Catégorie

Articles Populaires

1 La cirrhose
Test sanguin pour la transaminase
2 Recettes
Douleur dans le foie - causes
3 Les produits
Protection du foie lors de la prise de médicaments - trucs et astuces
Principal // L'hépatose

Analyse de l'hépatite C: comment passer, décodage


Dans cet article, nous considérons un test sanguin de recherche de l'hépatite C. Aujourd'hui, les pathologies du foie sont considérées comme le phénomène le plus fréquent et le plus dangereux. En raison de la perturbation du fonctionnement de cet organe, il se produit généralement un dysfonctionnement du corps humain tout entier.

Le foie remplit des fonctions essentielles. La plupart d'entre eux envisagent de filtrer le sang des toxines et autres composants nocifs. Malheureusement, la capacité d'un organe est réduite à zéro avec le développement du processus inflammatoire dans ses tissus ou avec l'hépatite. Très souvent, cette maladie au stade initial est asymptomatique, affectant chaque cellule hépatique progressivement. C'est pourquoi il est si important d'effectuer des tests de dépistage de l'hépatite C. Un examen périodique des patients vous permet d'identifier la maladie à temps pour commencer le traitement.

Comment une personne contracte-t-elle l'hépatite C?

Le principal mode de transmission est la voie parentérale hématogène, à savoir l’infection par le sang. Dans la plupart des cas, cela se produit lorsqu'une certaine quantité de sang infecté pénètre dans le corps lors d'injections avec une aiguille commune.

Il existe un risque de contamination par le virus lorsqu’on effectue des piercings, des tatouages ​​et des manucures avec des outils qui ne sont pas suffisamment désinfectés, ce qui signifie qu’ils ont des traces de sang du porteur de l’infection. En outre, certains risques sont liés à la chirurgie et aux blessures, à la vaccination et au traitement en cabinet dentaire. Plus un pays est développé, moins il est susceptible d’être infecté.

Quelle est l'analyse de la PCR dans l'hépatite, nous apprenons plus loin.

Il ne faut pas oublier la possibilité de transmission du virus par voie intra-utérine de la mère à l'enfant, ainsi que pendant l'allaitement. Il est important de savoir que lors de la transmission du virus de l'hépatite, il existe un risque d'infection par le VIH. Pour comprendre si une personne est infectée ou non, il est nécessaire de passer un test de dépistage du VIH.

Risque d'infection

Certains groupes de personnes sont plus susceptibles de contracter l'hépatite C.

Le risque accru a trois degrés.

Le risque le plus élevé:

  • pour les utilisateurs de drogues injectables;
  • Personnes infectées par le VIH;
  • personnes ayant reçu des transfusions sanguines (jusqu'en 1987).

Le risque intermédiaire comprend les groupes de personnes suivants:

  • personnes ayant subi une greffe d'organe d'un donneur porteur du virus de l'hépatite C (jusqu'en 1992);
  • qui ont une maladie du foie non précisée;
  • les bébés nés de mères infectées par le virus.

Les risques légèrement accrus incluent:

  • agents de santé et agents des services sanitaires et épidémiologiques;
  • les personnes qui ont des relations sexuelles avec différents partenaires;
  • consistant en une relation avec un partenaire, mais qui a l'hépatite C.

Symptômes de la maladie

Un autre point tout aussi important du diagnostic est la présence de symptômes caractéristiques. Par exemple, au stade initial de la maladie, les patients peuvent se plaindre de la faiblesse grave, de la fatigue et, en outre, d'une augmentation de la température pouvant aller jusqu'à trente-sept degrés. Il arrive aussi qu’il y ait une forte douleur corporelle qui ressemble à une fièvre. Le patient peut souvent confondre un tel symptôme avec un effort physique excessif. En outre, un patient infecté par le virus de l'hépatite se sent léthargique et apathique envers le monde qui l'entoure. Il est également accompagné d'une humeur dépressive et de maux de tête.

Un test positif pour l'hépatite C doit être contre-vérifié.

Aussi, chez ces patients, le sommeil est perturbé. Les nausées accompagnées de vomissements sans raison apparente peuvent de plus en plus affecter les patients. La sclérotique oculaire, ainsi que la peau, acquiert en même temps une teinte jaunâtre, l'urine s'assombrit et les matières fécales, au contraire, s'illuminent.

Diagnostiquer la maladie

Immédiatement après avoir pris les antécédents médicaux, le médecin traitant prescrira à un patient de subir un test de dépistage de l'hépatite. Il est important de dire que les méthodes de diagnostic doivent être réalisées de manière intégrée. Identifier le virus d'une seule manière est impossible. Cela nécessite l’utilisation de toute une gamme de méthodes différentes qui se complètent.

Donc, si vous soupçonnez une telle maladie, vous devez prendre un bilan sanguin complet, ainsi que de l'urine. De telles études ne permettent pas de détecter la présence du virus de l'hépatite dans le sang, mais peuvent refléter l'état de l'ensemble du corps humain. Ces analyses sont effectuées exclusivement sur un estomac vide et en plus le matin. L'analyse biochimique du sang sert également de méthode obligatoire pour la recherche en cas de suspicion du développement de la maladie.

Le décodage de l’analyse de l’hépatite C intéresse beaucoup de personnes.

Décryptage

Lors du décryptage, le médecin sera généralement attentif aux éléments suivants:

  • L'enzyme alanine aminotransférase. En présence de lésions hépatiques, cette substance pénètre dans le sang. Une augmentation de son niveau indique un caractère toxique ou viral des dommages au foie. Souvent, cette analyse en cas de suspicion d'hépatite C permet de l'établir à un stade précoce.
  • L'enzyme astpsartataminotransférase. L'augmentation de cette composante ainsi que de l'indicateur précédent indiquent la présence de nécrose des cellules du foie, de fibrose et de lésions organiques toxiques.
  • Gamma-glutamyltransférase. Sa valeur augmente en raison de maladies du système hépatobiliaire. Il peut aussi parler de jaunisse obstructive, de cholécystite, de cholangite. En outre, cette substance détecte la présence de lésions toxiques du foie par le biais de produits de décomposition, tels que l’alcool ou des drogues.
  • Phosphatase alcaline. La définition de ce composant est utilisée pour identifier les maladies du foie qui surviennent en même temps que la cholestase.

Le don de sang aux marqueurs ci-dessus peut être absolument gratuit dans tout établissement clinique public. Il convient de noter que ces tests de dépistage de l'hépatite C sont effectués exclusivement à jeun, et qu'il est préférable de les prendre le matin.

Interprétation de la bilirubine

Les taux de bilirubine indiquent la gravité de l'hépatite.

  • En présence d’une forme bénigne de la maladie, la bilirubine dans le sang ne dépasse pas, en règle générale, 90 µmol.
  • Dans un contexte de gravité modérée, l'oscillation est maintenue dans la plage de 90 à 170 µmol / l.
  • Dans la forme sévère, la bilirubine dépasse 170 µmol / L.
  • En règle générale, la bilirubine peut atteindre 21 µmol / l.

Lors du déchiffrement des valeurs, il est également nécessaire de prêter attention aux indicateurs de biochimie tels que AST et ALT. Pour une personne en bonne santé, leurs valeurs normales ne dépassent pas:

  • Pour AST 75 U / l.
  • Pour ALT 50 U / l.

La protéine sérique devrait montrer de 65 à 85 g / l.

L'analyse et l'interprétation de l'hépatite C doivent être effectuées par des professionnels qualifiés.

Coagulogramme comme étude complémentaire

Pour déterminer le développement de l'hépatite, entre autres, il est nécessaire de passer un coagulogramme. Cette étude est un ensemble d'indicateurs qui déterminent la capacité du sang à se coaguler. Le décodage de cette méthode de recherche est effectué en même temps que le diagnostic général du sang, dans le cadre duquel le nombre de leucocytes est déterminé ainsi que les plaquettes, l'hémoglobine, les érythrocytes et l'hématocrite.

Cette analyse de l'hépatite C permet d'identifier les lésions toxiques de l'organe, la présence de cirrhose et d'hépatite au stade chronique. L'étude est menée le matin et toujours à jeun. La clôture est faite d'une veine de coude. Le résultat ne sera pas long et sera prêt le jour de l'étude.

L'analyse du décodage de l'hépatite C n'est pas limitée.

Test sérique

Ce test d'anticorps est requis. L’étude du sérum permet de détecter la maladie au stade initial de développement et donnera également des informations sur la présence éventuelle d’une infection à VIH dans le sang.

Des prélèvements sanguins sont également effectués le matin. L'étude est menée sur un estomac vide et le sang est prélevé dans la veine cubitale. Il convient de noter que cette procédure est payante et que son prix varie, en règle générale, en fonction de la région du pays. En moyenne, c'est cinq cents roubles.

Analyse PCR

L'hépatite C est également détectée par la méthode de la réaction en chaîne de la polymérase. L’analyse présentée est l’une des méthodes les plus précises pour diagnostiquer une maladie. En même temps, obtenir de faux résultats est complètement exclu. Matériau prélevé dans la veine cubitale l'estomac vide. Le processus lui-même prend environ plusieurs heures. Le coût du test de dépistage de l'hépatite C n'est pas trop élevé.

Pour que le résultat soit fiable, une préparation préalable est nécessaire. Par exemple, douze heures avant l'étude, une personne ne doit pas boire de boissons alcoolisées et, en outre, vous ne pouvez pas fumer. Tout ce qui est permis est de boire un verre d'eau pure. En outre, l'utilisation de médicaments par jour est également recommandé d'arrêter. Il est bien connu que le test de dépistage de l'hépatite C est sensible à divers stress. C'est pourquoi le patient doit surmonter toutes ses expériences.

L'étude de la réaction en chaîne de la polymérase est qualitative et quantitative. Avec cette méthode, les spécialistes peuvent détecter même la plus petite concentration de virus. Par exemple, les virus de l'hépatite A, B, C, D et E sont déterminés de manière similaire en établissant l'agent causal du virus, dans lequel ils considèrent la présence de protéines de surface de la capside qui apparaissent un mois après le début de l'infection et persistent pendant huit semaines.

Examen histologique

Dans le cadre de cette étude, un matériel de biopsie est utilisé pour déterminer la présence de foyers pathologiques, ainsi que pour évaluer l'état du foie, révélant l'étendue de la prolifération du tissu conjonctif.

Le résultat du test de l'hépatite C peut également être un faux positif.

Cela est dû à des erreurs du personnel médical ou à l'influence d'autres facteurs. Pour savoir si une personne est malade, vous devez subir un test de dépistage approfondi et faire un don de sang aux marqueurs de l'infection par le VHC.

Le stress et les expériences au cours du diagnostic peuvent provoquer un résultat faussement positif.

Le virus est détecté à l'aide de la méthode ELISA (dosage immunoenzymatique): des anticorps anti-virus (marqueurs de l'infection par le VHC) sont détectés dans le sang veineux humain.

Ils effectuent également le test RIBA - il est spécifique et développé, ce qui non seulement détecte, mais identifie également les anticorps anti-hépatite C. Il est donc considéré comme plus précis, mais peut parfois donner un résultat faussement positif.

Et si on vous diagnostique l'hépatite C?

À la réception d'un tel diagnostic, vous devriez d'abord trouver un hépatologue qualifié qui vous prescrira les médicaments nécessaires au traitement, ainsi qu'un régime alimentaire sain.

Dans tous les cas, si une personne a trouvé le virus dans le sang, elle n’a pas besoin de désespérer. Il convient de noter qu’aujourd’hui le stade précoce de l’hépatite C est traité au moyen de médicaments. Cela aide à prévenir le développement de la cirrhose et d'autres complications.

Nous savons maintenant quelle analyse adopter pour l'hépatite C.

Tests d'hépatite

L’analyse des types d’hépatite A, B, C et d’autres types permet de déterminer s’il existe ou non une maladie, de déterminer le stade et de prédire ensuite son évolution.

Souvent, une personne rend visite à un médecin avec des affections ressemblant aux symptômes du rhume: faiblesse, fièvre, nausée. L'enquête commence par une analyse sanguine générale et biochimique. Si l'hépatite est confirmée, le patient est envoyé pour analyse PCR (réaction en chaîne du polymère).

Les méthodes de laboratoire vous permettent de déterminer comment une personne est infectée par un virus, dans quelle mesure elle est infectieuse. Le degré de danger de la propagation de la maladie dépend du type d'hépatite, car l'infection se produit de différentes manières:

  • Elle se transmet par des articles d’hygiène générale, du linge, des ustensiles ordinaires (hépatite A, B), dans la communication de tous les jours;
  • Il est transmis par le sang lors de traitements dentaires et de transfusions sanguines (hépatite C, D, E).

La particularité de différents tests d'hépatite

Au cours de l'examen, il est nécessaire de passer plusieurs tests importants pour l'hépatite. Le diagnostic en laboratoire comprend:

  • Numération globulaire complète;
  • Analyse biochimique;
  • PCR (réaction en chaîne du polymère).

Test sanguin général

L'analyse des hépatites A, B et C montre le contenu en hémoglobine (avec l'hépatite, il se développe), la RSE - taux de sédimentation des érythrocytes (augmentation des maladies du foie). Il vous permet également de déterminer le nombre de globules rouges dans le sang (pour déterminer la possibilité de caillots sanguins), de leucocytes (présence de processus inflammatoires dans le corps). Une coagulation sanguine déterminée, c'est-à-dire la capacité du foie à produire des protéines. En présence d'hépatite, cette fonction est réduite et la coagulation est inférieure à la normale.

Analyse biochimique

L'analyse biochimique permet de déterminer la quantité de bilirubine, de cholestérol, d'acide urique, de protéines, de graisses, d'enzymes et d'autres substances présente dans le sang. Lorsque certains indicateurs s'écartent de la norme, on peut juger du degré d'atteinte hépatique, de la présence de modifications diffuses caractéristiques de diverses maladies. Un excès de graisse peut indiquer une hépatose, la présence de tumeurs. La teneur en bilirubine confirme la présence de cholestase - une violation de la circulation biliaire due à une hypertrophie du foie, à la présence de calculs dans les voies biliaires.

Nos lecteurs recommandent

Notre lecteur régulier a recommandé une méthode efficace! Nouvelle découverte! Les scientifiques de Novosibirsk ont ​​identifié le meilleur remède contre l'hépatite. 5 ans de recherche. Auto-traitement à la maison! Après l'avoir lu attentivement, nous avons décidé de l'offrir à votre attention.

L'analyse des types d'hépatite A, B, C et autres vous permet de déterminer le type d'agent pathogène sur le contenu en anticorps et en hormones. Il existe 2 types d'analyses immunologiques:

  1. Immunochromatographique (ICA);
  2. Dosage immunologique (ELISA).

Dans le premier cas, l'analyse est effectuée à l'aide d'indicateurs vous permettant de déterminer visuellement le pourcentage d'anticorps et d'hormones. Les avantages de cette méthode sont sa simplicité, pas besoin d’utiliser un matériel coûteux, le test rapide est effectué à l’aide de bandelettes et de cassettes de contrôle, ce qui permet d’évaluer au préalable l’état du corps. Un tel diagnostic est généralement effectué avec des symptômes légers. La méthode peut donner des résultats faux positifs ou faux négatifs.

Méthode PCR

En utilisant cette méthode, il est possible de diagnostiquer la présence même d'un nombre minimum de bactéries et de virus dans le corps en fonction du génotype du virus. Il est également divisé en types:

  1. Qualité, réalisée pour détecter le virus de l'hépatite dans le corps;
  2. Quantitatif, donne une image complète de l'évolution de la maladie à ce stade. Déterminé par la charge virale, c'est-à-dire le nombre de virus. Une charge virale basse augmente les chances de guérison de l'hépatite C. Selon les résultats, le médecin vous prescrira le traitement approprié.

Analyses complémentaires

Lorsque la cirrhose est détectée chez un patient, une analyse des marqueurs des maladies oncologiques est réalisée.

Les infections virales telles que la syphilis et le sida peuvent également causer des dommages au foie. Par conséquent, lors de l'examen, une analyse de la syphilis (réaction de Wasserman, qui permet de déterminer le contenu en anticorps du virus de la syphilis), ainsi que des tests de dépistage de l'infection par le vih.

Une étude d'urine sur le contenu en bilirubine et en leucocytes. Une urine foncée est un symptôme de l'hépatite. Pour une analyse biochimique de l'urine, il faut la prendre, en collecter des portions pendant la journée.

Le diagnostic de l'hépatite chronique nécessite souvent un test de biopsie et une analyse du tissu hépatique afin de déterminer la nature exacte de la pathologie.

Si une intervention chirurgicale est nécessaire, la coagulation du sang est nécessaire (test de dépistage de la prothrombine) et le contrôle du sang de la syphilis (réaction de guerre) et du SIDA.

Préparation pour le dépistage de l'hépatite

En cas de préparation inappropriée pour les tests, les résultats peuvent poser des doutes, il sera nécessaire de refaire l'analyse. Un médecin sur la base de résultats faux peut prescrire un médicament qui n'en profite pas.

Les règles de test sont les suivantes:

  • 8-12 heures avant le test, une personne doit arrêter de manger afin que son estomac soit vide. La pénétration de sucre et d'autres composants, même en quantités microscopiques, peut fausser les résultats.
  • La veille de la procédure, il est nécessaire d'abandonner complètement les aliments gras, salés et épicés, ainsi que l'alcool. Pendant quelques jours, vous devez arrêter de fumer.
  • Au moins 2 semaines avant le test, vous devez refuser de prendre tout médicament;
  • Avant de réussir les tests, il est nécessaire de limiter l’activité physique;
  • Les fruits et les légumes jaunes contiennent du carotène; ils devraient donc également être jetés.
  • Dans quelques jours, toute procédure de physiothérapie devrait être annulée et les radiographies ou les ultrasons ne devraient pas être effectués la veille;
  • Avant de procéder à des analyses, il est nécessaire d’informer sur les maladies associées, les allergies à certains médicaments.
  • Les femmes doivent choisir un moment d’analyse afin de ne pas être affecté par les changements dans le sang pendant les règles.

Le stress et l'anxiété peuvent affecter les résultats. Dormez bien avant de faire un test d'hépatite. Les analyses sont à jeun. Au cours du traitement, le médecin contrôle les effets des médicaments et l’état du foie à l’aide de tests.

Qui a dit qu'il est impossible de guérir l'hépatite du foie?

  • De nombreuses manières ont essayé, mais rien n'y fait.
  • Et maintenant, vous êtes prêt à profiter de toute occasion qui vous procurera un sentiment de bien-être tant attendu!

Un remède efficace pour le traitement du foie existe. Suivez le lien et découvrez ce que les médecins recommandent!

Analyse de l'hépatite C: diagnostic de l'ARN

À ce jour, la méthode la plus utilisée pour détecter un virus chez un patient est le test de l'hépatite C par la méthode ELISA. Une telle étude consiste à déterminer les marqueurs de la présence d'anticorps anti-VHC (anti) dans le sérum du patient. Les résultats positifs de cette analyse nécessitent une confirmation par un autre test plus informatif d'ARN PCR.

L'hépatite C est une affection insidieuse qui peut être présente dans le corps humain pendant une longue période et ne se manifeste pas. La maladie est dangereuse car elle entraîne des perturbations irréparables de la structure du foie, qui évoluent en cirrhose.

Hépatite C: son apparence, dans quels cas prescrire une analyse

L'hépatite C est une maladie infectieuse qui pénètre dans le corps principalement par le sang.

Principaux modes d'infection:

  • lors de l'utilisation d'un équipement médical non stérile ou mal traité pendant une intervention chirurgicale;
  • au cours de la procédure de transfusion de sang non testé, vaccination, injection injectable;
  • lors de l'application de tatouages, lors de la perforation avec des matériaux non stériles;
  • lors de procédures de salon (manucure, pédicure) avec des dispositifs non stériles;
  • infection des travailleurs de la santé en cas de non-respect des mesures de sécurité lors du travail avec un patient infecté.

La transmission du virus se produit également lors de rapports sexuels non protégés, ainsi que lors de l'accouchement de mère à enfant.

L'hépatite C infecte les cellules du foie, ce qui conduit à une intoxication de l'organisme entier aux derniers stades de la maladie. Par conséquent, les patients atteints de cette maladie subissent souvent des tests sanguins médiocres: taux d'hémoglobine faible, taux de bilirubine élevé, taux d'ALAT, etc.

L'évolution de la maladie est souvent secrète, sans symptômes spécifiques.

Une telle étude est obligatoire pour les couples qui envisagent une grossesse, ainsi que pour les femmes occupant ce poste. L'hépatite C est testée à intervalles réguliers par des représentants de certaines professions, par exemple des personnels médicaux, des militaires, des employés du ministère des Situations d'urgence, des représentants de l'industrie alimentaire.

Quels pourraient être les soupçons d'un médecin qui prescrit une étude obligatoire de la présence de l'hépatite virale C dans le sang d'un patient:

  • indicateurs modifiés d'analyse biochimique du sang;
  • hémoglobine réduite;
  • modifications de la structure du foie avec échographie de l'organe;
  • augmentation de la vitesse de sédimentation des érythrocytes;
  • urobiline dans l'urine.

Ce sont tous des signes évidents d’une infection virale dans le corps du patient. Cependant, même le total des indicateurs ci-dessus ne donne pas au médecin le droit de poser un diagnostic de lésions virales du corps atteintes d'hépatite C. Par exemple, une hémoglobine réduite peut indiquer une anémie. Et des changements dans la biochimie - à propos de la violation du corps, qui n'est pas toujours associée à une infection par l'hépatite virale.

Les changements dans le sang du patient seront. Ainsi, l'hémoglobine sera réduite. L'hémolyse érythrocytaire affecte l'hémoglobine. Avec les dommages viraux, il diminue considérablement. L'hémoglobine peut également diminuer suite au traitement antiviral de l'hépatite. Par conséquent, cet indicateur est strictement contrôlé chez les patients pendant le traitement. Mais même une très faible hémoglobine ne parle pas d'hépatite. Si de tels changements dans la composition du sang se produisent, le médecin ne peut qu'assumer une infection par cette maladie. Pour plus de clarté, vous aurez peut-être besoin de diagnostics supplémentaires.

L'hépatite C a plusieurs génotypes. Chacun d'eux a ses propres sous-types. Les génotypes 1b, 1a, 2, 3 sont considérés comme les plus courants sur le territoire des pays de l'ex-URSS, mais l'infection par transfusion sanguine est plus souvent infectée par le virus 1b. Le génotype 3a est plus courant chez les toxicomanes. Dans les pays du Moyen-Orient, on trouve généralement le génotype 4. Il existe une détection mixte lorsqu'un patient est déterminé simultanément, par exemple par un résultat positif pour les génotypes 1b et 3a. Ceci est observé chez 10% de tous les infectés.

Les conséquences les plus graves et les plus négatives pour le corps sont le génotype 1b.

Combien de personnes sont touchées par l'hépatite C? Aux dernières nouvelles, la prévalence de cette maladie dans les pays développés atteint 2%. Dans la plupart des cas, les personnes ne sont pas pressées de subir un test de dépistage de l'hépatite C, car elles peuvent simplement ne pas être au courant de leur infection. Vérifiez-vous sont résolus que 10% de la population totale.

Analyses révélatrices de l'hépatite C

Les tests d'hépatite C peuvent être différents: PCR, ELISA (la présence dans le sang d'anti-organes du système immunitaire).

Qu'est-ce qui est le plus informatif, voyons.

  • Une méthode de dosage immunoenzymatique pour la détection des anti-VHC. L’une des premières méthodes permettant de déterminer la présence d’un patient avec des cellules virales est une analyse visant à déterminer la présence d’anticorps dans le sérum sanguin. Il s'agit d'une méthode ELISA permettant de détecter l'anti-VHC. Une telle analyse de l'hépatite C est attribuée aux donneurs, aux femmes en situation, à celles qui vont subir une intervention chirurgicale planifiée. Vérifier la présence d’anticorps ou déterminer la totalité de l’hépatite dans le sérum de cette manière peut se faire dans n’importe quelle clinique.

Avant de passer un test ELISA de dépistage de l'hépatite C anti-VHC, vous devez vous préparer. Il se rend l'estomac vide. Un tel diagnostic peut donner un faux négatif ou un résultat positif. Très souvent, cela se produit pendant la grossesse, chez les personnes atteintes du deuxième groupe de sang. Et ceci est considéré comme la norme.

Il existe deux classes d'anticorps anti-hépatite C - G et M. Dans les analyses, ils sont appelés IgG et IgM (immunoglobuline G et M). L'anticorps anti-VHC total dans l'analyse ELISA correspond aux anticorps totaux des classes G et M, qui apparaissent dans le sérum en tant qu'antigène du virus de l'hépatite C. Une telle analyse généralisée est effectuée pour tous ceux qui ont manifesté le désir d'être testés. L'anti-VHC total se trouve dans le sang dans les formes aiguës et chroniques de la maladie.

Cependant, un indicateur positif de la présence d'anticorps dans le VHC ne garantit pas à 100% la présence du virus dans le sang. Et ceci est considéré comme la norme. Comme il est impossible de nier le faux indicateur négatif.

Dans le contexte des maladies chroniques, des anticorps anti-VHC totaux peuvent apparaître dans le sang, ce qui est associé à certaines caractéristiques du système immunitaire. Si un résultat positif d’un test ELISA pour détecter la présence d’anticorps du VHC contre l’hépatite C est avéré, il est recommandé de mener des études plus importantes sur l’identification de la maladie - diagnostic de l’ARN par PCR.

  • Tests sanguins par réaction en chaîne de la polymérase. PCR abrégée. Un tel diagnostic de la présence de la maladie à ARN a été connu récemment, dans les années 80 du siècle dernier. Cela donne le résultat exact, quelle infection ou quel virus a donné la maladie. L'hépatite C est une maladie qui peut changer sa structure génétique.

L'analyse PCR de l'ARN est effectuée chez toutes les personnes testées positives au test ELISA.

La détection des lésions virales d'hépatite par PCR est possible, même si ses nombres quantitatifs sont très faibles. Ces diagnostics permettent également d'identifier les éléments viraux lors de la période initiale de dégradation du virus, période pendant laquelle le test ELISA ne permet pas encore de déterminer la présence d'anti-corps. L'ARN positif apparaît dans le sang le cinquième jour après l'infection par un virus dans le corps.

De plus, ce sont ces tests sur l'hépatite C qui aident à déterminer le génotype qui a frappé le corps.

Le diagnostic de la PCR est conditionnellement divisé en deux types: quantitatif et qualitatif. Le premier montre la présence du virus à ARN, le second indique la charge sur le corps.

Des chiffres qualitatifs élevés indiquent que le virus se développe rapidement et montre des changements dans le niveau d'ARN dans le matériel de test. Il détermine également le génotype de l'hépatite.

Interprétation des résultats

L'ARN est un diagnostic qui vous permet d'identifier le schéma génétique d'une maladie dans le sérum. Ce type d’étude est réalisé chez tous les patients ayant un anti-VHC dans le sang. Norm est un résultat qui dit "non détecté". Si «détecté», il indique que le virus est présent dans le corps et se multiplie, infectant de nouvelles cellules du foie.

Il a déjà été mentionné que l’étude de la PCR donne un résultat qualitatif et quantitatif. Le premier type de test a certains seuils de sensibilité. Ceci suggère que si la quantité de virus dans le sérum est inférieure à la norme, le résultat de l'analyse peut être "négatif". Par conséquent, les patients qui ont une faible concentration de cellules d'hépatite doivent clarifier la sensibilité du système, car chaque laboratoire est différent.

L'ARN de PCR de haute qualité ne donne qu'un résultat positif ou négatif de l'étude.

Le diagnostic quantitatif par PCR suggère une charge virale sur le corps, c'est-à-dire la rapidité avec laquelle la maladie progresse. Il détermine le nombre d'unités de matériel viral pour un certain volume de sérum sanguin (1 cm³).

Ici, le résultat a déjà un indicateur quantitatif et il sera exprimé en chiffres. Les taux dans chaque laboratoire peuvent différer les uns des autres, car la méthode est réalisée avec des réactifs différents. Par conséquent, il est préférable que les tests de dépistage de l'hépatite C pour la détermination quantitative de la PCR aboutissent dans un laboratoire.

Fondamentalement, les indicateurs de 1 * 107 UI / ml sont considérés comme des charges très élevées, les chiffres de 800 * 103 UI / ml seront modérément élevés.

Charge virale et faire pendant le traitement de l'hépatite. Normalement, si les nombres en cours de traitement ont tendance à diminuer. Pendant le traitement, les indications obtenues par la méthode de détermination des anticorps dans le sérum sanguin ne sont pas informatives, elles ne sont donc pas réalisées.

Préparation et recherche

Ce concept signifie un manque de nourriture pendant 8 heures.

Aussi sur le résultat de l'étude peut affecter certains aliments. Par conséquent, au moins un jour avant le test de dépistage de l'hépatite, les légumes et les agrumes, en particulier ceux de couleur orange, doivent être exclus du régime alimentaire.

Les analyses avec l'hépatite virale C peuvent donner de faux résultats lors de la prise de certains médicaments. Le matin, ne prenez pas les médicaments que vous buvez habituellement. Les patients sont invités à faire une analyse et ensuite seulement à prendre tous les médicaments nécessaires.

Le sang nécessaire au diagnostic est prélevé dans la veine du patient et transféré à l'étude au laboratoire.

Les tests d'hépatite C sont effectués toutes les 24 heures environ, mais il peut y avoir des retards qui, dans la plupart des cas, peuvent être dus à la nécessité de transporter le sérum sanguin au laboratoire. Le technicien de laboratoire informera le patient sur le nombre d'analyses de l'hépatite C effectuées dans un établissement donné.

Les résultats des tests ne constituent pas l'articulation du diagnostic et nécessitent obligatoirement une interprétation par un médecin.

La même chose s'applique au but du traitement. Les études ELISA qui ont montré une réponse positive n'indiquent pas encore la présence d'une lésion virale due à l'hépatite. Le patient doit subir un test PCR supplémentaire.

Une telle analyse de l'hépatite C donnera une image plus détaillée, si la maladie est présente dans le corps, afin de déterminer le génotype du virus, ce qui aidera le médecin à choisir un traitement de haute qualité.

Les tests d'hépatite C virale sont très instructifs et parlent non seulement de la présence de la maladie, mais aussi de ses génotypes, du processus de développement. Aujourd’hui, la publication d’une telle étude est la norme.

Étant donné que le diagnostic précoce permet de mieux traiter la maladie, il est très important de surveiller et de vérifier le taux d'hémoglobine au cours de la période de traitement, car les médicaments antiviraux en réduisent considérablement le taux. Un test sanguin est effectué périodiquement.

Normalement, l’hémoglobine chez l’homme varie de 130 à 160 g / l. Chez la femme, l’hémoglobine est plus basse et se situe entre 120 et 155 g / l. Les tests d’hépatite C aident à contrôler le traitement prescrit.

Comment se faire dépister pour l'hépatite C

À ce jour, la méthode la plus utilisée pour détecter un virus chez un patient est le test de l'hépatite C par la méthode ELISA. Une telle étude consiste à déterminer les marqueurs de la présence d'anticorps anti-VHC (anti) dans le sérum du patient. Les résultats positifs de cette analyse nécessitent une confirmation par un autre test plus informatif d'ARN PCR.

L'hépatite C est une affection insidieuse qui peut être présente dans le corps humain pendant une longue période et ne se manifeste pas. La maladie est dangereuse car elle entraîne des perturbations irréparables de la structure du foie, qui évoluent en cirrhose.

Hépatite C: son apparence, dans quels cas prescrire une analyse

L'hépatite C est une maladie infectieuse qui pénètre dans le corps principalement par le sang.

Principaux modes d'infection:

lors de l'utilisation d'un équipement médical non stérile ou mal traité pendant une intervention chirurgicale; au cours de la procédure de transfusion de sang non testé, vaccination, injection injectable; lors de l'application de tatouages, lors de la perforation avec des matériaux non stériles; lors de procédures de salon (manucure, pédicure) avec des dispositifs non stériles; infection des travailleurs de la santé en cas de non-respect des mesures de sécurité lors du travail avec un patient infecté.

La transmission du virus se produit également lors de rapports sexuels non protégés, ainsi que lors de l'accouchement de mère à enfant.

L'hépatite C infecte les cellules du foie, ce qui conduit à une intoxication de l'organisme entier aux derniers stades de la maladie. Par conséquent, les patients atteints de cette maladie subissent souvent des tests sanguins médiocres: taux d'hémoglobine faible, taux de bilirubine élevé, taux d'ALAT, etc.

L'évolution de la maladie est souvent secrète, sans symptômes spécifiques.

Les tests d'hépatite C ne font pas partie de la liste des tests obligatoires et ne peuvent être prescrits que si un désir de subir un test est détecté ou si un patient est suspecté d'avoir un virus.

Une telle étude est obligatoire pour les couples qui envisagent une grossesse, ainsi que pour les femmes occupant ce poste. L'hépatite C est testée à intervalles réguliers par des représentants de certaines professions, par exemple des personnels médicaux, des militaires, des employés du ministère des Situations d'urgence, des représentants de l'industrie alimentaire.

Quels pourraient être les soupçons d'un médecin qui prescrit une étude obligatoire de la présence de l'hépatite virale C dans le sang d'un patient:

indicateurs modifiés d'analyse biochimique du sang; hémoglobine réduite; modifications de la structure du foie avec échographie de l'organe; augmentation de la vitesse de sédimentation des érythrocytes; urobiline dans l'urine.

Ce sont tous des signes évidents d’une infection virale dans le corps du patient. Cependant, même le total des indicateurs ci-dessus ne donne pas au médecin le droit de poser un diagnostic de lésions virales du corps atteintes d'hépatite C. Par exemple, une hémoglobine réduite peut indiquer une anémie. Et des changements dans la biochimie - à propos de la violation du corps, qui n'est pas toujours associée à une infection par l'hépatite virale.

Les changements dans le sang du patient seront. Ainsi, l'hémoglobine sera réduite. L'hémolyse érythrocytaire affecte l'hémoglobine. Avec les dommages viraux, il diminue considérablement. L'hémoglobine peut également diminuer suite au traitement antiviral de l'hépatite. Par conséquent, cet indicateur est strictement contrôlé chez les patients pendant le traitement. Mais même une très faible hémoglobine ne parle pas d'hépatite. Si de tels changements dans la composition du sang se produisent, le médecin ne peut qu'assumer une infection par cette maladie. Pour plus de clarté, vous aurez peut-être besoin de diagnostics supplémentaires.

L'hépatite C a plusieurs génotypes. Chacun d'eux a ses propres sous-types. Les génotypes 1b, 1a, 2, 3 sont considérés comme les plus courants sur le territoire des pays de l'ex-URSS, mais l'infection par transfusion sanguine est plus souvent infectée par le virus 1b. Le génotype 3a est plus courant chez les toxicomanes. Dans les pays du Moyen-Orient, on trouve généralement le génotype 4. Il existe une détection mixte lorsqu'un patient est déterminé simultanément, par exemple par un résultat positif pour les génotypes 1b et 3a. Ceci est observé chez 10% de tous les infectés.

Déterminer le génotype est également important, car il aide à déterminer les tactiques de traitement ultérieures. Tous les tests de dépistage de l'hépatite C ne donnent pas ces indications. Le génotype est déterminé uniquement par PCR de haute qualité.

Les conséquences les plus graves et les plus négatives pour le corps sont le génotype 1b.

Combien de personnes sont touchées par l'hépatite C? Aux dernières nouvelles, la prévalence de cette maladie dans les pays développés atteint 2%. Dans la plupart des cas, les personnes ne sont pas pressées de subir un test de dépistage de l'hépatite C, car elles peuvent simplement ne pas être au courant de leur infection. Vérifiez-vous sont résolus que 10% de la population totale.

Analyses révélatrices de l'hépatite C

Les tests d'hépatite C peuvent être différents: PCR, ELISA (la présence dans le sang d'anti-organes du système immunitaire).

Qu'est-ce qui est le plus informatif, voyons.

Une méthode de dosage immunoenzymatique pour la détection des anti-VHC. L’une des premières méthodes permettant de déterminer la présence d’un patient avec des cellules virales est une analyse visant à déterminer la présence d’anticorps dans le sérum sanguin. Il s'agit d'une méthode ELISA permettant de détecter l'anti-VHC. Une telle analyse de l'hépatite C est attribuée aux donneurs, aux femmes en situation, à celles qui vont subir une intervention chirurgicale planifiée. Vérifier la présence d’anticorps ou déterminer la totalité de l’hépatite dans le sérum de cette manière peut se faire dans n’importe quelle clinique.

Avant de passer un test ELISA de dépistage de l'hépatite C anti-VHC, vous devez vous préparer. Il se rend l'estomac vide. Un tel diagnostic peut donner un faux négatif ou un résultat positif. Très souvent, cela se produit pendant la grossesse, chez les personnes atteintes du deuxième groupe de sang. Et ceci est considéré comme la norme.

Il existe deux classes d'anticorps anti-hépatite C - G et M. Dans les analyses, ils sont appelés IgG et IgM (immunoglobuline G et M). L'anticorps anti-VHC total dans l'analyse ELISA correspond aux anticorps totaux des classes G et M, qui apparaissent dans le sérum en tant qu'antigène du virus de l'hépatite C. Une telle analyse généralisée est effectuée pour tous ceux qui ont manifesté le désir d'être testés. L'anti-VHC total se trouve dans le sang dans les formes aiguës et chroniques de la maladie.

Cependant, un indicateur positif de la présence d'anticorps dans le VHC ne garantit pas à 100% la présence du virus dans le sang. Et ceci est considéré comme la norme. Comme il est impossible de nier le faux indicateur négatif.

Dans le contexte des maladies chroniques, des anticorps anti-VHC totaux peuvent apparaître dans le sang, ce qui est associé à certaines caractéristiques du système immunitaire. Si un résultat positif d’un test ELISA pour détecter la présence d’anticorps du VHC contre l’hépatite C est avéré, il est recommandé de mener des études plus importantes sur l’identification de la maladie - diagnostic de l’ARN par PCR.

Tests sanguins par réaction en chaîne de la polymérase. PCR abrégée. Un tel diagnostic de la présence de la maladie à ARN a été connu récemment, dans les années 80 du siècle dernier. Cela donne le résultat exact, quelle infection ou quel virus a donné la maladie. L'hépatite C est une maladie qui peut changer sa structure génétique.

L'analyse PCR de l'ARN est effectuée chez toutes les personnes testées positives au test ELISA.

La détection des lésions virales d'hépatite par PCR est possible, même si ses nombres quantitatifs sont très faibles. Ces diagnostics permettent également d'identifier les éléments viraux lors de la période initiale de dégradation du virus, période pendant laquelle le test ELISA ne permet pas encore de déterminer la présence d'anti-corps. L'ARN positif apparaît dans le sang le cinquième jour après l'infection par un virus dans le corps.

De plus, ce sont ces tests sur l'hépatite C qui aident à déterminer le génotype qui a frappé le corps.

Le diagnostic de la PCR est conditionnellement divisé en deux types: quantitatif et qualitatif. Le premier montre la présence du virus à ARN, le second indique la charge sur le corps.

Des chiffres qualitatifs élevés indiquent que le virus se développe rapidement et montre des changements dans le niveau d'ARN dans le matériel de test. Il détermine également le génotype de l'hépatite.

Interprétation des résultats

L'ARN est un diagnostic qui vous permet d'identifier le schéma génétique d'une maladie dans le sérum. Ce type d’étude est réalisé chez tous les patients ayant un anti-VHC dans le sang. Norm est un résultat qui dit "non détecté". Si «détecté», il indique que le virus est présent dans le corps et se multiplie, infectant de nouvelles cellules du foie.

Il a déjà été mentionné que l’étude de la PCR donne un résultat qualitatif et quantitatif. Le premier type de test a certains seuils de sensibilité. Ceci suggère que si la quantité de virus dans le sérum est inférieure à la norme, le résultat de l'analyse peut être "négatif". Par conséquent, les patients qui ont une faible concentration de cellules d'hépatite doivent clarifier la sensibilité du système, car chaque laboratoire est différent.

L'ARN de PCR de haute qualité ne donne qu'un résultat positif ou négatif de l'étude.

Le diagnostic quantitatif par PCR suggère une charge virale sur le corps, c'est-à-dire la rapidité avec laquelle la maladie progresse. Il détermine le nombre d'unités de matériel viral pour un certain volume de sérum sanguin (1 cm³).

Ici, le résultat a déjà un indicateur quantitatif et il sera exprimé en chiffres. Les taux dans chaque laboratoire peuvent différer les uns des autres, car la méthode est réalisée avec des réactifs différents. Par conséquent, il est préférable que les tests de dépistage de l'hépatite C pour la détermination quantitative de la PCR aboutissent dans un laboratoire.

Fondamentalement, les indicateurs de 1 * 107 UI / ml sont considérés comme des charges très élevées, les chiffres de 800 * 103 UI / ml seront modérément élevés.

Charge virale et faire pendant le traitement de l'hépatite. Normalement, si les nombres en cours de traitement ont tendance à diminuer. Pendant le traitement, les indications obtenues par la méthode de détermination des anticorps dans le sérum sanguin ne sont pas informatives, elles ne sont donc pas réalisées.

Préparation et recherche

Pour que le diagnostic de l'hépatite C par ELISA ou PCR montre un résultat valide et véridique, il est nécessaire que le patient donne du sang sur un estomac vide.

Ce concept signifie un manque de nourriture pendant 8 heures.

Aussi sur le résultat de l'étude peut affecter certains aliments. Par conséquent, au moins un jour avant le test de dépistage de l'hépatite, les légumes et les agrumes, en particulier ceux de couleur orange, doivent être exclus du régime alimentaire.

Les analyses avec l'hépatite virale C peuvent donner de faux résultats lors de la prise de certains médicaments. Le matin, ne prenez pas les médicaments que vous buvez habituellement. Les patients sont invités à faire une analyse et ensuite seulement à prendre tous les médicaments nécessaires.

Le sang nécessaire au diagnostic est prélevé dans la veine du patient et transféré à l'étude au laboratoire.

Les tests d'hépatite C sont effectués toutes les 24 heures environ, mais il peut y avoir des retards qui, dans la plupart des cas, peuvent être dus à la nécessité de transporter le sérum sanguin au laboratoire. Le technicien de laboratoire informera le patient sur le nombre d'analyses de l'hépatite C effectuées dans un établissement donné.

Les résultats des tests ne constituent pas l'articulation du diagnostic et nécessitent obligatoirement une interprétation par un médecin.

La même chose s'applique au but du traitement. Les études ELISA qui ont montré une réponse positive n'indiquent pas encore la présence d'une lésion virale due à l'hépatite. Le patient doit subir un test PCR supplémentaire.

Une telle analyse de l'hépatite C donnera une image plus détaillée, si la maladie est présente dans le corps, afin de déterminer le génotype du virus, ce qui aidera le médecin à choisir un traitement de haute qualité.

Les tests d'hépatite C virale sont très instructifs et parlent non seulement de la présence de la maladie, mais aussi de ses génotypes, du processus de développement. Aujourd’hui, la publication d’une telle étude est la norme.

Étant donné que le diagnostic précoce permet de mieux traiter la maladie, il est très important de surveiller et de vérifier le taux d'hémoglobine au cours de la période de traitement, car les médicaments antiviraux en réduisent considérablement le taux. Un test sanguin est effectué périodiquement.

Normalement, l’hémoglobine chez l’homme varie de 130 à 160 g / l. Chez la femme, l’hémoglobine est plus basse et se situe entre 120 et 155 g / l. Les tests d’hépatite C aident à contrôler le traitement prescrit.

Un test sanguin d'hépatite est effectué pour confirmer ou infirmer la présence de la maladie. L'hépatite est présente dans 3% de la population mondiale. Beaucoup de gens ne sont pas conscients de ce problème. Souvent, les patients ne reçoivent pas un traitement approprié en temps voulu en raison du fait que la maladie est diagnostiquée trop tard. En cas de diagnostic opportun, le pronostic de récupération ou d'absence d'exacerbations est plus favorable.

Types d'hépatite et procédures nécessaires

La maladie est souvent détectée lorsqu'une personne réussit une inspection de routine ou les tests nécessaires pour postuler à un emploi.

Si vous suspectez une pathologie ou si une maladie est détectée, le patient doit subir une série d’études. Le complexe de diagnostic peut différer selon le degré et la forme de l'hépatite.

Une personne en bonne santé peut également faire un test de confiance totale en l’absence de maladie. Un examen complet est nécessaire pour les personnes présentant des signes évidents de maladie.

Ceux-ci comprennent:

peau jaune; la léthargie; manque d'appétit; fièvre douleurs musculaires; décoloration des matières fécales.

De plus, au contact d'une personne infectée, même le personnel médical doit donner du sang pour l'hépatite.

Il existe plusieurs types de maladies:

Chaque forme d'hépatite est caractérisée par des symptômes différents, la rapidité et la gravité du déroulement, la méthode de diagnostic et le traitement. Pour établir un diagnostic final, le patient se voit attribuer divers tests dont le médecin traitant peut déterminer la nécessité en fonction des signes existants de la maladie, indiquant le développement de l’une des formes de la maladie.

Différences dans les formes d'hépatite et diagnostic de chacune d'elles

Comme mentionné ci-dessus, l'hépatite est de 5 types. De sa forme dépend des méthodes de recherche pour faire un diagnostic précis.

L'hépatite A

Il peut être acheté en consommant des produits de mauvaise qualité, de l’eau ou en utilisant des articles ménagers. Il se présente sous une forme aiguë, subaiguë et asymptomatique. Ce type d'hépatite est le plus facile.

En effet, aucune atteinte hépatique grave n’est constatée et le rétablissement prend environ 1,5 mois.

Pour détecter l'hépatite, vous devez:

détection de certains paramètres viraux dans le sang au moyen d'une analyse par réaction en chaîne de la polymérase (PCR); prendre des immunoglobulines jusqu'à la récupération; analyse des anticorps anti-G qui apparaissent pendant la maladie et ne disparaissent plus.

L'hépatite B

Ils peuvent être infectés par contact avec une personne infectée et par le sang. Il existe sous forme aiguë et chronique. L'hépatite B peut causer de graves dommages au foie, même au cancer.

Pour le confirmer, vous devez effectuer des recherches:

rechercher des anticorps chez des personnes infectées et en bonne santé. Les indicateurs d'anticorps dans le sang d'une personne en bonne santé ne doivent pas dépasser 0,05 UI / ml; mener une étude sur les protéines et les anticorps, qui est habituellement prescrite pour la forme aiguë de la maladie; Détection de l'ADN du virus par PCR.

L'hépatite C

C'est la forme la plus commune de la maladie. On le trouve généralement dans le diagnostic d'autres pathologies, car au début il n'y a pas de symptômes évidents d'hépatite. Lorsque le virus pénètre dans le corps humain, le traitement est extrêmement difficile.

Une analyse sanguine de l'hépatite C implique un examen approfondi du patient et la détermination de l'étendue des dommages au foie. L'analyse aidera à connaître la gravité de la maladie et l'efficacité du traitement. De plus, vous avez besoin d'une étude sur les anticorps. Pour attribuer le traitement nécessaire est également effectué l'analyse des interleukines.

L'hépatite D

L'émergence de cette forme de la maladie implique la défaite du corps par un virus pathogène. La maladie est dure. Lorsqu’il est infecté par plusieurs virus à la fois, l’état du patient se dégrade et la maladie évolue progressivement.

Les tests de laboratoire peuvent montrer la présence de virus et d'anticorps dans le corps humain, ainsi que déterminer le degré de développement de la maladie.

L'hépatite E

Il présente certaines similitudes avec l'hépatite A. Le taux de propagation des virus dans le corps est élevé.

Le plus grand danger de ce type d'hépatite concerne les femmes enceintes. Parce que dans la plupart des cas, lorsqu'une forme aiguë de la maladie est détectée, l'infecté décède.

Méthode d'analyse

La préparation au test consiste à s'abstenir de consommer des boissons alcoolisées ainsi que des aliments gras et épicés. Cela doit être jeté un jour avant la livraison. Le matériel biologique doit passer l'estomac vide. En outre, il spécifie le nombre de jours d'analyse de l'hépatite.

Le résultat des tests de dépistage de l'hépatite est prêt 4 heures après le don de sang. La période d’analyse de la recherche peut durer une journée ou plus, jusqu’à une semaine.

La conclusion et la formulation d'une réponse négative implique l'absence de virus et d'anticorps dans le corps humain, ce qui indique la présence de la maladie. Dans toute étude, le sang pour l'hépatite est donné, après quoi le niveau de présence de virus dans le corps est vérifié. Si les chiffres sont inférieurs à la normale, le corps n'est pas infecté. Cela indique l'absence d'agents pathogènes dans le sang. La présence d’anticorps implique l’élévation du statut immunitaire du corps ou la vaccination.

Un test sanguin pour les marqueurs des formes virales de l'hépatite présente plusieurs caractéristiques:

Si un résultat positif est identifié, il est nécessaire de reprendre le matériel biologique. Cela est nécessaire pour assurer le bon diagnostic. Étant donné que le sang n'est donné que sur un estomac vide, un résultat faux peut être obtenu si cette règle n'est pas suivie. En outre, un diagnostic incorrect est possible après avoir mené une étude sur une personne déjà infectée et avoir collecté des tests dans les mêmes conteneurs sans respecter certaines règles de traitement des dispositifs médicaux. Lorsqu'un organisme est infecté, un traitement est prescrit. Des tests doivent être effectués tous les trois jours pour observer le développement de l'hépatite. En cas de maladie chronique, il est nécessaire de procéder à un examen après six mois.

Pour éliminer l'hépatite, un traitement approprié est nécessaire. La récupération dépend de la gravité de la maladie, des caractéristiques individuelles du corps humain. Avec une guérison complète, le patient développe une immunité contre l'hépatite.

Les maladies du foie sont une source de grande préoccupation, car leur valeur dans le corps est très élevée. Le foie nettoie le sang des toxines et des "déchets", atténuant ainsi les effets des composés toxiques pouvant constituer une menace pour la santé.

Il synthétise les facteurs de coagulation du sang (fibrinogène, prothrombine, etc.), participe au métabolisme des protéines, des glucides, des lipides, des hormones.

Sert de dépôt de sang et de vitamines. La bile produite par les cellules du foie (hépatocytes) est un élément nécessaire du processus de digestion. Il s’agit d’une liste incomplète de «responsabilités fonctionnelles» dont l’accomplissement est perturbé lors du développement du processus inflammatoire du tissu hépatique - hépatite.

Raisons

L'hépatite est divisée en les types suivants:

infectieux ou viral (déclenché par une infection par le virus de l'hépatite de types A, B, C, D, E); toxique (intoxication par tout poison (domestique, industriel), surdose de drogue, abus d'alcool); auto-immune (l'agression du système immunitaire contre le foie - le sang qui donne l'hépatite révélera des anticorps spécifiques); ischémique ou hypoxique (manque d’oxygène et nécrose des hépatocytes due à une chute brutale de la pression artérielle ou à une limitation chronique du débit sanguin).

Pour identifier la véritable nature de l'hépatite, il est très important de savoir ce qui pourrait donner un élan fondamental au processus pathologique.

Il y a une chose telle que l'anamnèse. Ce sont des informations sur la vie d’une personne qui sont directement ou indirectement associées à une maladie. Ceux-ci comprennent:

Contact avec un patient atteint d'hépatite ou utilisation avec lui de plats, serviettes, brosses à dents ordinaires. Boire de l'eau bouillie dans un étang à ciel ouvert, repas dans des cantines publiques (tout ce qui précède est pertinent pour les types A, E).

Dans les hépatites B, C et D, le virus est transmis à l'aide de la «porte d'entrée» pour des événements tels que:

Chirurgie, procédures de diagnostic endoscopique, transfusion sanguine. Rapports sexuels non protégés avec un partenaire potentiellement infecté.

Une femme peut transmettre une maladie à un enfant in utero ou pendant l'allaitement. La probabilité exacte d'infection ne montrera que l'analyse de l'hépatite. Les maladies qui entrent dans le corps par les méthodes décrites sont appelées parentérales. Avec le pathogène de l'hépatite, le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) peut également être transmis, ce qui est pris en compte lors de l'examen.

Si vous demandez à une personne qui n'est pas un professionnel de la santé quels sont les symptômes de l'hépatite, il dira probablement qu'il s'agit d'une douleur et d'une lourdeur à l'estomac, d'une jaunisse, d'un goût amer à la bouche. En fait, de tels signes sont observés, mais déjà à un stade avancé de développement, lorsque la maladie a passé tous les stades précédents et que les tests de dépistage de l'hépatite sont positifs.

Avant cela, le patient peut être gêné par une faiblesse, une fatigue constante, une augmentation de la température corporelle allant de 37 à 37,5 degrés Celsius.

La douleur dans les muscles et les articulations de la nature est souvent douloureuse, ce qui peut être associé à tort à une surcharge physique.

Le syndrome asthénovégétatif vient au premier plan: léthargie, état d'apathie - une personne perd de l'intérêt pour ce qui se passe autour de lui, elle est irritée, déprimée, elle est tourmentée de maux de tête, de vertiges sans raison apparente. Le sommeil est perturbé - la somnolence pendant le jour et l'insomnie la nuit épuisent encore plus.

Les troubles plus profonds surviennent dans l'hépatite C en tant que troubles dépressifs. Presque toujours, il y a des nausées, moins souvent - des vomissements. L'amertume dans la bouche est plus typique de la cholélithiase que de l'hépatite. Le foie augmente (syndrome d'hépatomégalie), son bord est accessible par palpation au-dessous de la côte droite, compacté, douloureux.

La peau et les muqueuses, la sclérotique des yeux sont colorées en jaune à cause de la stagnation de la bile, des démangeaisons apparaissent, l'urine s'assombrit et les matières fécales, au contraire, s'illuminent (Acholia). Si, à ce moment-là, une personne passe un test sanguin pour le dépistage de l'hépatite, une tendance aux changements aigus est perceptible. Il y a souvent des ecchymoses sur la peau, du sang peut rester sur la brosse à dents - ces signes indiquent une possible chronicité de l'hépatite.

Raison de consulter immédiatement un médecin - l'apparition de tels symptômes:

augmentation de la température corporelle au-dessus de 37 degrés pendant plus d'une semaine et demie; faiblesse, fatigue constante, douleurs dans les articulations, les muscles pendant plus d'un mois, non associées à un effort physique excessif; nausée, vomissement, inconfort ou douleur dans l'hypochondre droit; Jaunissement de la peau et des muqueuses, urine foncée associée à des selles claires; perte de poids; ascite (liquide dans la cavité abdominale), réseau de veines dilatées dans l'abdomen («tête de méduse»); saignements nasaux fréquents, ainsi que des saignements des gencives, du tractus gastro-intestinal.

La détection accidentelle de l'hyperbilirubinémie dans le test sanguin (augmentation de la concentration de bilirubine), une forte augmentation des taux d'AST, d'ALT et de phosphatase alcaline peuvent indiquer des modifications de l'hépatite. Les femmes ont un dysfonctionnement menstruel.

S'il est impossible d'obtenir des tests standard avec une image brillante, il n'y a presque aucun doute sur la nature de la maladie, il existe des méthodes rapides.

Ils ne peuvent pas servir de base à des mesures décisives et à un diagnostic définitif, mais permettront de déterminer les tactiques futures de diagnostic et de traitement.

Il existe actuellement une analyse rapide de l'hépatite pour laquelle vous devez percer un doigt avec un scarificateur dans la boîte (une aiguille tranchante à bords côtelés) et déposer du sang sur un comprimé spécial, où une ou deux rayures apparaissent en fonction du résultat.

Algorithme de diagnostic

La première priorité est l'inspection d'une personne. Au cours de celle-ci, on peut observer une fatigue, une jaunisse de la peau et une sclérotique, un abdomen dilaté associé à une ascite, sur laquelle des veines saphènes dilatées sont clairement visibles.

Les signes distinctifs sont également les paumes rouges (érythème palmaire), les "astérisques" vasculaires, les ecchymoses (hématomes) sur la peau. Le patient se plaint souvent d'un prurit grave aggravé la nuit.

Il est extrêmement important que le médecin obtienne les données de l’historique, en particulier chez le patient. L'hépatite toxique aiguë peut être provoquée par la prise d'acide acétylsalicylique ou de paracétamol, si votre bébé y est sensible ou si la posologie est augmentée. Il est extrêmement difficile de distinguer ce type de maladie d’autres hépatites aiguës à un stade précoce.

Pour le paracétamol, il existe un antidote appelé N-acétylcystéine. Son introduction peut littéralement sauver le foie, mais seulement si elle est produite rapidement, quelques heures après le début des symptômes. Le syndrome de Reye, autrement appelé encéphalopathie hépatique aiguë, est la raison pour laquelle il est interdit de prescrire de l'aspirine aux enfants de moins de 12 ans.

C'est une complication dangereuse qui nécessite une hospitalisation immédiate et des soins intensifs complets. Les enfants peuvent accidentellement manger ou boire quelque chose de la trousse de secours laissée par les adultes dans le domaine de l'accessibilité. Il est d’une importance primordiale de savoir quel médicament est avalé par l’enfant, car sa vie peut en dépendre.

Par mesure de précaution, les parents doivent cacher les médicaments dans les endroits où le bébé ne peut pas les obtenir, lire attentivement les annotations et suivre les instructions du médecin, en ne permettant pas un ajustement automatique de la posologie ou la fréquence d'utilisation.

L'étape suivante consiste en une analyse de l'hépatite, nécessaire pour toute personne présentant les symptômes ci-dessus.

Ce n'est pas une façon, mais une gamme de méthodes qui se complètent:

1. Compléter la numération sanguine.

L'hépatite ne peut pas être identifiée par ses résultats, mais l'analyse reflète l'état de l'organisme tout entier, et elle peut influer sur la détermination de la sévérité et la détection des comorbidités.

2. Analyse biochimique du sang.

Les tests d'hépatite devraient inclure la détermination des AST, ALT, phosphatase alcaline, gamma-glutamyltransférase, lactate déshydrogénase en tant qu'enzymes élevées lors d'une inflammation du foie; le niveau de protéines totales, la bilirubine et ses fractions est également important. Sur un estomac vide ou non, le sang est-il testé pour l'hépatite? Selon les règles en vigueur, la dernière prise d'aliments légers doit être conservée 12 heures avant l'heure de la collecte du sang.

Vise à déterminer l’état du système de coagulation du sang en utilisant des caractéristiques telles que la prothrombine, le temps de prothrombine, le RNI (rapport normalisé international), le fibrinogène. Dates d'analyse pour l'hépatite - le jour de.

4. L'étude du sérum pour la présence d'anticorps (ELISA).

C'est une méthode immunologique basée sur une réaction «antigène-anticorps», qui peut être directe ou indirecte. Le test convient non seulement à la détection de l'hépatite, il fait également l'objet d'un test de dépistage du VIH. Les éléments de sang uniformes sont séparés du sérum, tandis que la clôture est réalisée à partir d'une veine. Des antigènes de groupes spéciaux sont nécessaires, auxquels les anticorps désirés se lient.

Le coût du test de dépistage de l'hépatite dans ce cas est plus élevé que les méthodes précédentes. Les résultats sont interprétés en fonction des paramètres d'immunoglobuline - M et G. Les premiers sont en phase aiguë et positifs au début de la maladie, de la deuxième à la quatrième semaine après l'infection.

La deuxième option concerne les marqueurs d'infection chronique, son niveau augmente à partir de la troisième semaine après la pénétration du virus, ainsi que pendant les exacerbations et diminue plusieurs fois (4 à 8) après un mois et demi après le début d'un traitement efficace. Afin de confirmer le diagnostic d'hépatite auto-immune, du sang est prélevé sur des anticorps anti-antigènes microsomaux du foie et des reins, des anticorps antinucléaires.

5. Détermination du virus à ADN ou à ARN.

Produit par réaction en chaîne de la polymérase. Combien coûte un tel test d'hépatite? Le processus d'amplification (copie de segments d'ADN ou d'ARN) prend plusieurs heures. En raison du fait que le contenu des copies augmente dans le matériel, vous pouvez déterminer la présence de l'agent pathogène. La PCR est considérée comme l'une des méthodes les plus fiables pour le diagnostic des maladies infectieuses.

Les réponses faussement positives sont presque exclues. Vous pouvez utiliser de nombreuses variétés de matériel biologique (salive, sécrétions des organes génitaux), mais pour le test de dépistage de l'hépatite, vous devez faire un don de sang.

Une analyse de sang pour l'hépatite est une référence indiquant plusieurs méthodes à la fois, car il est impossible de s'en passer. Le patient ne sait pas toujours où se tourner pour les tests de laboratoire nécessaires et comment donner du sang pour l'hépatite, à l'exception des informations sur les restrictions alimentaires.

Les exigences de la formation pré-analytique seront définies par le médecin traitant ou l’assistant de laboratoire. Toutefois, il est utile de les connaître à l’avance:

la famine, l'élimination du tabac et de l'alcool, le rejet de l'effort physique excessif pendant 12 heures; une petite quantité d'eau potable est autorisée; si vous prenez des médicaments qui ne peuvent pas être annulés, parlez-en avant de prendre du sang; Ne vous inquiétez pas, car le stress n’est pas pire que le fait de porter des poids, il affecte les taux d’analyse de l’hépatite et du VIH.

En outre, les patients doivent être conscients de ce qui suit:

1. Quel est le nom test de l'hépatite?

La méthode la plus sensible est le dosage immuno-enzymatique (ELISA). Remplacez-le ou confirmez les résultats en utilisant la PCR.

2. Où donner du sang pour l'hépatite?

La collecte de matériel biologique avec ses recherches ultérieures sur les marqueurs de maladie est possible dans des laboratoires publics ou privés. Puis-je effectuer un test d'hépatite gratuitement? La pratique montre que, mis à part les hôpitaux régionaux, une telle analyse est rarement effectuée dans les institutions de l'État.

Si tel est toujours le cas, le médecin traitant envoie un avis. Un autre moyen est un centre de diagnostic privé. Le sang sur l'hépatite peut également être donné gratuitement lors d'examens de dépistage et de campagnes. Où ils ont lieu et à quelle heure, il vaut la peine de vérifier avec le médecin.

3. Combien de jours faut-il effectuer des tests sanguins pour le dépistage de l'hépatite?

Si nécessaire, les résultats peuvent être obtenus par le patient ou le médecin le jour de la mise en œuvre.

4. Le moment de la préparation au test de dépistage de l'hépatite a-t-il un lien avec l'évolution de la maladie?

Le temps passé à toutes les étapes de l’étude ne dépend pas de la gravité ou du stade de l’hépatite. Seules les caractéristiques du processus lui-même changent - par exemple, le niveau d'immunoglobulines.

5. Le prix des tests sanguins pour le VIH et l'hépatite?

Le diagnostic du VIH est effectué gratuitement dans des centres spécialisés, tandis que le résultat est crypté de manière particulière en raison du désir des patients de rester anonymes. Les tests d'hépatite comprennent plusieurs types de tests de laboratoire, où des indicateurs généraux et spécifiques sont indiqués. Vous pouvez passer tous les marqueurs à la fois, mais dans les centres privés, le coût commence à 300-1000 roubles pour une option.

Prévention

Selon l'Organisation mondiale de la santé, l'hépatite est reconnue comme une maladie épidémiologiquement dangereuse. Les espèces parentérales ont rarement une forme aiguë, l’absence de réponse immunitaire se transformant en une évolution chronique.

Les enfants des premières années de la vie qui ont besoin d'une transfusion sanguine ou d'une hémodialyse sont particulièrement vulnérables.

Une cirrhose hépatique se développe accompagnée d'un syndrome d'hypertension portale et d'une insuffisance hépatique chronique. L'hépatite E provoque une insuffisance hépatique fulminante (à évolution rapide) chez la femme enceinte. Il est évident que la qualité de vie et le pronostic de ces patients sont défavorables. Par conséquent, il convient de prêter toute l'attention voulue à la prévention:

primaire (consiste à prévenir l'infection: utilisation d'outils jetables à des fins médicales, manucure, rasoirs individuels, brosses à dents, protection lors d'un contact sexuel avec un préservatif, tests rigoureux des donneurs de sang); secondaire (basé sur la détection précoce et le ralentissement de la progression en utilisant un traitement par interféron (Viferon), le sofosbuvir, des médicaments immunosuppresseurs (azathioprine, prednisolone) dans l’hépatite auto-immune).

Le dépistage du VIH et de l'hépatite tel qu'indiqué clairement est nécessaire lorsqu'il est en contact avec du sang potentiellement infecté. Il est également recommandé de vacciner contre le virus de l'hépatite B les employés des institutions médicales, les patients atteints de déficit immunitaire.

Les examens dans les cliniques prénatales où vous pouvez vous faire tester pour les infections à TORCH (dont l’hépatite) aident à identifier les porteuses et les femmes malades, ce qui affecte le niveau de transmission à l’enfant pendant la grossesse et l’accouchement.

Top