous les côtes. Cela se produit pour plusieurs raisons, mais principalement en raison du non-respect des recommandations médicales concernant les règles et le régime alimentaire, l'activité physique.

Souvent, l'organe prélevé continue à être perturbé par des douleurs de la même intensité que précédemment dans différentes parties de l'abdomen, sous les côtes ou les omoplates. Cela est dû à des facteurs tels que:

  • la survenue de complications;
  • faire des erreurs au cours de l'intervention;
  • exacerbation de maladies existantes des organes digestifs sous une forme chronique;
  • développement du syndrome postcholécystectomie.

Complications et erreurs médicales

La chirurgie laparoscopique pour retirer la vésicule biliaire est simple et sûre, mais il y a des risques. Erreurs courantes des médecins, entraînant des complications:

  • imposer de mauvais points de suture;
  • désinfection insuffisante du péritoine sur le site de la vessie prélevée;
  • affectant les tissus et les organes les plus proches avec leurs dommages.

Les complications surviennent principalement en présence des caractéristiques anatomiques des voies biliaires. Au cours de la laparoscopie, on constate souvent de graves dommages aux vaisseaux ou aux organes voisins, ce qui nécessite une intervention à ciel ouvert. Les douleurs dues aux complications et aux erreurs médicales sont les suivantes:

  • douleur intense persistante sous les côtes due à une fuite de points de suture sur les voies biliaires;
  • douleurs diffuses et douloureuses (sourdes) dans tout l'abdomen dues à une infection de la plaie, provoquée par une désinfection insuffisante du péritoine;
  • douleur sous l'omoplate due à une activité cardiaque affaiblie.
  • douleur au nombril et sur le côté à droite;
  • inflammation des points de suture avec rougeur et gonflement;
  • fièvre sévère;
  • frissons, fièvre et autres signes d'intoxication.

Lorsque la galle est retirée, la suture guérit rapidement. Des douleurs non passantes dans l'hypochondre et le côté droit suggèrent un rétrécissement ou des spasmes du choléra, une irritation avec des résidus de calculs et l'effet agressif de la bile sur les intestins. Peut-être la formation d'une fistule à partir du reste du canal biliaire. Une hospitalisation urgente est requise s’il existe:

  • malaise grave avec détérioration progressive;
  • fièvre, frissons, fièvre;
  • écoulement purulent, saignant de l'incision cousue;
  • sceller les bords de la plaie;
  • douleurs qui ne sont pas arrêtés par des médicaments.
Retour à la table des matières

Exacerbation de maladies

La période la plus difficile de la vie avec la vésicule biliaire retirée est la moitié de la première année après la chirurgie. Pendant ce temps, les anciennes pathologies du tube digestif peuvent dégénérer ou se développer. Sans bile d'abord souffrir:

  • le foie;
  • le pancréas;
  • Intestin duodénal.

Les pathologies suivantes peuvent causer une sensibilité douloureuse sous les côtes:

  • inflammation du pancréas (pancréatite);
  • lésion ulcéreuse de l'ulcère duodénal 12;
  • adhérences dans les voies biliaires;
  • l'hépatite;
  • maladie des calculs biliaires non traitée (restes de pierre dans le canal biliaire principal);
  • la duodénite;
  • dyskinésie biliaire.

Il est possible de déterminer quelle maladie particulière s'est aggravée en raison des symptômes qui l'accompagnent et de la nature de la douleur, par exemple:

  • si la douleur se produit du côté droit, l'estomac fait mal, le dos est avec la clavicule, l'inflammation des calculs biliaires du foie se produit;
  • si des douleurs sont apparues dans la région ombilicale et dans l'hypochondre gauche, le pancréas est enflammé;
  • si la douleur se propage du côté gauche et du dos, l'inflammation affecte la rate ou d'autres organes.

Les symptômes supplémentaires sont:

  • nausée constante;
  • flatulences;
  • instabilité, consistance, fréquence et couleur de la chaise.

Si l’inconfort ne disparaît pas après 2 jours de régime et que l’anesthésique n’aide pas, consultez immédiatement un médecin.

Malnutrition

Les organes digestifs particulièrement aigus réagissent à la qualité et à la quantité de nourriture après la chirurgie. La nourriture ordinaire - la principale cause de détérioration et ralentit le processus de réhabilitation. Nuances importantes à prendre en compte lors d'un régime:

  1. Ne pas manger et boire des aliments froids avec un liquide. Cela peut provoquer des spasmes gastriques qui affecteront par réflexe les voies biliaires et les sphincters.
  2. Vous ne pouvez pas trop manger. Une quantité excessive de nourriture absorbée pendant une fois rend difficile la digestion et l'évacuation de la masse de nourriture de l'estomac. En conséquence, il n'y a aucune entrée de bile dans l'intestin.
  3. Les produits gras, épicés, frits et autres produits nocifs du régime devraient être exclus. Ceci s'applique au saindoux, à la margarine, aux bouillons concentrés, à la bière, aux vins, aux sirops, au vinaigre et aux sucreries. De tels produits sont particulièrement lourds pour l'estomac dans la période postopératoire. Après avoir consommé même une petite quantité, un spasme des canaux biliaires peut survenir, se traduisant par une douleur à droite sous les côtes ou dans l'estomac.
  4. Le régime le plus approprié est le numéro de table 5. La thérapie par le régime vise à restaurer la fonction du foie et du pancréas, à réduire l'inflammation des voies biliaires.
  5. Il est important de respecter la fractionalité de la nutrition - jusqu'à 7 fois par petites portions.
Retour à la table des matières

Syndrome postcholécystectomie

Il arrive qu'après une cholécystectomie réussie sans complications, les symptômes de la maladie de la vésicule biliaire persistent. Ils peuvent aussi partir, mais réapparaître dans un an ou quelques années. Cette condition s'appelle le syndrome postcholécystectomie. Les pathologies suivantes provoquent ce complexe de symptômes:

  • spasme du sphincter d'Oddi;
  • la dyskinésie;
  • long tronçon du canal kystique.

Le syndrome est causé par un dysfonctionnement du système biliaire avec une modification de la circulation naturelle de la bile et une augmentation / diminution simultanée de sa quantité dans l'intestin.

Le complexe symptomatique s'accompagne de douleur dans l'hypochondre droit, qui présente une intensité moindre de l'inconfort préopératoire. La force et la localisation peuvent changer, d'autres symptômes peuvent apparaître, tels que:

  • nausée constante;
  • vomissements sans soulagement;
  • brûlure, brûlures d'estomac, rots d'amertume;
  • grondement constant dans l'estomac;
  • liquéfaction des selles;
  • hausse de la température.

L'enquête aidera à identifier les causes de la douleur du côté droit. Les méthodes de diagnostic suivantes sont utilisées:

À l'aide de l'enquête est déterminé par le foyer de l'inflammation, nouveau ou restant calcul, l'état de l'intestin avec du pancréas est évalué.

Traitement de la douleur dans l'hypochondre après l'ablation de la vésicule biliaire

L'auto-traitement avec une vésicule biliaire retirée est inacceptable. Seul un médecin peut prescrire le médicament nécessaire. Médicaments pour le traitement après l'ablation de la vésicule biliaire:

  1. les analgésiques aideront à soulager l'inconfort de l'épigastre: "Ketanov", "Ketarol";
  2. spasmolytique pour soulager les spasmes des voies biliaires: "No-Shpa", "Buscopan";
  3. enzymes pour faciliter le travail de l'intestin, faciliter le processus de production de bile, prévenir la stagnation des aliments et le développement de processus de fermentation: "Mezim", "Festal", "Espumizan";
  4. hépatoprotecteurs pour le maintien, la restauration et la protection du foie: Gepabene, Urosan, extrait de chardon-Marie.

En outre nommé cours de thérapie physique. Des exercices spécialement conçus ne gênent pas le corps, mais contribuent à augmenter la motilité intestinale et les voies biliaires, ce qui améliore le flux de la bile et la digestion. La thérapie d'exercice doit commencer 3 semaines après la chirurgie.

Causes et traitement de la douleur dans l'estomac et le côté après la cholécystectomie

Après avoir retiré la vésicule biliaire, le côté droit sous les côtes fait mal. L'opération est une intervention dans l'intégrité du corps, nécessite une réhabilitation ultérieure. Les médecins appellent l'ablation de la cholécystectomie biliaire et la douleur à cause de ce syndrome post-cholécystématique. Justifications à lui des dizaines. Est-il possible d'éviter le syndrome et comment agir si la douleur survient?

La douleur est-elle typique dans le quadrant supérieur droit après la chirurgie?

La douleur après le retrait de la bile est associée à une altération du fonctionnement du système digestif. Le corps a besoin d’une période pour s’adapter aux nouvelles conditions. Auparavant, l'accumulation de bile était réalisée dans la vessie entre les repas. L'écoulement des sécrétions de l'organe s'est produit après avoir mangé. Le liquide produit par le foie aidait à le digérer dans le duodénum.

Sans vessie, la bile va directement dans les intestins. Le processus est continu. À la sortie de la bile se trouvait un sphincter qui régularisait l’écoulement. Maintenant, le secret circule sans entrave du foie à travers le canal biliaire dans le 12ème canal. Cela provoque un malaise. Les acides contenus dans la galle irritent les parois intestinales et y arrivent constamment. Les médicaments, l'exercice et le régime alimentaire prescrits après une chirurgie aident le corps à s'adapter aux nouvelles conditions.

En partie, la gêne après l'ablation de la biliaire est due au type d'opération:

  1. Au cours de la chirurgie laparoscopique, après plusieurs ponctions miniatures, la cavité abdominale est remplie de dioxyde de carbone. Le gaz est introduit pour améliorer la capacité de manipulation du corps. L'accumulation de carbone provoque des douleurs de traction dans l'hypochondre droit. Lorsque la vésicule biliaire est retirée, l'inconfort disparaît au fur et à mesure que le gaz qui le provoque disparaît.
  2. Si la cholécystectomie a été réalisée selon une méthode ouverte à travers une incision au scalpel, la douleur sous les côtes après l'intervention est due à une dissection à grande échelle du tissu péritonéal. L'inconfort au site d'incision est exprimé dans les premiers jours après la chirurgie.

Lorsque la douleur postopératoire prescrit des analgésiques. Environ une semaine plus tard, ils ne sont plus nécessaires, l'incision est retardée.

Causes de la douleur

Les causes des douleurs abdominales après le retrait de la vésicule biliaire sont nombreuses. Cela peut être soit une réaction normale de l'organisme à l'intervention, soit des complications post-opératoires. Parfois, la douleur n’est pas associée à un organe distant, mais aux comorbidités existantes exacerbées ou provoquées par une cholécystectomie.

En règle générale, ce sont les pathologies du système digestif:

  • des dysfonctionnements du pancréas, par exemple une pancréatite;
  • ulcère peptique;
  • ulcères sur les muqueuses du duodénum;
  • maladie du foie.

Après la chirurgie, une infection peut se joindre. Il est amené avec des instruments chirurgicaux ou de l'air banal. L'infection provoque une inflammation. La probabilité de son développement augmente avec d'autres maladies chroniques.

En période postopératoire, il est important de surveiller la température corporelle. Son augmentation à 38 degrés ou plus peut indiquer le début du processus inflammatoire.

Les causes de la douleur peuvent aussi être des pointes. Cette formation de tissu conjonctif, conduisant à l'adhésion d'organes entre eux. Adhérences ─ une des complications postopératoires. Ceux-ci incluent le rétrécissement des canaux biliaires, une irritation de l'intestin, une stase biliaire.

Une douleur dans le côté droit après le retrait de la vésicule biliaire peut également survenir en raison de calculs résiduels. Si une partie des calculs a eu le temps de pénétrer dans les canaux avant la cholécystectomie, les conglomérats seront ressentis après l'intervention.

Il reste à mentionner l'exercice et le non-respect du régime après une cholécystectomie. Ils conduisent également à une gêne. En sport, il est important de ne pas en faire trop, par exemple, de ne pas soulever des poids. Le principal problème dans les aliments est le refus des graisses animales, des glucides facilement digestibles, des aliments fumés, des cornichons et des conserves.

Syndrome postcholécystectomie

Le syndrome postcholécystectomie est un complexe symptomatique provoqué par des modifications du fonctionnement des voies biliaires. Le concept regroupe des mécanismes interconnectés avec une bulle distante. Le syndrome est dû à la progression de la maladie après la cholécystectomie. Une gêne apparaît rapidement ou après un certain temps après l'opération. Habituellement, c'est 3─6 mois.

Les symptômes suivants sont caractéristiques du syndrome postcholécystéique:

  1. Douleur dans l'hypochondre droit après l'ablation de la vésicule biliaire, d'une durée de 20 minutes ou plus. Les sentiments peuvent donner sous l'omoplate, l'épaule droite, dans le dos.
  2. La survenue d'une diarrhée due à la libération rapide de la bile dans la vessie. Le secret hépatique liquide lui-même se dilue et les masses fécales.
  3. Ballonnements. Causée par une augmentation de la formation de gaz due à des réarrangements dans le système digestif.
  4. Nausée, vomissements.
  5. L'hypovitaminose. Cela est dû à une diminution de l'absorption des vitamines dans l'intestin.
  6. Selles grasses en raison d'une absorption réduite des graisses dans les intestins.
  7. Perte de poids Pour les raisons ci-dessus.
  8. Faiblesse, fatigue, somnolence.

La principale cause du complexe symptomatique est une désorganisation du fonctionnement du sphincter d’Oddi. Cette structure annulaire de muscle et de tissu conjonctif entoure les extrémités du canal pancréatique et de la vésicule biliaire. Le sphincter est une sorte de porte qui s'ouvre lorsque vous devez passer la partie suivante des sécrétions du foie dans les intestins.

Les substances sécrétées par les parois de la vessie détendent le sphincter lorsque l'organe est rempli. Lorsque la vésicule biliaire est retirée, le tonus d'Oddi diminue et la bile pénètre dans le duodénum de manière irrégulière. Cela contribue à l'apparition de douleur dans l'hypochondre droit. Conduire à eux peut et laissé les chirurgiens du canal kystique.

Activité physique

Limitation de l'activité physique - condition préalable à la cholécystectomie. Les premières semaines sont recommandées pour adhérer au repos au lit. Après le retrait de la vésicule biliaire, l'exercice peut aggraver l'état et causer des douleurs au côté droit.

Défaut de suivre un régime

L'activité physique peut commencer par les éléments de la marche. Même ils nécessitent une coordination avec votre médecin. Des promenades d’une demi-heure à l’air frais serviront à prévenir la stagnation de la bile et à accélérer la récupération après la chirurgie.

La période de récupération qui suit la cholécystectomie différée exige le respect de règles strictes en matière de nutrition. Il est recommandé de suivre le régime numéro 5. La famine complète est indiquée immédiatement après la chirurgie, il est uniquement autorisé à boire des gorgées d'eau, du thé fraîchement préparé, du bouillon d'églantier. Ensuite, le régime alimentaire est en expansion. Le régime alimentaire aide à normaliser le fonctionnement du système digestif.

Ignorer le bon régime après avoir retiré la vésicule biliaire provoque des douleurs à l'estomac. Les aliments froids avec des bouillons riches, les aliments gras, fumés et épicés entraînent des crampes gastriques affectant les voies biliaires. Le spasme est la cause de la douleur.

L'utilisation pour une seule réception des grosses portions entraîne des difficultés d'élimination d'un morceau de nourriture. En conséquence, l'écoulement de la bile dans l'intestin s'arrête.

Après le retrait du réservoir de la vésicule biliaire, la sécrétion hépatique accumulée est absente. La fonction de stockage est attribuée aux canaux biliaires. Des repas fréquents, en petites portions, empêchent la stagnation du liquide hépatique, permettent de produire la quantité de sécrétion requise pour la digestion de la nourriture qui arrive.

Activation des maladies chroniques

La durée de la période de rééducation après une cholécystectomie est d'environ un an. Pendant 12 mois, des maladies chroniques existantes peuvent s'aggraver ou en développer de nouvelles. Les plus vulnérables sont le foie, le pancréas et le duodénum.

Les causes de douleur après le retrait de la vésicule biliaire comprennent:

  • inflammation du pancréas (pancréatite);
  • processus inflammatoire dans la rate;
  • ulcère de l'estomac, 12 ulcère duodénal;
  • atteinte du foie dans le processus inflammatoire (hépatite);
  • calculs résiduels dans les voies biliaires, ce qui est une indication pour le re-diagnostic de la maladie de calculs biliaires;
  • inflammation de l'intestin grêle;
  • altération de la motilité des voies biliaires;
  • processus adhésif.

Si la douleur survient après une cholécystectomie, vous devriez consulter un spécialiste.

Complications postopératoires et erreurs médicales

Toute opération est une intervention dans l'intégrité du corps humain. Personne n'est à l'abri de complications postopératoires et d'erreurs médicales. Ce dernier terme n'est pas inscrit dans la loi. Pendant ce temps, selon les statistiques, environ 50 000 personnes périssent à cause de diagnostics incorrects et des actes des médecins.

Les principales erreurs médicales entraînant des complications après résection biliaire sont:

  • laissant des calculs dans les voies biliaires;
  • lésion des canaux biliaires, des vaisseaux sanguins et des organes voisins;
  • assainissement insuffisant sur le site de l'organe prélevé;
  • mauvaises coutures imposantes.

L’insuffisance hépatique, l’inflammation de la cavité abdominale, l’inflammation des poumons, la suppuration, la formation de caillots sanguins ne dépendent pas de la qualité de l’opération pratiquée, mais résultent également d’une intervention chirurgicale.

Une infiltration inflammatoire sévère dans la région de l'organe affecté, des adhérences et des anomalies de la structure de la vésicule biliaire peuvent également entraîner le développement de complications postopératoires. Compliquant l'opération opération âge, excès de poids, négligence de la pathologie.

L'apparition de douleur après une cholécystectomie, une inflammation des points de suture, de la fièvre nécessite un traitement par un spécialiste. Pour la précision du diagnostic, il est conseillé de passer par plusieurs consultations avec différents médecins, en comparant leurs arguments et leurs explications.

Comment agir si après élimination des douleurs biliaires hypochondre droit

L'apparition d'une douleur dans l'hypochondre droit après l'ablation de la vésicule biliaire nécessite l'aide d'un médecin, l'auto-traitement est interdit. Seul un spécialiste peut prescrire les médicaments nécessaires.

Pour la douleur postopératoire, une approche intégrée est utilisée dans le traitement de:

  1. Les analgésiques (analgésiques) sont prescrits pour réduire la douleur.
  2. Antispasmodiques - bloquent la contraction musculaire, réduisant l'intensité de la douleur.
  3. Les médicaments cholérétiques qui facilitent la circulation de la bile.
  4. Les préparations d'enzymes sont prescrites pour améliorer le fonctionnement du foie, du pancréas.
  5. Antibiothérapie dans le développement de processus inflammatoires.
  6. Prébiotiques et probiotiques rétablissant la microflore intestinale.
  7. Il est important de respecter les principes d'une bonne nutrition, qui dépendent principalement de la durée de la période de réadaptation.
  8. L'exercice thérapeutique est désigné dans le but de prévenir la stagnation de la bile.

Ainsi, afin de prévenir l'apparition de douleurs après une cholécystectomie, il est important de suivre les principes d'une nutrition adéquate, de suivre les prescriptions du médecin traitant, d'éviter l'effort physique, le stress, des examens réguliers, d'abandonner les mauvaises habitudes. Cela aidera le corps à s'adapter rapidement aux nouvelles conditions et préviendra des conséquences possibles.

Pourquoi avoir mal sous les côtes après avoir retiré la vésicule biliaire

Pour le traitement du traitement conservateur intraitable de la cholécystite et de la cholélithiase, on a recours à une intervention chirurgicale. En décidant de subir une intervention chirurgicale, les gens espèrent se débarrasser de tous les symptômes désagréables de la maladie. Mais parfois, il arrive que la vésicule biliaire soit déjà retirée et que la douleur dans l'hypochondre droit reste. Vous devez rapidement comprendre pourquoi cela se produit. Pour ce faire, des études cliniques supplémentaires sont menées, mais il est utile de savoir quoi faire attention au médecin.

La période postopératoire est normale

La cholécystectomie peut être réalisée à la fois par des méthodes traditionnelles et par laparoscopie. Dans ce dernier cas, la période postopératoire précoce est très courte et la prolifération excessive de sutures se produit plus rapidement. Néanmoins, pendant les 1-3 premières semaines, il y a une douleur:

  • dans l'abdomen dans son ensemble;
  • dans le domaine des coupes;
  • dans le côté droit pour les violations du régime.

La douleur dans la cavité abdominale est due au fait que la technique laparoscopique pour prélever la vésicule biliaire implique l’expansion de la cavité avec du dioxyde de carbone. Les sensations désagréables passent en 2-3 jours. Vous pouvez les soulager en faisant une petite promenade dans la pièce.

Deux semaines plus tard, retirez la suture après une cholécystectomie ouverte. Dans le même temps, la douleur dans la région de l'incision dure jusqu'à trois semaines et diminue chaque jour. En règle générale, la laparoscopie n'exige pas le retrait des sutures et le domaine de l'intervention chirurgicale est légèrement ou modérément douloureux.

Dans les deux cas, il est recommandé de prendre des analgésiques non narcotiques, tels que Ketanov, Ketarol et autres, qui éliminent bien l'anxiété.

Une faible douleur du côté droit peut persister pendant un mois et demi. Il est associé à des changements dans le fonctionnement du système digestif. Si plus tôt la bile était retenue dans la vessie jusqu'au moment souhaité, elle entre maintenant immédiatement dans l'intestin. Par conséquent, jusqu'à ce que le corps s'adapte à de nouvelles conditions, il est particulièrement important de suivre le régime et le régime prescrits.

Complications après la chirurgie

Un mauvais signe est la douleur accrue au côté droit, tout en se conformant à toutes les recommandations médicales concernant la nutrition et l'exercice. De plus, le renouvellement des symptômes précédant l'ablation de la vésicule biliaire est possible. Ceci suggère le développement de pathologies causées par les raisons suivantes:

  • complications postopératoires;
  • erreurs pendant l'opération;
  • exacerbation de maladies chroniques du système digestif;
  • syndrome postcholécystectomie.

Complications et erreurs pendant la chirurgie

Le retrait de la vésicule biliaire est une opération assez simple et sûre. Les risques d'erreur sont minimes et peuvent être causés principalement par les caractéristiques anatomiques du tractus biliaire. Si, au cours de la laparoscopie, les vaisseaux ou les organes voisins sont endommagés, il convient alors d'éliminer ces erreurs sous la forme ouverte de cholécystectomie.

Dans les premiers jours après la chirurgie, des problèmes tels que la fuite de bile d'un conduit mal câblé ou l'infection d'une plaie peuvent être identifiés. En plus de la douleur, les symptômes suivants sont observés:

  • blesse le nombril et tout le côté;
  • la couture semble enflammée;
  • la température générale du corps augmente;
  • il y a des signes d'empoisonnement.

Si la couture pousse bien, mais que des sensations douloureuses persistent dans l'hypochondre et dans la partie droite de l'abdomen, on peut alors supposer un spasme ou un rétrécissement des canaux biliaires, une pierre manquante ou une irritation de l'intestin provoquée par un écoulement de bile.

Le médecin traitant doit être au courant de tous les maux survenus. En cas de hausse de la température, de saignement ou d'écoulement de la plaie chirurgicale, de scellement sur ses bords et d'attaques de douleur que les médicaments ne cessent pas, une hospitalisation urgente peut être nécessaire.

Exacerbation de maladies

Les plus difficiles sont six mois après le retrait de la vésicule biliaire. Au cours de cette période, l'exacerbation d'anciennes maladies du système digestif et l'apparition de nouvelles pathologies sont probables. Tout d'abord, le foie, le pancréas et le duodénum sont touchés.

La douleur peut causer de telles maladies:

  • une pancréatite;
  • ulcère duodénal;
  • adhérences des voies biliaires;
  • hépatite

Toutes ces pathologies ont d'autres symptômes. Ainsi, si la douleur se concentre sur le côté droit, alors que le dos et la clavicule sont douloureux, des problèmes au niveau des voies biliaires du foie sont probables. Si le nombril et l'hypochondre gauche sont le plus souvent douloureux, il s'agit d'un signe d'inflammation du pancréas.

Les signes associés sont la nausée, la flatulence, les selles bouleversées, le changement de couleur des selles. Si de telles sensations persistent pendant plus de 2 jours sous un régime, il est nécessaire de consulter votre médecin.

Syndrome postcholécystectomie

Même après une cholécystectomie idéalement réalisée et transférée, il arrive que tous les symptômes de la maladie de la vésicule biliaire persistent. Parfois, ils sont renouvelés après plusieurs mois, voire plusieurs années. Dans ce cas, on parle de syndrome post-cholécystectomie. Ceci est un nom collectif pour un complexe de symptômes provoqué par des pathologies telles que:

  • sphincter du sphincter d'Oddi;
  • dyskinésie des voies biliaires;
  • canal kystique résiduel trop long.

La pathogenèse du syndrome est associée à un trouble du système biliaire. La circulation habituelle de la bile est perdue et dans l'intestin, elle devient trop ou trop peu.

L’hypochondre droit a les mêmes effets qu’avant la chirurgie. Habituellement, la douleur est un peu moins forte qu'avant l'opération. Mais sa nature et son intensité peuvent varier. Des symptômes supplémentaires n'apparaissent pas du tout:

  • des nausées;
  • vomissements, sans soulagement;
  • brûlures d'estomac et éructation amère;
  • grondant dans l'estomac;
  • selles molles;
  • augmentation de la température.

Afin de déterminer pourquoi le côté est perturbé sur le site de la vessie prélevée, sur la tomographie par ultrasons ou sur une spirale, sur les organes abdominaux, une imagerie par résonance magnétique du foie est réalisée. Il aide à déterminer le lieu de l'inflammation, à rechercher un nouveau calcul biliaire ou oublié, à vérifier l'état de l'intestin et du pancréas. Utilisé et autres méthodes de recherche clinique.

Le soulagement du bien-être ne survient qu'après le traitement de la pathologie principale. Dans la plupart des cas, le pronostic est positif et les traces du syndrome disparaissent après quelques semaines. Lors de la détection du calcul, une nouvelle opération est effectuée.

Comment se débarrasser de la douleur

Après la cholécystectomie, la bile pénètre dans les intestins et l’estomac, non pas au besoin, mais constamment, mais à petites doses. C'est pourquoi la meilleure prévention des complications et de l'inconfort du côté - un régime spécial. En plus des produits inclus dans le menu, il est important de faire une pause entre les repas. Le régime alimentaire devrait être fractionné: petites portions de 6-7 fois par jour.

Le choix indépendant des médicaments, lorsque la vésicule biliaire est retirée, peut non seulement ne pas soulager mais également aggraver l’état. Sur les effets secondaires des médicaments prescrits est nécessaire d'informer votre médecin. Lui seul peut recommander le remplacement d’un médicament par un autre sur la base du tableau général de la période de récupération.

Si, au stade initial, après le prélèvement de l'organe, les analgésiques soulagent la douleur au niveau des organes, ils peuvent être remplacés à l'avenir par des antispasmodiques (No-Spa, Buscopan et autres). Ces comprimés aident aux spasmes des voies biliaires.

Les préparations enzymatiques telles que Mezim, Festal, Espumizan facilitent le travail de l'intestin. Ils contribuent au retrait de la bile, empêchent les processus de fermentation.

Les hépatoprotecteurs (Gepabene, Urosan, extrait de chardon-Marie) sont conçus pour soutenir et protéger le foie. Leur réception est un long cours prescrit par un médecin. La négligence de cette partie de la rééducation provoque une douleur dans l'hypochondre, une indigestion.

L'effet bénéfique lors de la rééducation a un exercice thérapeutique. Effectuer des exercices commencent 2-3 semaines après la chirurgie. Ils contribuent à la normalisation de l'activité des organes digestifs. Il est interdit de porter une lourde charge sur les muscles abdominaux et de soulever des poids pendant cette période.

Douleur après le retrait de la galle, pourquoi se poser et quoi faire

Pourquoi des douleurs surviennent-elles après le retrait de la vésicule biliaire?

  • 1 Syndrome postcholécystectomie
  • 2 méthodes de diagnostic
  • 3 traitements

La technologie de prélèvement de la vésicule biliaire par laparoscopie est considérée comme la plus efficace et la plus sûre. Après sa mise en œuvre, fixez le nombre minimum de complications par rapport aux opérations "ouvertes". Cela est dû en grande partie au fait que l’intervention est réalisée au moyen de petites perforations de la cavité abdominale avec un traumatisme tissulaire minime. La température après laparoscopie ne doit pas dépasser 38,3 ° C pendant les 4 premiers jours. Sa croissance ultérieure peut indiquer des complications, raison pour laquelle il est si important de surveiller ce paramètre.

Mais aucune technologie de cholécystectomie (ablation chirurgicale de la vésicule biliaire) ne peut protéger le patient de l’action d’un syndrome postopératoire spécifique. Pour améliorer la santé et éliminer les crampes, il existe plusieurs méthodes.

Syndrome postcholécystectomie

Ablation de la vésicule biliaire

Une intervention chirurgicale visant à retirer la vésicule biliaire soulagera le patient de la cholélithiase, de la cholécystite, mais ne pourra pas optimiser les troubles métaboliques, les modifications de la composition chimique de la bile, qui sous-tendent la maladie. En raison de la perte de la fonction physiologique de l'organe, qui était responsable de la concentration de bile dans l'interstice intestinal et de son entrée dans le duodénum en mangeant, et d'une violation de son flux sortant, processus de digestion, du foie. La conséquence de l'ablation de la vésicule biliaire est la déstabilisation du travail des organes voisins, une douleur systémique après l'ablation de la vésicule biliaire sur le côté, le dos et l'abdomen. Les experts estiment que la principale manifestation du syndrome est une violation de la fonction contractile du sphincter d’Oddi (muscle situé à la surface interne du duodénum), qui survient chez 40 à 45% des patients.

Conseil: si vous vous inquiétez de la durée de l'opération et de l'enlèvement de la vésicule biliaire et si vous ressentez une douleur, ne vous inquiétez pas. Tout va prendre 1 à 2 heures (selon les tâches) sous anesthésie générale. Le syndrome douloureux disparaît complètement après 1-2 jours.

C'est ce qui déclenche le mécanisme du syndrome postcholécystectomie, ne permettant pas aux sécrétions biliaires et pancréatiques de s'écouler en totalité, ce qui provoque la manifestation de symptômes désagréables:

  • violation de l'écoulement et la concentration de la bile;
  • réduire le nombre de microflores intestinales bénéfiques;
  • lésion de la membrane muqueuse de l'ulcère duodénal (duodénite), du côlon (colite) et du petit intestin (entérite);
  • développement ou exacerbation de maladies concomitantes (ulcère peptique, inflammation chronique du pancréas, du foie);
  • attaques douloureuses, coliques dans la partie supérieure de l'abdomen, côté, hypochondre;
  • augmentation des taux d'enzymes hépatiques dans le sang;

Le lieu de la douleur (dos, abdomen, hypochondre gauche ou droit) dépend du type de lésion du sphincter d’Oddi: structurel ou fonctionnel. L'attaque dure en moyenne 20 minutes et se répète environ 3 mois. Souvent, il survient la nuit après avoir mangé et s'accompagne de nausées et de vomissements.

Méthodes de diagnostic

Examen endoscopique des voies biliaires

Les experts utilisent des méthodes pour déterminer la véritable cause du syndrome post-cholécystectomie dans chaque cas et éliminer la douleur. Réaliser des études de laboratoire (le niveau de bilirubine - le composant principal de la bile, la phosphatase alcaline - un groupe d'enzymes dans tous les types de tissus, etc.), des ultrasons.

Les méthodes d'examen instrumentales jouent un rôle distinct dans la détermination des causes et de l'étendue des troubles des voies biliaires: œsophagogastroduodénoscopie vidéo (examen de la membrane muqueuse du tube digestif supérieur à l'aide d'un endoscope), tomodensitométrie avec contraste (utilisation d'une préparation spéciale non ionique contenant de l'iode), balayage par radionucléide des canaux biliaires.

Il est important de se rappeler que les tests doivent être effectués au plus tard 6 heures après la fin de la douleur et dans la dynamique des attaques. Sur la violation de la fonction du sphincter d'Oddi indiquera la croissance des enzymes hépatiques, pancréatiques.

Parfois, la douleur ne revient pas à cause du syndrome postopératoire, mais à cause de l'apparition de calculs dans les voies biliaires (cholédocholithiase), diagnostiquée chez 30% des patients après le retrait de la vésicule biliaire.

Traitement

Le régime est la principale condition de prévention du syndrome postcholécystectomie.

Dans la plupart des cas, le traitement conservateur aide les patients. Des préparations spéciales devraient normaliser la composition chimique de la bile, des sécrétions pancréatiques, améliorer son écoulement vers le duodénum et contribuer au traitement des maladies associées du système digestif. En outre, les médecins prescrivent des antispasmodiques pour réduire la tension des muscles lisses des intestins et éliminer la cause des douleurs latérales et abdominales. Si une augmentation du nombre de bactéries pathogènes est constatée, des agents antibactériens et probiotiques (contenant des micro-organismes vivants et améliorant la microflore) seront inclus dans le traitement.

Pour réduire les risques de fissures sur le côté, le dos, l'abdomen (principal symptôme du syndrome postcholécystectomie), vous devez suivre plusieurs règles:

  1. Suivre strictement un régime au début de la période postopératoire.
  2. Mangez fractionné au moins 6 fois par jour. Pourquoi Il aide le processus de digestion, accélère le flux de bile, la motilité intestinale.
  3. La quantité de graisse consommée doit être limitée à 60-70 g par 24 heures.
  4. Si le pancréas fonctionne correctement, avec le temps, le régime peut être enrichi en glucides (jusqu’à 500 g) et, avec un excès de poids, ne doit pas dépasser 200 g.
  5. Préférez les plats cuits au four, les soupes, la viande maigre, le poisson, les légumes et les fruits.
  6. Évitez de manger des aliments avec:
  • huiles essentielles (radis, ail, oignon);
  • épices, assaisonnements, cholestérol (porc, foie);
  • nourriture frite;
  • chocolat, noix, alcool, eau gazéifiée.

Il est important que le patient comprenne que la période de rééducation qui suit le retrait de la vésicule biliaire doit commencer immédiatement par un changement de mode et de style de nutrition. Dans une large mesure, il s’agit non seulement d’une garantie de bien-être, mais également de l’absence de complications.

Conseil: lors de la création de votre régime alimentaire, vous devez vous concentrer sur les composants du numéro de régime 5.

Un examen approfondi et opportun des patients atteints du syndrome postcholécystectomie permettra un traitement adéquat et une correction efficace des troubles anatomiques et fonctionnels qui se développent après le retrait de la vésicule biliaire.

Nous vous conseillons de lire: écrasement au laser des calculs biliaires

Attention! Les informations sur le site sont fournies par des experts, mais le sont à titre informatif uniquement et ne peuvent être utilisées pour un traitement personnel. Assurez-vous de consulter un médecin!

Après le retrait de la vésicule biliaire, le côté droit fait mal: causes et symptômes. Traitement de la douleur dans le côté droit après le retrait de la vésicule biliaire

Après avoir enlevé la vésicule biliaire, les gens espèrent sincèrement que leurs souffrances passées ont été laissées pour compte.

Cependant, dans certains cas, même une chirurgie ne permet pas de se débarrasser de la douleur au côté, qui peut être accompagnée d'autres symptômes désagréables.

Alors pourquoi, après avoir retiré la vésicule biliaire, le côté droit fait-il de nouveau mal et comment s'en débarrasser?

Considérez le problème en détail.

Après le retrait de la vésicule biliaire, le côté droit est atteint

L'extraction biliaire s'appelle une cholécystectomie. Dans les 3 à 6 mois suivant sa mise en place, certains patients peuvent développer un syndrome post-cholécystectomie.

Ces raisons peuvent causer:

1. La présence de lésions dans les voies biliaires:

• la présence de calculs dans les canaux biliaires non opérés (nécessitant souvent une ré-opération);

• rétrécissement des voies biliaires.

2. Diverses maladies du foie (jaunisse, hépatite).

3. Kyste à l'emplacement de l'orgue.

4. Irritation du petit (gros) intestin.

6. Ulcère gastrique ou duodénal.

7. La stagnation de la bile nécessite également une opération secondaire, car elle peut provoquer une violation des fonctions du foie.

8. Échanger des troubles dans le corps du patient.

9. Violation du travail général (fonctionnement) de la microflore dans les intestins d'un patient.

10. Le fait de ne pas suivre le régime après l'opération peut également causer des douleurs au côté droit après avoir retiré la galle.

En général, ce syndrome implique un concept collectif, car ses symptômes et ses causes peuvent être très différents, mais tous sont directement liés au prélèvement récent de la vésicule biliaire.

Habituellement, une telle opération est réalisée au laser. Cependant, malgré un léger traumatisme, il subsiste encore des lésions des tissus mous, auxquelles le corps réagit immédiatement par un processus inflammatoire. De plus, pour créer l’espace nécessaire lorsque la vésicule biliaire est retirée, la cavité abdominale du patient est agrandie mécaniquement en la remplissant de dioxyde de carbone.

Ces facteurs peuvent également être la cause de symptômes désagréables après la chirurgie.

Après le retrait de la vésicule biliaire, le côté droit fait mal: symptômes et manifestations

Le plus souvent, après le retrait de la vésicule biliaire, l'estomac est blessé. De plus, ces manifestations peuvent être accompagnées de:

• nausée, surtout le matin;

• changements dans les indicateurs cliniques de sang et d'urine;

Après le retrait de la vésicule biliaire, le côté droit fait mal: diagnostic

Pour diagnostiquer le syndrome de la vésicule biliaire prélevée, il est nécessaire de procéder à la liste des examens suivants:

1. Compléter la numération sanguine.

2. Analyse générale des urines.

3. Recueillir l'historique du patient.

4. Sang à la bilirubine.

6. Effectuer une manométrie rétrograde endoscopique.

Parfois, après avoir retiré la vésicule biliaire, l’estomac peut être si grave qu’une personne ne pourra tout simplement pas sortir du lit. Dans ce cas, il doit être hospitalisé d'urgence, sinon le processus inflammatoire peut entraîner des complications graves dans le corps.

Après le retrait de la vésicule biliaire, le côté droit fait mal: traitement

Le traitement thérapeutique dans cet état devrait être exhaustif et viser à éliminer les fonctions altérées du foie, du tractus gastro-intestinal et de l'estomac.

La pharmacothérapie consiste à prendre les groupes de médicaments suivants:

1. Analgésiques (Drotaverine, Mebererin).

2. Médicaments contenant des enzymes pour améliorer la digestion globale (Festal, Mezim forte, Pancréatine, etc.).

3. La nomination de médicaments antibactériens pour restaurer la microflore altérée du patient. On utilise généralement à cette fin: Hilak forte, Furozoltdon). Ils doivent suivre des cours pendant 5 à 7 jours.

4. Acceptation des médicaments antimicrobiens contribuant au rétablissement de la digestion et à la "reconstitution" d'une nouvelle microflore saine (Linex, Bifidumbaktrin, etc.).

5. Prendre des médicaments antipyrétiques (à une température corporelle élevée).

6. Rendez-vous des anesthésiques (il est préférable de les administrer par perfusion ou par voie intraveineuse et de ne pas les prendre sous forme de comprimés).

Au cours des six premiers mois suivant le retrait de la vésicule biliaire, l’estomac peut être douloureux et d’autres symptômes désagréables peuvent survenir. Cette condition doit être surveillée, le patient doit donc donner de temps en temps son sang pour analyse et être sous surveillance médicale.

En règle générale, après un ou deux mois après le retrait du patient atteint de galle, le patient s’adapte aux nouvelles conditions de travail et son système digestif s’améliore. La bile commence à produire le foie en quantités normales (en fonction de la quantité de nourriture qu'une personne consomme).

Malgré cela, il existe des cas où la pharmacothérapie n’a pas permis de lutter contre l’inflammation et de restaurer le fonctionnement du foie, de l’estomac et des intestins. Un patient dans cet état souffrira de fièvre, de vomissements et de douleurs dans le côté. Le seul moyen de sortir de cette situation est de re-diagnostiquer et de mener une autre opération. Le temps de récupération qui suit sera de plusieurs mois plus long, car le patient devra maintenir le cycle de rééducation dans son intégralité.

Après le retrait de la vésicule biliaire, le côté droit fait mal: nutrition nécessaire

Très souvent, après avoir enlevé la galle, l'estomac commence à faire mal à cause d'une violation du régime alimentaire. C'est une très grave erreur, car la nutrition joue un des rôles les plus importants pour une récupération rapide du corps après la perte d'un organe.

Pour que, après avoir enlevé la galle, l’estomac ne commence pas à faire mal, vous devriez suivre ces recommandations sur la nutrition:

1. Allez au pouvoir fractionnaire. Cela signifie que vous devez manger souvent (5 à 7 fois par jour). Dans ce cas, les portions doivent être suffisamment petites pour ne pas surcharger l'estomac.

2. Ne consommez pas plus de 50 grammes de graisse végétale par jour. Il est préférable d'abandonner temporairement les graisses animales ou de minimiser leur consommation.

3. Pour exclure de l'alimentation ces produits:

• sauces: ketchup, moutarde, mayonnaise, sauce soja, etc.

• viandes grasses (porc, canard);

• poisson gras (saumon).

Tous les produits ci-dessus nécessitent une grande quantité de bile pour être digérés, ce qui alourdit la digestion globale. En outre, une telle nourriture provoquera des nausées et une lourdeur de l'estomac chez une personne après une chirurgie.

5. Suivez le régime (il est conseillé de manger en même temps afin de contrôler la production de suc gastrique).

6. Suivez le régime de consommation d'alcool (vous pouvez boire jusqu'à deux litres d'eau potable par jour, sans compter les soupes, la compote, etc.).

7. Après le retrait de la vésicule biliaire, le régime alimentaire devrait reposer sur les produits suivants:

• les soupes de légumes (il est préférable de ne pas cuisiner les bouillons de viande et de poisson, car ils sont trop gras);

• produits laitiers fermentés (kéfir faible en gras, yogourt, fromage cottage, ryazhenka);

• bouillons et compotes de fruits;

• décoction de rose sauvage et de camomille;

• pain de seigle ou biscuits;

• miel (en petites quantités);

• viande bouillie (lapin, poulet, dinde);

• poisson faible en gras;

• pommes de terre (en petites quantités).

8. La nourriture elle-même est recommandée pour être cuite à la vapeur, bouillie ou cuite au four.

9. Le sel devrait être complètement exclu de votre alimentation.

Après le retrait de la vésicule biliaire, le côté droit est blessé: remèdes populaires

Les moyens les plus efficaces pour soulager la douleur après le retrait de la galle sont les décoctions de telles plantes:

Après avoir retiré la vésicule biliaire, le côté droit fait mal: conseils de prévention

Pour prévenir le développement de ce syndrome, il est recommandé de suivre les règles suivantes après avoir éliminé la bile,

• arrêter de fumer;

• suivre toutes les recommandations des médecins;

• éliminer complètement toute activité physique;

• adhérer au régime alimentaire;

• cesser de boire des boissons alcoolisées;

• mener des enquêtes régulières;

• dans les premiers jours après l'opération pour respecter le repos au lit;

• éviter le stress et les surtensions nerveuses;

• Si vous ressentez des symptômes désagréables, contactez immédiatement votre médecin.

Traitement de la douleur après le retrait de la vésicule biliaire

Souvent, le seul moyen de traiter l'inflammation de la vésicule biliaire et des calculs biliaires consiste à recourir à la chirurgie pour retirer un organe malade, à savoir une cholécystectomie. La procédure est associée à certaines conséquences qui, avec un traitement postopératoire et un régime appropriés, ont réussi. Plus souvent, après le retrait de la vésicule biliaire, le côté droit sous la côte est douloureux. Cette condition s'appelle le syndrome postcholécystectomie.

Après le retrait de la vésicule biliaire, une personne peut être perturbée par la nature différente de la douleur.

La norme pour la période postopératoire

La cholécystectomie est réalisée à l'aide de deux techniques:

  • ouvert ou traditionnel;
  • malinvasive ou laparoscopie.

La deuxième option est différente:

  • moins de traumatisme tissulaire;
  • courte période de rééducation;
  • plaies envahissantes rapides.

Au cours des 30 premiers jours, une personne ressent une douleur:

  • dans tout le péritoine;
  • dans la zone de coupe;
  • sous les omoplates;
  • juste sous les côtes.

Le côté droit et la cavité abdominale en raison de l'utilisation de dioxyde de carbone au cours de la cholécystectomie laparoscopique. Cela est nécessaire pour élargir la cavité et améliorer la visibilité, de sorte que le tube de l'endoscope capture bien l'organe et l'enlève. Il est difficile de dire combien de temps la douleur durera sous les côtes. Mais si vous suivez les recommandations du médecin et le régime alimentaire, l'inconfort disparaît en 3 jours. Pour soulager la douleur après avoir retiré la vésicule biliaire, il vous suffit de vous déplacer dans la pièce.

Après une chirurgie ouverte sans complications, les sutures sont enlevées à la fin de la deuxième semaine. La douleur dans la zone d'incision sera présente pendant trois semaines supplémentaires avec une diminution progressive. Au cours de la laparoscopie, les filaments ne sont pas enlevés et la douleur sous les côtes est tolérable.

Pour soulager les symptômes désagréables, des analgésiques et des analgésiques non narcotiques sont prescrits, tels que:

Lorsque la vésicule biliaire est retirée, de faibles sensations douloureuses sous les côtes dureront un mois et demi. Cela est dû à une modification du travail du système digestif, qui a perdu l'un des principaux organes. La bile est nécessaire à la décomposition des aliments et, si elle a été maintenue dans sa cavité avant de retirer une vessie, alors sans vessie, elle ira directement dans l'intestin. C'est pourquoi il est extrêmement important de maintenir un régime et un régime stricts tout au long de la période d'adaptation.

Complications postopératoires

Le plus souvent, des techniques laparoscopiques sont utilisées pour prélever la vésicule biliaire. En dépit d'une invasion minimale, les lésions tissulaires ne sont pas exclues et la réaction du corps sous la forme d'une petite inflammation est normale. C'est pourquoi, la douleur sous les côtes et dans tout l'estomac n'est pas une déviation. Un mauvais signal est une douleur accrue sous les côtes. Cela se produit pour plusieurs raisons, mais principalement en raison du non-respect des recommandations médicales concernant les règles et le régime alimentaire, l'activité physique.

Souvent, l'organe prélevé continue à être perturbé par des douleurs de la même intensité que précédemment dans différentes parties de l'abdomen, sous les côtes ou les omoplates. Cela est dû à des facteurs tels que:

  • la survenue de complications;
  • faire des erreurs au cours de l'intervention;
  • exacerbation de maladies existantes des organes digestifs sous une forme chronique;
  • développement du syndrome postcholécystectomie.

Complications et erreurs médicales

La chirurgie laparoscopique pour retirer la vésicule biliaire est simple et sûre, mais il y a des risques. Erreurs courantes des médecins, entraînant des complications:

  • imposer de mauvais points de suture;
  • désinfection insuffisante du péritoine sur le site de la vessie prélevée;
  • affectant les tissus et les organes les plus proches avec leurs dommages.

Les complications surviennent principalement en présence des caractéristiques anatomiques des voies biliaires. Au cours de la laparoscopie, on constate souvent de graves dommages aux vaisseaux ou aux organes voisins, ce qui nécessite une intervention à ciel ouvert. Les douleurs dues aux complications et aux erreurs médicales sont les suivantes:

  • douleur intense persistante sous les côtes due à une fuite de points de suture sur les voies biliaires;
  • douleurs diffuses et douloureuses (sourdes) dans tout l'abdomen dues à une infection de la plaie, provoquée par une désinfection insuffisante du péritoine;
  • douleur sous l'omoplate due à une activité cardiaque affaiblie.
  • douleur au nombril et sur le côté à droite;
  • inflammation des points de suture avec rougeur et gonflement;
  • fièvre sévère;
  • frissons, fièvre et autres signes d'intoxication.

Lorsque la galle est retirée, la suture guérit rapidement. Des douleurs non passantes dans l'hypochondre et le côté droit suggèrent un rétrécissement ou des spasmes du choléra, une irritation avec des résidus de calculs et l'effet agressif de la bile sur les intestins. Peut-être la formation d'une fistule à partir du reste du canal biliaire. Une hospitalisation urgente est requise s’il existe:

  • malaise grave avec détérioration progressive;
  • fièvre, frissons, fièvre;
  • écoulement purulent, saignant de l'incision cousue;
  • sceller les bords de la plaie;
  • douleurs qui ne sont pas arrêtés par des médicaments.

Exacerbation de maladies

La période la plus difficile de la vie avec la vésicule biliaire retirée est la moitié de la première année après la chirurgie. Pendant ce temps, les anciennes pathologies du tube digestif peuvent dégénérer ou se développer. Sans bile d'abord souffrir:

  • le foie;
  • le pancréas;
  • Intestin duodénal.

Les pathologies suivantes peuvent causer une sensibilité douloureuse sous les côtes:

  • inflammation du pancréas (pancréatite);
  • lésion ulcéreuse de l'ulcère duodénal 12;
  • adhérences dans les voies biliaires;
  • l'hépatite;
  • maladie des calculs biliaires non traitée (restes de pierre dans le canal biliaire principal);
  • la duodénite;
  • dyskinésie biliaire.

Il est possible de déterminer quelle maladie particulière s'est aggravée en raison des symptômes qui l'accompagnent et de la nature de la douleur, par exemple:

  • si la douleur se produit du côté droit, l'estomac fait mal, le dos est avec la clavicule, l'inflammation des calculs biliaires du foie se produit;
  • si des douleurs sont apparues dans la région ombilicale et dans l'hypochondre gauche, le pancréas est enflammé;
  • si la douleur se propage du côté gauche et du dos, l'inflammation affecte la rate ou d'autres organes.

Les symptômes supplémentaires sont:

  • nausée constante;
  • flatulences;
  • instabilité, consistance, fréquence et couleur de la chaise.

Si l’inconfort ne disparaît pas après 2 jours de régime et que l’anesthésique n’aide pas, consultez immédiatement un médecin.

Malnutrition

Les organes digestifs particulièrement aigus réagissent à la qualité et à la quantité de nourriture après la chirurgie. La nourriture ordinaire - la principale cause de détérioration et ralentit le processus de réhabilitation. Nuances importantes à prendre en compte lors d'un régime:

  1. Ne pas manger et boire des aliments froids avec un liquide. Cela peut provoquer des spasmes gastriques qui affecteront par réflexe les voies biliaires et les sphincters.
  2. Vous ne pouvez pas trop manger. Une quantité excessive de nourriture absorbée pendant une fois rend difficile la digestion et l'évacuation de la masse de nourriture de l'estomac. En conséquence, il n'y a aucune entrée de bile dans l'intestin.
  3. Les produits gras, épicés, frits et autres produits nocifs du régime devraient être exclus. Ceci s'applique au saindoux, à la margarine, aux bouillons concentrés, à la bière, aux vins, aux sirops, au vinaigre et aux sucreries. De tels produits sont particulièrement lourds pour l'estomac dans la période postopératoire. Après avoir consommé même une petite quantité, un spasme des canaux biliaires peut survenir, se traduisant par une douleur à droite sous les côtes ou dans l'estomac.
  4. Le régime le plus approprié est le numéro de table 5. La thérapie par le régime vise à restaurer la fonction du foie et du pancréas, à réduire l'inflammation des voies biliaires.
  5. Il est important de respecter la fractionalité de la nutrition - jusqu'à 7 fois par petites portions.

Syndrome postcholécystectomie

Il arrive qu'après une cholécystectomie réussie sans complications, les symptômes de la maladie de la vésicule biliaire persistent. Ils peuvent aussi partir, mais réapparaître dans un an ou quelques années. Cette condition s'appelle le syndrome postcholécystectomie. Les pathologies suivantes provoquent ce complexe de symptômes:

  • spasme du sphincter d'Oddi;
  • la dyskinésie;
  • long tronçon du canal kystique.

Le syndrome est causé par un dysfonctionnement du système biliaire avec une modification de la circulation naturelle de la bile et une augmentation / diminution simultanée de sa quantité dans l'intestin.

Le complexe symptomatique s'accompagne de douleur dans l'hypochondre droit, qui présente une intensité moindre de l'inconfort préopératoire. La force et la localisation peuvent changer, d'autres symptômes peuvent apparaître, tels que:

  • nausée constante;
  • vomissements sans soulagement;
  • brûlure, brûlures d'estomac, rots d'amertume;
  • grondement constant dans l'estomac;
  • liquéfaction des selles;
  • hausse de la température.

L'enquête aidera à identifier les causes de la douleur du côté droit. Les méthodes de diagnostic suivantes sont utilisées:

À l'aide de l'enquête est déterminé par le foyer de l'inflammation, nouveau ou restant calcul, l'état de l'intestin avec du pancréas est évalué.

Traitement de la douleur dans l'hypochondre après l'ablation de la vésicule biliaire

L'auto-traitement avec une vésicule biliaire retirée est inacceptable. Seul un médecin peut prescrire le médicament nécessaire. Médicaments pour le traitement après l'ablation de la vésicule biliaire:

  1. les analgésiques aideront à soulager l'inconfort de l'épigastre: "Ketanov", "Ketarol";
  2. spasmolytique pour soulager les spasmes des voies biliaires: "No-Shpa", "Buscopan";
  3. enzymes pour faciliter le travail de l'intestin, faciliter le processus de production de bile, prévenir la stagnation des aliments et le développement de processus de fermentation: "Mezim", "Festal", "Espumizan";
  4. hépatoprotecteurs pour le maintien, la restauration et la protection du foie: Gepabene, Urosan, extrait de chardon-Marie.

En outre nommé cours de thérapie physique. Des exercices spécialement conçus ne gênent pas le corps, mais contribuent à augmenter la motilité intestinale et les voies biliaires, ce qui améliore le flux de la bile et la digestion. La thérapie d'exercice doit commencer 3 semaines après la chirurgie.

Douleur après le retrait de la vésicule biliaire

La chirurgie pour enlever la vésicule biliaire (cholécystectomie) conduit dans la plupart des cas au rétablissement complet du patient. Le respect du régime alimentaire et les recommandations postopératoires peuvent soulager la douleur après le retrait de la vésicule biliaire. Et pourtant, personne n'est à l'abri de l'occurrence de complications sous forme de syndrome postopératoire. L'intervention chirurgicale par laparoscopie est aujourd'hui considérée comme la procédure la plus sûre. Mais cette méthode ne peut pas garantir l'absence totale de gêne après l'opération.

Causes de la douleur du foie après une cholécystectomie

Il y a des cas où, après une intervention chirurgicale sur la vésicule biliaire, on se plaint d'une crise de douleur sous les côtes, du côté droit. De tels symptômes peuvent apparaître après un certain temps, malgré une intervention chirurgicale correcte et réussie, lorsqu'il semble que les causes de la douleur ont été éliminées. La vésicule biliaire joue un rôle important dans le corps, elle est inextricablement liée aux organes du système digestif. Le retrait d'un organe aussi important entraîne inévitablement un stress dans le corps et une perturbation temporaire de son travail, ce qui peut provoquer une maladie de la région abdominale. La restauration et l'adaptation du système digestif se produisent généralement en un an.

Après la procédure, la cholécystectomie provoque des irrégularités dans le processus de digestion, résultant de modifications de la concentration de la bile et de son entrée dans l'intestin. Tout cela peut causer des douleurs après le retrait de la vésicule biliaire.

Troubles du sphincter d'Oddi

L'une des caractéristiques anatomiques de la coque interne de la vésicule biliaire est la libération de substances qui contribuent à augmenter le tonus du sphincter d'Oddi. Lorsque la vessie est pleine, le sphincter se détend et la bile passe librement dans l'intestin. Après la cholécystectomie, le tonus du sphincter peut être réduit, ce qui entraîne un flux constant de liquide biliaire dans l'intestin. L'infection biliaire se produit par l'entrée de bactéries dans les canaux. Le processus inflammatoire commence et entraîne une douleur ou une sensation de brûlure.

Nos lecteurs recommandent

Notre lecteur régulier a recommandé une méthode efficace! Nouvelle découverte! Les scientifiques de Novosibirsk ont ​​identifié le meilleur moyen de restaurer la vésicule biliaire. 5 ans de recherche. Auto-traitement à la maison! Après l'avoir lu attentivement, nous avons décidé de l'offrir à votre attention.

Nos lecteurs recommandent

Notre lecteur régulier a recommandé une méthode efficace! Nouvelle découverte! Les scientifiques de Novosibirsk ont ​​identifié le meilleur moyen de récupérer après le retrait de la vésicule biliaire. 5 ans de recherche. Auto-traitement à la maison! Après l'avoir lu attentivement, nous avons décidé de l'offrir à votre attention.

Les autres symptômes du dysfonctionnement du sphincter sont:

  • ballonnements dans les intestins;
  • des nausées;
  • des vomissements;
  • sensation de lourdeur;
  • des problèmes avec la chaise;
  • éructations.

La douleur après le retrait de la vésicule biliaire peut survenir non seulement dans l'hypochondre droit ou l'épigastre droit, mais également pour irradier vers le bras, la région scapulaire.

La douleur peut gird dans de tels cas. La nature de la douleur et leur localisation dépendent de l'étendue de la lésion du sphincter d'Oddi.

Cholangite et cholélithiase

Des douleurs dans l'hypochondre droit peuvent survenir après le retrait de la vésicule biliaire en raison de processus inflammatoires dans les voies biliaires. Ce phénomène postopératoire est appelé cholangite. La raison peut être les calculs restants dans les canaux biliaires, ils peuvent provoquer des processus inflammatoires. En outre, la cause de la cholangite sont divers micro-organismes, les vers ou Giardia. Cette maladie peut provoquer des accès de douleur périodiques, ainsi que des hépatites, des abcès ou des péritonites en l'absence de traitement en temps voulu.

La cholangite aiguë est accompagnée des symptômes suivants:

Fièvre

  • augmentation de la température corporelle, accompagnée de transpiration et de frissons;
  • malaise général;
  • des nausées et des vomissements;
  • l'hypotension;
  • jaunissement de la peau;
  • conscience confuse;
  • douleur dans le foie, s'étendant au bras droit et / ou à l'omoplate.

La cholangite peut survenir sous forme bénigne, cependant, il existe des cas avec le développement rapide de la septicémie et la mort ultérieure.

Dans les situations où, après le retrait de la vésicule biliaire fait mal au côté droit, il convient de garder à l'esprit la possibilité d'une cholélithiose. Après la procédure, des calculs de cholécystectomie peuvent rester dans les voies biliaires. S'ils sont petits, ils sortiront par les intestins sans causer d'anxiété. Une grosse pierre peut bloquer le canal et empêcher l'écoulement de la bile. Cela conduit à une inflammation des voies biliaires et donc à une douleur dans la région du foie.

L'absence de diagnostic et de traitement de la cholélithiase peut entraîner une rupture du tractus biliaire, une cirrhose biliaire secondaire, une cholangite et d'autres maladies graves. Le symptôme principal de la cholélithiase est la jaunisse et une attaque de douleur dans le foie.

Méthodes de diagnostic de la douleur postopératoire

Le syndrome postcholécystectomie est diagnostiqué par diverses méthodes, notamment des tests de laboratoire et des ultrasons. Toutes les méthodes visent à diagnostiquer et à traiter rapidement les effets d’une intervention chirurgicale.

Si le foie fait mal après le retrait de la vésicule biliaire ou s'il y a une gêne dans d'autres zones de l'abdomen, il est nécessaire de contacter un gastro-entérologue ou un thérapeute dans un proche avenir. Le médecin analysera l'état du patient sur la base duquel il établira un diagnostic et déterminera pourquoi il a mal au dos ou au foie. Selon la cause de la douleur postopératoire, un traitement sera prescrit.

En cas de telles plaintes, une échographie du foie est obligatoire, ainsi que des tests permettant de déterminer le niveau de production d'enzymes pancréatiques et hépatiques. Des analyses fécales et sanguines générales seront également attribuées au patient.

Pour un diagnostic plus précis, un examen complet est nécessaire. Un médecin peut demander un examen de la membrane muqueuse du tractus digestif supérieur à l'aide d'un endoscope, d'une tomographie par ordinateur utilisant un rehaussement de contraste ou d'un scanner des canaux biliaires.

Les analyses sont attribuées au patient dans les 6 heures qui suivent une attaque douloureuse ou pendant celle-ci, sinon le résultat risque de ne pas donner l'image souhaitée. La teneur accrue en enzymes produites par le foie ou le pancréas peut indiquer une dyskinésie du sphincter d’Oddi.

La douleur dans le foie survient non seulement à cause du syndrome postcholécystectomie, mais également si des calculs biliaires sont apparus ou n'ont pas été enlevés après la chirurgie. Ces cas sont diagnostiqués chez 30% des personnes atteintes de douleurs au foie, à l'épigastre, à l'hypochondre ou au nombril.

Traitement et prévention de la douleur

Après un examen approfondi et un diagnostic, le médecin prescrit un traitement. Cela dépendra des causes des attaques. Un traitement antispasmodique est effectué en cas de douleur intense. Afin d'éliminer les processus inflammatoires prescrits antibiotiques. La difficulté de prescrire des médicaments réside dans la vulnérabilité accrue du foie après une cholécystectomie. C'est pourquoi vous ne pouvez pas vous soigner vous-même. Sans supervision du médecin, il est possible non seulement de ne pas obtenir un résultat positif, mais également de causer un préjudice substantiel.

Afin de maintenir la santé du foie, on prescrit habituellement des médicaments, les hépatoprotecteurs. Pour compenser le manque de digestion, des enzymes et des médicaments cholérétiques sont prescrits.

Afin de réduire le risque d'attaque douloureuse après la chirurgie, il est nécessaire de suivre strictement les recommandations du médecin, de suivre un régime. Vous ne devriez pas manger gras, frit, boire de l'alcool. Assurez-vous de suivre les directives de cuisson. Un certain nombre de troubles postopératoires peuvent être surmontés en ajustant le régime alimentaire.

Afin d'éviter, pour éviter les accès de douleur après la chirurgie, vous devez utiliser une quantité suffisante de liquide. Une eau propre aide à éliminer les substances toxiques et aide le foie à supporter la charge.

Pendant la période de réadaptation, il convient de se reposer et de se protéger du stress. Vous pouvez également faire de la physiothérapie en plein air, surtout en été, pour aider le foie après le retrait de la vésicule biliaire et pour restaurer le système digestif dans son ensemble.

  • De nombreuses manières ont essayé, mais rien n'y fait.
  • Et maintenant, vous êtes prêt à profiter de toute occasion qui vous procurera un sentiment de bien-être tant attendu!

Un remède efficace existe. Suivez le lien et découvrez ce que les médecins recommandent!

  • De nombreuses manières ont essayé, mais rien n'y fait.
  • Et maintenant, vous êtes prêt à profiter de toute occasion qui vous procurera un sentiment de bien-être tant attendu!

Il existe un traitement efficace pour la vésicule biliaire. Suivez le lien et découvrez ce que les médecins recommandent!

Top