Catégorie

Articles Populaires

1 Jaunisse
Où est le foie humain
2 Recettes
Combien de temps dure la chirurgie pour enlever la laparoscopie de la vésicule biliaire
3 Lamblia
Découvrir où se trouve le foie humain: 4 signes
Principal // L'hépatose

Comment l'alcool affecte-t-il le foie?


Laisser un commentaire

L'abus d'alcool, leur utilisation quotidienne, a un effet négatif sur le foie. Si vous buvez assez longtemps, le foie est gravement endommagé, car c'est un filtre du corps qui traite près de 90% de l'alcool. Lorsque le foie est surchargé par la consommation de boissons alcoolisées, des modifications irréversibles entraînent des maladies telles que la fibrose, l'hépatite alcoolique et l'obésité du foie. Quel est l'effet de l'alcool sur le foie?

Boissons alcoolisées - l'un des pires produits qui nuisent au fonctionnement du foie.

L'effet de l'alcool de basse qualité sur le foie

L'alcool, quelle que soit sa quantité, a un effet néfaste sur une personne, mais l'utilisation de boissons alcoolisées de qualité médiocre double le corps entier et les organes internes. Il existe de nombreux types de boissons qui ne peuvent pas être qualifiées d’utiles, mais au contraire, elles sont beaucoup plus dangereuses que, par exemple, les vins coûteux ou le brandy de marque. Ces boissons comprennent: le moonshine et la vodka "faite maison", des succédanés alcoolisés, des liqueurs bon marché et des liqueurs. En plus de nuire aux cellules du cerveau, au cœur et aux vaisseaux sanguins, il peut provoquer et entraîner un empoisonnement - immédiat ou graduel, voire pire, le développement de maladies graves réduisant l’espérance de vie d’un alcoolique. L'alcool peut contenir des aliments génétiquement modifiés dangereux et, comme nous le savons, leur utilisation est strictement interdite dans la fabrication et la vente. Ces substances peuvent détruire la vie, sont dangereuses dans leur composition et leurs effets sur un corps en bonne santé.

Effet de bière

La bière appartient aux boissons avec une petite dose d'alcool, elle est donc considérée comme inoffensive. Cependant, la quantité d'alcool et de composants - houblon, agents de conservation, arômes, colorants - constitue une gamme de substances si négatives qu'il n'est parfois pas inférieur à un alcool plus fort en termes de propriétés négatives. Considérant qu'ils ne boivent pas de la bière à petites doses, mais en litres, et de plus régulièrement, sa charge sur le foie devient de plus en plus nocive. Les cellules sont surchargées et le processus inflammatoire du corps commence - la température augmente, une faiblesse générale apparaît, un malaise, la peau du visage et du corps jaunit, des troubles digestifs sont observés. Souvent, de tels symptômes sont attribués à d'autres organes, ils trouvent d'autres causes de mauvaise santé et la maladie progresse lentement. L'hépatite C, qui est difficile à traiter avec des médicaments, est la pire chose qui puisse arriver au foie. Dans les cas particulièrement difficiles, lorsque le traitement ne donne aucun résultat, seule une greffe du foie est possible. Voici l'effet destructeur de l'alcool sur le foie.

Bière sans alcool

La bière sans alcool a un goût similaire, mais ne contient pas d’alcool ni de calories. Cela vous permet de boire et de ne pas sauter, boire et ne pas avoir peur d'aller mieux. Nulevka contient des vitamines du groupe B, qui jouent un rôle important dans le métabolisme cellulaire. Les scientifiques ont prouvé que la bière avait un effet bénéfique sur le système cardiovasculaire et prévient le développement du cancer. Les amateurs "codés" peuvent boire cette boisson sans avoir envie d'alcool, cela les aide à contenir leur faiblesse.

La boisson a des inconvénients. Tous les fabricants ne se conforment pas fidèlement à la technologie de préparation. Elle contient donc des impuretés dangereuses, des conservateurs, des phytohormones, qui nuisent aux hommes et aux femmes. La partie masculine de la population a des estomacs de bière, des problèmes de puissance. Il n'est absolument pas recommandé aux femmes de boire de la bière sans alcool pendant la grossesse et l'allaitement.

Comment le vin rouge affecte-t-il?

Dans la nutrition thérapeutique, le vin rouge a un rôle particulier à jouer car il est fabriqué à partir de produits naturels, il est une source de micro-éléments, vitamines des groupes B, C, D, N. tissu osseux, l'hémoglobine, renforcer l'immunité. Les polyphénols qu'il contient interfèrent avec le développement du diabète de type 2, le resvératol est efficace dans la prévention de l'ostéoporose, les astringents dans les troubles intestinaux aideront à soulager les crampes et à soulager la douleur. Le vin rouge se boit avant les repas pour augmenter l'appétit, accélérer la digestion des aliments lourds, améliorer le métabolisme et prévenir l'obésité.

Son utilisation en quantité raisonnable peut prévenir la stéatohépatite non alcoolique - une maladie hépatique chronique dont le risque de développement devient plusieurs fois moindre. Cependant, la dose maximale par jour ne doit pas dépasser 100 grammes. En cas d'abus, son action affectera négativement le corps, d'un pas en bien.

Quel alcool est moins nocif?

Quel alcool est moins nocif est une question rhétorique. Si nous considérons que cela cause des dommages à la fois minimaux et maximaux, vous pouvez uniquement essayer de séparer toutes les boissons alcoolisées en fonction de l’intensité des dommages causés: dose utilisée, degré de purification de l’alcool, impuretés et conservateurs. Donc, si vous choisissez un certain volume et la boisson de la plus basse qualité, ce sera du vin ou de la bière par rapport au cognac, par exemple. Si le volume de vin ou de bière augmente, la quantité d'alcool consommée sera plus importante et l'effet sera le même que celui du brandy. Ici, une telle illusion peut conduire imperceptiblement au fait qu'un jour, un jeune homme va se réveiller accro à l'alcool.

L'alcool le plus dangereux est le méthyle. Les sous-produits de la fermentation sont des esters, des huiles qui produisent de l'alcool bon marché et seront très dangereux. C’est le poison neurovasculaire le plus puissant qui provoque une détérioration de l’état général, une déficience visuelle et une intervention médicale immédiate, sans quoi la mort peut survenir.

Bien sûr, sans colorants ni saveurs. C'est toute la chimie qui affecte le foie et la fonction pancréatique. Les boissons à faible teneur en alcool et à faible coût seront des produits plus nocifs et non impitoyables pour le foie. Ce groupe de produits est conçu pour les jeunes et les femmes. Ce sont donc souvent eux qui souffrent. Champagne, teinture, cidre - tout cela est de l’alcool de qualité inférieure, mais cela ne veut pas dire qu’il n’est pas nocif pour le foie. Ici, il sera important de boire la quantité, pas le degré. Lors du choix, privilégiez un alcool de bonne qualité, un nettoyage en profondeur, de préférence sans additifs ni colorants, et bien sûr, connaissez la mesure d'utilisation.

Dosage d'alcool sûr

Dans l'utilisation de l'alcool nécessite un dosage correct, afin de ne pas souffrir de maladies et de ne pas substituer le foie à un «coup». Les hommes ne peuvent boire que 20 grammes d'alcool par jour, les femmes jusqu'à 10 grammes. Les doses sont conditionnelles, car vous devez tenir compte du poids, de la taille, de l'âge, du sexe, de l'état de santé. Si vous augmentez la dose, vous risquez alors d'avoir les premières "cloches" de plaies. Si vous souffrez déjà de maladies du foie ou de maladies cardiovasculaires, veillez à ne pas aggraver l’état et il vaut mieux arrêter de boire tout à fait. En cas de rechute, vous risquez de tomber dans un lit d'hôpital.

Problèmes d'alcool

  • Obésité du foie (hépatites graisseuses). L'obésité est causée par l'accumulation d'éthanol par les cellules du foie. Les facteurs provocateurs de l'obésité sont le surpoids, l'hépatite C préalablement transférée, l'utilisation d'alcool en grande quantité, l'abus d'aliments gras. Les symptômes sont une perte de poids, un jaunissement de la peau, des douleurs au foie, des vomissements. Le traitement de l'obésité nécessitera une longue période, nécessitant de la discipline personnelle et de la patience du patient. En outre, le succès de la thérapie passe par un régime alimentaire - le tableau numéro 5, qui doit être observé pendant 1,5 à 2 ans pour améliorer le résultat. Dans le cas négligé, si vous ne faites pas appel à un médecin, le tissu va cicatriser et l’organe cessera d’exercer des fonctions pouvant entraîner la mort.
  • Fibrose Dommages aux cellules du foie. La fibrose hépatique a 5 degrés ou stades: F0, F1, F2, F3, F4. La progression des étapes dépend du patient lui-même et est déterminée par des facteurs tels que: sexe masculin, présence de diabète, obésité, abus d'alcool. Le traitement de la fibrose est possible sur le plan thérapeutique, les médicaments les plus récents pourront empêcher son développement ultérieur. Les résultats du traitement sont favorables lors de la prise de médicaments, en suivant les recommandations du médecin traitant.
  • Cirrhose Une consommation excessive d'alcool conduit au développement d'une maladie chronique et à des modifications de la structure du foie. Les hommes en souffrent souvent. Les causes en sont l'hépatite virale C, la consommation excessive d'alcool pendant une longue période. Les symptômes, comme dans le cas de l'hépatite - nausée, fatigue, manque d'appétit, apparition de prurit, jaunissement. Chez les alcooliques, le traitement est difficile car il s’agit d’un processus irréversible. Dans les cas avancés, un refus de traitement peut être fatal.
  • Insuffisance hépatique. Perturbation d'une ou plusieurs fonctions du foie. C'est aigu et chronique. L'insuffisance hépatique aiguë évolue pendant plusieurs heures ou plusieurs jours et nécessite un traitement urgent. Chronique a une nature progressive, les facteurs provoquants sont l'alcool, des saignements de la partie supérieure du tube digestif, ce qui peut conduire à une insuffisance hépatique (coma hépatique). Le résultat du traitement du coma hépatique dépend de la rapidité de la détection des premiers signes de la maladie. Le succès dépend du traitement correctement attribué et exécuté.

Traitement du foie endommagé par l'alcool

Le foie est l’organe le plus important à traiter après une grave intoxication alcoolique. Pour restaurer le foie après une longue période d’alcool, on utilise des médicaments spéciaux, des hépatoprotecteurs, une protection, une promotion du traitement et une restauration du foie. Des médicaments tels que Liv 52, Karsil, Ursosan visent à prévenir le développement de processus pathologiques du foie.

Les préparations homéopathiques à base de plantes médicinales ne sont pas moins efficaces. "Gepabene" - un médicament à base de chardon-Marie et de dymyanki, a un effet cholérétique et améliore son écoulement dans l'intestin. Assigné à 1 capsule 3 r / d. Galstena a des propriétés similaires. Il a des effets antispasmodiques et anti-inflammatoires sur le foie. Disponible en comprimés et gouttes. Choisit un traitement médicamenteux et prescrit la durée du cours uniquement au médecin traitant.

Pour que le traitement soit efficace, il est nécessaire d'arrêter de prendre de l'alcool, de suivre strictement un régime alimentaire, d'abandonner les aliments gras et les repas, et de suivre le régime quotidien. Avec une harmonie comme les médicaments, le régime alimentaire et l’abandon de l’alcool, un résultat positif au rétablissement est garanti.

Quel est l'effet de l'alcool sur le foie?

Vous pouvez beaucoup parler de foie et d'alcool. Toutes les boissons alcoolisées détruisent principalement ce corps. Ils conduisent à des maladies graves et souvent incurables. Dans cet article, nous avons examiné les effets de l'alcool sur le foie et les maladies du foie susceptibles de se développer si vous buvez trop d'alcool.

Pourquoi le foie souffre

Une fois dans la cavité gastrique, l'alcool est rapidement absorbé dans le sang. De là, ils vont directement au foie. C'est dans cet organe que se produit le métabolisme de l'alcool. Grâce aux enzymes produites par le foie, l'alcool est neutralisé.

Progressivement, la capacité du foie diminue, en termes simples, il "s'use". Des processus irréversibles commencent à s'y produire. Les cellules, les hépatocytes, sont détruites et remplacées par du tissu adipeux.

La quantité exacte d'alcool consommée pour endommager le foie, les scientifiques l'ignorent, on pense qu'elle est individuelle pour chaque personne. Selon des études, il a été établi que la consommation quotidienne d'alcool, même à des doses minimes, peut entraîner une insuffisance hépatique.

Quelles maladies du foie peuvent se développer?

L'abus systémique de boissons alcoolisées peut entraîner un grand nombre de maladies hépatiques, aiguës ou chroniques. La plupart d'entre eux sont mal traités.

Les femmes sont plus sujettes aux dommages alcooliques toxiques du foie. De plus, les femmes ont plus souvent une dépendance à l'alcool, elles boivent plus rapidement.

Vous trouverez ci-dessous des pathologies du foie pouvant être déclenchées par l'alcool.

Hépatite grasse du foie

Cette maladie n'est pas aiguë. Pendant plusieurs années, il peut ne pas se manifester sans symptômes ni signes cliniques. En raison de la consommation constante de boissons alcoolisées, les cellules hépatiques commencent à être progressivement remplacées par des tissus adipeux. Les personnes en surpoids ou obèses sont plus sujettes à ces lésions hépatiques.

  • sensation d'inconfort et de lourdeur dans l'hypochondre droit;
  • nausées et vomissements fréquents;
  • ternissement de la peau;
  • affaiblissement de la chaise, développement de dysbiose;
  • flatulence accrue;
  • vision floue, une baisse de son acuité.

Une personne peut ne pas prêter attention aux symptômes ci-dessus pendant des années, en se référant à «mauvaises conditions écologiques et météorologiques» Avec la consommation continue d'alcool, cette maladie peut se transformer en insuffisance hépatique et en cirrhose.

Hépatite alcoolique

L'hépatite alcoolique peut être aiguë et chronique. Les médecins la comparent à l'hépatite virale, car on observe des lésions non moins graves du foie. Il commence à se développer lentement et progressivement, une personne de plus de 5 à 10 ans peut ne plus prêter attention à elle et attribuer les symptômes à d’autres problèmes. Les caractéristiques de cette maladie sont énumérées ci-dessous:

  • Perte de poids progressive et déraisonnable. Dans ce cas, une personne perd l'appétit, diminue l'efficacité, il y a une forte faiblesse, la fatigue.
  • Brûlures d'estomac et éructations au goût acidulé, qui augmentent après la consommation d'alcool ou la consommation d'aliments frits ou gras.
  • Des nausées fréquentes ou persistantes et des épisodes de vomissements peuvent se développer. Une personne s'inquiète périodiquement de douleurs à l'estomac.
  • Douleur douloureuse et intermittente dans l'hypochondre droit.
  • Ictère (jaunissement) de la sclérotique, des muqueuses. Lorsque la maladie passe au stade aigu, la peau entière jaunit et une peau irritable et insupportable peut apparaître.
  • Lorsque la palpation est déterminée par l’augmentation de la taille du foie, elle dépasse de l’arc costal.

La cirrhose

La cirrhose est la maladie hépatique la plus grave qui soit incurable. Au début, il se passe sans tableau clinique prononcé, ses symptômes ressemblent à ceux de l'hépatite alcoolique. Avec la progression des dommages au foie, les signes suivants commencent à apparaître:

  • lourdeur dans l'hypochondre droit;
  • l'apparition d'étoiles vasculaires dans la partie supérieure du torse;
  • douleur dans les lois;
  • démangeaisons de la peau;
  • tendance à saigner les gencives, fragilité des vaisseaux sanguins;
  • ascite

Le plus souvent, les patients atteints de cirrhose décèdent des suites d'un saignement des veines dilatées de l'œsophage.

Avec une cirrhose du foie, on observe une insuffisance hépatique aiguë. Dans ce contexte, une encéphalopathie et un coma hépatique peuvent se développer. Toutes ces conditions ont un mauvais pronostic.

L'hépatite alcoolique et la cirrhose du foie peuvent conduire au développement de lésions cancéreuses du foie. Seules la détection précoce de ces pathologies et la cessation de la consommation d'alcool par une personne peuvent la protéger contre le cancer du foie.

Que faire si vous avez des symptômes de maladie du foie

Avec le développement de la moindre suspicion de pathologie hépatique, une personne doit immédiatement cesser de boire de l'alcool, si nécessaire. Cela peut être fait avec l'aide de narcologues, de groupes de soutien anonymes. Ensuite, vous devez sans tarder consulter un médecin. Cela peut être un thérapeute ou un hépatologue.

Pour identifier une pathologie hépatique, vous devrez subir un examen détaillé. Grâce à cela, le médecin pourra diagnostiquer, déterminer l'étendue des lésions du tissu hépatique et prescrire le traitement individuel approprié.

Le dépistage des lésions hépatiques présumées comprend les techniques de laboratoire et instrumentales suivantes:

  • Analyse biochimique du sang pour la bilirubine, l'ALT, l'AST, les fractions de protéines et la phosphatase alcaline. Ces marqueurs indiquent l'état fonctionnel du foie et la présence d'un processus inflammatoire.
  • Une échographie du foie permet d'estimer sa taille, son homogénéité de structure.
  • Coagulogramme - un test sanguin qui vous permet d'identifier les violations de la coagulation sanguine.
  • Analyse détaillée générale de l'urine. Merci à lui, vous pouvez voir la présence du processus inflammatoire, la présence de l'anémie.
  • L'élastométrie du foie sur l'appareil "Fibroscan" vous permet de déterminer avec précision l'état de cet organe, de diagnostiquer une cirrhose.
  • Des analyses de sang pour l'hépatite virale sont nécessaires pour écarter ces maladies. Le tableau clinique de l’alcool et de l’hépatite virale étant presque identique, il est nécessaire d’identifier la cause du processus pathologique en laboratoire.

Veuillez noter que les patients infectés par une hépatite virale sont plus sujets aux dommages alcooliques du foie. Avec cette maladie virale, il est strictement interdit de boire de l'alcool, même en petite quantité.

L'utilisation systémique de l'alcool affecte négativement l'état du foie. La lésion de cet organe peut survenir lentement et de manière asymptomatique sur une longue période. Lorsque les premiers signes d’une maladie du foie apparaissent, arrêtez de boire de l’alcool et consultez un médecin. Le médecin procédera à un examen, prescrira les examens nécessaires, après quoi il commencera le traitement. Mais si le patient continue à consommer de l'alcool, le traitement sera inefficace, la maladie du foie progressera.

Comment boire et ne pas oublier le foie. Ou hépatite alcoolique "Non"!

Comment boire et ne pas oublier le foie. Ou hépatite alcoolique "Non"!

Le foie est un organe extrêmement important dans notre corps, car c'est avec son aide qu'il est débarrassé de toutes les toxines produites au cours de la vie, tandis que les substances toxiques deviennent sans danger. Malheureusement, beaucoup de gens ne se souviennent de leur foie qu'après des fêtes sauvages, lorsque notre corps est sérieusement empoisonné.

Tout alcool entrant dans notre corps entre immédiatement dans le foie, ce qui le décompose en composants sûrs et seulement après que l'alcool pénètre dans la circulation sanguine. En consommant de grandes quantités de boissons alcoolisées, le foie cesse de s’acquitter de cette fonction importante et l’intoxication du corps se produit, c’est-à-dire une intoxication grave. En conséquence, avec l'abus d'alcool, notre foie fonctionne avec une surcharge importante, ce qui entraîne la destruction de ses cellules. En conséquence, la destruction des cellules hépatiques entraîne une hépatite alcoolique (inflammation du foie), une hépatose adipeuse (accumulation de graisse dans les tissus du foie), la formation de tissu fibreux (cirrhose) et d'autres maladies.

Nos conseils simples vous aideront à garder votre foie en bonne santé, même pendant les fêtes et les fêtes sauvages:

- ne mélangez jamais les médicaments à de l'alcool, cela pourrait entraîner une insuffisance hépatique;

- ne participez pas à des divertissements, où vous devez boire le plus d'alcool rapidement, cela peut entraîner des conséquences imprévisibles, notamment une hospitalisation;

- Vous ne devez pas mélanger des boissons alcoolisées de différentes forces, telles que le vin et le whisky ou la vodka. Sinon, vous trouverez une forte gueule de bois avec toutes les circonstances présentes;

- en aucun cas boire sur un estomac vide. Avant de commencer un festin, il est conseillé de manger quelque chose pour empêcher l'absorption rapide de l'alcool;

- commandez des boissons claires, comme de la vodka ou du gin, pour lesquelles vous pourrez donner de l'eau minérale ordinaire au cours de la soirée;

- l'alcool est préférable d'alterner avec de l'eau minérale sans gaz. C'est un moyen éprouvé de réduire les effets négatifs de l'alcool sur le corps et d'éviter la déshydratation.

- soyez sélectif pour les collations. Produits tels que produits fumés, divers conservateurs, boissons gazeuses, etc. bourré de substances toxiques, la lutte contre qui repose sur notre foie. Les viandes diététiques (poulet bouilli, veau) seront des aliments idéaux pour les collations;

- ne vous forcez jamais à boire plus d'alcool que vous ne le pouvez, en particulier les femmes qui risquent davantage de développer une maladie alcoolique du foie que les hommes en raison d'une absorption plus rapide de l'alcool;

- ne vous y trompez pas: un type d'alcool est plus sûr qu'un autre. En fait, tout ne dépend pas de ce que vous buvez, mais davantage de la quantité d'alcool que vous avez bue;

- Les patients souffrant de maladies du foie devraient cesser de boire des boissons alcoolisées une fois pour toutes, car ils entraînent une aggravation et une évolution plus sévère de la maladie.

Le moyen le plus efficace de restaurer le foie après une telle intoxication alcoolique est le rejet complet des boissons alcoolisées et le respect d'un régime alimentaire spécial contenant des protéines et limitant la consommation de graisses animales. Également dans ce traitement aidera à sauver votre foie hépatoprotecteurs (préparations spéciales à base de phospholipides). De tels médicaments sont capables de neutraliser l'alcool, ainsi que d'éliminer d'autres facteurs les plus nocifs pour le foie.

Maladie alcoolique du foie, nuire à l'alcool

L'urgence d'un problème tel que la maladie alcoolique du foie est très élevée. En termes de prévalence et de signification sociale, cette pathologie occupe la deuxième place après l’hépatite virale.

Combien pouvez-vous boire sans nuire au foie?

Il n'y a pas de doses d'alcool sûres. Selon les recommandations de l’OMS, jusqu’à 20–40 ml d’éthanol pour les hommes et jusqu’à 20 ml d’éthanol pour les femmes peuvent être considérés comme des doses d’alcool relativement sûres. La dose en quantité de 10 ml d'éthanol est contenue dans 25 ml de vodka, 100 ml de vin ou 200 ml de bière.
Des signes indiquant les effets néfastes de l’alcool sur le foie apparaissent lorsqu’on utilise plus de 80 ml d’éthanol par jour pendant cinq ans ou plus.

Pour développer une hépatopathie alcoolique pouvant aller jusqu'à la cirrhose chez un homme adulte, il suffit de boire de l'alcool à raison de 50 à 80 ml d'éthanol par jour, cette dose étant déjà de 30 à 40 ml, et encore plus faible chez l'adolescent: 15 à 20 ml par jour. Et ce n’est que 0, 5 litres de bière à 5% par jour!

Selon l'OMS, plus de 90% de la population consomme de l'alcool, près de la moitié le font tous les mois et en quelques jours. Chaque jour, boire 10% des hommes et 3-5% des femmes.

Mythe sur l'innocuité de l'alcool "faible"

Il existe une idée fausse répandue selon laquelle si vous buvez de l’alcool faible (bière, cocktails à faible teneur en alcool, etc.), vous causez moins de dommages au foie et à l’ensemble du corps. Mais est-ce?

L'action et les méfaits des boissons peu alcoolisées sont équivalents aux effets des boissons fortes. Et la raison principale de cette équivalence est la quantité. Peu de gens pensent à la quantité d'éthanol qui pénètre dans le corps, si vous ne buvez "que" quelques bouteilles de bière par jour.

Vous n'avez besoin de boire que trois bouteilles de bière ou deux canettes de cocktail à faible teneur en alcool pour obtenir autant d'éthanol qu'il est contenu dans un verre de vodka.

Selon les statistiques, la bière est consommée par plus de la moitié de la population de notre pays. Et la popularité de la bière ne perd pas sa position en raison de l’apparente «innocuité». Le nombre de consommateurs de bière augmente chaque année. Les experts considèrent la bière comme une drogue légalisée, à laquelle la dépendance physique et psychologique évolue rapidement. Surtout rapide peut gagner une dépendance à la bière adolescents et les femmes.

La bière contient des composés toxiques et des métaux lourds capables de modifier le statut hormonal du corps et de provoquer son empoisonnement.

«Les bières deviennent paresseuses, stupides et impuissantes», a déclaré Bismarck, le premier chancelier du Reich en Allemagne. Et il en savait beaucoup sur la bière.

Les cocktails en conserve à faible teneur en alcool gagnent également en popularité, en particulier chez les jeunes. En raison de son goût sucré, ils sont perçus comme une limonade forte. Mais dans un pot contient la quantité d'éthanol, égale à 100 ml de vodka. Et ce n’est pas en compte les divers additifs chimiques (arômes, colorants) et les sucres, qui nuisent également au foie et provoquent une intoxication de l’organisme dans son ensemble.

Par conséquent, on peut conclure avec certitude que les dommages causés par la bière et les autres boissons à faible teneur en alcool ne le sont pas moins que par l’alcool fort.

Foie et alcool

L'effet de l'alcool sur le foie est immédiat. Après ingestion, une partie de l'alcool est éliminée par la peau, les poumons et les reins. Le principal «coup» et préjudice (environ 90% de l’alcool consommé) se propage au foie, où se produit le traitement ultérieur de l’alcool consommé.

Premièrement, sous l'influence d'une enzyme spéciale - l'alcool déshydrogénase -, l'oxydation de l'alcool éthylique et sa transformation en acétaldéhyde. Ensuite, l'acétaldéhyde est oxydé par des réactions chimiques complexes et se décompose en substances finales - dioxyde de carbone et eau. Mais cela ne se produit que dans les cas où la quantité d'alcool est faible et que les enzymes hépatiques suffisent pour achever les cycles de conversion de l'éthanol en produits de désintégration, qui ne sont pas nocifs pour l'organisme et ne causent pas d'empoisonnement.

Si l'alcool est beaucoup consommé, il y a une pénurie d'enzymes et le processus de traitement de l'éthanol est perturbé à différentes étapes. Il y a une accumulation de produits intermédiaires de son oxydation et de sa décomposition dans le foie. L'acétaldéhyde est dix fois plus toxique que l'éthanol, son excès provoque, en plus de son effet dommageable direct, une perturbation du flux normal de la bile, une accumulation de graisses dans le foie et un empoisonnement général du corps. Et l'alcool éthylique, qui n'est pas oxydé en raison d'un excès, provoque le développement de tissu conjonctif dans le foie, conduisant à une fibrose.

Le foie a des fonctions régénératrices étonnantes et la capacité de se guérir. Mais ces capacités du foie ne sont pas infinies et, finalement, ce potentiel s’épuise. Les cellules hépatiques commencent à être remplacées par des tissus fibreux lors de la restructuration de leurs fonctions et du passage à la cirrhose.

Quels mécanismes et facteurs de risque provoquent des dommages alcooliques au foie?

Tout d’abord, il s’agit de l’abus chronique d’alcool. Parfois, la quantité et la qualité des enzymes hépatiques métabolisant l’alcool peuvent être génétiquement altérées.

Il a été noté que les femmes sont plus susceptibles de consommer de l'alcool et que la dépendance se développe plus rapidement.

Lorsqu'il est associé à la prise d'alcool avec des médicaments métabolisant le foie, l'effet indésirable sur les hépatocytes est multiplié par plusieurs.

A également un mode de vie qui conduit une personne qui consomme de l'alcool. On sait que les carences nutritionnelles (malnutrition, régimes alimentaires) et l’alcool sont incompatibles.

En cas d’hépatite virale, l’effet négatif de l’alcool sur le foie est renforcé par son utilisation. La vaccination contre l'hépatite peut prévenir la maladie. Chez un quart des patients ayant une hépatopathie alcoolique établie, des anticorps anti-hépatite C chronique sont détectés, ce qui indique un risque accru d’infection par ce type de virus.

Vaccination contre l'hépatite - pour ou contre?

Ces dernières années, des opinions faussées se sont formées dans la société en raison des préjudices prétendument causés par les vaccinations contre les maladies dangereuses du corps. Par conséquent, je voudrais discuter séparément du sujet de la vaccination contre l'hépatite.

Il existe actuellement des vaccinations contre deux types d'hépatite virale: A et B.

L'hépatite A est considérée comme une «maladie des mains non lavées», le principal moyen de transmission étant le ménage.
L'hépatite B se transmet principalement par le sang. Pour la transmission du virus, une goutte de sang suffit, qui reste par exemple dans l'aiguille d'une seringue. Mais il ne faut pas penser que cela concerne uniquement les toxicomanes ou des éléments socialement défavorables. La propagation de l'hépatite B au cours des dernières années est devenue une épidémie.

L'hépatite B se transforme dans la plupart des cas en un processus chronique pouvant entraîner le développement d'une cirrhose et même d'un cancer du foie.

Le vaccin contre l'hépatite B est inclus dans le calendrier de vaccination des enfants. Les adultes font cette vaccination avec leur désir et leur consentement. Habituellement, le schéma de vaccination ressemble à ceci: 0 - 1 - 6. En d’autres termes, la vaccination doit être répétée après 1 et 6 mois.

Beaucoup ont une question sur l'effet de l'alcool sur l'efficacité de la vaccination contre l'hépatite. La consommation d'alcool à des doses acceptables n'a aucun effet sur la vaccination. Mais il sera toujours nécessaire de refuser de prendre de l'alcool dans les trois jours suivant la vaccination car chaque vaccin a ses propres effets secondaires, que l'alcool peut aggraver.

Cela est vrai pour la vaccination contre d'autres agents pathogènes. Le vaccin contre la rage constitue une exception, après quoi il est recommandé de ne pas consommer d'alcool pendant 12 mois.

Maladie alcoolique du foie

Il se développe à la suite d'un empoisonnement prolongé de tout le corps humain par l'alcool (alcool éthylique).

Dans son cours, il y a trois étapes successives de développement:

  1. Stéatose du foie (dégénérescence graisseuse; hépatose graisseuse);
  2. Hépatite alcoolique;
  3. Cirrhose du foie.

Hépatose (stéatose)

Le stade initial, ou hépatite graisseuse, est caractérisé par le dépôt et l'accumulation de cellules adipeuses dans le parenchyme hépatique. Se produit chez les alcooliques dans plus de 90% des cas. Habituellement, il est asymptomatique, il peut y avoir des symptômes de troubles dyspeptiques, une sensation de lourdeur dans l'hypochondre droit, une faiblesse, un jaunissement de la peau et des muqueuses. La stéatose du foie est un processus réversible, et en cas de refus de l'alcool et du traitement, une guérison complète est possible.Si l'effet supplémentaire de l'éthanol sur les hépatocytes se produit, les dommages alcooliques au foie entrent dans la deuxième étape - l'hépatite alcoolique. Dans le même temps, une défaite plus profonde des hépatocytes survient avec une violation de leur fonctionnalité.

Hépatite alcool

Le cours de l'hépatite alcoolique peut être sous forme de modifications hépatiques persistantes (stables, généralement sans ou asymptomatiques, relativement réversibles) ou progressives (transition de la phase précédente en cas d'abus supplémentaire d'alcool; une évolution défavorable se traduit généralement par une cirrhose).

L'hépatite peut survenir avec une survenue aiguë ou avoir une forme latente, puis chronique. Une forme aiguë d'hépatite est généralement observée après une longue frénésie, souvent répétée, chez une personne consommant de l'alcool lorsque le corps est intoxiqué par de fortes doses d'alcool.

Il existe plusieurs types d'hépatite alcoolique aiguë, mais le plus courant est la variante ictérique. Dans le même temps, en plus de la jaunisse, douleur dans l'hypochondre droit, faiblesse grave, perte d'appétit, nausée, vomissements, selles molles prolongées, perte de poids notable. Le foie est élargi, a une structure dense, est douloureux.
L'hépatite chronique est souvent relativement asymptomatique. Seules des méthodes de recherche en laboratoire et complémentaires peuvent attester de lésions graves de l'organe. Le foie est également fortement élargi, jusqu'à une taille énorme.

La cirrhose

La troisième étape est la cirrhose du foie. Il s'agit d'un stade totalement irréversible, lorsque le tissu hépatique normal est remplacé par des cordons fibreux, des fibres du tissu conjonctif, entraînant ainsi une dégradation profonde de toutes ses fonctions. Selon les statistiques, la cirrhose survient chez 15 à 20% des patients présentant un alcoolisme chronique. La détérioration des symptômes et l'évolution de la cirrhose sont observées en association avec l'hépatite virale chronique B ou C, l'obésité, appartenant au sexe féminin.

Les symptômes de la cirrhose peuvent être assez rares, en particulier dans le contexte d'un long trajet de la maladie. Le patient s'inquiète de la fatigue, de la faiblesse, de la douleur au foie, de l'asthénie (faiblesse, fatigue). Un érythème «hépatique» caractéristique (rougeur) apparaît sur les paumes, de petits capillaires se dilatent sur toute la surface du corps. Le foie est hypertrophié ou, au contraire, réduit, il est peut-être déjà indolore, sa surface est grumeleuse. Il y a des signes d'ascite, une rate élargie, en conséquence, l'abdomen avec un réseau veineux élargi sur sa surface augmente. Les symptômes de l'hypertension portale apparaissent. Il y a violation des fonctions d'autres organes et systèmes à la suite d'une intoxication par des produits toxiques non neutralisés par le foie.

Pour la cirrhose défavorable. La maladie est associée à une insuffisance hépatique progressive, allant jusqu'au coma hépatique, entraînant la mort. Il existe également une forte probabilité de malignité - l'apparition d'un carcinome hépatocellulaire.

Le diagnostic est confirmé par des analyses de laboratoire, des ultrasons ou des radio-isotopes et une tomodensitométrie. Si nécessaire, effectuez une laparoscopie diagnostique et une biopsie du foie.

Comment traite-t-on la maladie alcoolique du foie?

La condition la plus importante est le rejet complet de l'alcool par le patient. À certains stades des dommages alcooliques au foie, une régénération complète du tissu hépatique peut survenir. Mais il convient de noter que, malheureusement, pas plus du tiers des patients remplissent cette recommandation. Autant d’entre eux réduisent leur consommation d’alcool et le reste l’ignore complètement et continue de mener une vie normale.

La deuxième condition est un régime complet, riche en énergie et en énergie. Kalorazh un tel régime devrait être au moins 2000-3000 kcal par jour. La teneur en protéines est d'environ 1 g pour 1 kg de masse du patient. Vous avez besoin d'une saturation en vitamines, en particulier du groupe B. Un exemple d'un tel régime pourrait être le tableau 5.

Traitement de la toxicomanie

Les hépatoprotecteurs, les glucocorticoïdes, les amplificateurs de la microcirculation et des médicaments similaires sont utilisés. Bien entendu, le traitement nécessaire dans chaque cas est prescrit individuellement par le médecin après un examen approfondi et en tenant compte des violations constatées.

Avec l'inefficacité du traitement conservateur, le problème de la transplantation du foie est résolu.

Quel est le danger de l'alcool pour le foie et peut-il être évité

Foie et alcool - une combinaison dangereuse. Comme vous le savez, l’alcool a des effets néfastes sur tous les organes, mais surtout sur le foie. Avec une consommation régulière d'alcool en quantité illimitée, le corps est incapable de neutraliser l'alcool et finit par déborder de toxines. Ce qui conduit en outre à des maladies aussi terribles que la cirrhose du foie, l’hépatite et la mort.

Formes et stades de l'hépatite alcoolique

La forme aiguë de la maladie se distingue par sa formation rapide. Les symptômes de la maladie se développent rapidement. Mais l'hépatite chronique commence à se manifester moins rapidement et il n'y a aucun symptôme à ses débuts. Et il est à craindre que la maladie ne conduise au développement de la cirrhose si vous ne consultez pas un médecin à temps.

La forme de la maladie dépend du type d'alcool qu'une personne boit et de la quantité d'alcool consommée.

Si une personne s'inquiète de sa santé à temps et se tourne vers l'hôpital pour demander de l'aide et cesse de boire, elle aura alors la possibilité de guérir et de prolonger sa vie.

Symptômes de l'hépatite active:

  • faiblesse dans le corps;
  • couleur jaune de la peau et des orbites;
  • douleur dans l'hypochondre droit;
  • nausée

De nombreux alcooliques se demandent quelle quantité d'alcool peut être consommée avec la maladie? La réponse est simple, pas du tout.

  1. Le stade initial. Pour remarquer le début du développement de la maladie peut être examiné par un médecin. Les symptômes spéciaux à ce stade ne sont pas attribués, sauf pour un foie hypertrophié.
  2. Stade intermédiaire A ce stade, les symptômes apparaissent. Ceux-ci incluent des douleurs dans l'hypochondre droit, le jaunissement de la peau et des yeux. Afin de comprendre le fonctionnement du foie, un médecin a recours à des tests sanguins biochimiques. Après l'examen, le patient se voit prescrire un traitement. Et, bien sûr, que pendant cette période n'est pas autorisé à boire.
  3. Étape difficile. Elle est très dangereuse pour un homme qui boit. Depuis que les démangeaisons apparaissent, les cheveux tombent, il n'y a plus de désir sexuel. Si vous ne faites pas attention à ces symptômes et ne demandez pas de l'aide à temps, la mort est possible.

Et aussi si vous buvez de l'alcool en grande quantité, vous pouvez souffrir du syndrome asthénique. Il se manifeste par une irritabilité, un changement d'humeur, une insomnie et un changement de la température corporelle.

Diagnostic et traitement de la cirrhose du foie

Il est difficile de diagnostiquer un organe au stade initial. Et tout ça parce que la maladie est cachée.

Pourtant, la maladie peut être détectée en utilisant des études telles que:

  1. Échographie.
  2. Méthode aux rayons x.
  3. Tomographie par ordinateur.

Le meilleur moyen de détecter une maladie et son stade est la dernière option.

Pour évaluer le fonctionnement du foie, appliquez la méthode d’examen radionucléide. Et afin de faire un diagnostic final, un examen histologique de l'organe est effectué. Pour cela, une biopsie par ponction est utilisée.

Pendant le diagnostic et le traitement ultérieur, il est très important d'oublier l'alcool, car il n'y aura aucun résultat et la personne se fera encore plus de mal. Il est également important de s’inquiéter pour soi-même, de réduire au minimum le niveau de charge et d’assurer la paix.

Un traitement médicamenteux est prescrit pour les stades modérés et sévères. En cas de gonflement ou d’ascite, la consommation d’eau du patient est considérablement réduite. La nourriture est strictement réglementée par le médecin. Et dans les plats en aucun cas ne devrait pas être de sel. Des diurétiques tels que le furosémide peuvent être prescrits à la discrétion du médecin.

Si la cirrhose du foie progresse, les mêmes médicaments sont utilisés dans le traitement que dans le traitement de l'hépatite chronique. Parfois, le médecin traitant prescrit un traitement antibiotique.

Lors du traitement, il est très important de suivre toutes les recommandations du médecin:

  1. Si vous vous sentez fatigué, reposez-vous.
  2. Ne soulevez pas de poids.
  3. Restez constamment dans l'air frais.
  4. Contrôlez votre poids.
  5. Mangez bien.
  6. Ne buvez pas d'alcool de quelque manière que ce soit.

Combien de temps durera le traitement? Cela dépend du stade de la maladie et des efforts et des désirs du patient.

Et aussi après que le patient ait suivi un traitement, vous ne pouvez pas prendre d'alcool, car il peut réduire tous ses efforts à néant. Donc, il vaut la peine pour toujours d'abandonner l'alcool.

Prévention de la cirrhose du foie

Après le traitement, il est très important d’adhérer à une nutrition adéquate.

Cela vaut la peine de refuser:

  • boissons alcoolisées;
  • produits de boulangerie;
  • des bonbons;
  • les sels;
  • nourriture en conserve;
  • produits de saucisse et de fromage.

Il est également recommandé de consommer de plus petites quantités de produits laitiers (vous pouvez boire 1 verre de lait par jour). Mais les fruits et légumes frais peuvent être consommés en quantité illimitée.

Mais il est également très important d’arrêter de fumer et d’observer un style de vie sobre. Et cela vaut toujours la peine d'être examiné par un médecin 2 fois par an.

En utilisant tous les conseils des médecins, le patient pourra prolonger sa vie.

Ainsi, avec l'abus d'alcool, une personne peut développer des maladies telles que l'hépatite et la cirrhose du foie. Les conséquences peuvent être très différentes jusqu'à la mort. Par conséquent, il vaut la peine de considérer combien d’alcool que vous buvez chaque jour et si cela vaut la peine d’être payé.

Comment l'alcool affecte le foie

En étudiant les effets de l'alcool sur le foie, il est impossible de ne pas mentionner ses effets toxiques sur les hépatocytes (ses cellules). Selon les statistiques, la cirrhose se développe beaucoup plus souvent que les non-buveurs chez les personnes qui ne contrôlent pas la consommation de boissons alcoolisées. Le principal impact se situe au niveau du foie car il s'agit du principal organe filtrant, nettoyant quotidiennement plus de 700 litres de sang. Il élimine les substances toxiques, empêchant ainsi l'intoxication humaine.

La consommation régulière d'alcool et les crises de boulimie fréquentes entraînent la mort des hépatocytes, accompagnée de l'apparition de signes typiques de leur défaite. Ce peut être une faiblesse, des nausées, la peau devient jaunâtre, inquiète de la lourdeur de l’estomac. Dans ce cas, le foie du patient fait mal après avoir consommé de l'alcool et des aliments gras.

Notez que seulement 10% de l'alcool est éliminé presque inchangé, les 90% restants sont détruits dans le foie.

Foire Aux Questions

L'alcool et le foie peuvent vivre en harmonie pendant une longue période jusqu'à ce que le nombre d'hépatocytes morts dépasse le niveau critique. La vitesse et la forme des dommages aux organes dépendent de nombreux facteurs, à savoir:

  • type d'alcool;
  • fréquence des fêtes;
  • volume quotidien d'alcool consommé;
  • l'état initial du foie;
  • l'âge de la personne;
  • la présence de maladies concomitantes (obésité, pancréatite).

Comment l'alcool affecte-t-il le foie?

Chaque boisson, qui contient de l'éthanol dans sa composition, affecte négativement les hépatocytes. Malgré la capacité de ces derniers à se régénérer, le nombre de cellules en fonctionnement diminue progressivement, ce qui se manifeste par une insuffisance hépatique. Le fait est que les boissons alcoolisées violent le processus de récupération des organes. Ainsi, tôt ou tard, une personne sera diagnostiquée comme souffrant de cirrhose.

Les processus pathologiques qui se produisent dans le foie d'un alcoolique:

  1. L’alcool après son entrée dans le corps est envoyé au foie pour élimination, où il détruit la coque des hépatocytes. Alors que le nombre de cellules mortes est faible et que la personne s'abandonne rarement à des boissons alcoolisées, son état reste pratiquement inchangé;
  2. avec une augmentation de la dose d'alcool et de la fréquence de son utilisation, outre les produits de décomposition, l'éthanol non transformé commence à pénétrer dans le sang, ce qui s'accompagne de lésions du système nerveux;
  3. le manque de régénération cellulaire dans le foie conduit à une altération des processus métaboliques et à une accumulation de graisse corporelle. Ainsi, l'hépatose se développe;
  4. les cellules mortes sont remplacées par du tissu conjonctif, ce qui est un processus irréversible.

Le danger de l'alcoolisme réside dans la longue asymptomatique, quand une personne n'est pas consciente des dommages au foie et n'est pas pressée de consulter un médecin. Un inconfort périodique du côté droit ou des symptômes dyspeptiques peuvent être considérés par une personne comme un trouble digestif qui peut être traité en prenant la prochaine dose d'alcool.

Comment la bière affecte-t-elle le foie?

Curieusement, c'est la bière qui affecte le plus le foie. Ne sachant pas cela, les gens en boivent en litres, alors que l’intoxication augmente dans le corps. Le fait est que l’effet diurétique prononcé, qui contient de la boisson, entraîne l’élimination du liquide et son remplacement par un produit toxique.

Un grand volume de bière n’a pas le temps d’être traité par les hépatocytes, de sorte que l’alcool pénètre dans le sang et affecte les organes internes. En outre, la boisson enfreint le métabolisme, ce qui contribue à une augmentation du poids corporel.

Quant à la bière sans alcool, elle n’est pas moins nocive que la précédente. Son volume important, qu’une personne boit à la fois, a un effet toxique sur les hépatocytes, en additionnant la dose d’éthanol et divers additifs aromatisants nécessaires au masquage et au stockage à long terme de la boisson.

Quoi de plus nocif pour le foie: la bière ou la vodka?

Toutes les boissons fortes contiennent plus ou moins d'alcool. Malgré sa concentration élevée dans la vodka par rapport à la bière, cette dernière est plus toxique pour le corps.

Cela est dû au fait qu'une personne boit plusieurs bouteilles de bière à la fois sans se sentir très ivre. Quand il prend de la vodka, la dépression de la conscience survient plus rapidement et il ne peut donc pas en consommer davantage physiquement.

De plus, la bière est aujourd'hui fabriquée à partir de composants non naturels, ce qui perturbe non seulement le foie, mais également d'autres organes internes.

L'aldéhyde acétique, qui se forme lors de la décomposition de l'alcool, est particulièrement toxique. C'est lui qui mène à la mort des hépatocytes et devient la cause de l'insuffisance hépatique.

Dans la médecine moderne, il existe le concept "d'alcoolisme de la bière". Beaucoup de gens n'imaginent pas une journée sans bière. Cela devient une habitude pernicieuse, qui devrait être abordée non seulement par les gastro-entérologues et les hépatologues, mais également par les psychiatres.

Dose sécurisée

Sur la base des résultats de nombreuses études, il a été démontré que l’alcool peut être sans danger si son volume et sa fréquence d’administration sont strictement contrôlés. Cela évitera le développement de maladies et préviendra l'apparition de l'alcoolisme.

L'Organisation mondiale de la santé vous permet de boire des boissons contenant de l'éthanol à une dose ne dépassant pas 20 g d'alcool pur / jour (pour le sexe faible). Pour les représentants de la partie masculine de la population, ce volume est deux fois plus important.

Notez que 500 ml de bière ou 200 millilitres de vin contiennent 20 g d'éthanol. Il est important de se rappeler que ces doses sont calculées pour les personnes ne souffrant pas de comorbidités du foie et non pas pour leur consommation quotidienne. Entre les fêtes devraient passer au moins trois jours.

Conséquences de l'alcoolisme

L'abus d'alcool prolongé conduit à la perturbation des hépatocytes, ainsi que leur mort. Le processus pathologique dans le foie peut se manifester par des maladies telles que la stéatose, la maladie alcoolique, la cirrhose et la dégénérescence des tissus malins.

Dystrophie Grasse

La décomposition de l'alcool est réalisée à l'aide d'enzymes spéciales. Les produits toxiques formés lors de ce processus perturbent le déroulement des réactions physiologiques des hépatocytes, en particulier le métabolisme des lipides.

Grâce aux capacités de compensation, une petite quantité d’alcool est rapidement utilisée et les processus métaboliques sont rétablis par eux-mêmes. Si vous dépassez les doses recommandées, un trouble métabolique persistant est observé, ce qui conduit à une accumulation de graisse dans les cellules.

Dans le même temps, ils augmentent et perdent leurs fonctionnalités. Un foie non infecté utilise de l'alcool par le biais de l'alcool déshydrogénase, mais au fil du temps, l'activité enzymatique diminue, ce qui est dû à l'épuisement des hépatocytes. En conséquence, les fonctions de barrière et de désintoxication de l'organe sont perturbées.

Un risque accru de stéatose est observé chez les personnes obèses, après une hépatite ou un régime alimentaire inadéquat. Cliniquement, la maladie ne se manifeste pas longtemps. Au fil du temps, une personne commence à remarquer:

  1. malaise;
  2. manque d'appétit;
  3. diminution de la concentration, de la mémoire;
  4. des nausées;
  5. irritabilité, apathie;
  6. lourdeur dans le côté droit;
  7. amertume dans la bouche;
  8. jaunissement de la peau.

La dégénérescence graisseuse de l'organe est un bon terrain pour le début du processus inflammatoire. Par conséquent, avec le maintien de l'alcoolisme, une hépatite se développe, qu'il est encore tout à fait possible de gérer.

Hépatite alcoolique

Aujourd'hui, le processus inflammatoire dans le foie est un problème assez commun pour les hépatologues et les gastro-entérologues. Il se développe en raison d'une consommation d'alcool non contrôlée. Le groupe à risque comprend les personnes qui abusent de l'alcool pendant plus de 5 ans.

Symptomatiquement, la maladie se manifeste comme décrit ci-dessus, ainsi que sous des formes nouvelles, telles que:

  • hépatomégalie (foie hypertrophié);
  • douleur au côté droit, qui est associée à une inflammation et à un gonflement du parenchyme de l'organe, ce qui entraîne l'étirement de sa capsule, qui comporte des terminaisons nerveuses;
  • troubles du sommeil;
  • diminution de la libido et de la dysfonction érectile;
  • l'apparition de varicosités sur la peau.

La restauration de la structure du foie à ce stade est encore possible, mais il est nécessaire d'abandonner complètement l'usage de l'alcool et de suivre un traitement thérapeutique.

La cirrhose

Dans 45% des cas, des lésions hépatiques cirrhotiques sont diagnostiquées chez les personnes alcooliques depuis plus de 10 ans. Le développement de la maladie est basé sur la mort massive d'hépatocytes, qui sont progressivement remplacés par du tissu conjonctif. En conséquence, le corps perd sa fonctionnalité jusqu'à l'échec complet.

Sous forme compensée, la maladie se manifeste par une faiblesse grave, une douleur du côté droit, des nausées, des flatulences, des varicosités, un gonflement des extrémités et des sautes d'humeur soudaines.

À la transition de la cirrhose sous forme décompensée, on observe l'apparition de complications:

  1. ascite (accumulation de liquide dans la cavité abdominale);
  2. œdème prononcé des membres, de la poitrine et du dos;
  3. saignement accru, qui est associé à une déficience en facteurs de coagulation;
  4. encéphalopathie. La personne devient agressive et d'autres signes de comportement inapproprié, de délires et d'hallucinations apparaissent.
  5. jaunisse.

À ce stade, le volume du foie peut diminuer, de sorte que l'intensité du syndrome douloureux diminue.

Entretien et restauration du foie

L'abandon complet de l'alcool est une tâche pratiquement irréelle pour une personne. Cependant, en contrôlant son volume et sa fréquence d'utilisation, il est possible d'éviter le développement de maladies et de prévenir l'insuffisance hépatique. Voici les règles de base:

  1. après avoir pris de l'alcool, il est nécessaire de suivre un traitement d'hépatoprotecteur
  2. une bonne nutrition est une bonne aide du foie;
  3. activité physique mesurée;
  4. examen régulier (échographie 1-2 fois / an).

Traitement de la toxicomanie

Aidez le foie après l'alcool à avoir des hépatoprotecteurs. Ils sont constitués de composants végétaux (artichaut, chardon-Marie), de phospholipides, d’acides aminés et autres. Leur tâche principale est de restaurer la structure cellulaire, de la protéger des facteurs environnementaux négatifs et de normaliser les processus métaboliques.

Ils sont pris au long cours, bien tolérés par le patient et provoquent rarement des réactions indésirables. Parmi les hépatoprotecteurs connus, sélectionnez:

  • Antral;
  • Heptral;
  • Phosphogliv;
  • Glutargin;
  • Ursofalk (augmente notamment la synthèse de la bile et améliore son écoulement);
  • Essentiale Forte N.

En plus des hépatoprotecteurs, l'organisme a besoin de vitamines et d'enzymes facilitant la digestion. Si nécessaire, prescrit des antispasmodiques, par exemple Duspatalin. Leur action est dirigée vers les canaux biliaires. En les développant, les médicaments accélèrent la sortie de la bile.

Dans les cas graves, un traitement par perfusion peut être recommandé, ainsi que des médicaments réduisant la gravité des complications. À cette fin est utilisé:

  1. rasters d’albumine et d’acides aminés (Aminosol, Gepasol) - avec déficit en protéines;
  2. Reosorbilakt, Sodium chloride, Neogemodez - pour la désintoxication;
  3. médicaments hémostatiques (Tranexam, Etamzilat) - avec saignement accru;
  4. plasma frais congelé;
  5. masse de globules rouges (avec anémie).

Méthodes traditionnelles de protection du foie contre l'alcool

De nombreux remèdes populaires sont utilisés avec succès pour restaurer le foie, mais il est important de rappeler qu'ils ne peuvent aider qu'au stade initial de la maladie et doivent être utilisés exclusivement en association avec des médicaments. Pour cela, il est recommandé:

  1. chérie - tu dois prendre 5 g trois fois. Cela réduira l'inflammation dans le foie.
  2. jus de bardane - 10 ml une fois par jour;
  3. Le chardon-Marie est largement utilisé pour restaurer les hépatocytes et purifier le corps des produits toxiques. Il doit être pris sous forme de poudre sous forme sèche car, sous l’influence des températures élevées, les propriétés utiles de la plante disparaissent;
  4. l'avoine peut être bue en décoction, en infusion ou en kissel. Pour la préparation de 120 g de grains, versez un volume d'eau de 460 ml, laissez reposer 12 heures et laissez bouillir pendant 25 minutes. Ensuite, la décoction est une demi-journée, puis diluée avec de l'eau pour obtenir 550 ml. Boire 100 ml trois fois;
  5. 15 g d'artichaut, de millepertuis et de renouée doivent verser un volume d'un litre d'eau bouillante et laisser reposer pendant 25 minutes. Prenez 70 ml deux fois par jour.

À des fins de purification, vous pouvez utiliser de l’eau minérale, du sorbitol, de la magnésie ou de la rose. En plus d'éliminer les substances toxiques, la procédure de nettoyage améliore la circulation de la bile et facilite le travail du foie.

Régime alimentaire

Pour faciliter le travail du foie, vous avez besoin d'une nutrition adéquate. Il joue un rôle important dans le processus de récupération du corps après l’alcool. Voici les recommandations alimentaires de base:

  • Les aliments interdits comprennent les aliments gras, les aliments frits, les assaisonnements au poivre, les viandes fumées, les cornichons, les plats préparés, les fast food, les sucreries crémeuses, les pâtisseries fraîches, les sodas, les soupes riches, la soupe aux choux et le chocolat;
  • les repas doivent être chauds, sous forme de purée ou de liquide;
  • on devrait manger souvent dans un petit volume avec un intervalle maximum entre les doses - deux heures;
  • les plats doivent être préparés en faisant bouillir, en braisant ou en cuisant des ingrédients;
  • le volume quotidien de fluide doit dépasser deux litres;
  • les fruits, l'huile végétale, les légumes, les céréales (flocons d'avoine, sarrasin, riz, mil), la viande maigre, la gelée maigre et le poisson devraient être préférés.

Citrouille, avoine, curcuma, avocat, pomme sont particulièrement utiles pour le foie, à partir desquels vous pouvez cuisiner de délicieux plats.

En abordant de manière exhaustive la question de la protection et de la restauration du foie après l’alcool, on peut obtenir le résultat souhaité et éviter le développement d’une insuffisance organique.

Auteur: Sergey Korsunov

Quels produits peuvent et ne doivent pas être utilisés en cas de maladies du foie.

La question de savoir si le café est nocif est une question très complexe et controversée.

Un régime bien choisi est la clé du succès du traitement.

L'hépatose est une maladie causée par une mauvaise qualité et des produits de santé.

Top