Catégorie

Articles Populaires

1 Jaunisse
Hépatomégalie chez un enfant
2 Lamblia
Faux positif pour l'hépatite C
3 Lamblia
Hépatite graisseuse - symptômes et traitement, régime alimentaire, complications, prévention de l'hépatose du foie
Principal // Recettes

Comment se préparer à la laparoscopie de la vésicule biliaire?


La vésicule biliaire est un organe creux en forme de poire situé juste sous le foie et servant de réservoir à la concentration et à l'accumulation de bile. La bile elle-même se forme dans le foie et joue un rôle important dans le processus de digestion. La chirurgie pour enlever la vésicule biliaire est appelée cholécystectomie. Elle est réalisée dans le but de se débarrasser des calculs biliaires, ainsi que dans le traitement de certaines maladies inflammatoires du tube digestif. La cholécystectomie est une opération simple et courante. Il existe deux méthodes pour prélever un organe creux: la cholécystectomie ouverte et la laparoscopie. Cette dernière méthode est la plus douce. Dans de nombreux cas, le patient rentre chez lui deux jours après l'opération.

Dans cet article, nous verrons comment se déroule la préparation à la laparoscopie de la vésicule biliaire. Bien entendu, la préparation préopératoire est prescrite par le médecin traitant individuellement. Après tout, chaque organisme a ses propres caractéristiques, plaies, hérédité, etc. Cependant, il y a des points communs qui concernent tout le monde, ils sont à peu près cela.

Ensemble standard d'enquêtes

Des tests sont nécessaires avant toute intervention chirurgicale et la cholécystectomie ne fait pas exception.

S'il existe des indications de cholécystectomie chez JCB, la préparation de l'opération doit être effectuée avec soin, non seulement par le personnel médical, mais également par le patient. La première chose à faire est de subir un examen approfondi et de passer des tests. Cela est nécessaire pour pouvoir évaluer de manière adéquate la nature des calculs dans l'organe creux et ses canaux, ainsi que pour sélectionner la méthode de traitement appropriée. Il arrive que la laparoscopie soit prescrite, mais lors d'une intervention chirurgicale, une grande incision est nécessaire.

En règle générale, on prescrit au patient les séries d'examens suivants:

  1. Échographie (ultrasons) - vous permet d'analyser et d'évaluer l'état des organes: vésicule biliaire, foie, pancréas, etc. Le médecin détermine la présence, l'emplacement et la taille des pierres. Cette méthode n'est pas parfaite, car il n'est pas toujours possible de déterminer avec précision la présence de calculs dans la dernière partie du canal biliaire.
  2. Imagerie par résonance magnétique (IRM) - fournit des informations plus précises sur les calculs et d'autres problèmes: inflammation, sténose cicatricielle, etc.
  3. Tomodensitométrie (CT) - utilisé dans des situations peu claires. Donne une image claire des tissus vésicaux, du développement des adhérences et de l'état général des organes.
  4. Examens du cœur, des vaisseaux sanguins et du système respiratoire: électrocardiographie (ECG), radiographie des poumons.
  5. Tests de laboratoire:
    • test sanguin détaillé (en particulier la vitesse de sédimentation des érythrocytes) et l’urine;
    • analyses biochimiques complexes, par exemple protéines totales, bilirubine, cholestérol total, urée, glucose, créatinine (un produit du métabolisme musculaire) et autres;
    • tests de dépistage de la syphilis, du VIH, des marqueurs de l'hépatite, du groupe sanguin et du facteur Rh;
    • hémostasiogramme (réalisé pour étudier la coagulation sanguine du patient);
    • conclusion thérapeutique et dentaire.

Le patient est autorisé à la laparoscopie, si les résultats de ses tests sont dans les limites normales. S'il y a des anomalies, un traitement nécessaire est administré, ce qui vous permet de normaliser la situation.

Préparation à la laparoscopie à l'hôpital

Assurez-vous d'informer les médecins si vous êtes allergique à un médicament.

Avant une cholécystectomie à l'hôpital, un chirurgien et un anesthésiologiste s'approchent du patient. Ils parlent de l'opération, de l'anesthésie, donnent des informations sur les conséquences et les complications possibles d'une cholécystectomie, parlent de nutrition clinique. À la fin de la conversation, il leur est demandé de signer un formulaire de consentement pour la laparoscopie et l'anesthésie.

Il est souhaitable que le patient puisse se préparer à l'opération avant son hospitalisation à l'hôpital. Le médecin recommande une nutrition et une gymnastique appropriées, qui facilitent le transfert de la chirurgie.

Conseil: pendant les 3-4 jours précédant la laparoscopie, il est recommandé de manger des aliments ne provoquant pas de flatulences. Ainsi, les aliments peuvent être constitués de produits laitiers fermentés, de viande maigre et de poisson. Il est nécessaire d’exclure les aliments qui provoquent la fermentation - vous ne pouvez pas manger de fruits, de légumes, de légumineuses, de pain ou de céréales.

Assurez-vous d'informer votre médecin si vous avez:

  1. allergique à des médicaments, y compris anesthésiques et antiseptiques;
  2. il y avait des conditions associées à la perte de sang ou à la prise de médicaments qui augmentent les saignements, par exemple l'aspirine ou la warfarine.
  3. grossesse ou envisagez-vous de devenir mère.

Préparation préopératoire des patients hospitalisés:

  • À la veille du patient prescrit de la nourriture légère. Le dernier repas a lieu à sept heures du soir, après quoi vous ne pouvez plus manger.
  • Le jour de la laparoscopie, il est interdit au patient de manger et de boire. Le manque de nourriture dans l'estomac réduit le risque de vomissements pendant ou après la chirurgie. Si vous prenez des médicaments, informez-vous auprès de votre médecin de la nécessité de les prendre le jour de la laparoscopie.
  • Il est recommandé aux personnes ayant des muscles abdominaux faibles de porter un pansement spécial après une cholécystectomie. Par conséquent, vous pouvez prendre soin de son acquisition à l'avance.
  • La veille et le matin avant la laparoscopie, le patient reçoit un lavement nettoyant.
  • Le soir et le matin, il est nécessaire de prendre une douche avec un savon antibactérien spécial pour raser les poils du pubis et de l'abdomen.
  • Avant de vous rendre en salle d'opération, vous devez retirer vos bijoux, lunettes, lentilles de contact et dentiers amovibles.

Immédiatement avant la chirurgie, l’infirmière doit panser les membres inférieurs avec des bandages élastiques, partant des doigts et se terminant par les plis inguinaux. Une telle mesure est nécessaire pour la prévention des complications thromboemboliques.

Préparer le rétablissement après la chirurgie

Veillez à écouter les conseils de votre médecin et ne vous précipitez pas à la maison

Pour la récupération postopératoire, vous devez vous préparer à l'avance. De nombreux patients rentrent chez eux le lendemain de la laparoscopie. Cependant, la survenue de complications (température élevée après le retrait de la vésicule biliaire, brûlures d'estomac, saignements, etc.) peut entraîner une prolongation du séjour à l'hôpital. Dans certains cas, le chirurgien doit faire une incision abdominale. Le patient devra alors rester à l'hôpital plus longtemps.

Conseil: il n'est pas toujours possible de prédire le déroulement de la procédure chirurgicale. Par conséquent, vous devez emporter une brosse à dents, des vêtements confortables, une tablette et des livres pour ne pas vous ennuyer.

  • Immédiatement après la laparoscopie, il sera impossible de boire, mais parce que vous serez dérangé par la bouche sèche, vous pouvez lubrifier vos lèvres avec de l'eau de citron ou de la décoction d'herbes (camomille, sauge). Par conséquent, préparez à l’avance une tasse d’eau, de décoctions au citron ou aux herbes et de tampons de coton (gaze).
  • Après la laparoscopie, vous allez geler. C'est une condition normale et vous ne devriez pas en avoir peur. Prenez garde à l'avance afin de pouvoir vous réchauffer avec quelque chose à terminer.
  • Adaptez-vous au fait que quelques heures après la chirurgie, vous devrez commencer à travailler pour un prompt rétablissement. La gymnastique après le retrait de la vésicule biliaire vous sera utile: mouvements avec les bras, les jambes, se retournant, respirations profondes. Ces mesures éviteront les complications pulmonaires. Il est également utile de faire un léger massage de la poitrine (tapotements / tapotements simples), que vos proches peuvent facilement supporter.
  • Après 12-24 heures, vous pouvez déjà vous asseoir et exécuter le système d'exercices de respiration, sans hâte, avec des pauses. L'effet positif va respirer à travers le tube. Pour ce faire, prenez une extrémité du tube dans la bouche et baissez l'autre dans un verre d'eau.
  • Après 12 heures, le patient peut boire de l'eau. Il ne devrait pas être doux et sans gaz. Buvez lentement en prenant de petites gorgées.
  • Après 1-1,5 jours, s'il n'y a pas de contre-indications, vous pouvez vous tenir près du lit, essayer de vous disperser, mais faites-le mieux en présence de votre famille et en vous concentrant sur votre force. Il n'est pas recommandé de s'allonger pendant longtemps.

Conseil: arrangez-vous avec un proche pour vous ramener à la maison et prendre soin de vous. Il vaut mieux qu'un membre de la famille reste avec vous toute la nuit après l'opération. Après la laparoscopie, vous devez suivre un régime alimentaire sain tout au long de votre vie, ce qui garantira une bonne santé et évitera d’éventuels effets secondaires.

Résumant ce qui précède, je voudrais vous rappeler que, bien sûr, vous pouvez être guidé par les dispositions générales présentées dans cet article, mais que tout doit être convenu avec votre médecin.

L'opération se déroule sous anesthésie générale, ce qui signifie que pendant l'opération, vous dormirez et vous ne ressentirez pas de douleur. Vous serez conduit à la salle d'opération, mis sur la table d'opération, un compte-gouttes est connecté, puis vous vous endormez. Ne craignez pas la douleur après une cholécystectomie, car le médecin vous prescrit des analgésiques.

Comment se préparer à une intervention chirurgicale pour enlever la vésicule biliaire?

La vésicule biliaire est un réservoir creux en forme de poire situé sous le foie. Il sert à accumuler la bile qu'il produit, à l'amener à la concentration requise et à l'alimenter dans le duodénum lorsque la nourriture pénètre dans le tube digestif. La bile intervient dans la dégradation des aliments (en particulier les graisses animales lourdes), stimule la sécrétion du pancréas et a un effet antibactérien sur la microflore intestinale.

Laparoscopie de la vésicule biliaire

Comme tout autre organe interne, la vésicule biliaire est également exposée à divers types de pathologies, dont certaines, hélas, ne peuvent être guéries que par la chirurgie.

Cette intervention chirurgicale est appelée cholécystectomie, au cours de laquelle la vésicule biliaire est complètement retirée.

Une telle opération aide à retirer les calculs de la vésicule biliaire (s’il n’est pas possible de les retirer de l’organe de façon naturelle). Il est également prescrit s'il y a de gros polypes dans la vésicule biliaire, lorsque les voies biliaires sont bloquées, une cholécystite chronique calculeuse et certaines autres pathologies de cet organe.

La cholécystectomie est un type de chirurgie assez courant et sa technologie est bien établie. Cette opération est réalisée soit de manière abdominale traditionnelle, soit en utilisant une technique peu invasive, la laparoscopie.

La première méthode est généralement utilisée dans les cas d'urgence ou lorsque la laparoscopie est contre-indiquée pour une raison quelconque. L'intervention laparoscopique est utilisée dans les opérations planifiées de ce type et consiste en une résection de l'organe à l'aide d'instruments tubulaires spéciaux insérés dans le champ opératoire au moyen de petites perforations (d'environ un centimètre) dans les parois du péritoine. Le chirurgien contrôle l'avancement de l'opération grâce à une caméra vidéo, également entrée dans le champ chirurgical.

Une technique laparoscopique plus douce est le principal moyen de retirer cet organe, ce qui peut réduire considérablement la période de rééducation et réduire le risque de complications postopératoires. Nous parlerons ensuite de la préparation à la laparoscopie de la vésicule biliaire.

En même temps, nous disons que pour chaque patient, en fonction des caractéristiques individuelles de son corps, le médecin prescrit sa préparation préopératoire, mais il y a des points communs sur lesquels nous allons nous concentrer dans cet article.

Études standard nécessaires avant la cholécystectomie

Avant toute intervention chirurgicale (y compris avant le retrait de la vésicule biliaire), il est nécessaire de passer certains types de tests de laboratoire.

Ces analyses comprennent:

  • test sanguin (déployé, avec une réflexion du taux de sédimentation des érythrocytes);
  • analyse détaillée de l'urine;
  • analyses biochimiques (protéines totales, bilirubine et cholestérol total, urée, glucose, créatinine, etc.);
  • des tests pour éliminer l'infection à VIH et la syphilis;
  • marqueurs de l'hépatite, détermination du groupe sanguin et de son facteur Rh;
  • hémostase (permet de déterminer la coagulation sanguine du patient).

En plus de ces tests, vous devez être examiné par un médecin généraliste et un dentiste avant de subir une intervention chirurgicale pour retirer la vésicule biliaire.

Si la maladie de la vésicule biliaire était une indication du retrait de la vésicule biliaire, la préparation préopératoire nécessitera une approche particulièrement prudente non seulement du personnel médical, mais également du patient. Il est nécessaire de faire des tests de laboratoire très sérieux et de passer par une série d'études instrumentales permettant de déterminer la quantité, la nature, la taille et l'emplacement des calculs dans la vésicule biliaire et les voies biliaires, ce qui vous permet de choisir le traitement approprié. Dans certains cas, le chirurgien lors de la laparoscopie est obligé d'interrompre l'opération peu invasive et de passer à l'intervention abdominale traditionnelle. Pour minimiser la probabilité d’une telle procédure, il est nécessaire d’examiner le patient de manière aussi approfondie que possible.

Avant la cholécystectomie, les méthodes de recherche instrumentale suivantes sont utilisées:

  • Echographie de la cavité abdominale. Cette technique vous permet d’évaluer l’état actuel de la vésicule biliaire, mais également du foie, du pancréas et d’autres organes. Dans la cholélithiose ou la polypose, il peut être utilisé pour déterminer le nombre, la localisation et la taille des tumeurs dans la cavité des organes. Cependant, cette technique ne permet pas dans tous les cas de détecter tous les calculs ou polypes, surtout s'ils sont situés à l'extrémité du canal biliaire;
  • IRM (imagerie par résonance magnétique). Cette méthode de diagnostic plus précise permet non seulement de déterminer la localisation, la taille et le nombre de calculs, mais donne également des informations sur d’autres pathologies (processus inflammatoires, cicatrices, rétrécissement des conduits, etc.);
  • CT (tomodensitométrie). Il est utilisé dans les cas où, après avoir mené des études antérieures, le médecin avait encore des doutes sur l'exactitude et l'exhaustivité des données obtenues. En utilisant la tomodensitométrie, il est possible d'évaluer l'état des tissus vésiculaires, de détecter la présence d'adhérences et de clarifier l'état actuel des organes internes;
  • obligatoirement des examens du système cardiovasculaire et du système respiratoire (ECG, radiographie des poumons, etc.).

Si tous les indicateurs sont normaux, le patient est autorisé à subir une laparoscopie. En cas d'anomalie, un traitement est prescrit dans le but de normaliser l'état du patient avant l'opération.

Procédure de préparation d'une cholécystectomie par laparoscopie pour patients hospitalisés

La première étape consiste à avertir les médecins de vos allergies aux médicaments.

Avant de procéder à cette opération, l'anesthésiste et le chirurgien doivent parler au patient. Au cours de cette conversation, les spécialistes doivent informer le patient de la prochaine intervention chirurgicale et de l'anesthésie utilisée ainsi que des complications et conséquences possibles de la résection de la vésicule biliaire. En outre, le patient doit être informé du régime et du régime spéciaux qu’il devra suivre après une cholécystectomie. La fin d'une telle conversation est la signature par le patient du consentement à une intervention laparoscopique et à l'utilisation d'une anesthésie générale.

La préparation à la résection de la vésicule biliaire est préférable de commencer avant l'admission à l'hôpital. En règle générale, il consiste à respecter le régime n ° 5 et la gymnastique thérapeutique.

Ces activités vous permettent de mieux préparer le corps à la prochaine intervention chirurgicale et, par conséquent, l'opération elle-même sera plus facile à transférer.

Il est recommandé de passer aux produits alimentaires excluant l’apparition de flatulences trois ou quatre jours avant l’hospitalisation. Le régime alimentaire devrait reposer sur des produits laitiers faibles en gras, des types de viande (poulet, dinde, lapin ou veau) et du poisson maigre. Les produits susceptibles de provoquer une fermentation (fruits, légumes, légumineuses, céréales et pain) doivent être exclus du régime alimentaire.

Avant la chirurgie, le médecin doit tout savoir sur:

  • le patient a des réactions allergiques à des médicaments, y compris l'anesthésie et les médicaments antiseptiques;
  • les cas dans lesquels le patient avait une perte de sang, ou sur l'admission de médicaments saignants (par exemple, warfarin ou aspirine);
  • grossesse (en cours ou prévue).

À l'hôpital, la préparation de cette opération est la suivante:

Immédiatement après son hospitalisation, le patient reçoit un régime léger. Le dernier dîner est à 19 heures le soir de la cholécystectomie. Après cela, plus rien ne peut être mangé.

Le jour de l'opération, en plus de la nourriture, vous devez cesser de boire. Le manque de nourriture dans l'estomac minimise le risque de vomissements pendant et après l'intervention.

Si le patient prend des médicaments, il est impératif de consulter votre médecin sur la possibilité de les prendre le jour de l'opération. Comme les personnes ayant des muscles abdominaux faibles ou un excès de poids après une intervention chirurgicale portent souvent un pansement, il est préférable de prendre soin de l’acheter à l’avance.

Le soir précédant l'intervention et le matin du traitement, le patient reçoit un lavement lavant. Le soir avant et le matin de l'intervention, vous devez vous laver avec un savon antibactérien spécial et raser le ventre et le pubis.

Avant de placer le patient dans la salle d'opération, vous devez vous assurer qu'il a retiré tous les bijoux, les lentilles de contact, les lunettes et les prothèses dentaires amovibles. Avant l'opération, le personnel médical devrait panser les membres inférieurs du patient opéré avec des bandages élastiques (des doigts aux plis inguinaux). Cela évitera les complications de nature thromboembolique.

Comment se préparer à la rééducation postopératoire?

En ce qui concerne la cholécystectomie elle-même et la récupération après celle-ci, il est nécessaire de se préparer à l'avance.

Après la laparoscopie, les patients sortent souvent de l'hôpital les deuxième ou troisième jours, mais en cas de complications (fièvre, saignements, etc.), la durée de la hospitalisation peut être prolongée.

Dans certains cas, il peut être nécessaire de réintervenir, puis la durée du séjour à l'hôpital augmente indéfiniment. Il est impossible de prédire le résultat d'une opération à l'avance. Vous devez donc être prêt à toute éventualité. Emportez avec vous à l’hôpital des fournitures pour le lavage, des vêtements avec lesquels vous êtes le plus à l’aise, des livres ou une tablette pour que, en cas d’augmentation de la durée de votre séjour à l’hôpital, vous soyez à l'aise sans vous ennuyer.

Le premier jour après la chirurgie, vous ne pouvez ni manger ni boire. Et comme après l'anesthésie dans la bouche il y a une grande sécheresse, vous devez prendre soin à l'avance de la préparation de la décoction d'herbes (sauge, camomille, etc.) ou de l'eau avec du citron pour mouiller les lèvres et vous rincer la bouche. Préparez également des tampons pour mouiller les lèvres.

Après une cholécystectomie par laparoscopie, le patient a froid. C'est un phénomène normal, vous devez donc préparer à l'avance des vêtements chauds et des couvertures.

Vous devez être préparé à cela. Peu de temps après la laparoscopie de la vésicule biliaire, vous devrez commencer à travailler pour le bien de votre rétablissement. Pour accélérer la rééducation du corps, il faut commencer à bouger. Effectuer des exercices de respiration, effectuer divers mouvements simples avec les jambes et les mains, se lever et marcher. Un léger massage de la région thoracique est également utile pour rétablir une respiration normale, ce qui peut être fait facilement par vos proches et vos proches.

Après 12 heures (ou tous les deux jours), des exercices de respiration peuvent être commencés assis sur le lit. Faites-le lentement, en vous arrêtant. Il est utile de respirer à travers le tube. Trempez une extrémité dans un verre d'eau et l'autre dans votre bouche.

Une demi-journée après la laparoscopie peut consommer de l'eau non sucrée et non gazeuse. Buvez lentement, par petites gorgées.

Après 24 à 36 heures, s'il n'y a pas de complications, vous pouvez et même besoin de vous lever et de vous lever, en vous penchant sur le lit. Avec l’aide de parents, vous pouvez essayer de marcher en respectant un maximum de prudence. Constamment mentir - pas recommandé.

Même si l'opération a réussi et que vous sortiez rapidement de l'hôpital, nous ne devrions pas oublier les recommandations médicales concernant la prise de médicaments et une nutrition appropriée. Le régime numéro 5 en l'absence de la vésicule biliaire est préférable d'observer le reste de sa vie, en élargissant progressivement le régime avec l'autorisation du médecin traitant. Limiter les efforts physiques. Leur intensité ne peut être augmentée qu’après avoir consulté un spécialiste.

Opération de laparoscopie

En conclusion, je voudrais dire que nous n’avons décrit que les principes généraux de préparation à l’évacuation de la vésicule biliaire. Exigences spécifiques pour la période pré et postopératoire prescrites par le médecin traitant. Suivez toutes ses recommandations - et votre vie après la cholécystectomie reviendra rapidement à la normale. Vous bénisse!

Cholécystectomie (ablation de la vésicule biliaire): indications, méthodes, rééducation

L'enlèvement de la vésicule biliaire est considéré comme l'une des opérations les plus fréquentes. Il est indiqué pour la cholélithiase, la cholécystite aiguë et chronique, les polypes et les néoplasmes. L'opération est réalisée en accès libre, mini-invasif et laparoscopique.

La vésicule biliaire est un organe important de la digestion, qui sert de réservoir de bile, nécessaire à la digestion des aliments. Cependant, cela crée souvent des problèmes importants. La présence de calculs, le processus inflammatoire provoque une douleur, une gêne dans l'hypochondre, une dyspepsie. Souvent, le syndrome douloureux est si prononcé que les patients sont prêts à se débarrasser une fois pour toutes de la vessie, sans toutefois en souffrir davantage.

En plus des symptômes subjectifs, la défaillance de cet organe peut entraîner des complications graves, notamment une péritonite, une cholangite, une colique biliaire, une jaunisse, puis il n’ya pas d’autre choix - l’opération est vitale.

Ci-dessous, nous tenterons de déterminer quand retirer la vésicule biliaire, comment se préparer à l'opération, quels types d'interventions sont possibles et comment changer votre vie après le traitement.

Quand une intervention chirurgicale est-elle nécessaire?

Peu importe le type d'intervention, qu'il s'agisse d'une laparoscopie ou d'un prélèvement de vésicule biliaire abdominale, les indications d'un traitement chirurgical sont les suivantes:

  • Maladie biliaire.
  • Inflammation aiguë et chronique de la vessie.
  • Cholestérose avec altération de la fonction biliaire.
  • Polypose
  • Quelques troubles fonctionnels.

La maladie biliaire est généralement la principale cause de la plupart des cholécystectomies. En effet, la présence de calculs dans la vésicule biliaire provoque souvent des convulsions de coliques biliaires, qui se répètent chez plus de 70% des patients. De plus, les calculs contribuent au développement d'autres complications dangereuses (perforation, péritonite).

Dans certains cas, la maladie évolue sans symptômes aigus, mais avec une lourdeur dans l'hypochondre, des troubles dyspeptiques. Ces patients ont également besoin d'une intervention chirurgicale, qui est effectuée de manière planifiée et dont le but principal est de prévenir les complications.

Des calculs biliaires peuvent également être trouvés dans les canaux (cholédocholithiase), ce qui est dangereux en raison d'un éventuel jaunisse obstructif, d'une inflammation des canaux, d'une pancréatite. L'opération est toujours complétée par le drainage des conduits.

La cholélithiase asymptomatique n’exclut pas la possibilité d’une intervention chirurgicale, qui devient nécessaire pour le développement de l’anémie hémolytique, lorsque la taille des calculs excède 2,5 à 3 cm en raison du risque de plaies de pression, avec un risque élevé de complications chez les patients jeunes.

La cholécystite est une inflammation aiguë ou chronique de la paroi de la vésicule biliaire, accompagnée de rechutes et d'améliorations qui se remplacent. La cholécystite aiguë avec la présence de calculs est la raison de l'opération urgente. L'évolution chronique de la maladie lui permet d'être planifiée, peut-être par laparoscopie.

La cholestérose est asymptomatique pendant longtemps et peut être détectée par hasard. Elle devient alors une indication de la cholécystectomie lorsqu'elle provoque des symptômes de lésions de la vésicule biliaire et une altération de la fonction (douleur, jaunisse, dyspepsie). En présence de calculs, même une cholestérose asymptomatique provoque l'ablation d'un organe. Si une calcification a eu lieu dans la vésicule biliaire, lorsque des sels de calcium sont déposés dans le mur, l'opération est obligatoire.

La présence de polypes est lourde de malignité. Il est donc nécessaire de retirer la vésicule biliaire contenant des polypes s'ils dépassent 10 mm, si leur jambe est mince et s'ils sont associés à une maladie des calculs biliaires.

Les troubles fonctionnels de l'excrétion biliaire servent généralement de prétexte à un traitement conservateur, mais à l'étranger, de tels patients sont toujours opérés en raison de douleurs, d'une réduction de la libération de bile dans les intestins et de troubles dyspeptiques.

Il existe également des contre-indications à la chirurgie de la cholécystectomie, qui peuvent être générales et locales. Bien sûr, si un traitement chirurgical urgent est nécessaire en raison de la menace que fait peser la vie du patient, certains d’entre eux sont considérés comme relatifs, car les avantages du traitement sont disproportionnellement supérieurs aux risques potentiels.

Les pathologies terminales, les pathologies graves décompensées des organes internes, les troubles métaboliques qui peuvent compliquer l'opération, mais le chirurgien "ferme les yeux" si le patient a besoin de sauver des vies, sont considérés comme des contre-indications courantes.

Les contre-indications générales à la laparoscopie sont considérées comme des maladies des organes internes en phase de décompensation, de péritonite, de grossesse à long terme, de pathologie de l'hémostase.

Les restrictions locales sont relatives et la possibilité d'une chirurgie laparoscopique est déterminée par l'expérience et les qualifications du médecin, la disponibilité d'un équipement approprié et la volonté du chirurgien, mais également du patient, de prendre un certain risque. Ceux-ci comprennent une maladie adhésive, une calcification de la paroi de la vésicule biliaire, une cholécystite aiguë, si plus de trois jours se sont écoulés depuis l'apparition de la maladie, une grossesse du premier et du troisième trimestre, une hernie de grande taille. S'il est impossible de poursuivre l'opération par laparoscopie, le médecin devra passer à une intervention abdominale.

Types et caractéristiques des opérations pour enlever la vésicule biliaire

L'opération d'enlèvement de la vésicule biliaire peut être réalisée à la fois de manière classique et ouverte, et avec l'intervention de techniques mini-invasives (laparoscopique, à partir d'un mini-accès). Le choix de la méthode détermine l'état du patient, la nature de la pathologie, la discrétion du médecin et l'équipement de l'établissement médical. Toutes les interventions nécessitent une anesthésie générale.

cholécystectomie laparoscopique gauche, droite chirurgie ouverte

Opération ouverte

L'exérèse abdominale de la vésicule biliaire implique une laparotomie médiane (accès dans la ligne médiane de l'abdomen) ou des incisions obliques sous l'arcade costale. Dans ce cas, le chirurgien a un bon accès à la vésicule biliaire et aux canaux, à la capacité de les examiner, de les mesurer, de les sonder, de les examiner à l’aide d’agents de contraste.

La chirurgie ouverte est indiquée dans les cas d'inflammation aiguë avec péritonite, lésions complexes des voies biliaires. Parmi les inconvénients de la cholécystectomie, cette méthode peut indiquer un traumatisme opératoire important, des résultats cosmétiques médiocres, des complications (perturbation de l'intestin et d'autres organes internes).

Le déroulement d'une opération ouverte comprend:

  1. Incision de la paroi abdominale antérieure, révision de la zone touchée;
  2. Isolement et ligature (ou coupure) du canal cystique et de l'artère alimentant la vésicule biliaire;
  3. Séparation et extraction de la vessie, traitement du lit d'organe;
  4. L'imposition d'un drainage (si indiqué), suturant la plaie chirurgicale.

Cholécystectomie laparoscopique

La chirurgie laparoscopique est reconnue comme le «gold standard» du traitement de la cholécystite chronique et de la cholélithiase et constitue la méthode de choix pour les processus inflammatoires aigus. L'avantage incontestable de la méthode est considéré comme une petite blessure d'exploitation, une courte période de récupération, un léger syndrome douloureux. La laparoscopie permet au patient de quitter l'hôpital dès 2-3 jours après le traitement et de reprendre rapidement une vie normale.

Les étapes de la chirurgie laparoscopique comprennent:

  • Perforations de la paroi abdominale par lesquelles ils introduisent des instruments (trocarts, caméra vidéo, manipulateurs);
  • Transporter du dioxyde de carbone dans l'estomac pour permettre un examen;
  • Coupure et coupure du canal cystique et de l'artère;
  • Retrait de la vésicule biliaire de l'abdomen, instruments et suture des trous.

L'opération ne dure pas plus d'une heure, mais peut-être plus (jusqu'à 2 heures) avec des difficultés pour accéder à la zone touchée, aux caractéristiques anatomiques, etc. S'il y a des calculs dans la vésicule biliaire, ils sont écrasés avant d'être extraits en fragments plus petits. Dans certains cas, à la fin de l'opération, le chirurgien installe un système de drainage dans l'espace sous-hépatique afin de garantir la sortie du fluide susceptible de se former à la suite d'une blessure opératoire.

Vidéo: cholécystectomie laparoscopique, déroulement de l'opération

Mini-accès cholécystectomie

Il est clair que la plupart des patients préféreraient une chirurgie laparoscopique, mais celle-ci peut être contre-indiquée dans un certain nombre de conditions. Dans une telle situation, les experts ont recours à des techniques mini-invasives. La mini-cholécystectomie est un croisement entre chirurgie abdominale et chirurgie laparoscopique.

L'intervention implique les mêmes étapes que les autres types de cholécystectomie: formation de l'accès, ligature et intersection du conduit et de l'artère avec retrait ultérieur de la vessie, à la différence que le médecin utilise une petite incision (de 3 à 7 cm) sous le droit arc costal.

étapes du prélèvement de la vésicule biliaire

L'incision minimale, d'une part, ne s'accompagne pas d'un traumatisme important des tissus abdominaux, de l'autre - elle donne au chirurgien une vue d'ensemble suffisante pour évaluer l'état des organes. Une telle opération est particulièrement indiquée aux patients présentant un fort processus adhésif, une infiltration inflammatoire des tissus, lorsque l'introduction de dioxyde de carbone est difficile et, par conséquent, une laparoscopie est impossible.

Après l'ablation peu invasive de la vésicule biliaire, la patiente passe à l'hôpital trois à cinq jours, c'est-à-dire plus longtemps qu'après laparoscopie, mais moins que dans le cas d'une chirurgie ouverte. La période postopératoire est plus facile qu'après une cholécystectomie abdominale et le patient rentre chez lui avant les choses habituelles.

Chaque patient atteint d’une maladie particulière de la vésicule biliaire et des conduits s’intéresse avant tout à la manière dont l’opération sera effectuée, en souhaitant qu’elle soit la moins traumatisante. Il ne peut y avoir de réponse précise dans ce cas, car le choix dépend de la nature de la maladie et de nombreuses autres raisons. Ainsi, en cas de péritonite, d’inflammation aiguë et de pathologies graves, le médecin sera probablement obligé de subir la chirurgie ouverte la plus traumatisante. Dans les adhérences, une cholécystectomie peu invasive est préférable et, en l'absence de contre-indications à la laparoscopie, une technique laparoscopique, respectivement.

Préparation préopératoire

Pour obtenir les meilleurs résultats du traitement, il est important de procéder à une préparation et à un examen préopératoires adéquats du patient.

À cette fin, effectuez:

  1. Analyses générales et biochimiques du sang, de l'urine, recherches sur la syphilis, l'hépatite B et C;
  2. Coagulogramme;
  3. Spécification du groupe sanguin et du facteur Rh;
  4. Échographie de la vésicule biliaire, des voies biliaires et des organes abdominaux;
  5. ECG;
  6. Rayons X (fluorographie) des poumons;
  7. Selon les indications - fibrogastroscopie, coloscopie.

Certains patients doivent faire appel à des spécialistes restreints (gastro-entérologue, cardiologue, endocrinologue), tous thérapeutes. Afin de clarifier l'état des voies biliaires, des études supplémentaires sont réalisées à l'aide de techniques de contraste aux ultrasons et aux rayons X. La pathologie sévère des organes internes doit être compensée au maximum, la pression normalisée et la glycémie surveillée chez les diabétiques.

La préparation à la chirurgie à partir du moment de l'hospitalisation inclut la réception d'un repas léger la veille, le rejet complet de nourriture et d'eau entre 18 et 19 heures avant l'opération, et le soir et le matin avant l'intervention, le patient reçoit un lavement nettoyant. Le matin, prenez une douche et enfilez des vêtements propres.

S'il est nécessaire d'effectuer une opération urgente, le temps nécessaire pour les examens et la préparation est beaucoup moins long, le médecin doit donc se limiter aux examens cliniques généraux, à l'échographie, ne donnant pas plus de deux heures aux procédures.

Après l'opération...

Le temps passé à l'hôpital dépend du type d'opération effectuée. Avec la cholécystectomie ouverte, les sutures sont retirées après environ une semaine et la durée d'hospitalisation est d'environ deux semaines. En cas de laparoscopie, le patient est déchargé après 2-4 jours. L'invalidité est rétablie dans le premier cas dans un délai de un à deux mois, dans le second, jusqu'à 20 jours après la chirurgie. Le congé de maladie est accordé pour toute la période d'hospitalisation et trois jours après la sortie, à la discrétion du médecin de la clinique.

Le lendemain de l'opération, le drainage est supprimé s'il a été installé. Cette procédure est indolore. Avant de retirer les sutures, elles sont traitées quotidiennement avec des solutions antiseptiques.

Les 4 à 6 premières heures après avoir retiré la bulle doivent s'abstenir de manger et de boire, ne pas se lever du lit. Après cette heure, vous pouvez essayer de vous lever, mais avec précaution, car après l'anesthésie, des vertiges et des évanouissements sont possibles.

Presque tous les patients peuvent ressentir de la douleur après la chirurgie, mais l'intensité varie selon les approches thérapeutiques. Bien sûr, il n’est pas nécessaire d’attendre une cicatrisation sans douleur d’une grande plaie après une opération ouverte, et la douleur dans cette situation est un élément naturel de l’état postopératoire. Les analgésiques sont prescrits pour son élimination. Après une cholécystectomie par laparoscopie, la douleur est moins tolérable et totalement tolérée, et la plupart des patients n'ont pas besoin d'analgésiques.

Un jour après l'opération, vous êtes autorisé à vous lever, à faire le tour du service, à prendre de la nourriture et de l'eau. Le régime alimentaire après le retrait de la vésicule biliaire revêt une importance particulière. Dans les premiers jours, vous pourrez manger de la bouillie, des soupes légères, des produits laitiers, des bananes, de la purée de légumes, de la viande cuite maigre. Café fortement interdit, thé fort, alcool, pâtisseries, aliments frits et épicés.

Après la cholécystectomie, le patient est privé d'un organe important qui accumule et libère rapidement la bile, il devra s'adapter aux conditions modifiées de la digestion. Le régime alimentaire après le retrait de la vésicule biliaire correspond au numéro de tableau 5 (hépatique). Vous ne pouvez pas manger des aliments frits et gras, les viandes fumées et de nombreuses épices qui nécessitent une sécrétion accrue de secrets digestifs, les aliments en conserve, les cornichons, les œufs, l'alcool, le café, les sucreries, les crèmes grasses et le beurre sont interdits.

Le premier mois après la chirurgie, vous devez respecter 5 à 6 repas par jour. En prenant de la nourriture par petites portions, vous devez boire de l'eau jusqu'à un litre et demi par jour. Il est permis de manger du pain blanc, de la viande et du poisson bouillis, des céréales, de la gelée, des produits laitiers, des légumes cuits à la vapeur ou cuits à la vapeur.

Peut-être l'utilisation d'herbes cholérétiques sur la recommandation d'un médecin (dogrose, soie de maïs). Pour améliorer la digestion, des préparations contenant des enzymes (festive, mezim, pancréatine) peuvent être prescrites.

En général, la vie après le retrait de la vésicule biliaire n'a pas de limite significative, mais après 2-3 semaines après le traitement, vous pouvez revenir au mode de vie et au travail habituels. Le régime est indiqué le premier mois, puis le régime se développe progressivement. En principe, il sera possible de tout manger, mais vous ne devriez pas vous laisser emporter par des produits qui nécessitent une augmentation de l'excrétion de la bile (aliments gras, frits).

Au cours du premier mois suivant l'opération, il sera nécessaire de limiter quelque peu l'activité physique, de ne pas soulever plus de 2-3 kg et de ne pas faire d'exercices nécessitant une tension des muscles abdominaux. Pendant cette période, une cicatrice se forme, à laquelle des restrictions sont associées.

Vidéo: rééducation après cholécystectomie

Complications possibles

Habituellement, la cholécystectomie se déroule assez bien, mais certaines complications sont encore possibles, en particulier chez les patients âgés, en présence de comorbidités sévères, dans des formes complexes de lésions des voies biliaires.

Parmi les conséquences sont:

  • Suppuration de la suture postopératoire;
  • Saignements et abcès à l'abdomen (très rarement);
  • Écoulement biliaire;
  • Dommages au canal biliaire pendant la chirurgie;
  • Réactions allergiques;
  • Complications thromboemboliques;
  • Exacerbation d'une autre pathologie chronique.

Une conséquence possible des interventions ouvertes est souvent les adhérences, en particulier avec les formes communes d'inflammation, cholécystite aiguë et cholangite.

Les commentaires des patients dépendent du type de chirurgie qu'ils subissent. La cholécystectomie laparoscopique, bien sûr, laisse les meilleures impressions lorsque, littéralement, le patient se sent bien le lendemain, après l’opération, est actif et se prépare à recevoir son congé. Une période postopératoire plus difficile et une blessure importante lors d'une opération classique provoquent également une gêne plus grave. Cette opération est donc terrifiante pour beaucoup.

La cholécystectomie est urgente, selon les indications vitales, sans frais, quels que soient le lieu de résidence, la capacité de payer et la nationalité du patient. Le désir de retirer la vésicule biliaire moyennant des frais peut entraîner des coûts. Le coût d'une cholécystectomie par laparoscopie varie en moyenne entre 50 000 et 70 000 roubles. Le retrait d'une vessie d'un mini-accès coûtera environ 50 000 dans les centres médicaux privés. Dans les hôpitaux publics, il est possible de rester à 25 000 ou moins, en fonction de la complexité de l'intervention et des examens nécessaires.

Activités préparatoires avant le prélèvement de la vésicule biliaire

Adresse: Rostov-sur-le-Don, st. Varfolomeeva, 92 A

Écrire au conseil
Réception par téléphone:
8 904 503-00-03,
(+7 863) 266-03-03

L'intervention chirurgicale sur l'organe est une méthode de thérapie radicale pour certaines maladies. Le plus souvent, l'opération est réalisée lors du développement de la cholélithiase avec formation de calculs insolubles de taille considérable. L'intervention peut également être réalisée avec le développement de diverses complications de maladies inflammatoires ou de cholélithiase.

Avant une opération visant à retirer la vésicule biliaire, certaines activités préparatoires sont nécessaires, notamment un régime alimentaire, des examens de laboratoire, des examens instrumentaux et l'utilisation de médicaments si nécessaire. Dans le premier service de chirurgie d'un hôpital, le coût de la chirurgie laparoscopique varie entre 40 000 et 50 000 roubles.

Régime alimentaire avant la chirurgie pour enlever la vésicule biliaire

Pour réduire la charge fonctionnelle sur le foie et la structure du système hépatobiliaire, un régime spécial est nécessaire avant de prélever la vésicule biliaire. Il comprend la mise en œuvre de plusieurs recommandations:

  • Refus de prendre des aliments frits et gras (en particulier des graisses d’origine animale), des cornichons, des cornichons et des champignons.
  • L'élimination de la consommation d'alcool, y compris les boissons alcoolisées.
  • Prise alimentaire fractionnée, les portions sont petites, au moins 5 fois par jour.

Deux à trois jours avant l'intervention chirurgicale proposée, les produits alimentaires susceptibles de contribuer à la formation de gaz dans l'intestin (fibres végétales grossières, pain noir, légumineuses, kvas) sont exclus.

Quels tests passent avant de retirer la vésicule biliaire?

À la veille de l'opération, le médecin prescrit un certain nombre de tests obligatoires, quels que soient la nature et le volume de l'opération, notamment:

  • Analyse clinique du sang et de l'urine.
  • Test sanguin biochimique avec définition d'échantillons de foie.
  • Fibrogastroduodénoscopie pour l'examen visuel de la membrane muqueuse de l'œsophage, de l'estomac et du duodénum.
  • Echographie de la cavité abdominale.
  • ELISA (dosage immuno-enzymatique) du sang, à l'aide duquel la détermination d'anticorps dirigés contre les agents responsables de l'hépatite virale, la syphilis.
  • Examens fluorographiques des organes respiratoires et des poumons.
  • Cardiogramme (étude fonctionnelle de l'état du coeur).

Toutes les analyses préalables à l'opération chirurgicale visant à prélever la vésicule biliaire dans les conditions du premier service de chirurgie de l'hôpital peuvent être effectuées en un jour. Les résultats et leur transcription seront déjà connus le lendemain matin.

Pharmacothérapie préparatoire

Si nécessaire, afin de prévenir les complications et d’améliorer l’état fonctionnel des structures du système hépatobiliaire, le médecin peut prescrire un traitement médical conservateur préparatoire, qui dure généralement plusieurs jours. Un tel traitement peut inclure des agents antibactériens de divers groupes, des antispasmodiques, des cholérétiques ou des cholécinétiques, qui améliorent le processus de formation et de circulation des structures biliaires du système hépatobiliaire. La durée de ce traitement préparatoire, le type de médicaments, leur posologie, le médecin détermine individuellement, en fonction de la gravité du processus inflammatoire, ainsi que des caractéristiques individuelles du patient.

Une préparation correctement effectuée avant le retrait de la vésicule biliaire est la clé du succès de l'opération, ainsi que de la réduction de la durée de la période postopératoire.

Ablation de la vésicule biliaire

Le retrait de la vésicule biliaire est une intervention chirurgicale assez fréquente. Il est prescrit lorsque le traitement compensateur ne peut plus aider le patient. Les causes les plus fréquentes sont la cholécystite chronique ou aiguë, les coliques biliaires douloureuses, la cholélithiase avec inflammation des canaux (cholangite) ou un grand nombre de grosses calculs, les polypes, le cholestérose.

Quels types d'interventions la chirurgie moderne propose-t-elle?

Pour éviter l'accumulation de liquides et le processus inflammatoire, un drainage est effectué et l'incision est suturée. Une telle opération s'appelle une laparotomie. Pourquoi toujours utiliser cette technique? Il aide en cas de gros calculs ou d'inflammation étendue, lorsqu'il existe une possibilité de propagation de l'infection.

Avec cette intervention, le patient nécessite une observation à long terme à l'hôpital et une cicatrice reste sur le site de l'incision.

La laparoscopie est une méthode plus douce de prélèvement de la vésicule biliaire. Dans ce cas, l'organe malade est enlevé par de petites perforations du péritoine à l'aide d'un appareil spécial - le laparoscope. C'est un mince tube avec une caméra vidéo. Seuls les appareils et instruments entrent en contact avec les tissus du patient, ce qui exclut pratiquement toute possibilité d’infection.

Les étapes de la laparoscopie:

  1. Appliquer une anesthésie générale avec intubation pulmonaire.
  2. Après un traitement soigneux avec un antiseptique, la paroi abdominale est percée pour introduire l'instrumentation.
  3. Des tubes spéciaux, des trocarts, sont insérés dans les perforations et du dioxyde de carbone est pompé dans l'estomac pour créer un espace de travail.
  4. Il y a un moment d'extraction de l'organe malade, préalablement coupé des tissus et des vaisseaux environnants, à travers l'une des incisions. Les navires et les conduits sont fixés avec des clips spéciaux.
  5. Le médecin effectue une cholangiographie (pour éliminer l'inflammation et d'autres pathologies dans les voies biliaires). Si une cholangite et d'autres changements dangereux sont détectés, les conduits sont enlevés.
  6. Après avoir retiré les outils et pompé le gaz, les perforations sont cousues. Les cicatrices après la guérison sont presque invisibles.

Le temps nécessaire pour retirer la vésicule biliaire est généralement de 1 à 2 heures.

Il y a plus de raisons pour lesquelles vous devriez choisir une laposcopie. Ses avantages peuvent également être attribués au rétablissement rapide de la capacité de travail - en vingt jours. Autre avantage: il est plus facile pour les patients de choisir une opération similaire, ce qui réduit le nombre de cas négligés et la croissance des pathologies.

Les inconvénients de la méthode laparoscopique comprennent:

  • L'exposition aux gaz introduits dans la cavité abdominale provoque une augmentation de la pression dans le système veineux, ainsi que sur le diaphragme, ce qui peut être nocif pour les problèmes respiratoires et cardiovasculaires.
  • La limitation des opportunités par rapport à l'opération abdominale de diagnostic lors de l'intervention.
  • Vous ne pouvez pas utiliser cette méthode s'il y a des doutes sur la présence de pathologies.

La chirurgie moderne continue de rechercher des possibilités d'ablation la plus douce de la vésicule biliaire.

L'une des méthodes en développement actif est devenue l'opération transluminale, dans laquelle toutes les actions sont effectuées en utilisant les ouvertures naturelles du corps humain.

La caméra vidéo est insérée dans une seule perforation près du nombril et la vessie est retirée par une incision dans la paroi de l'organe connectée à une ouverture naturelle, par exemple le rectum.

En cas de contre-indications aux interventions mentionnées, une opération sans blessure, basée sur le mini-accès, c’est-à-dire une encoche de 5 à 7 cm, est proposée.

Raisons pour lesquelles la cholécystectomie ne peut être différée:

  • détection de néoplasme;
  • jaunisse obstructive;
  • insuffisance cardiaque;
  • condition prénatale;
  • exacerbation de la pancréatite.

En cas de péritonite, la laparoscopie n'est pas utilisée, une chirurgie abdominale est nécessaire. Ceci s'applique également à la calcification des parois de la vessie. Beaucoup sont préoccupés par la question: est-il possible avec le diabète de prélever la vésicule biliaire? Les médecins pensent que cela est possible avec une forme de maladie compensée. Il est même souhaitable de le conduire même avec un porteur de pierre asymptomatique, car les complications de la maladie des calculs biliaires dans le diabète sont plus prononcées.

Il est également recommandé de prélever un organe en présence de calculs dans la vésicule biliaire, même en l'absence de sensations douloureuses, pour ceux qui vivent dans des régions isolées ou qui voyagent beaucoup. Après tout, ils n’ont pas toujours la possibilité de recevoir des soins chirurgicaux d’urgence.

Comment se préparer à l'opération?

Avant l'intervention, il est impératif de réussir certains examens.

Ceux-ci comprennent:

  • Echographie de la cavité abdominale. C'est un examen primaire nécessaire, car il présente un inconvénient important: il est difficile de considérer les calculs dans la dernière section du canal biliaire commun cachés derrière le pancréas.
  • L'IRM des voies biliaires et de la région abdominale permet d'identifier de manière fiable les calculs et d'autres pathologies - cicatrices, adhérences et foyers d'inflammation.
  • La tomographie informatisée dissipera les doutes sur l’état des tissus autour de la vessie, la présence d’adhésions.
  • Le contrôle de l'état des systèmes cardiovasculaire et respiratoire est effectué afin d'éviter les effets négatifs de l'opération (principalement ECG et fluorographie).
  • Les analyses de sang et d'urine effectuées en laboratoire vous renseigneront sur l'état du corps dans son ensemble.

Si les indicateurs n'interdisent pas l'intervention, les médecins prescrivent une préparation préopératoire:

  • dix jours avant le jour prévu, arrêtez de prendre des médicaments qui affectent la coagulation du sang;
  • la veille de l'opération, seuls les repas légers et légers sont pris. Après douze nuits avant l'intervention, il est impossible de manger et de boire.
  • la nuit et le matin mettre des lavement de nettoyage;
  • le matin, prenez une douche chaude avec des gels antibactériens.

Habituellement, après une cholécystectomie laparoscopique réussie, ils peuvent quitter leur domicile dans les prochains jours. Mais il est impossible de prédire la survenue de complications. Par conséquent, vous devez vous accorder pour un séjour plus long à l'hôpital et emporter avec vous tout le nécessaire: vêtements, produits d'hygiène, livres ou ordinateur portable. En cas de sortie anticipée, demandez à un membre de votre famille de passer le premier jour avec vous.

Bien que la vésicule biliaire ne soit pas un organe vital, une intervention chirurgicale ne passe pas sans laisser de traces. Les changements biochimiques commencent dans le corps.

Leurs principales raisons sont que la bile protège moins des infections et se dilue. Au contraire, ses acides deviennent plus agressifs. Tout cela peut provoquer une pathologie du tube digestif, en particulier du duodénum. Les plus courants sont la duodénite, l'œsophagite, l'entérite, la colite, la gastrite. Il sera nécessaire d'observer par un gastro-entérologue.

Les acides agressifs peuvent également endommager les parois de l'estomac et provoquer leur inflammation, même en oncologie. Et la bile forme à nouveau des pierres, déjà dans les conduits. Pour éviter cela, vous devez mener régulièrement des études biochimiques sur la composition de la bile. Ils aideront à identifier la prétendue insuffisance biliaire, à savoir le remplissage de la bile avec des composants dangereux. Pour détecter une inflammation aux premiers stades, il est utile de procéder régulièrement à un examen duodénal de l'intestin.

Les médecins combinent toutes les conséquences négatives de l’absence de cet organe dans un groupe - le syndrome postcholécystectomie.

Ce complexe comprend des pathologies telles que:

  • des pierres laissées dans les canaux biliaires;
  • rétrécissement du canal lors de l'injection dans l'intestin;
  • une pancréatite;
  • gastrite chronique;
  • inflammation des organes intestinaux.

Afin d'atténuer les conséquences désagréables, vous aurez besoin d'un traitement médicamenteux compensateur. Le médecin traitant prescrira probablement des produits pharmaceutiques contenant des composants de la bile.

Cela peut être Allohol, Lyobil, Holenim. Ou la sécrétion de stimulants de la bile - Tsiklovalon, Osalmid. Il sera nécessaire de prescrire des médicaments contenant de l'acide ursodésoxycholique (Ursofalk, Ursosan, Enterosan et Hepatosan). En guise de traitement supplémentaire, ils prennent les moyens de restaurer la microflore intestinale et les enzymes.

Qu'est-ce qui aidera une récupération rapide?

À la fin de la chirurgie, il est interdit de se lever et même de boire de l'eau pendant six heures. Ayant maintenu ce temps, le patient peut boire de l'eau avec de petites gorgées.

La nourriture à l'hôpital sera sous le contrôle des médecins, mais en rentrant chez vous, vous devez contrôler vous-même le régime alimentaire.

De la nourriture au cours de la semaine, vous pouvez purée de pommes de terre, du porridge muqueux. Pour le dessert - gelée. Ensuite, vous pouvez ajouter des plats en purée, des craquelins, de la purée de pommes de terre, du poisson bouilli, des boulettes de viande à la vapeur. Ne pas oublier qu'après le retrait de la diète de la vésicule biliaire devra être suivi tout au long de la vie. Les repas doivent être fractionnés, doivent être consommés en petites portions, six fois par jour. Numéro de diettol montré 5.

  • Alcool, limonade, jus de fruits.
  • Nourriture froide provoquant des spasmes des voies biliaires (gelée, crème glacée).
  • Les plats qui entraînent une irritation des muqueuses sont des champignons, fortement assaisonnés, avec l'ajout d'ail, d'oignons, de paprika, de radis, de radis.
  • Viandes fumées, cornichons, cornichons.
  • Les sucreries, surtout celles de magasin (utilisant des gras trans).
  • Restauration rapide
  • Tous les aliments frits.
  • Produits laitiers et céréales, soupes de pâtes, soupe de poisson maigre, bouillon de poulet faible.
  • Dinde, poulet, viande de lapin, poisson maigre - cuit au four, bouilli, cuit ou cuit à la vapeur.
  • Fromage cottage faible en gras et autres produits laitiers.
  • Bouillie de différentes céréales, pâtes.
  • Œufs à la coque, omelettes.
  • Légumes et fruits - frais, cuits au four, bouillis.
  • Huile végétale comme vinaigrette pour les salades (pas plus de deux cuillerées à soupe par jour).
  • Miel et produits apicoles, autres bonbons naturels - marmelade, confiture, gelée, guimauve.
  • Eaux minérales, boissons aux fruits, jus de fruits frais, tisanes chaudes.

Les personnes ayant une masse corporelle accrue après avoir retiré la vésicule biliaire doivent suivre le régime avec encore plus de soin. La même chose s'applique à ceux qui souffrent de constipation. La défécation irrégulière conduit à la stagnation de la bile, ce qui peut provoquer un processus inflammatoire. Les aliments riches en fibres - fruits et légumes - viennent à la rescousse.

Avec un excès de poids, vous ne pouvez pas gagner plus de 2 200 kilocalories par jour. Si la vésicule biliaire est retirée, les médecins conseillent de consommer des aliments contenant des lipotropes (fromage cottage, blanc d’oeuf, céréales). Pourquoi sont-ils nécessaires? De telles substances aident à dissoudre le cholestérol, à prévenir une accumulation excessive de graisse dans le foie, à prévenir la formation d'accumulations de cholestérol, y compris de calculs biliaires.

Il est utile de tenir des jours de jeûne une fois par semaine: mangez 1,5 kg de pommes ou de légumes ou une livre de fromage cottage, en divisant ce lot en six réceptions). En outre, les médecins recommandent de boire de l'eau alcaline minérale. Les prébiotiques aideront à rétablir une microflore utile. Il y en a beaucoup dans la chicorée, les pommes, les bananes, le girasol, le son de blé, les asperges.

Après avoir consulté un médecin, vous pouvez subvenir à vos besoins en fitozboryam:

Numéro de recette 1. Vous aurez besoin de: fleurs d'immortelle - une grande cuillère pour un verre d'eau.

Cuisson: bouillir pendant cinq minutes.

Accepter: deux grandes cuillères avant les repas.

Numéro de recette 2. Cela prendra: des bourgeons de bouleau - une grande cuillère dans un verre d'eau bouillante.

Cuisson: laisser mijoter à feu doux pendant dix minutes.

Accepter: deux grandes cuillères avant les repas.

Numéro de recette 3. Il faudra: chélidoine, menthe, mélisse, oie cinquefoil - en parts égales.

Cuisson: nous versons une grande cuillère dans une casserole avec 300 ml d’eau bouillante et partons pendant une heure. Nous filtrons.

Accepter: deux grandes cuillères avant les repas.

Numéro de recette 4. Cela prendra: millefeuille, racine de rhubarbe, immortelle (5: 2: 3).

Cuisson: Nous préparons une grande cuillère de la composition sous forme de thé dans un verre d'eau bouillante.

Accepter: boire du thé avant le coucher.

L'exercice au cours des premiers mois n'est pas souhaitable. Mais il est alors recommandé d’être actif en mode épargne. Le sport est possible, mais sans la tension des muscles du péritoine, afin de ne pas provoquer de hernie. Cela vaut la peine de commencer par les exercices en plein air, la gymnastique matinale.

Une vie normale après le retrait de la vésicule biliaire est tout à fait possible, surtout, de suivre le régime alimentaire et les prescriptions du médecin.

Top