Catégorie

Articles Populaires

1 L'hépatose
Stéatose du foie - traitement et symptômes. Médicaments pour la maladie
2 La cirrhose
Échinococcose alvéolaire du foie
3 Lamblia
Régime pour la cholélithiase
Principal // Recettes

Dommages alcooliques au foie


L'alcool fait référence aux aliments hépatotoxiques, c'est-à-dire que ses composants détruisent les cellules du foie. Les maladies alcooliques du foie sont les modifications que l’éthanol provoque dans la structure de cet organe et leur dysfonctionnement associé. Le foie pour le corps agit comme une sorte de filtre: il le nettoie des toxines présentes dans l'air ou dans les aliments. Les hépatocytes (cellules du foie) endommagés par l'alcool ne sont pas en mesure de remplir leur fonction directe et le patient souffre d'intoxication générale.

Causes de la maladie alcoolique du foie

La quantité d'alcool pouvant détruire les tissus du foie n'est pas déterminée avec précision. Une dose de 40 à 80 g d'éthanol pur est considérée comme critique chez les hommes et d'environ 20 g chez les femmes pendant 10 à 12 ans.

Parmi les facteurs qui contribuent au développement de dommages alcooliques au foie, il y a plusieurs principaux:

  • l'utilisation systématique de boissons alcoolisées à fortes doses sur une longue période;
  • sexe féminin (les femmes sont moins résistantes aux effets nocifs de l'éthanol, tandis que les lésions hépatiques chez les hommes peuvent ne pas se manifester);
  • trait génétique, en raison duquel les enzymes qui détruisent l'alcool, sont moins actifs;
  • maladie du foie au moment de l'alcool ou dans l'histoire;
  • troubles métaboliques.

Alcool et sexe

Les femmes ont une caractéristique physiologique qui provoque le développement d'une maladie alcoolique. Dans la membrane muqueuse de l'estomac, ils ont réduit la quantité d'enzyme nécessaire au traitement de l'alcool. Les statistiques montrent que les femmes sont moins susceptibles de demander de l'aide médicale pour l'alcoolisme et qu'elles risquent davantage de rechuter après la fin du traitement. En outre, les femmes sont plus susceptibles d’être diagnostiquées avec une cirrhose du foie associée à l’alcool.

Alcool et génétique

Les données sur les doses d'alcool maximales admissibles sont calculées en moyenne et peuvent varier selon les personnes plus de 3 fois. Il a été établi que le comportement et la culture de son utilisation dans la famille influencent la consommation d'alcool. La prédisposition génétique est indiquée par le fait que les jumeaux monozygotes risquent davantage de souffrir de l’alcoolisme en même temps que ceux qui souffrent de dizygote.

Le métabolisme de l'éthanol implique 5 enzymes spécifiques. Son degré d'utilisation et la quantité d'acétaldéhyde qui sera formé à partir du produit non utilisé et déposé dans le corps dépendent de leur activité. C'est cette substance qui a un effet néfaste sur les hépatocytes et devient la cause du développement de la maladie alcoolique. Ces enzymes sont présentes chez différentes personnes en quantités différentes, ce qui détermine leur sensibilité à l'alcool. Ainsi, ils sont inactifs pour les habitants des pays de l'Est. Chaque consommation d'éthanol entraîne donc une forte augmentation du taux d'acétaldéhyde et une détérioration de la santé. Ce fait peut expliquer la faible popularité de l'alcool dans leur culture.

Alcool et nourriture

Des changements dans le foie peuvent être déclenchés par la nutrition. Chez de nombreux patients chroniques, une maladie alcoolique a été déclenchée par d'autres maladies associées à un apport en protéines insuffisant. Cela concerne principalement les couches défavorisées de la population dont le mode de vie est loin d'être en bonne santé. Dans ce cas, une carence en protéines provoque les premiers changements dans les hépatocytes, et l'alcool contribue au développement de la maladie. Cependant, une maladie alcoolique est possible avec un bon régime alimentaire équilibré.

Faites ce test et découvrez si vous avez des problèmes de foie.

Il est nécessaire de faire la distinction entre les concepts d'alcoolisme et de maladie alcoolique du foie (SPA). Le premier terme décrit une dépendance psychologique persistante à l'alcool, le second - un état pathologique associé à la destruction du tissu hépatique. Le risque d'effets indésirables augmente la fréquence de consommation de boissons contenant de l'alcool. Si vous prenez des pauses plus de deux jours par semaine, la possibilité de dommages au foie diminue. Parmi les patients atteints de SPA, moins de la moitié prennent de l’alcool à des doses critiques. De nombreux patients ont déjà souffert de diverses pathologies hépatiques d'étiologie non alcoolique et l'utilisation d'éthanol aggrave la situation.

Combien pouvez-vous boire de l'alcool?

La question de savoir combien d’alcool est considéré comme sûr et n’affectera pas la santé du foie, est occupée par des médecins de différents pays. Leurs indicateurs diffèrent, mais ils conviennent tous que le plus dangereux n’est pas une seule dose d’alcool, mais son utilisation prolongée. Les données pour les hommes et les femmes diffèrent.

Les médecins ont mené des études et calculé la quantité d'alcool pouvant provoquer des modifications des tissus du foie. Sur la base de ces données, des doses relativement sûres, dangereuses et très dangereuses peuvent être distinguées. La quantité d'alcool absolument sans danger n'existe pas.

Les tableaux indiquent le dosage d'alcool pur. Dans les boissons alcoolisées, sa concentration est différente: 10 g d'éthanol équivalent à 25 g de vodka, 100 ml de vin ou 200 g de bière. Le pourcentage d'alcool sur l'étiquette doit être indiqué sur le produit. Il est préférable de ne pas utiliser de boissons alcoolisées ni de cocktails inconnus.

Formes de maladie alcoolique du foie

L'éthanol peut causer diverses anomalies dans la structure du foie. En fonction des modifications biochimiques et pathologiques, plusieurs formes de pathologie peuvent être distinguées:

  • dégénérescence graisseuse du foie (stéatose, hépatose graisseuse) - accumulation de gouttelettes de graisse dans les hépatocytes;
  • hépatite - inflammation des tissus en combinaison avec l'accumulation de graisse;
  • la fibrose est une croissance anormale de tissu conjonctif dense avec préservation de l'intégrité anatomique de l'organe;
  • cirrhose - destruction progressive des cellules saines par leur remplacement par du tissu fibreux et une violation de la structure de l'organe;
  • insuffisance hépatique (aiguë ou chronique) - lésion des tissus du foie entraînant une perte de la fonction organique.

La maladie peut se développer par étapes et commencer par une dégénérescence graisseuse. Cependant, chez certains patients, le stade de cirrhose sans inflammation (hépatite) est diagnostiqué.

Pathogenèse - que se passe-t-il dans le corps?

Dans la pathogenèse de la maladie alcoolique, l’intoxication alcoolique chronique est importante. Dans ces conditions, comprenez la consommation systématique d'alcool en quantité supérieure à celle utilisée dans le foie. Dans ce cas, le corps cherche d'autres moyens de le traiter. Par conséquent, les mécanismes de transformation de la catalase et du microsome sont activés. Au cours de ces réactions, une grande quantité d'acétaldéhyde est produite.

Acétaldéhyde

L'acétaldéhyde est un produit toxique issu du traitement de l'éthanol. Chez les patients, sa concentration dans le sang augmente, mais seul un faible pourcentage quitte le foie. Le reste s'accumule dans les hépatocytes et les affecte de plusieurs manières:

  • perturbe le cours des réactions redox dans les hépatocytes;
  • accélère les réactions de peroxydation lipidique, qui entraînent la destruction des cellules du foie et leur mort prématurée;
  • interfère avec le fonctionnement normal des structures intracellulaires: mitochondries, microtubules et noyaux.

L'oxydation de l'éthanol conduit à une synthèse accrue d'enzymes impliquées dans les processus du métabolisme des graisses. En conséquence, le patient enregistre une infiltration graisseuse du foie (remplacement de cellules fonctionnelles - hépatocytes par de la graisse) et une dyslipidémie (violation du contenu en substances lipidiques du sang).

Normalement, dans le foie humain, certaines cellules accumulent des réserves de vitamine A. Sous l'influence de l'acétaldéhyde, elles se transforment, perdent des vitamines et commencent à produire du tissu fibreux. C'est un type de tissu conjonctif qui commence à se développer parmi les hépatocytes et autour des petits capillaires. En conséquence, les cellules hépatiques ne reçoivent pas suffisamment d'oxygène et de nutriments et souffrent d'hypoxie. Dans de telles conditions, ils ne peuvent plus remplir leur fonction et finissent par mourir.

Troubles du métabolisme des protéines

Les patients présentent une augmentation de la quantité de protéines dans les hépatocytes, ce qui contribue à la rétention d'eau. Ce phénomène peut être dû au fait que l'acétaldéhyde entre dans des réactions chimiques avec des microtubules, dont dépend directement l'excrétion de protéines. Les protéines s'accumulent et se lient à leur tour aux acides gras, ce qui aggrave la dégénérescence graisseuse du foie.

Troubles du métabolisme des graisses

Normalement, les acides gras entrent dans le foie avec les aliments et en sont ensuite retirés. Dans l'alcoolisme, le niveau d'acides gras augmente nettement. Une augmentation de la quantité de graisse dans le foie peut être due à plusieurs facteurs:

  • augmentation de leur consommation avec de la nourriture;
  • leur synthèse intensive dans les hépatocytes;
  • leur réception du tissu adipeux.

Syndrome hypermétabolique

Avec l'utilisation régulière de fortes doses d'alcool, les cellules du foie ont besoin de beaucoup d'oxygène. Comme il n’est pas possible d’augmenter sa consommation, les hépatocytes souffrent d’hypoxie. Cela conduit à une baisse de leurs performances, et à l'avenir - à la mort.

Fibrose

Dans certains cas, une cirrhose du foie se développe en raison d'une fibrose, évitant ainsi le stade de l'hépatite. Le mécanisme de ce phénomène n’est pas complètement compris, mais les médecins expliquent le rôle de l’acide lactique dans ces troubles. Les cellules de stockage de graisse d'Ito sont transformées en fibroblastes. En outre, une synthèse accrue de collagène et son dépôt dans le foie. La cirrhose peut également se développer en raison d'une hypoxie, entraînant la destruction des hépatocytes.

Pathologies immunitaires

Dans l'alcoolisme, on observe un cours anormal de réactions immunitaires. Les patients dans le sang présentent une concentration accrue de cellules produites uniquement en réponse à une exposition à des substances étrangères. Cependant, une partie de cette caractéristique est associée à l'action des virus hépatotropes (ceux qui se multiplient dans le foie) dans le contexte d'intoxication à l'alcool. Toutes ces raisons expliquent le mécanisme de l'effet de l'alcool sur le corps humain et répondent à la question de savoir si le foie peut être douloureux après avoir bu de l'alcool.

Symptômes de la maladie

Le premier signe d'une maladie alcoolique, qui est enregistrée chez 90% des patients, est la stéatose hépatique. Dans certains cas, il est asymptomatique, mais les manifestations suivantes peuvent survenir:

  • douleur chronique dans l'hypochondre droit;
  • diminution de l'appétit, des nausées et des vomissements;
  • Couleur jaune de la peau et des muqueuses visibles.

Une autre option pour le développement de la pathologie est l'hépatite alcoolique, ou une inflammation du foie. Les symptômes de la maladie peuvent se développer rapidement et être fatals en raison d'une intoxication générale. Il peut être suspecté par les signes cliniques caractéristiques:

  • la personne a périodiquement des douleurs au foie (zone sous les côtes à droite);
  • détérioration générale, léthargie, apathie;
  • augmentation possible de la température corporelle totale;
  • signes de jaunisse: jaunissement des muqueuses et de la peau.

Une maladie hépatique alcoolique peut provoquer une cirrhose. Il s’agit d’une transformation structurelle et d’une destruction des cellules entraînant des modifications irréversibles.

La cirrhose présente un certain nombre de symptômes spécifiques:

  • rougeur des paumes;
  • l'apparition de varicosités à la surface de la peau;
  • épaississement des dernières phalanges des doigts, ou syndrome des pilons;
  • achat de clous irréguliers;
  • syndrome "tête de méduse", lorsque les veines de la paroi abdominale deviennent visibles et se détachent sur la peau autour du nombril;
  • dans certains cas, les hommes présentent un élargissement pathologique des glandes mammaires.

La cirrhose du foie est une maladie incurable qui ne progresse que dans le temps. Les patients ont une modification de la forme de l'auricule, ainsi que de la contracture de Dupuytren. Un nœud douloureux et étroit de tissu conjonctif commence à se développer dans la paume de la main, ce qui empêche les doigts de fléchir et de s'étirer normalement.

Complications de la maladie alcoolique

Les modifications du tissu hépatique augmentent considérablement le risque de cancer. En outre, la pathologie de cet organe peut entraîner des saignements dans le tractus gastro-intestinal et un dysfonctionnement des reins. Les toxines qui pénètrent dans l'organisme et ne peuvent pas être neutralisées dans le foie Les cellules se déposent dans les tissus cérébraux et provoquent des formes graves d'encéphalopathie.

Diagnostic de la maladie alcoolique

Le gastro-entérologue s'occupe du diagnostic d'une maladie alcoolique. Tout d'abord, il doit mener une enquête sur le patient. Ce qui compte, c'est la durée de la dépendance à l'alcool, ainsi que la quantité de boissons alcoolisées consommées par le patient.

Si vous pensez que le foie est endommagé par l'alcool, vous devez prendre du sang pour analyse. Ici vous pouvez trouver une augmentation du nombre de leucocytes et de monocytes, ce qui indique la présence d'un processus inflammatoire dans le corps. En raison d'une diminution de la fonction de la moelle osseuse, une analyse clinique du sang révélera une thrombopénie (diminution du nombre de plaquettes) et une augmentation du taux de sédimentation des érythrocytes. Certains patients présentent des signes d'anémie.

Des analyses de sang biochimiques et immunologiques permettront d'évaluer plus en détail l'état du patient:

  • augmentation des taux d 'enzymes hépatiques AST, spécifiques à l' AST;
  • une augmentation de la concentration en bilirubine due à des pathologies du système biliaire;
  • augmentation des taux d'immunoglobulines, en particulier d'immunoglobuline A;
  • une carence en fer peut être détectée.

L'échographie montrera les symptômes caractéristiques de la maladie alcoolique du foie. Elle sera augmentée en taille et, dans son parenchyme, des dépôts de graisse visibles. Un bon résultat donne l’étude Doppler des vaisseaux sanguins. De cette manière, une augmentation de la pression dans la veine porte peut être détectée. L'IRM offre la possibilité de suivre les modifications des tissus du foie et de ses vaisseaux et, par biopsie, d'extraire du matériel à des fins d'examen histologique.

Méthodes de traitement

Le traitement de la maladie alcoolique du foie ne réussira pas à tous les stades. Son infiltration graisseuse est un processus réversible, mais le succès du traitement dépend en grande partie du patient lui-même. Dans le cas de la cirrhose du foie, les mesures correctives visent à soulager l’état du patient, mais le rétablissement n’est plus complet.

La première condition de traitement est le rejet complet des boissons alcoolisées, sinon les médicaments ne seront pas efficaces. Dans la plupart des cas, les patients au moment du début du traitement prenaient de l'alcool depuis de nombreuses années. Il sera donc difficile de l'éliminer de votre alimentation. Ils peuvent avoir besoin de l'aide de parents ou d'un psychologue.

La deuxième condition pour la récupération est un régime. En cas de maladie alcoolique, les personnes souffrent d'une carence en protéines et en vitamines, il est donc nécessaire de saturer la ration avec ces éléments autant que possible. Les préparations de vitamines devraient être présentes non seulement dans les aliments, mais également dans les suppléments.

Élément obligatoire - est la suppression des signes d'intoxication. On prescrit au patient un traitement par perfusion (compte-gouttes) avec addition de glucose, de cocarboxylase ou de pyridoxine. Il est également nécessaire d’accélérer la régénération du tissu hépatique, à cette fin, des hépatoprotecteurs sont prescrits. Ces médicaments sont composés de phospholipides nécessaires à la mise à jour du nombre d'hépatocytes.

L'acide ursdesoxycholique est également nécessaire pour réparer les tissus du foie. Il a un effet cholérétique, normalise les processus du métabolisme des lipides. Dans les cas graves d'hépatite, des anti-inflammatoires hormonaux sont nécessaires. Ils sont contre-indiqués dans l'infection du foyer de l'inflammation, ainsi que dans les cas de saignement gastrique présumé.

Prévention et pronostic

La seule mesure de prévention consiste à utiliser des boissons alcoolisées, en particulier en présence de pathologies du foie lors de l'anamnèse. Le succès des interventions thérapeutiques dépend de l'humeur du patient et de son désir de guérison. Aux premiers stades (stéatose hépatique, hépatite alcoolique), l'issue peut être favorable si le patient refuse l'alcool et suit toutes les recommandations du médecin. La cirrhose du foie, quelle que soit son origine, est une pathologie incurable mortelle depuis 5 ans.

Les dommages alcooliques au foie sont une pathologie qui affecte un très grand nombre de personnes sur la planète. L'éthanol lui-même n'est pas un produit toxique et est complètement utilisé par le corps, mais avec une utilisation régulière à fortes doses, il modifie complètement le cours des processus métaboliques dans le foie. En conséquence, il existe un risque de développer une hépatite, une dégénérescence graisseuse du foie et même sa cirrhose. L’incidence de l’alcool affecte davantage la progression de la maladie. Le succès du traitement et le pronostic dépendent du stade d’atteinte des cellules hépatiques. Si vous refusez de prendre de l'éthanol à temps, suivez toutes les recommandations du médecin et prenez les médicaments nécessaires, il y a de fortes chances pour qu'il se rétablisse complètement.

Maladie alcoolique du foie

Maladie alcoolique du foie

Maladie alcoolique du foie - est l’un des problèmes les plus pressants de l’hépatologie. Malgré sa capacité à se régénérer, sous l'influence régulière des boissons alcoolisées, le foie cesse de faire face à ses fonctions et est donc complètement détruit.

Symptômes de maladie alcoolique du foie

Avant l'apparition des premiers symptômes, il faut généralement plusieurs années à partir du moment où le dommage se produit. Toutes les manifestations de la maladie alcoolique du foie sont représentées par un ensemble stable de symptômes, en fonction de la gravité de la maladie.

Le stade initial de la maladie alcoolique - dégénérescence graisseuse du foie, généralement sans manifestations externes. Parfois, le patient a une détérioration de l'appétit, des nausées, une douleur sourde dans l'hypochondre droit, la jaunisse.

L'hépatite alcoolique peut avoir une évolution rapide et aiguë menant à une issue fatale. Le patient a une violation des selles, des nausées, une perte de poids, un manque d'appétit, une faiblesse générale, de la fièvre, des démangeaisons, une turbidité de l'urine.

L'hépatite alcoolique sous forme chronique se manifeste par des douleurs abdominales, des brûlures d'estomac fréquentes, des problèmes de selles, une perte d'appétit et parfois un ictère. Avec une consommation accrue d'alcool, les symptômes deviennent plus intenses.

La dernière étape - la cirrhose du foie est caractérisée par une rougeur de la peau des paumes, la manifestation de nombreux petits vaisseaux sous-cutanés dans différentes parties du corps, une expansion des veines sous-cutanées de la paroi abdominale, une augmentation des glandes parotides, une déformation des ongles et des phalanges terminales, une augmentation des glandes mammaires et des testicules,

Manifestations systémiques de l'intoxication alcoolique:

  • atrophie musculaire (faiblesse des muscles des membres due à leur amincissement et à leur réduction de volume);
  • lésion des nerfs reliant les organes et les membres de la personne au cerveau et à la moelle épinière). Se manifeste par des troubles de la sensibilité et une restriction des mouvements;
  • essoufflement (respiration rapide) et tachycardie (battement de coeur rapide) en raison de lésions du système cardiovasculaire.

Causes de la maladie alcoolique du foie

La maladie alcoolique du foie est causée par une consommation d'alcool à long terme (pérenne), quel que soit le type de boisson. En ce qui concerne l'alcool éthylique (alcool pur), elle se situe entre 40 et 60 g par jour. Le taux de développement de la maladie alcoolique du foie peut varier de plusieurs années à plusieurs décennies.

Causes de l'effet néfaste de l'alcool sur le foie:

  • la mort des hépatocytes (cellules du foie) sous l'influence de l'alcool - survient plus rapidement que leur récupération est possible. Pendant ce temps, au lieu des hépatocytes, le tissu conjonctif (cicatrice) a le temps de se développer;

manque d'oxygène dans les cellules, entraînant leur formation de rides, puis la mort;

  • suppression de la formation de protéines dans les hépatocytes, ce qui entraîne leur gonflement (augmentation de leur teneur en eau) et une augmentation du foie;
  • formation excessive de tissu conjonctif.
  • Diagnostic de maladie alcoolique du foie

    Si des symptômes de maladie du foie apparaissent sous la forme d'ictère, de perte de poids, d'appétit et de douleur sourde dans l'hypochondre droit, vous devez immédiatement consulter un médecin pour un examen approfondi.

    La confirmation du diagnostic est effectuée sur la base d'une analyse des antécédents de mode de vie et des plaintes des patients, d'un examen physique du foie (palpation et percussion), de tests de laboratoire pertinents et d'une biopsie du foie.

    Traitement de la maladie alcoolique du foie

    Si le patient est diagnostiqué avec le stade initial de la maladie - stéatose hépatique, un régime spécial avec sevrage complet de l'alcool est prescrit par un médecin et un complexe multivitaminique est parfois indiqué.

    Avec la progression de la maladie alcoolique du foie à des stades plus sévères, un traitement médicamenteux est prescrit. Le patient reçoit des médicaments de désintoxication: glucose avec une solution d'acide lipoïque, hépatoprotecteurs, piracétam, pyridoxine, thiamine, cocarboxylase, etc. Les corticostéroïdes sont parfois prescrits aux patients atteints d'hépatite alcoolique aiguë non accompagnés de complications infectieuses et d'hémorragies gastro-intestinales.

    Le traitement comprend également de l'acide ursodésoxycholique, qui a un effet stabilisant sur les membranes des hépatocytes, ce qui contribue à l'amélioration des paramètres de laboratoire. Tous les médicaments doivent être strictement prescrits par le médecin traitant.

    À un stade grave de la maladie alcoolique du foie, sa transplantation est prescrite, ce qui permet de prolonger la vie du patient, sous réserve de l'abandon complet de l'alcool.

    Maladie alcoolique du foie

    La maladie alcoolique du foie est un groupe de maladies de morphologie différente, caractérisées par des lésions du foie, une réorganisation structurelle et un dysfonctionnement du fait d'une utilisation prolongée d'alcool à des doses toxiques. Le risque de développer une maladie hépatique alcoolique est lié à l'utilisation de plus de 30 g d'éthanol (c'est-à-dire différentes boissons alcoolisées - 75 g de vodka, 300 g de vin, etc.) par jour pendant 10 ans ou plus.

    La maladie alcoolique du foie est causée par l'administration systématique à long terme d'une quantité d'alcool hépatotoxique. La dose d'alcool indiquée précédemment peut varier en fonction du sexe, de la race, de l'état initial du foie, de l'âge, etc. Un rôle important est également joué par les caractéristiques génétiques du métabolisme de l'alcool dans l'organisme, qui se manifestent par le taux de dégradation de celui-ci par l'acétate et l'alcool déshydrogénase (l'activité de ces enzymes est déterminée génétiquement). Le mécanisme des effets toxiques de l'alcool sur le foie dans son ensemble est dans ses effets suivants:

    · Provoque le manque d'oxygène des hépatocytes (cellules du foie), ce qui constitue une violation de leur structure et de leur fonctionnement;

    · Inhibe la synthèse des protéines dans les cellules du foie, ce qui entraîne une augmentation de la teneur en eau (gonflement) et, par conséquent, une augmentation du foie;

    · Contribue à la croissance du tissu conjonctif au lieu d'hépatocytes morts (car les processus de régénération sont plus lents que la destruction).

    Les facteurs de risque de ces processus sont la consommation d’alcool quotidienne ou pérenne, les prédispositions héréditaires, les infections virales hépatotropes, irrationnelle, déséquilibrée (manque de protéines dans les aliments consommés) et une nutrition excessive entraînant une augmentation du poids corporel et une dystrophie du foie gras.

    Symptômes de maladie alcoolique du foie

    Les cinq premières années après les dommages au foie (au stade de la stéatose hépatique), les manifestations cliniques, en règle générale, non. Ensuite, une douleur sourde dans l'hypochondre droit, des nausées, de l'appétit peuvent apparaître et un jaunissement non intensif de la peau et des muqueuses. Plusieurs syndromes majeurs sont caractéristiques des lésions hépatiques cliniquement prononcées:

    · Syndrome asthénique (faiblesse générale, fatigue rapide, perte d’appétit, dépression, somnolence diurne);

    · Syndrome cachectique (perte de poids, épuisement, atrophie musculaire et faiblesse);

    · Syndrome dyspeptique (nausée, perte d’appétit, vomissements, grondements dans l’abdomen, douleur dans la région ombilicale, ballonnements);

    · Hypotension artérielle (la pression artérielle systolique diminue jusqu'à moins de 100 mm de mercure);

    · Essoufflement et tachycardie (augmentation du rythme cardiaque);

    · Polyneuropathie périphérique (mobilité limitée et sensibilité diminuée);

    · Syndrome d’insuffisance hépatocellulaire (tendance hémorragique, télangiectasie - “spider veins”), - gynécomastie, dépôt de graisse de type féminin, impuissance et atrophie testiculaire, mauvaise croissance des cheveux);

    · Syndrome d'hypertension portale (ascite, hypertrophie de la rate, varices de la paroi abdominale antérieure - «un symptôme de la tête d'une méduse», des veines de l'œsophage et du rectum).

    Dans le diagnostic de maladie alcoolique du foie, appliquez (en plus des données relatives à l'examen physique, à l'anamnèse de la vie et à la maladie) les méthodes de recherche suivantes:

    · Test sanguin clinique général (on peut détecter une anémie, une leucocytose, une thrombocytopénie);

    · Analyse biochimique du sang (taux élevés d'aminotransférases hépatiques, de bilirubine, d'alipoprotéine, de gamma-glutamyl transpeptidase, de proline et d'hydroxyproline, de modifications du profil lipidique, etc.);

    · Coagulogramme (incluant l'indice de prothrombine);

    · Échographie de la cavité abdominale;

    · TDM et IRM en spirale;

    · Biopsie du foie par ponction.

    Il existe plusieurs formes morphologiques d’hépatopathie alcoolique:

    Stéatose (hépatites graisseuses ou dégénérescence grasse alcoolique du foie);

    Fibrose alcoolique du foie;

    Cirrhose alcoolique du foie;

    · Insuffisance hépatique (aiguë ou chronique).

    Si les symptômes ci-dessus apparaissent, vous devriez demander conseil à un gastro-entérologue.

    Traitement de la maladie alcoolique du foie

    Dans la plupart des cas, l’hépatopathie alcoolique est déjà diagnostiquée au stade de l’hépatite ou de la cirrhose, car, dans ces cas, le traitement est symptomatique et vise à prévenir les complications et à atténuer les manifestations existantes. À cette fin, appliquez un traitement par perfusion, des hépatoprotecteurs (Essentiale) et indiquez un régime alimentaire spécial. Dans les cas plus graves, on utilise des glucocorticoïdes, de l’acide ursodésoxycholique et des méthodes chirurgicales de traitement (jusqu’à une greffe du foie).

    Des saignements gastro-intestinaux, l'apparition d'insuffisance rénale, une péritonite, une encéphalopathie hépatique et une tumeur maligne du processus (carcinome hépatocellulaire) sont possibles.

    Prévention de la maladie alcoolique du foie

    En tant que mesure préventive contre le développement d'une maladie hépatique alcoolique, il est recommandé de ne pas abuser des boissons alcoolisées et de maintenir un mode de vie sain (mangez rationnellement, combattez l'obésité, menez un mode de vie actif).

    Maladie alcoolique du foie

    La maladie alcoolique du foie est une dégénérescence structurelle et une altération de la fonction hépatique due à une consommation prolongée d'alcool systématique. Chez les patients atteints de maladie alcoolique du foie, on observe une diminution de l'appétit, une douleur sourde dans l'hypochondre droit, des nausées, une diarrhée, une jaunisse; une cirrhose et une encéphalopathie hépatique tardives se développent. Le diagnostic est facilité par les ultrasons, le Doppler, la scintigraphie, la biopsie du foie et des tests sanguins biochimiques. Le traitement de la maladie alcoolique du foie implique l'abandon de l'alcool, de médicaments (hépatoprotecteurs, antioxydants, sédatifs) et, si nécessaire, d'une greffe du foie.

    Maladie alcoolique du foie

    La maladie alcoolique du foie se développe chez les individus, pendant longtemps (plus de 10 à 12 ans), qui consomment des boissons alcoolisées à des doses journalières moyennes (en termes d'éthanol pur) de 40 à 80 grammes pour les hommes et de plus de 20 grammes pour les femmes. Les manifestations de la maladie alcoolique du foie sont la dégénérescence graisseuse (stéatose, dégénérescence des tissus adipeux), la cirrhose (remplacement du tissu hépatique par une fibrose conjonctive), l’hépatite alcoolique.

    Le risque de maladie alcoolique chez les hommes est presque trois fois plus élevé, car l’abus d’alcool chez les femmes et les hommes se produit dans un rapport de 4 à 11. Cependant, l’évolution de la maladie alcoolique chez les femmes se produit plus rapidement et lorsque l’alcool est moins alcoolisé. Cela est dû aux caractéristiques d'absorption, de catabolisme et d'élimination de l'alcool liées au sexe. En raison de l’augmentation de la consommation de spiritueux dans le monde, la maladie alcoolique du foie est un grave problème social et médical auquel la gastro-entérologie et la narcologie s’attaquent étroitement.

    Mécanismes de développement

    La majeure partie de l'alcool éthylique entrant (85%) est exposée à l'enzyme alcool déshydrogénase et à l'acétate déshydrogénase. Ces enzymes sont produites dans le foie et l'estomac. Le taux de panne d'alcool dépend des caractéristiques génétiques. Avec une consommation régulière et prolongée d'alcool, son catabolisme accélère et accumule les produits toxiques formés lors de la décomposition de l'éthanol. Ces produits ont un effet toxique sur les tissus du foie.

    Facteurs contribuant au développement de la maladie alcoolique du foie

    • fortes doses d'alcool consommées, fréquence et durée de consommation;
    • sexe féminin (l’activité de l’alcool déshydrogénase chez les femmes est généralement plus faible);
    • prédisposition génétique à l'activité réduite d'enzymes destructrices d'alcool;
    • maladie du foie concomitante ou différée;
    • troubles métaboliques (syndrome métabolique, obésité, mauvaises habitudes alimentaires), troubles endocriniens.

    Symptômes de maladie alcoolique du foie

    La première phase de la maladie alcoolique du foie, survenue dans plus de 90 ans dans près de 90% des cas de consommation excessive d'alcool, est la dégénérescence graisseuse du foie. Le plus souvent, il est asymptomatique, parfois les patients ont une perte d'appétit et une douleur sourde occasionnelle dans l'hypochondre droit, éventuellement des nausées. Environ 15% des patients souffrent de jaunisse.

    L'hépatite alcoolique aiguë peut également survenir sans symptômes cliniques prononcés, ou évoluer gravement fulminante et entraîner la mort. Cependant, les signes les plus fréquents d’hépatite alcoolique sont le syndrome douloureux (douleur sourde dans l’hypochondre droit), la dyspepsie (nausée, vomissements, diarrhée), la faiblesse, l’anorexie et la perte d’appétit. La jaunisse hépatique est également un symptôme fréquent (la peau a une teinte ocre). Dans la moitié des cas, l'hépatite alcoolique aiguë est accompagnée d'hyperthermie.

    L'hépatite alcoolique chronique se prolonge par des périodes d'exacerbation et de rémission. Périodiquement, il existe une douleur modérée, des nausées, des éructations, des brûlures d'estomac, une diarrhée, alternant avec la constipation. La jaunisse est parfois noté.

    Avec la progression d'une maladie alcoolique, les symptômes typiques d'une cirrhose du foie sont associés à des symptômes d'hépatite: érythème palmaire (rougeur des paumes), télangiectasie (varicosités) sur le visage et le corps, syndrome du «pilon» (épaississement caractéristique des phalanges distales des doigts), «lunettes de montre» (changement pathologique dans la forme et la consistance des ongles); «Têtes de méduses» (veines dilatées de la paroi abdominale antérieure autour du nombril). Chez l'homme, une gynécomastie et un hypogonadisme sont parfois observés (augmentation des glandes mammaires et diminution des testicules).

    Avec le développement ultérieur de la cirrhose alcoolique, une augmentation marquée des oreillettes est observée chez les patients. La contracture de Dupuytren est une autre manifestation caractéristique de la maladie alcoolique du foie en phase terminale: initialement, dans la paume de la main, au niveau des tendons des doigts IV-V, on trouve un nodule dense du tissu conjonctif (parfois douloureux). À l'avenir, il se développe avec la participation des articulations de la main dans le processus. Les patients se plaignent de la difficulté à plier leur annulaire et leur petit doigt. À l'avenir, ils peuvent être complètement immobilisés.

    Complications de la maladie alcoolique du foie

    Les maladies alcooliques du foie entraînent souvent le développement de saignements gastro-intestinaux, d'encéphalopathies hépatiques (substances toxiques qui s'accumulent dans le corps à la suite d'une activité fonctionnelle réduite, se déposent dans les tissus cérébraux) et altèrent la fonction rénale. Les personnes souffrant de maladie alcoolique risquent de développer un cancer du foie.

    Diagnostic de maladie alcoolique du foie

    Dans le diagnostic de la maladie alcoolique du foie, la collecte de l'anamnèse et l'identification d'un abus prolongé d'alcool chez le patient jouent un rôle important. Le gastro-entérologue vérifie avec soin combien de temps, avec quelle régularité et en quelle quantité le patient consomme de l'alcool.

    Lors des tests de laboratoire, une macrocytose est notée dans le test sanguin général (l'effet toxique de l'alcool sur la moelle osseuse est affecté), une leucocytose et une ESR accélérée. Une anémie mégablastique et une carence en fer peuvent survenir. Un nombre réduit de plaquettes est associé à une inhibition des fonctions de la moelle osseuse et est également détecté en tant que symptôme d'hypersplénisme avec augmentation de la pression dans le système de la veine cave en cas de cirrhose.

    Les analyses de sang biochimiques indiquent une augmentation de l'activité des AST et des ALT (transferases hépatiques). Notez également la teneur élevée en bilirubine. L'analyse immunologique révèle une augmentation du taux d'immunoglobuline A. Lorsque l'alcool est consommé en dose quotidienne moyenne de plus de 60 g d'éthanol pur dans le sérum, une augmentation de la transferrine appauvrie en glucides est constatée. Parfois, il peut y avoir une augmentation de la quantité de fer sérique.

    Pour le diagnostic de la maladie alcoolique du foie nécessite une collecte minutieuse de l'anamnèse. Il est important de prendre en compte la fréquence, la quantité et le type d'alcool consommé. Le contenu de l'alpha-fœtoprotéine est déterminé en relation avec un risque accru de cancer du foie chez les patients présentant une suspicion de maladie alcoolique. Lorsque sa concentration est supérieure à 400 ng / ml, la présence d'un cancer est présumée. En outre, les patients ont une violation du métabolisme des graisses - dans le sang augmente la teneur en triglycérides.

    Les techniques instrumentales permettant de diagnostiquer une maladie alcoolique comprennent l’échographie des organes abdominaux et du foie, la dopplerographie, le scanner, l’IRM du foie, l’examen radionucléique et la biopsie du tissu hépatique.

    Lors d'une échographie du foie, les signes de modifications de la taille et de la forme de la dégénérescence graisseuse du foie (hyperéchogénicité caractéristique du tissu hépatique) sont clairement visibles. Une échographie Doppler révèle une hypertension portale et une augmentation de la pression dans le système veineux hépatique. Le puits d'imagerie par résonance magnétique et informatique visualise le tissu hépatique et son système vasculaire. Lorsque le balayage des radionucléides révèle des modifications diffuses des lobules hépatiques, il est également possible de déterminer le taux de sécrétion hépatique et la production de bile. Pour la confirmation finale de la maladie alcoolique, une biopsie du foie est effectuée pour une analyse histologique.

    Traitement de la maladie alcoolique du foie

    La détection précoce d'une maladie alcoolique au stade de la dégénérescence graisseuse du foie (lorsque le processus est encore réversible) permet d'éviter une progression ultérieure et de restaurer la fonction hépatique. Si le patient a déjà développé une hépatite alcoolique ou une cirrhose, le traitement ultérieur vise principalement à atténuer les symptômes, à prévenir une nouvelle détérioration et à prévenir les complications.

    Une condition préalable au traitement de la maladie alcoolique est le rejet complet et final de la consommation d’alcool. Déjà, cette mesure entraîne une amélioration de l'état et, dans les premiers stades de la stéatose, peut permettre de guérir.

    En outre, les patients souffrant de maladie alcoolique du foie doivent suivre un régime Il est nécessaire de manger suffisamment en calories, en protéines, en vitamines et en micro-éléments, car les alcooliques souffrent souvent d'hypovitaminose et de carences protéiques. Les patients sont invités à prendre des complexes multivitamines. Dans l'anorexie grave - aliments par voie parentérale ou avec une sonde.

    Le traitement médicamenteux comprend des mesures de désintoxication (traitement par perfusion avec des solutions de glucose, pyridoxine, cocarboxylase). Les phospholipides essentiels sont utilisés pour régénérer le tissu hépatique. Ils restaurent la structure et la fonctionnalité des membranes cellulaires et stimulent l'activité des enzymes et les propriétés protectrices des cellules. Les corticostéroïdes sont utilisés pour traiter l’hépatite alcoolique aiguë sévère qui menace la vie du patient. La présence d'infection et de saignements gastro-intestinaux est contre-indiquée.

    L'acide ursodésoxycholique est prescrit en tant qu'hépatoprotecteur. Il possède également des propriétés cholérétiques et régule le métabolisme des lipides. Le médicament S-adénosylméthionine est utilisé pour corriger l'état psychologique. Avec le développement des contractures de Dupuytren, le traitement est d'abord effectué par des méthodes physiothérapeutiques (électrophorèse, réflexothérapie, thérapie par l'exercice, massage, etc.) et, dans les cas avancés, par la correction chirurgicale.

    En règle générale, la cirrhose du foie développée nécessite un traitement symptomatique et le traitement des complications survenant (saignement veineux, ascite, encéphalopathie hépatique). Au stade terminal de la maladie, une greffe de foie de donneur peut être recommandée. Pour mener à bien cette opération, il faut absolument s'abstenir de boire de l'alcool pendant au moins six mois.

    Pronostic pour maladie alcoolique du foie

    Le pronostic dépend directement du stade de la maladie dans lequel le traitement est commencé, du strict respect des recommandations médicales et de l'abandon total de la consommation d'alcool. Le stade de stéatose est réversible et, avec les mesures thérapeutiques appropriées, le travail du foie est normalisé en un mois. Le développement de la cirrhose en soi a un résultat défavorable (survie à 5 ans chez la moitié des patients), mais menace également avec l'apparition du cancer du foie.

    La prévention de la maladie alcoolique du foie est l'abstinence d'alcool.

    Maladie alcoolique du foie, symptômes et traitement

    La maladie alcoolique du foie est une dégénérescence pathologique des tissus d'un organe provoquée par une exposition à des produits contenant de l'éthanol. Ces maladies se caractérisent par une régularité stricte, une efficacité insuffisante du traitement dans le contexte de la consommation d'alcool, une gradation des manifestations cliniques en fonction de la durée de consommation d'alcool.

    Quelles maladies appartiennent à ce groupe

    Les dommages alcooliques au foie sont sujets à un développement progressif. Les tissus se dégradent progressivement, ce qui est typique des maladies suivantes:

    • Dystrophie grasse. La stéatose se développe de manière asymptomatique, mais conduit à la dégénérescence des cellules d'un organe en tissu adipeux.
    • La cirrhose alcoolique est une maladie dans laquelle le tissu cicatriciel commence à se former dans le foie, remplaçant les cellules saines. Le corps perd progressivement ses fonctions de travail. Dégradation structurelle observée du corps.
    • La pancréatite est un processus inflammatoire provoqué par une intoxication alcoolique. Localisé dans le pancréas. La maladie entraîne une perte de la fonction des organes.
    • L'hépatite alcoolique est une maladie inflammatoire d'un organe entraînant la mort de ses cellules. L'inflammation diffuse est associée à la concentration de cellules adipeuses dans les hépatocytes.
    • Certains auteurs déduisent une fibrose périvenulaire sous une forme particulière qui, en excluant le stade de l'hépatite, dégénère en cirrhose. Si une fibrose se développe, le collagène se dépose autour et dans les veines centrales et le tissu cicatriciel se développe activement.
    • Insuffisance hépatique alcoolique. Le corps perd sa fonctionnalité en raison de la nécrose des cellules. Une lésion est caractérisée par un complexe de symptômes et se présente sous une forme aiguë ou chronique.
    • Cirrhose alcoolique

    Symptomatologie

    Au stade initial de la maladie, chez la moitié des patients, les symptômes sont totalement absents. Lorsque la dégradation du foie atteint une certaine limite, la maladie alcoolique commence à se manifester comme suit:

    • L'anorexie est un trouble caractérisé par un refus de manger, associé à des troubles psychologiques.
    • Perte nette de poids corporel, épuisement - dans l'environnement médical, le terme «cachexie» apparaît.
    • Symptômes d'intoxication alcoolique, y compris une atrophie musculaire, une tachycardie.
    • Nausée, bâillonnement fréquent.
    • Conditions fébriles (un symptôme est ressenti chez environ 25% des patients).
    • Jaune de la sclérotique, des muqueuses, de l'épiderme. Particulièrement prononcé chez les patients atteints du syndrome cholestatique (diminution du flux de bile dans le tube digestif).
    • La propagation des formations vasculaires - "étoiles" - sur la peau du visage et du corps.
    • Gynécomastie - augmentation de la glande mammaire chez les hommes).
    • L'hypogonadisme est une fonction insuffisante des gonades.
    • La contacture de Dupuytren est une dégénérescence bénigne du tissu conjonctif, localisée sur les paumes des mains et la plante des pieds.
    • Polyneuropathie périphérique - lésion nerveuse. Le patient ressent la restriction de l'activité motrice, une violation de la sensibilité.
    • Erythème palmaire - rougeur symétrique des paumes, des pieds.
    • L'ascite est la concentration de fluide libre dans le péritoine.
    • Expansion des veines sous-cutanées du péritoine (œsophage, veines du nombril, veines rectales). Un motif veineux caractéristique peut apparaître sur l'abdomen du patient.
    • Une augmentation de l'organe affecté, principalement dans les lobes gauches.
    • Rate agrandie, en particulier chez les personnes souffrant d’hypertension portale.
    • Manifestations somatiques et neurologiques de l'alcoolisme.
    • Formation fréquente et déraisonnable d'hématomes.
    • Leukonychia - de petites formations blanchâtres en forme de bandes apparaissent sur les plaques des ongles. La symptomatologie est souvent reconstituée par la dégradation de la taille et de la forme des plaques à ongles, l’épaississement du bout des doigts.

    Occurrence épisodique de nécrose hépatique toxique, en particulier après une longue consommation excessive Le symptôme se manifeste par:

    • Dyspepsie - une violation du fonctionnement de l'estomac, une digestion difficile.
    • Syndrome de douleur
    • La fièvre
    • Ictère hépatocellulaire cholestatique.
    • Faiblesse faible.

    Syndrome asthénique:

    • Fatigue accrue et rapide
    • Somnolence pendant la journée.
    • Humeur dépressive.
    • Faiblesse permanente, léthargie.
    • Mauvais appétit.

    Les causes

    Facteurs de risque qui déclenchent le développement de la maladie:

    • Sexe à la femme. Le corps d'une femme absorbe lentement l'alcool, et donc plus enclin au développement de la maladie.
    • Prédisposition génétique.
    • Nourriture irrationnelle - beaucoup de personnes ayant une dépendance à l'alcool souffrent de malnutrition. Ce n'est pas un facteur grave, mais il a été prouvé expérimentalement que la nutrition à faible teneur en glucides, saturée en graisses réfractaires, contribue aux dommages au foie.
    • Consommation systématique de plus de 40,0 ml d'éthanol absolu. Les personnes souffrant d'alcoolisme risquent de contracter l'hépatite C, l'organe est endommagé à un plus jeune âge, avec des signes morphologiques graves.

    Facteurs causaux contribuant à la dégradation du foie:

    • Métabolisme de l'éthanol sur le fond de la dépendance à l'alcool.
    • Formation progressive de tissu conjonctif.
    • La formation de cytokines provoquant la dégénérescence des cellules hépatiques.
    • Nécrose des hépatocytes (cellules du foie), se développant sous l'action de produits de dégradation de l'éthanol. La dégradation est plus rapide que la récupération naturelle.
    • Manque d'oxygène des cellules en raison des effets néfastes de l'alcool sur le cerveau.
    • Inhibition de la synthèse des protéines, entraînant un gonflement des hépatocytes.

    Traitement

    Le principe de base de la thérapie est de s’abstenir de l’alcool qui, au stade de l’hépatite et de la dégénérescence graisseuse, aidera à amorcer la régénération de l’organe; pathologiquement, le processus est réversible. (pour plus d'informations sur les médicaments pour le foie peut être trouvé ici).

    Toutes les mesures thérapeutiques sont les suivantes:

    • Nomination d'un aliment diététique (numéro de régime 5).
    • La nomination de phospholipides essentiels dans / dans ou par voie orale, les hépatoprotecteurs.
    • But des glucocorticoïdes - dans le diagnostic de l'hépatite sévère, accompagnée d'une encéphalopathie, dans la cirrhose avec insuffisance hépatique aiguë. Les médicaments aident à éliminer la mortalité.
    • Désintoxication du corps - peut être mis en œuvre avec la participation d'un narcologue.
    • Vitamine, traitement anti-inflammatoire.
    • Prescription de médicaments à base d'adénométhionine - a un effet complexe sur le tissu hépatique, améliore le flux de la bile, élimine les états dépressifs.
    • Nomination d'inhibiteurs de protéase tissulaire (inhiber la formation de tissu conjonctif).

    L'abstinence (rejet d'alcool) améliore les taux de survie des patients, même en cas de cirrhose du foie.

    Les conséquences

    Les patients qui continuent à consommer des boissons alcoolisées et ignorent le traitement ont peu de chance de se rétablir. Maladie du foie alcoolique peut conduire au développement de ces maladies:

    • Cancer du foie
    • Syndrome hépatorénal - dépression grave de la fonction rénale.
    • Syndrome hépatique et pulmonaire - accompagné d'une faible teneur en oxygène dans le sang.
    • La gastropathie est une lésion de l'estomac causée par un dysfonctionnement du foie.
    • Colopathie - dommages intestinaux.
    • Le développement de saignements gastro-intestinaux (vomissements avec des inclusions sanglantes, "melena", survenant dans le contexte de basse pression, fréquence cardiaque élevée).
    • La péritonite est un processus inflammatoire localisé dans le péritoine.
    • Infertilité
    • Fatal.

    Le spécialiste effectuera un examen professionnel et posera le diagnostic correct au patient, confirmant ou réfutant les dommages au foie. L'examen physique du patient est accompagné d'une évaluation de son état psychologique, ce qui permet d'identifier une encéphalopathie (lésion du tissu cérébral due à l'effet toxique de l'éthanol).

    Recommandations du docteur

    Une maladie hépatique alcoolique peut régresser. L'élimination de la dépendance à l'alcool est une garantie de succès du traitement, mais aux derniers stades de la maladie, le refus de boire de l'alcool n'a pas de sens.

    Il est important de commencer une thérapie en temps opportun avec la participation de professionnels expérimentés. La première étape du rétablissement peut être un appel à un psychiatre à la maison. Après la récupération, vous devez adhérer aux mesures préventives.

    Plus d'informations sur la maladie alcoolique du foie dans la vidéo suivante:

    Traitement de la maladie alcoolique du foie

    Qu'est-ce que la maladie alcoolique du foie?

    Une maladie hépatique alcoolique est une lésion du tissu hépatique causée par la consommation systématique d'alcool.
    La dose d'alcool, qui peut causer une maladie alcoolique du foie chez l'homme, est de 40 à 80 g / jour en termes d'éthanol pur. Cela correspond à 100-200 ml de vodka, 400 à 800 ml de vin sec, 800 à 1600 ml de bière. Pour les femmes, une dose sans danger est de 30 g d'éthanol par jour.

    Lorsqu'on boit plus de 210 g d'alcool (pour les hommes) et de 140 g (pour les femmes) par semaine, les lésions hépatiques sont considérées comme alcooliques.

    Comment le foie réagit-il à l'alcool?

    Sous l'influence de l'alcool dans les hépatocytes (cellules du foie), des processus entraînant la destruction des membranes cellulaires sont produits, ainsi que des substances qui détruisent les cellules du foie et bloquent les mécanismes de régénération (régénération) du foie.

    Une exposition prolongée à des doses toxiques d'alcool dans le foie conduit à la formation d'un tissu adipeux dense à la place des cellules hépatiques détruites. Il n'effectue pas les nombreuses fonctions caractéristiques des cellules hépatiques, qui assurent les processus vitaux fondamentaux de l'organisme. La phase terminale de la maladie est caractérisée par le développement d'une insuffisance cellulaire hépatique.

    En outre, la densité du tissu adipeux empêche la circulation sanguine interne normale, entraînant une augmentation ultérieure de la pression dans la veine porte (hypertension portale) et une hypertrophie de la rate. Les hémorragies internes provoquées par les veines dilatées de l'estomac et de l'œsophage sont la menace réelle à la vie.

    Avec la même consommation d'alcool chez différentes personnes, la gravité des dommages au foie dépend de leur sensibilité individuelle aux effets toxiques de l'alcool. Parallèlement, le sexe, l’âge, les caractéristiques génétiques, le type de boisson consommée, la présence du virus de l’hépatite, la surcharge en fer et d’autres facteurs importent.

    La quantité d'alcool consommée par jour et sa qualité sont également d'importants indicateurs pronostiques de ses effets sur le foie.

    Quel type de maladie du foie l'alcool provoque-t-il?

    L’alcool avec une utilisation prolongée de fortes doses (plus de 30 ml / jour en termes d’éthanol pur) provoque d’abord une dégénérescence graisseuse du foie - stéatose, puis avec l’évolution de la maladie se développe une hépatite alcoolique dont le stade terminal est la transformation en cirrhose alcoolique du foie. Ces stades diffèrent par le degré de dommages au foie.

    Le traitement tactique implique, d’une part, le rejet de la consommation d’alcool et, d’autre part, le traitement de la toxicomanie.

    Stades de la maladie alcoolique du foie

    Selon le degré d'atteinte hépatique, on distingue les stades suivants de la maladie alcoolique du foie: stéatose, hépatite alcoolique et cirrhose du foie.
    Lorsque la stéatose dans le foie, les cellules accumulent des triglycérides. Cela peut se produire lorsque vous buvez de l'alcool pendant plusieurs jours. Cliniquement, cela ne se manifeste en aucune manière, il n’ya aucun symptôme de la maladie. Le plus souvent, cesser de consommer de l'alcool est une mesure suffisante pour arrêter le processus pathologique.
    L'hépatite alcoolique est une maladie beaucoup plus grave, qui est détectée le plus souvent après une longue période d'abus d'alcool. Dans un grand pourcentage de cas, le pronostic est mauvais.
    La cirrhose du foie est la phase terminale, bien que des prédictions de survie soient possibles.

    Comment guérir les maladies alcooliques du foie?

    Le traitement de la maladie alcoolique du foie dépend du diagnostic, du stade de la maladie et du degré d’atteinte hépatique. Par conséquent, tout d’abord, un examen diagnostique.

    Dépistage de la maladie alcoolique du foie

    L’examen vise à déterminer le degré de dommage hépatique causé par l’alcool, à l’aide de tests sanguins biochimiques qui permettent de déterminer le fonctionnement des cellules hépatiques et leur destruction par l’alcool. Les analyses biochimiques comprennent des indicateurs de cytolyse (ALT, AST, GGT), des indicateurs fonctionnels de l'état des cellules du foie (fractions protéiques et protéines totales), des indicateurs de cholestase (bilirubine, etc.). Signes indirects de dommages au foie - test sanguin clinique et coagulogramme, ainsi que tous les indicateurs du métabolisme du fer.

    Le diagnostic échographique permet d'identifier: un processus inflammatoire dans le foie, une augmentation de sa taille, un changement de la structure du tissu hépatique. De plus, il est possible d’estimer la vitesse du flux sanguin dans la veine porte, qui diminue lorsqu’un tissu adipeux dense se forme dans le foie, ce qui empêche la libre circulation du liquide.

    Le diamètre des principaux vaisseaux est un indicateur important, indiquant la pression dans le système porte et la présence possible d'une hypertension portale, qui peut également être accompagnée d'une augmentation de la rate.

    Pour clarifier l'étendue des lésions hépatiques avec une possible transformation en cirrhose, il est nécessaire d'effectuer une élastométrie sur l'appareil FibroScan ou par d'autres méthodes, de préférence non traumatiques, pour évaluer le degré de fibrose (FibroMax, FibroTest). Il se caractérise par des degrés allant de 0 à 4, le degré de fibrose 4 vous permet de poser un diagnostic de cirrhose.

    Le coût de l'enquête est d'environ 25 000 roubles.

    Principes généraux de traitement de la maladie alcoolique du foie

    La tactique du traitement comprend à la fois des recommandations générales pour toute maladie du foie et celles spécifiques aux lésions alcooliques du foie et dépend du stade de la maladie.

    L'arrêt complet de la consommation d'alcool est la principale mesure thérapeutique de toute forme de maladie alcoolique du foie. Dans le même temps, il est possible de normaliser le tableau histologique, de diminuer la pression dans la veine porte, d’arrêter la progression de la cirrhose et d’aggraver le pronostic vital. Si la consommation d'alcool n'est pas arrêtée, le risque de saignement interne augmente considérablement.

    Les patients atteints de maladie alcoolique du foie présentent généralement une carence en protéines, en zinc et en vitamines A et D. Ils ont donc démontré une bonne nutrition, un régime hypercalorique, une haute teneur en protéines dans les aliments, ainsi que des lipides et des glucides. Une administration supplémentaire de vitamines est souvent nécessaire.

    Le traitement médicamenteux peut inclure les corticostéroïdes, l’adométhianine (Heptral), l’Ursosan pour la variante cholestatique de la maladie, l’acide glycyrrhizique.

    Les médicaments sont prescrits par un médecin en cas de complications de la cirrhose conformément aux indications cliniques et aux données de diagnostic en laboratoire. En présence d'ascite (liquide dans la cavité abdominale) à la suite d'une hypertension portale, des médicaments diurétiques sont prescrits. La dose est choisie par le médecin individuellement.

    En cas de carence en protéines, de diminution de la fonction du foie liée à la synthèse des protéines et d'un faible taux d'albumine dans le sang, une administration d'albumine est nécessaire, de préférence en milieu hospitalier.

    Étant donné que les lésions hépatiques sont souvent accompagnées d'anomalies dans d'autres organes (rein, cœur, pancréas) et que la polyneuropathie se développe également, le traitement médical par des spécialistes est obligatoire. L'encéphalopathie est la complication la plus dangereuse de la maladie alcoolique du foie.

    Top