Catégorie

Articles Populaires

1 Lamblia
Comment la vie change-t-elle après la chirurgie pour enlever la vésicule biliaire?
2 Recettes
Période d'incubation de l'hépatite C
3 Jaunisse
Hépatite B Diet
Principal // Les produits

Hépatite C en phase inactive


Laisser un commentaire

L’hépatite C inactive est considérée comme une maladie virale dangereuse qui cible les cellules du foie de manière ciblée: lorsqu’elle pénètre dans les cellules par le sang du porteur du virus, elle commence activement à se multiplier et à se reproduire. En réponse, le système immunitaire, incapable de tuer le virus lui-même, attaque le foie et le détruit. Lorsqu'une infection survient, la phase active de l'hépatite survient après que la maladie a été définie comme dormant.

Informations générales

Les causes de la maladie

La phase d'hépatite C inactive survient après l'infection, l'apparition active du virus et son passage au stade chronique. Le patient lui-même peut ne pas se sentir infecté. Les symptômes sont flous et peuvent apparaître après 2 semaines ou après 12 mois. La gravité de l'évolution de la maladie sous une forme inactive dépend des caractéristiques individuelles de l'organisme (immunité, maladies concomitantes), des conditions de travail (production nocive, travail physique pénible, manque de nutrition adéquate), du logement et des facteurs psychologiques (conditions sanitaires, calme de la famille).

La maladie est transmise exclusivement par le sang. Pour qu'un virus pénètre dans le sang d'une autre personne et l'infecte, plusieurs facteurs néfastes doivent coïncider:

  • possibilité de contact avec le système circulatoire (plaies, mauvais contrôle sanitaire des manipulations médicales);
  • immunité réduite;
  • usage de stupéfiants, alcool;
  • la promiscuité.
Retour à la table des matières

Danger de développement et évolution de la maladie

Le danger réside dans le long cours de la maladie, qui se traduit par de faibles symptômes. Une personne peut ressentir une fatigue accrue, une performance médiocre, une perte d'appétit, un sommeil superficiel, une détérioration de l'état psychologique. Cependant, ces symptômes sont caractéristiques de nombreuses maladies, qui sont exacerbées pendant la période de changement de saison (en particulier les périodes hiver-printemps et automne-hiver) en raison des particularités des conditions météorologiques.

À quels symptômes doit-on accorder une attention particulière?

Si tous les symptômes sont associés à des nausées, des vomissements, des douleurs dans l'hypochondre droit, il convient de prendre cela au sérieux et de les soumettre à un examen. Avec le temps, d'autres symptômes peuvent s'ajouter aux symptômes principaux. Il est donc impossible de poser un diagnostic sans enquête. Le virus de l'hépatite C affecte non seulement le foie, mais, en raison du flux sanguin intense, il infecte d'autres organes. Par conséquent, on observe souvent des symptômes tels que douleurs dans les articulations et les muscles, éruptions cutanées, fièvre, hypertrophie du foie, rate, urines foncées, selles grises, jaunissement de la peau.

Dans le contexte d'une immunité réduite, le virus commence à devenir actif.

Le virus de l'hépatite C inactif peut ne pas se manifester toute sa vie et ne pas déranger personne. Mais avec une diminution de l’immunité, un abus d’alcool, des aliments lourds (gras, épicés, frits), l’usage de drogues dont la maladie est inactive peut rapidement passer à un stade actif. En raison de l’imprécision des manifestations cliniques des symptômes, un diagnostic précis nécessite une consultation médicale obligatoire ainsi que des diagnostics en laboratoire et par des instruments. Les manifestations sévères de la maladie se produisent déjà dans les stades sévères, sans causer auparavant aucune gêne particulière au patient.

Caractéristiques du diagnostic de la phase inactive de l'hépatite C

Une analyse qui, avec certitude, établirait immédiatement le diagnostic correct, n’existe pas. Toute une gamme d'examens est nécessaire, reflétant à la fois le tableau général et les indicateurs spécifiques caractéristiques de l'hépatite C. Comme ils peuvent changer, en particulier pendant la phase de sommeil, il est recommandé de les répéter périodiquement (le besoin est déterminé par le médecin). Les bases du diagnostic sont:

  • Numération globulaire complète du doigt. Montre l'état de santé de tout l'organisme.
  • Analyse biochimique du sang d'une veine. Identifie une variété d'indicateurs de l'état du foie au moment de l'étude.
  • Rechercher des anticorps anti-virus de l'hépatite C. Vous permet de déterminer si le corps a été en contact avec le virus et n'a pas montré sa détection dans le présent. La présence d’anticorps indique la réponse immunitaire de l’organisme à l’agent pathogène. Un résultat positif nécessite un diagnostic plus approfondi.
  • L'étude par PCR. Un résultat positif signifie la présence d'un virus dans le corps et d'un porteur de virus. Montre le taux de reproduction du virus de l'hépatite et son activité dans le corps, vous permet de prédire l'efficacité du traitement prescrit.
  • Echographie de la cavité abdominale. Montre l'état général du foie, de la rate, du débit sanguin, une augmentation des organes ou aucun changement.
  • Biopsie du foie. Conduit avec processus suspect de tumeur maligne (cirrhose, cancer).
  • Inspection visuelle et collecte de l'historique de la maladie. Seulement avec toutes les recherches et les plaintes du patient lui-même en main, le médecin peut brosser un tableau complet de la maladie.
Retour à la table des matières

Traitement et principales méthodes thérapeutiques

Le schéma thérapeutique dépend du degré d'atteinte hépatique, des symptômes gênants du patient et des maladies associées. Dans le cas de la phase inactive de l'hépatite C, un traitement prophylactique peut être prescrit pour prévenir la manifestation de la maladie. Les principaux médicaments inclus dans le schéma thérapeutique et bloquant le virus sont les antiviraux. Ils réduisent la concentration du virus dans le sang, arrêtent sa reproduction, tuent les cellules infectées.

Le complexe contient des hépatoprotecteurs - des médicaments spéciaux qui protègent et réparent les cellules du foie. Des médicaments spéciaux sont utilisés - des immunomodulateurs qui aident l'immunité du patient à réagir correctement aux microorganismes étrangers. Toutes les combinaisons de médicaments sont sélectionnées par un médecin (spécialiste des maladies infectieuses, hépatologue, gastro-entérologue) individuellement pour chaque patient en fonction de son état, de son état de santé, de ses manifestations cliniques et des maladies associées.

Mesures préventives

Pour une personne qui a même une phase inactive de l'hépatite C, il existe un certain nombre de règles selon lesquelles l'évolution de la maladie ne se manifestera pas et la qualité de la vie pleinement. Tout d'abord, maintenir un mode de vie sain. Cela comprend:

  • Refus de mauvaises habitudes (interdiction catégorique de l’alcool, des stupéfiants, du tabac).
  • Un régime alimentaire strict basé sur des conseils médicaux et un équilibre nutritionnel (pour obtenir les nutriments nécessaires à partir des aliments).
  • Contrôle strict des objets personnels (brosses à dents, rasoirs, appareils de manucure).
  • Ne visitez que les établissements médicaux contrôlés et assurant une stérilité complète (cliniques dentaires, salles de traitement), ainsi que des salons de coiffure.
  • Respect de la routine quotidienne, repos approprié.
  • Activité physique modérée, promenades (selon les recommandations du médecin traitant).

Si vous suivez des règles simples, le patient sera absolument en sécurité pour les autres, comme elles le sont pour lui. Au stade inactif de la maladie de l'hépatite C, le patient peut ne ressentir aucun symptôme, ne pas avoir un foie en bonne santé, mais être en même temps porteur du virus et potentiellement infectieux. Puisque le virus n'est pas transmis par des gouttelettes en suspension dans l'air et par contact, mais par le sang, les règles d'hygiène renforcées doivent être respectées par l'environnement immédiat du patient. Pour le reste, l'homme est absolument inoffensif.

Comment savoir si l'hépatite C est active ou non

Comment savoir ou ressentir, ou quels tests montrent que le virus de l'hépatite en hibernation n'est pas actif?

Voter pour la meilleure réponse

ANDREY Pupil (139) il y a 5 ans

aller sur le site de l'hépatite. Non, seulement en lettres anglaises. Là vous allez tout apprendre. Au revoir

Kisuni Oracle (78049) il y a 5 ans

Anticorps contre l'hépatite C (anti-HCV)

En réponse à l'ingestion de particules étrangères dans le corps humain, tels que des virus, le système immunitaire produit des immunoglobulines - des anticorps protecteurs. Ces anticorps sont détectés par un test de dépistage ELISA spécial utilisé pour déterminer si une personne est infectée par le virus de l'hépatite C. Pour l'hépatite C, tous les anticorps contiennent l'abréviation anti-HCV, qui signifie "contre le virus de l'hépatite C".
Les anticorps appartiennent à deux classes - G et M, qui sont écrites dans les analyses sous le nom d'IgG et d'IgM (Ig - Immunoglobuline (immunoglobuline) est le nom latin des anticorps). Total anti-VHC (anti-VHC, anti-vHC) - Total anticorps (classes IgG et IgM) aux antigènes du virus de l'hépatite C. Le test de détermination de ces marqueurs est effectué pour tous les patients qui souhaitent vérifier s'ils sont porteurs de l'hépatite C. Le VHC est présent comme dans l'aigu (on peut le détecter déjà de 4 à 6 semaines après l'infection). donc avec l'hépatite chronique. Le total anti-VHC se retrouve également chez les personnes atteintes de l'hépatite C et guéries par elles-mêmes. Ce marqueur peut être retrouvé chez ces personnes pendant 4 à 8 ans ou plus après leur guérison. Par conséquent, un test anti-VHC positif ne suffit pas pour établir un diagnostic. Dans le contexte d'une infection chronique, les anticorps totaux sont détectés en permanence et, après un traitement réussi, ils sont stockés pendant une longue période (principalement en raison des IgG anti-VHC de base, ils sont décrits ci-dessous). tandis que leurs titres sont progressivement réduits.

Elena Golikova Thinker (6238) il y a 5 ans

Bilirubine directe, indirecte; ALT, AST, thymol, sublimé, phosphatase alcaline, LDH, GGTP, PTI, protéine, immunogramme, cholestérol, fibrinogène, UAC, OAM, indice d'activité histologique.

Thérapie antivirale

L'hépatite C est l'une des principales causes de maladie hépatique chronique et occupe la première place dans la structure de la mortalité par maladie du foie. Les observations sur l'évolution naturelle de l'infection montrent que 55 à 85% des patients ayant eu une hépatite aiguë n'éliminent pas le virus et ne développent pas l'hépatite C chronique. Dans 5 à 20% des cas, une cirrhose du foie se développe après 20 à 25 ans, pouvant entraîner une insuffisance hépatique. (le risque est d'environ 30% pendant 10 ans) et le carcinome hépatocellulaire (risque d'environ 1 à 2% par an).

Les facteurs qui accélèrent la progression de la maladie sont la consommation d’alcool, de drogues et la co-infection par l’hépatite B et le VIH. Les personnes guéries de l'hépatite C aiguë (les 15 à 45% chez lesquelles l'ARN viral n'est pas détecté dans le sang) ne sont pas susceptibles aux complications tardives et n'ont pas besoin de traitement. Cependant, une infection aiguë est rarement détectée, la plupart ayant déjà une hépatite chronique C.
Le traitement mondial de l’hépatite C est une thérapie antivirale combinée (HTT). Cependant, le traitement avec des médicaments antiviraux est très coûteux (le coût d'un traitement peut atteindre 30 000 dollars) et a de nombreux effets secondaires. Par conséquent, lorsque vous prenez une décision, vous devez savoir dans quelle mesure le risque de progression de la maladie est grave. Cela nécessite la consultation d'un hépatologue expérimenté ou d'une maladie infectieuse, qui désignera un examen approprié. Un critère important pour prescrire un traitement est le génotype du virus. Ainsi, HTP est plus souvent prescrit aux patients de génotypes 2 et 3, car les chances d'une réponse virologique prolongée (RVS) dans ce cas sont plus élevées qu'avec les génotypes 1 et 4. Les paramètres biochimiques sanguins ne reflètent pas toujours le degré de progression de l'hépatite. Ainsi, avec une activité accrue des aminotransférases, les lésions hépatiques sont généralement plus prononcées qu’avec la normale, mais chez 14 à 24% des patients ayant des enzymes hépatiques normales, la biopsie hépatique révèle une fibrose de ponte ou une cirrhose qui peut progresser avec le temps, bien que l’activité de ces marqueurs reste normale.

La biopsie du foie vous permet de définir la gravité de l'inflammation (activité de l'hépatite) et de la fibrose (stade de l'hépatite) - des indicateurs histologiques qui permettent de prédire l'évolution de la maladie et de juger de l'urgence du traitement. Le traitement est généralement recommandé pour un stade d'hépatite ≥ 2 dans le système METAVIR, confirmé par une biopsie (ou ≥ 3 dans le système Ishaq), car La probabilité de progression de la maladie est élevée. Il faut bien entendu tenir compte de l'activité de l'hépatite. Vous devez également garder à l'esprit qu'avec une fibrose légère, le traitement est généralement beaucoup plus efficace qu'avec une fibrose sévère (fibrose pontée et cirrhose du foie). L'hépatite C présente en outre de nombreuses manifestations extrahépatiques, dont la plus importante est l'apparition de cryoglobulines (protéines anormales) dans le sang. Ils provoquent une cryoglobulinémie mixte - une vascularite, caractérisée par des lésions de la peau et des organes internes, principalement les reins. La cryoglobulinémie mixte est une indication de traitement antiviral, quel que soit le stade de l'hépatite chronique. Tenant compte du risque de complications et du coût du traitement antiviral, la plupart des médecins expérimentés effectuent une biopsie de tous les patients infectés par le virus de génotype 1, ainsi que des patients présentant une infection à long terme, afin de déterminer les indications du traitement.
Le traitement de l'hépatite C chronique est indiqué si:
• il y a une activité accrue d'ALT depuis longtemps;
• la biopsie a révélé une fibrose de pontage ou une cirrhose du foie;
• des cryoglobulines ont été détectées dans le sang.

La question du traitement est décidée individuellement si:
• une activité normale de l'ALAT est observée;
• le traitement précédent a échoué;
• la biopsie a révélé une fibrose hépatique mineure;
• il y a infection concomitante par le VIH;
• l'âge du patient est inférieur à 18 ans;
• il existe une maladie rénale chronique;
• une cirrhose décompensée est détectée.

Les contre-indications au traitement sont:
• dépression grave, difficile à traiter;
• hépatite auto-immune et autres maladies exacerbées par l'interféron ou la ribavirine;
• thyréotoxicose non traitée;
• une maladie concomitante grave, telle qu'une hypertension artérielle sévère, une insuffisance cardiaque, une maladie coronarienne grave, un diabète décompensé, des réactions allergiques aux médicaments utilisés pour traiter l'hépatite virale C;
• L'ARN du virus de l'hépatite C n'est pas détecté dans le sang.

Hépatite chronique active

Symptômes de l'hépatite active chronique:

Un certain nombre de patients présentant une étiologie virale CAH ont un lien direct avec l'hépatite virale aiguë, mais dans la plupart des cas, la phase aiguë de l'hépatite et l'apparition des symptômes cliniques de l'hépatite chronique durent de 3 à 5 ans. La maladie commence graduellement, elle se manifeste par des épisodes répétés d'ictère flou, d'hépatopathie et de nombreux symptômes non spécifiques.

Le syndrome asthenovegetative est extrêmement caractéristique: faiblesse,

fatigue sévère, parfois si grave que les patients sont obligés de rester au lit de 5 à 7 heures le jour. On se plaint souvent de mauvaises performances, de nervosité, d'un état d'esprit déprimé (hypocondrie). Une perte de poids nette est caractéristique (sur 5 à 10 kg).

La douleur au foie est un symptôme fréquent de la maladie, elles peuvent être constantes, douloureuses, parfois - très intenses. Fortement augmenté après l'exercice. La douleur semble être associée à une grave infiltration inflammatoire dans le tissu conjonctif (riche en nerfs), dans les zones portales, périportales, en particulier dans la capsule du foie. Certains patients ne souffrent pas du syndrome de la douleur. mais il y a une sensation de lourdeur, débordement dans l'hypochondre droit, ne dépend pas de la prise de nourriture; de nombreux patients se plaignent du goût désagréable des aliments.

Le syndrome dyspeptique atteint rarement une gravité significative, des nausées douloureuses constantes. aggravée par l'ingestion d'aliments et de médicaments, accompagnée d'une exacerbation de la maladie chez la plupart des patients. Le syndrome dyspeptique chez les patients atteints de CAG peut être associé à une détoxification hépatique altérée et à des dommages associés au pancréas.

Syndrome d'une petite insuffisance hépatique. se manifestant par une somnolence, des saignements graves, une jaunisse et une ascite, est observé chez les patients atteints de formes nécrosantes graves de HA.

Le syndrome de cholestase peut être observé avec les troubles asthénovégétatifs ou le syndrome dyspeptique. Il se traduit par un prurit transitoire, une augmentation de la bilirubine, du cholestérol, de la phosphatase alcaline, du GGTP dans le sérum.

Pendant la période d'exacerbation, il existe de telles manifestations extrahépatiques de la maladie, telles que des douleurs dans les articulations et les muscles avec une augmentation de la température des doigts de pré-suberbryl, sans gonflement ni déformation des articulations. Les patients ont noté une aménorrhée, une diminution de la libido, une gynécomastie.

Des signes extrahépatiques (varicosités, hyperémie des paumes - paumes du foie) sont souvent détectés dans cette forme d'hépatite. Leur apparition coïncide avec les signes biochimiques et morphologiques de l'activité du processus et ne constitue pas, comme on le croit souvent, une indication de la cirrhose du foie. Si l'amélioration clinique s'accompagne d'une diminution ou d'une disparition marquée des varicosités, l'hyperhémie des paumes reste longtemps, souvent jusqu'à la rémission biochimique.

L'hépatomégalie est détectée chez la majorité des patients atteints d'hypertension artérielle congénitale. Pendant la période d'exacerbation prononcée, le foie dépasse de 3–7 cm de l'arcade costale, moyennement dense, le bord est pointu et la palpation est douloureuse. La rémission s'accompagne d'une diminution marquée du foie: chez de nombreux patients, elle fait saillie de 2–3 cm ou est palpée au bord de l'arcade costale. Une hypertrophie modérée de la rate survient fréquemment, de manière significative - rare. Le début de la rémission s'accompagne d'une diminution de la rate. L'activité du tissu réticulo-endothélial de la rate peut être augmentée chez les patients atteints d'HCS. Par conséquent, dans l'étude avec hTS, l'accumulation de colloïdes dans la rate est plus souvent accrue, mais dans une moindre mesure que dans la cirrhose du foie.

CAG asymptomatique chez 25% des patients survient de manière latente avec des plaintes d'intolérance aux aliments gras et frits, l'alcool. L'examen a révélé une hépatomégalie, un taux de bilirubine normal ou légèrement élevé et une augmentation de l'activité des aminotransférases par un facteur de 3 à 5. L’examen histologique révèle une tendance caractéristique du degré d’activité modérée ou mineure chez CAH. La cirrhose du foie est formée latente, bien qu'elle se développe moins fréquemment qu'avec d'autres variantes du cours.

L'état fonctionnel du foie. L'exacerbation de la CAH de l'étiologie virale est caractérisée par une hypergammaglobulinémie, une gipoalbuminémie, une augmentation du test au thymol et une activité des aminotransférases. L'activité du sérum AlAT est généralement supérieure à celle de l'AST. Dans la plupart des cas, augmente la teneur en protéines totales et en bilirubine sérique. En cas de rémission des hépatites chroniques actives, de la gamma-globuline, des tests fonctionnels et des activités enzymatiques, la normalisation est rarement complète; chez la plupart des patients, ils ne font que s'améliorer.

Indicateurs sérologiques. La valeur diagnostique est l'identification des marqueurs de l'hépatite B dans le sérum.

Marqueurs du virus de l'hépatite B dans le sérum de patients atteints d'hépatite active chronique à étiologie virale: HBsAg est positif dans la plupart des cas; les anti-HBs sont négatifs; les anti-HBs sont généralement positifs dans les titres élevés; dans certains cas, les anti-HBcIgM sont positifs; HBcAg est positif ou négatif; L'ADN polymérase est positive ou négative; les anti-HBe sont négatifs ou positifs.

La présence de HBeAg et / ou d'IgM anti-HBc dans le sérum, ainsi que d'ADN polymérase indique la réplication du virus de l'hépatite B, la détection d'anti-HBe peut indiquer un pronostic favorable de la maladie.

La présence de HBsAg dans diverses combinaisons avec des anti-HBs de la classe IgM et des anti-HBe caractérise la phase d'intégration du virus de l'hépatite B dans le génome de l'hépatocyte.

Caractéristiques du flux. Le CAG de l'étiologie virale peut avoir une évolution récurrente ou se produire avec une alternance d'exacerbations et de rémissions cliniques et parfois biochimiques distinctes.

Un cycle de rechute continue du CAH viral peut survenir pendant plusieurs années avec des périodes lumineuses très courtes pouvant aller jusqu’à un mois.

Avec CAH avec alternance d'exacerbations et de rémissions, les exacerbations sont généralement fréquentes et durables. La rémission clinique survient après 3 à 6 mois et l'amélioration des paramètres biochimiques - après 6 à 12 mois. Dans certains cas, les tests fonctionnels sont complètement normalisés au cours de la rémission, mais sur une courte période - généralement jusqu’à 2-3 mois. Certains patients ont plusieurs exacerbations au cours d'une année.

Le pronostic CAG dépend du stade de la maladie au moment du diagnostic et des signes histologiques de l'activité du processus, en particulier du type de nécrose. Ch. Hazzi (1986) définit un pronostic favorable de CAH principalement par l'absence de signes de cirrhose au moment de l'observation, un atome de survie à 5 ans étant observé chez 80% des patients. En présence de signes de cirrhose, la survie à 5 ans n'est déterminée que par 50%.

Étiologie virale active chronique de l'hépatite (préparation histologique)

Causes de l'hépatite active chronique:

Le CAG peut se développer après une hépatite sous forme d'étiologie virale (hépatite B, C et D) et non virale (toxique, auto-immune).

Traitement de l'hépatite active chronique:

Le traitement antiviral étiologique est effectué dans la phase de réplication virale. La thérapie antivirale raccourcit la phase réplicative, conduit à l'éradication du virus, favorise la transition vers la phase intégrative, prévient le développement de la cirrhose du foie. carcinome probablement hépatocellulaire (A. R. Zlatkina, 1994)

L'hépatite chronique active: de quoi s'agit-il?

L'hépatite chronique active est une maladie virale qui affecte négativement le fonctionnement du foie. Le terme a été introduit pour la première fois à la fin du vingtième siècle.

Chaque année, le nombre de personnes souffrant de cette maladie ne fait qu'augmenter et il existe des cas mortels. Cette forme de la maladie nécessite un traitement immédiat.

Classification histologique, le mécanisme de génération et de développement de l'hépatite chronique

L'hépatite chronique active se présente souvent sous deux formes:

  • virale chronique active;
  • chronique auto-immune.

Selon les données médicales, l'hépatite virale chronique active survient le plus souvent chez les enfants, les jeunes, les femmes et les femmes enceintes (la plupart du temps, la grossesse est normale, mais le risque de contracter l'enfant est assez élevé).

Compte tenu de l'incidence de l'hépatite, il est à noter que cette forme de la maladie est présente dans 29% des cas enregistrés.

L'hépatite virale est de deux types: D et C.

Description de l'hépatite virale D

Ce type de maladie se distingue par les caractéristiques suivantes:

  1. Le développement de la maladie résulte de l'exposition au virus de l'hépatite Delta.
  2. Manifestation: l'évolution de la maladie est complexe et les lésions des cellules du foie sont clairement signalées (perte de force, somnolence constante, hémophilie). La plupart des patients présentent un jaunissement de la peau et de la gale. Avec l'évolution ultérieure de la maladie, on constate la formation précoce d'une cirrhose hépatique, d'une hépatomégalie, d'une dysphorie oedémateuse-ascitique.
  3. Recherche médicale: en présence de la maladie, une dysprotéinémie est présente, le taux de sédimentation des érythrocytes est supérieur à la normale, la quantité de bilirubine et d'ALT (alanine aminotransférase) est dix fois supérieure. Marqueurs viraux - ARN HDV (virus de l'hépatite delta) et anti-marqueurs - HDV de classe IgM; marqueurs d'intégration - HBsAg et anti-HBe.

Forme active de l'hépatite C - de quoi s'agit-il

Pour le type de maladie présenté, les facteurs suivants sont caractéristiques:

  1. Recherche médicale - la maladie se caractérise par l'apparition d'une dysphorie de fatigue et d'une hépatomégalie. Le débit est inégal, prolongé, il y a une augmentation du niveau d'ALT. Au cours des 10 premières années de la maladie, une atrophie du foie se produit chez 45% des patients.
  2. Méthodes de traitement: pour une récupération complète, il est nécessaire de suivre un régime. Dans la phase aiguë de la maladie, le repos au lit est prescrit (prévient les saignements dans le foie), l’utilisation de glucose, de préparations vitaminées, d’hépatoprotecteurs et de lactose. Dans ce cas, une greffe de foie est interdite.

Outre les types de maladies susmentionnés, ils notent également la présence de types d'hépatite tels que les auto-immunes, l'alcoolique et les réactifs chroniques.

La présence d’anticorps et d’autoanticorps dirigés contre le virus est caractéristique de ce type de maladie.

Il y a deux cours de la maladie:

  • manifesté dès son jeune âge, procède sous une forme sévère;
  • se produit dans le groupe plus âgé, se produit sous une forme douce.

Le plus souvent, cette maladie se manifeste chez les femmes (âgées de 10 à 30 ans et après 50 ans) par rapport aux hommes. Selon les statistiques de la CIM (Classification internationale des maladies), le ratio de l'incidence de ce virus chez les femmes et les hommes est de 16: 2.

Le début de l'évolution de cette maladie est caractérisé par une fatigue accrue, une détérioration de l'état général, une douleur dans l'hypochondre droit. Chez 40% des patients, la maladie se fait sentir comme une jaunisse et une énergie élevée.

Chez 50% des patients atteints de ce type de virus, les manifestations suivantes sont présentes: pathologies de la glande thyroïde, inflammation des articulations, maladies dermatologiques, inflammation de la membrane muqueuse du gros intestin, diabète sucré, lichen plan, perte de cheveux.

Hépatite alimentaire ou alcoolique

Par le nom même de la maladie devient un objectif clair.

Hépatite alimentaire - de quoi s'agit-il? Il s’agit d’une maladie du foie résultant de l’introduction d’éléments toxiques et chimiques dans le corps humain.

L'hépatite alimentaire est:

La maladie peut être compliquée par la prise régulière d'une certaine dose d'alcool (pour les femmes - 100 grammes de vodka, pour les hommes - 200 grammes de vodka).

Hépatite chronique réactive

La présence d'une telle infection est une double menace pour le tissu hépatique.

La maladie cible les maladies suivantes:

  • un ulcère;
  • inflammation du pancréas;
  • inflammation de la vésicule biliaire;
  • inflammation de la membrane muqueuse du côlon;
  • maladies systémiques du tissu conjonctif;
  • développement de pathologies dans le domaine des glandes endocrines;
  • plus de 50 maladies infectieuses;
  • tumeurs d'une nature différente.

Malheureusement, ce type de maladie ne présente aucun symptôme caractéristique et peut ne pas se manifester avant longtemps. Pour déterminer la présence de la maladie peut être lors d'une échographie des organes internes par une augmentation marquée du foie.

Formes et facteurs de la maladie

L'hépatite chronique active est une maladie mortelle. Par conséquent, vous devez vous familiariser avec les formes de la maladie et les facteurs qui provoquent son développement, afin de prévenir des effets aussi déplorables que la cirrhose du foie.

On distingue trois formes d'hépatite chronique active:

  1. La forme minimale est une forme bénigne de la maladie, qui se limite au développement dans le corps du processus inflammatoire.
  2. L'hépatite active chronique est une forme caractérisée par une symptomatologie éclatante de l'hépatite, son effet sur le foie se manifestant par une nécrose et une fibrose.
  3. Forme lobulaire. Caractérisé par le développement du processus inflammatoire dans le foie qui, en l'absence de traitement approprié, se transforme en nécrose.

Les causes suivantes d’hépatite active chronique peuvent être les suivantes:

  • maladies infectieuses multiples;
  • infections causées par le collagène;
  • le passage de la forme aiguë de l'hépatite au chronique;
  • trop manger et mauvaise alimentation;
  • influence des variétés hépatotropiques de poisons et de préparations médicales.

Symptômes et caractéristiques du traitement

Afin de ne pas provoquer la formation d'une hépatite active, il est nécessaire de procéder au traitement à un stade précoce de son évolution. Mais il y a un grand "mais". Diagnostiquer une maladie au stade initial est impossible, car la maladie elle-même ne se manifeste pas du tout. Aux premiers stades, cette maladie est toujours inactive.

Un symptôme courant de la maladie présentée est l'état général de morosité du corps, de faiblesse. Avec la maladie chez une femme mature, le désir sexuel pour le sexe opposé diminue, le développement des étoiles à partir des vaisseaux est observé et un niveau accru de circulation sanguine est présent. L'hépatite C a une température élevée.

Mais le symptôme le plus évident de l'hépatite est une hypertrophie du foie. Dans certains cas, l'évolution asymptomatique de la maladie ne passait pas au stade actif et la maladie passait sans traitement, mais pour cela, il était nécessaire de disposer d'un système immunitaire fort.

Symptômes de l'hépatite chronique:

  • impuissance;
  • fatigue
  • l'insomnie;
  • mobilité émotionnelle et psychologique;
  • l'organe affecté a une taille accrue.

En outre, la maladie provoque une perte de cheveux sur le pubis et les aisselles. Chez les hommes, il existe une augmentation de la glande mammaire, une augmentation de la rate, la présence de fièvre, des lésions vasculaires marquées.

En outre, les patients peuvent remarquer le noircissement de l'urine (en apparence, il est identique à celui de la bière ou du thé) et, au contraire, la masse fécale s'éclaircit (devient crème), la peau devient brune.

Chaque personne a la maladie de différentes manières. Vous devez donc consulter un médecin jusqu'à ce que des complications se présentent, notamment en ce qui concerne l'évolution de la maladie chez un enfant.

Pour déterminer avec précision l'état du patient, le médecin lui prescrit de passer des tests et procède à un examen mécanique du foie. En présence d'une forme chronique d'hépatite, les indicateurs de la bilirubine sont analysés (ils sont élevés), les transaminases dépassent la norme près de 10 fois.

À l'heure où la recherche médicale sur le développement de l'hépatite est menée, on note une augmentation de la gamma globuline (presque 2 fois).

La maladie progressive nécessite un repos au lit et un régime (tableau numéro 5). De plus, il est obligatoire de prendre des médicaments à base d'interféron. Différents médicaments sont prescrits pour chaque type de maladie. Pour l'hépatite B - Intron A ou Reaferon. Une dose du médicament contient 5 millions d'UI (unités internationales). Le traitement est effectué pendant au moins 6 mois.

Avec l'hépatite C, le traitement sera efficace si vous prenez des médicaments tels que:

Il faut se rappeler que des mesures préventives aideront à protéger votre santé, en particulier le foie. En présence du moindre dommage au foie, il est nécessaire de garantir la paix du patient. Cela réduira le taux de développement de la maladie.

Tout le monde devrait prendre des vitamines pour maintenir la santé de son corps. Pour votre propre sécurité dans les établissements médicaux, vérifiez le traitement des instruments.

Les personnes qui consomment des drogues courent un grand danger, car cette maladie peut être transmise par l’utilisation d’une seule seringue.

Hépatite chronique active

Description:

L'hépatite active chronique (ACH) est une maladie hépatique chronique causée par l'exposition à trois types de virus hépatotropes et causant l'hépatite chronique de type B, l'hépatite chronique de type L (delta) et l'hépatite chronique de type C.

Symptômes de l'hépatite active chronique:

Un certain nombre de patients présentant une étiologie virale CAH ont un lien direct avec l'hépatite virale aiguë, mais dans la plupart des cas, la phase aiguë de l'hépatite et l'apparition des symptômes cliniques de l'hépatite chronique durent de 3 à 5 ans. La maladie commence graduellement, elle se manifeste par des épisodes répétés d'ictère flou, d'hépatopathie et de nombreux symptômes non spécifiques.

Étiologie virale active chronique de l'hépatite (préparation histologique)

Causes de l'hépatite active chronique:

Le CAG peut se développer après une hépatite sous forme d'étiologie virale (hépatite B, C et D) et non virale (toxique, auto-immune).

Traitement de l'hépatite active chronique:

Le traitement antiviral étiologique est effectué dans la phase de réplication virale. La thérapie antivirale raccourcit la phase de réplication, conduit à l'éradication du virus, contribue au passage à la phase d'intégration, prévient le développement de la cirrhose du foie, éventuellement d'un cancer hépatocellulaire (A. R. Zlatkina, 1994)

Qu'est-ce que l'hépatite C inactive?

L'hépatite C est une pathologie hépatique inflammatoire résultant de l'effet destructeur du virus sur un organe. Il pénètre dans le corps humain de différentes manières, mais ils sont tous associés aux fluides corporels. Cela peut être du sexe, une manucure dans un salon de beauté ou une visite chez le dentiste.

La violation de la technologie de stérilisation des outils utilisés pour de telles manipulations, ou le refus d'utiliser les moyens de protection pendant les rapports sexuels peut entraîner une infection par cette maladie. Parfois, les médecins diagnostiquent une hépatite C inactive. Cependant, une forme inactive de l'hépatite C peut nuire gravement au foie et à tout le corps.

On pense qu'une fois la maladie inactive, aucun traitement n'est nécessaire, ce qui est fondamentalement faux. Cette forme de pathologie nécessite également une thérapie, car elle peut entraîner des conséquences graves, voire la mort d'une personne, car elle continue de détruire le foie, mais sans signes externes du processus pathologique. Examiner les caractéristiques du développement des espèces inactives pour l'hépatite C, les méthodes de diagnostic et les méthodes de traitement.

Informations générales

Une fois dans le corps humain, le virus de l'hépatite C commence sa reproduction active dans les cellules du foie. L'immunité du patient infecté réagit. Mais comme il ne peut pas détruire complètement les agents nocifs, il commence à détruire l’organe lui-même.

Pendant la période d'infection, la phase active de la maladie est fixée et lorsque la pathologie se présente sous une forme chronique, le virus est considéré comme endormi, car les manifestations de la maladie sont pratiquement absentes ou ne surviennent que 1 à 12 mois après l'infection.

La dureté de la maladie dépend des caractéristiques de l'organisme: de la force du système immunitaire et de l'existence d'autres pathologies. De plus, le degré de gravité de la maladie peut être influencé par les conditions de travail du patient, le dur labeur, un régime alimentaire adéquat, l’état du contexte émotionnel et de nombreux autres facteurs. La forme asymptomatique de l'hépatite C est dangereuse car elle peut se développer dans le foie pendant longtemps et elle ne peut être détectée qu'en effectuant une série de mesures de diagnostic.

Facteurs de risque

Une des caractéristiques de cette maladie est la soudaineté de son activité, elle peut survenir à n’importe quelle période. Les facteurs provocants peuvent être:

  1. Consommation excessive d'alcool.
  2. Affaiblissement de la protection immunitaire.
  3. L'intoxication.
  4. Utilisation à long terme de certains médicaments.
  5. Maladies concomitantes.

Dans de rares cas, la pathologie reste en sommeil pendant de nombreuses années, jusqu’à la fin de la vie, et le foie ne s’effondre pas. Dans ce cas, le patient ne ressent que des malaises légers, des troubles du sommeil et une perte de force. Ces signes peuvent indiquer des affections de nature différente. Il n’est donc pas toujours possible d’identifier l’hépatite C.

La différence entre ce type de maladie et l'hépatite C active réside dans le fait que le type actif de la maladie se manifeste avec certains symptômes, il est facile à détecter et à arrêter sa progression. Le processus inflammatoire dans cette situation se déroule rapidement, détruisant les cellules du foie.

Caractéristiques distinctives

Cette maladie présente plusieurs caractéristiques distinctives:

  • au cours de l'infection par l'hépatite C, non seulement le foie est endommagé, mais le processus de destruction affecte presque toutes les parties du corps, ses fonctions métaboliques sont perturbées, le système immunitaire s'affaiblit.
  • les agents viraux pénètrent dans le sang, puis se dirigent directement vers la zone hépatique en contournant le système digestif;
  • le virus étant caractérisé par une transformation constante, le système immunitaire n'est pas en mesure de le détruire;
  • Il est presque impossible de se débarrasser complètement de l'hépatite C, 12 à 15% seulement des patients présentant une pathologie aiguë ont une petite chance, les autres personnes infectées ne pourront jamais guérir. Il est extrêmement important qu’ils soutiennent le foie afin que la maladie ne progresse pas. Cependant, dans la forme pathologique latente, cela ne se produit pas le plus souvent et, dans 10 à 20 ans, la cirrhose d'un organe se développe;
  • le transporteur peut infecter d'autres personnes;
  • infection possible du bébé dans l'utérus d'une mère infectée.

Voies d'infection

La cause de toute forme d'hépatite C est le contact avec les fluides corporels infectés du patient. Dans un quart des cas, les médecins ne peuvent déterminer la cause exacte de son apparition. En ce qui concerne les enfants, l’infection survient souvent chez une mère malade, et il existe de nombreux facteurs provocants chez l’adulte.

  1. Au cours des transfusions sanguines, lorsque le sang est infecté.
  2. L'utilisation d'instruments médicaux mal stérilisés. Cette situation peut se produire au cabinet du dentiste, des salons de tatouage et d’autres lieux similaires.
  3. L'utilisation d'une seringue par plusieurs personnes est souvent le cas chez les toxicomanes.
  4. Par les piqûres d’insectes, il s’agit le plus souvent de moustiques et de moustiques.
  5. L'utilisation d'articles d'hygiène personnelle d'une autre personne, en particulier la machine à raser.

Dans certains cas, les personnes infectées par l'hépatite C lors de relations sexuelles non protégées si leurs partenaires ont des lésions à la peau et aux organes génitaux muqueux. La transmission sexuelle n'est pas la voie principale, mais elle ne peut être exclue.

L'hépatite C inactive est la phase de la maladie, pas son type. Activer la maladie peut être à bien des égards, mais l'alcoolisme est l'un des facteurs les plus puissants. L'abus d'alcool entraîne non seulement l'activation du virus, mais également des conséquences plus graves. Ainsi, l'hépatite virale devient souvent toxique, ce qui aggrave encore la situation.

Tableau clinique et diagnostic

Comme il est important d'identifier la maladie à un stade précoce, vous devez faire attention à certains changements dans votre bien-être. Au stade initial de l'infection, certains symptômes caractérisant une maladie du foie se manifestent, mais peu de gens y prêtent attention. Plus tard, lorsque le tableau clinique devient clair, les gens consultent un médecin, mais la maladie a déjà atteint un stade chronique ou est devenue une cirrhose de l’organe.

Symptômes de l'hépatite C

Les signes de ce dernier sont:

  • jaunissement de la peau et du blanc des yeux (rarement avec l'hépatite C);
  • nausée et perte d'appétit;
  • faiblesse et fatigue, qui augmentent constamment;
  • le ventre augmente de taille;
  • pignons de varices à la surface du péritoine.

Un moyen fiable de reconnaître la maladie à un stade précoce est le diagnostic préventif régulier, en particulier en ce qui concerne l'hépatite C inactive, qui ne provoque généralement pas d'anomalies manifestes de la santé.

Ainsi, Elizaveta Mikhailova, 41 ans, écrit: «Je suis atteinte de l'hépatite C pendant la phase inactive, mais je ne l'ai appris que par la suite. Mon état de santé était normal, parfois seulement une faiblesse et une force disparaissaient. J'ai décidé de me faire examiner parce que je ne l'avais pas fait depuis longtemps.

Après avoir réussi la biochimie, le médecin a suspecté que quelque chose n'allait pas avec le foie, après quoi il m'a référé à plusieurs autres études. Les résultats m'ont choqué. Immédiatement, on m'a prescrit un traitement, j'espère que cela aidera.

Le groupe à risque pour toute forme d'hépatite est principalement constitué de toxicomanes et d'alcooliques. Les injections avec une seule aiguille, le non-respect des normes sanitaires entraîneront tôt ou tard une maladie mortelle. L’alcool détruit le tissu hépatique, ce qui est connu de tous, et s’ils sont consommés régulièrement, on peut s’attendre à de graves lésions de cet organe.

Pour la détection de l'hépatite C, la forme inactive nécessite toute une gamme de mesures de diagnostic. De plus, si la maladie survient pendant la phase de sommeil, les tests ne peuvent pas et ne forment pas immédiatement le bon tableau clinique, l’examen devra ensuite être répété après un certain temps.

Méthodes de diagnostic de l'hépatite inactive:

  • CHUTE (formule sanguine complète) indique le développement du processus inflammatoire.
  • Un test sanguin biochimique est nécessaire pour évaluer l’état du foie.
  • La méthode PCR est nécessaire pour déterminer la présence du virus de l’hépatite C dans le corps, analyse qui montre la rapidité avec laquelle le virus se multiplie et son activité. Entre autres choses, à l'aide de cette technique, les médecins déterminent l'efficacité du traitement.
  • Test qui détecte les anticorps dirigés contre l'hépatite virale C. Cette méthode de diagnostic permet de déterminer si le corps est en contact avec le virus, même si aucune hépatite n'est actuellement détectée. La présence d'anticorps caractérise la réponse immunitaire à l'agent pathogène. Lorsque le résultat est positif, les médecins prescrivent un examen plus approfondi.
  • Échographie des organes abdominaux. À l’aide des ultrasons, les médecins peuvent évaluer visuellement l’état du foie, la force du flux sanguin, la taille et d’autres paramètres de la rate, pour savoir si les organes sont agrandis.
  • La biopsie hépatique est réalisée uniquement si un processus malin dans l’organe ou une cirrhose est suspecté.

En plus des données de diagnostic, le médecin découvre les plaintes du patient. L’apparence d’une personne est également importante: en fonction de l’état et de la couleur de la peau, des yeux, on peut conclure aux maladies du foie.

Thérapie pathologique

Le traitement de l'hépatite C inactive dépend de nombreuses circonstances. La nature des symptômes, les affections supplémentaires, les résultats des tests - tout cela est pris en compte par le médecin lors de l’élaboration du schéma thérapeutique. Même en l'absence de signes de maladie, le traitement est nécessaire pour prévenir le développement de la maladie.

Les médicaments

Le traitement de l'hépatite C doit être complexe:

Agents antiviraux - sont la base de la nomination dans ce cas. Ils bloquent le virus, ne lui permettant pas de se développer activement. Le schéma standard implique la nomination de la ribavirine et de l'interféron (Pegintron).

Aujourd'hui, vous pouvez également choisir des médicaments plus efficaces comme Sovaldi, Ledipasvir, Daklins, mais ils sont extrêmement coûteux. Cependant, il existe des génériques de ces médicaments, dont le coût est inférieur à celui des médicaments d'origine, mais leur effet n'est pas inférieur à celui des médicaments pharmaceutiques conventionnels. Avec l'aide de tels outils peuvent atteindre un effet thérapeutique stable.

  • Hepaprotectors - fait référence aux médicaments qui restaurent les hépatocytes (cellules du foie). En prenant constamment des médicaments similaires, les patients augmentent considérablement leurs chances de stabiliser leur santé: Essentiale-Forte, Essliver.
  • Les immunomodulateurs sont nécessaires pour renforcer les défenses de l'organisme, faire face au virus et à la réaction correcte du système immunitaire à la pénétration de microorganismes dangereux. La sélection des médicaments est effectuée individuellement pour chaque patient. Le plus souvent, il s'agit de Polyoxidonium, Likopid
  • Méthodes supplémentaires

    Les herbes sont considérées comme un excellent traitement adjuvant de l'hépatite. En prenant des décoctions et des perfusions en même temps que des médicaments, on aide le foie à se rétablir plus rapidement. Quelles herbes prendre:

    • la graine et les tiges de chardon-Marie;
    • gelée d'avoine;
    • hellébore noir ou caucasien;
    • dix-neuf;
    • soie de maïs;
    • chélidoine

    L'une des plantes les plus efficaces contre l'hépatite C est le chardon-Marie. Son action est unique en son genre, elle restaure les hépatocytes, améliore la digestion et les processus métaboliques, et elle n’a aucune contre-indication, sauf en cas d’intolérance individuelle.

    Nous ne devons pas oublier une nutrition adéquate dans le traitement de l'hépatite. Même lorsque le virus est inactif, il est dangereux de surcharger le foie. Dans cette maladie, les médecins prescrivent le tableau numéro 5, qui prend en compte toutes les restrictions alimentaires. Gras, salé, acide et fumé, il est préférable d’exclure complètement, le menu devrait comprendre principalement des légumes et de la viande de variétés faibles en gras. Le rôle d'une bonne nutrition est génial.

    Prévention

    Avec l'hépatite C sous une forme inactive, vous devez suivre certaines règles afin de réduire les risques de développement et d'exacerbation de la pathologie. En surveillant attentivement leur mode de vie et leur nutrition, les gens parviennent à une rémission stable de l'hépatite, alors que la maladie ne s'est pas déclarée depuis des années. Pour cela, vous avez besoin de:

    1. Éliminez toutes les mauvaises habitudes, l'alcool, le tabac et les drogues.
    2. Suivez un régime thérapeutique.
    3. Contrôlez vos articles d'hygiène personnelle, accessoires de rasage, brosses à dents, outils de manucure.
    4. Visitez uniquement des installations médicales, des salons de manucure et des cabinets dentaires éprouvés.
    5. Normaliser la routine quotidienne, bien se reposer et dormir.
    6. Exercice (modérément).

    Le pronostic pour une forme inactive de l'hépatite C n'est pas très différent des autres formes de cette maladie. L'évolution latente conduit généralement au fait que la personne consulte un médecin alors que la maladie a déjà gravement endommagé le foie ou atteint le stade de la cirrhose.

    Pour réduire la probabilité d'un tel résultat, il est nécessaire de procéder à un examen même avec des affections mineures répétées pendant une longue période.

    L'hépatite C inactive est dangereuse, indépendamment de la présence ou de l'absence de symptômes. Il est nécessaire de traiter toute forme de cette maladie et de ne pas arrêter le traitement pendant de nombreuses années. Le régime thérapeutique doit être respecté par les patients même après l'amélioration des résultats des tests, car une nutrition adéquate réduit considérablement la charge sur le foie.

    Dossier médical

    Un mauvais médecin traite une maladie, un bon médecin guérit une maladie.

    HÉPATITE ACTIVE CHRONIQUE

    L'hépatite active chronique (CAG) peut survenir dans deux variantes: l'hépatite virale active virale et l'hépatite auto-immune chronique. L'hépatite virale active virale est souvent observée chez les enfants ou les jeunes et se situe entre 25 et 30% de toutes les formes d'hépatite chronique (Oadunaevsky, 1993).

    Dans l'histoire - transféré toute forme d'hépatite virale aiguë B ou C. L'abus d'alcool n'est pas typique pour cette maladie. La phase d'accumulation est caractérisée par des symptômes d'intoxication générale, une coloration ictérique de la peau, l'apparition d'urines foncées et de matières fécales décolorées, un foie et une rate hypertrophiés et denses, ainsi que les premiers signes d'hypertension portale (varicosités, érythème palmaire, flatulence, saignements nasaux et autres). Les indicateurs d'activité inflammatoire sont généralement significativement augmentés (ALT et ACT). Il existe une hypergammaglobulinémie, des valeurs élevées du test au thymol, mais une diminution du nombre d'albumine, des indicateurs du test sublimé, de l'indice de prothrombine, des anti-T. L'étiologie virale de la maladie est confirmée par la détection de HBsAg, HBEAD, anti-HBE, anti-NSO, anti-HBc1dM et anti-delta. Le stade OUTSIDENCY est caractérisé par l’extinction des manifestations cliniques du stade aigu, mais le jaunissement de la peau (légère), un foie hypertrophié, persiste. Les indicateurs des tests de laboratoire révèlent également une tendance positive. La plupart d'entre eux s'approchent de la normale ou normale. Cependant, il reste une augmentation modérée de l'activité de l'ALT et de l'ACT (d'un facteur 2 à 3), du niveau de test au thymol et de la gamma globuline. Les indicateurs de la quantité d'albumine, de l'échantillon sublimé, de l'indice de prothrombine sont normalisés ou restent légèrement réduits. Dans cette phase, NVE Hell disparaît souvent, mais HBS Hell, anti-NVE et anti-HBc1dM persistent. La détection des anticorps anti-HB5, anti-NSO et anti-delta est possible. Lors du balayage du foie avec Ai198, contrairement à l'hépatite chronique persistante, une raréfaction de la zone marginale de plus de 1 cm est détectée, ainsi que l'accumulation de l'isotope par la rate.

    Les signes spécifiques de CAH sur l'échographie ne sont pas décrits.

    L'essentiel est que les indicateurs d'ALT et d'ACT (marqueurs d'activité du processus inflammatoire) n'atteignent jamais la norme. La maladie progresse rapidement.

    L'hépatite auto-immune chronique touche presque exclusivement les femmes âgées de 15 à 25 ans et de 45 à 55 ans (O.A. Dunaevsky, 1993). Les caractéristiques cliniques et de laboratoire par étapes ne diffèrent pas de celles d'une hépatite virale active chronique. Cependant, chez les jeunes femmes, il y a violation du cycle menstruel, hirsutisme, apparition de strie sur la peau, petite éruption pustuleuse, fièvre déraisonnable, douleurs articulaires. Les marqueurs de l'hépatite ne sont généralement pas détectés, mais les cellules LE, des anticorps contre le muscle lisse, sont souvent détectées. La maladie est souvent détectée à un jeune âge déjà au stade de transition vers la cirrhose.

    En phase d’aggravation, le repos au lit est obligatoire. Tableau n ° 5. Dans les cas où il existe des preuves d'étiologie virale de la maladie (HBsAg, HBEAD, anti-HBc, anti-NSO ou autres détectés), des préparations d'interféron sont présentées. Dans l'hépatite B virale active chronique, il est recommandé de réactiver ou d'intron A 5 millions de ME 5 à 7 fois par semaine pendant au moins 6 mois. Avec le CAG provoqué par le virus de l'hépatite C, les interférons sont prescrits à une dose de 3 millions d'UI 3 fois par semaine, mais à plus long terme, jusqu'à 12 à 18 mois.

    Pour la résistance à l'interféron, le médicament antiviral LAMIVUDIN 150-300 mg / jour est utilisé pour les cures de 1, 3 et 6 mois.

    Les caractéristiques de CAH à activité réplicative élevée sont une augmentation de la sous-population de suppresseurs de T (S.N. Sorinson, 1996). Une réponse immunitaire inadéquate (déficit immunitaire) avec une augmentation des inhibiteurs de T conduit à la suppression des lymphocytes cytotoxiques et au ralentissement de la lyse des hépatocytes affectés par le virus, puis à une réaction auto-immune forte et prolongée qui conditionne la progression régulière de la maladie, c'est-à-dire que la CAH devient rapidement une maladie auto-immune.

    Comme les maladies auto-immunes de l'immunogramme sont caractérisées par un déficit de suppression (N.V. Golzand et al., 1985), une augmentation du nombre de cellules T auxiliaires avec une augmentation de l'activité de T-killer, le traitement immunocorrecteur devrait viser à stimuler la suppression. Pour rétablir l'activité des suppresseurs de T et supprimer la fonction de ceux-ci, en plus de l'interféron (stimulation des lymphokines), des facteurs thymiques, des cytostatiques et des hormones stéroïdes sont utilisés.

    Un traitement complexe avec 45 mg / jour de prednisone et 4 millions de laferon par voie intramusculaire tous les deux jours pendant 3 semaines s’est avéré prometteur. La disparition de NVEAD et la normalisation des indicateurs ALT ont été observées (S.V. Fedorchenko et al., 1994).

    L'effet clinique dans le traitement de l'HCA a également été obtenu par l'utilisation de la thymaline, en particulier chez les patients présentant un faible coefficient Tx / Tc (L.G. Goryacheva, I.N. Muravieva, 1985). Timalin utilisé de la manière habituelle.

    Basé sur les mécanismes immunologiques dans CAH, l'utilisation de cytostatiques pendant la période d'exacerbation pour "assommer" les clones de cellules auto-agressifs est montrée. La réception est arrêtée au plus fort de la rechute, sinon, aux premiers signes de rémission, la synthèse d’anticorps normaux sera inhibée.

    Dès le premier jour d'exacerbation et à l'avenir, les immunosuppresseurs qui violent les processus coopératifs cellule-cellule (glucocorticoïdes) sont indiqués. D'après les recommandations de P.R. Petrov (1983) et de Nelius D. (1984), il est optimal d'utiliser AZATIOPRINA (2 à 5 mg / kg de poids corporel par jour) dès l'apparition des premiers signes d'exacerbation (2 mg / kg). Pendant 57 jours en association avec PRESENTTED (1 à 2 mg / kg de poids corporel par jour) pendant 1 semaine avec une réduction progressive de la dose de 5 mg tous les 3 jours.

    Des préparations multivitaminiques, des flavonoïdes, une perfusion intraveineuse de mélanges d’acides aminés peuvent être utilisés comme thérapie de fond.

    DÉSINTOXICATION à raison de 30 à 40 ml / kg.

    Au stade de l'INCENDIE, l'utilisation de néovir, de préparations d'acide glycyrrhizique et de multivitamines est prometteuse.

    Top